Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 790 fois
  • 61 J'aime
  • 5 Commentaires

Edith soumise...soumise II

Chapitre 12

Avec plusieurs femmes

Edith soumise…soumise B12


    Chapitre 12


Je réfléchis depuis plusieurs jours.

Je suis enfin décidé. Je vais contacter mon ami Bruno.


« Allo Bruno comment vas-tu ? »

« Salut William, très bien, Je ne te demande pas si ça va bien, car je t’ai aperçu il n’y a pas longtemps et très bien accompagné. Mon salaud, tu ne t’embêtes pas. »

« C’est justement à ce sujet que je t’appelle, on pourrait se voir que je t’explique. »

« 19h00 ça te va. ? »

« Ok, à tout à l’heure. »


Voilà une bonne chose de faite.


« Voilà un premier pas de fait. Tu resteras ce soir comme cela tu sauras de quoi il en retourne ? »

C- « Ok mon chéri. »


Ils passèrent l’après midi tendrement et amoureusement.

A 19h00 pile la sonnette de la porte d’entrée tinte.


« Salut Bruno »

B- « Salut William. »

«  Je te présente Christine qui est ma compagne. »

B- « Bonjour Christine, je vois que mon ami a toujours très bon goût. Vous êtes très belle.»

C- « Merci Bruno, mais on peut se tutoyer. »

B- « Très bien, alors tu es très belle. »

« Bon trêves de baratin, je vais te dire pourquoi je t’ai fait venir ce soir. Christine, tu nous sers un apéro. »

C- « Tout de suite Maître »


Bruno releva les sourcils en entendant la réponse de Christine.


« Voilà, tu m’as vu avec 3 femmes dont Christine l’autre fois. Il faut que tu saches que jusqu’à présent, les trois étaient mes Soumises, oui je suis leur Maître. Les trois m’appartiennent comme des objets. Tu sais ce qu’est la relation Maître/Soumise. »

B- « Oui, on en avait parlé, alors tu as réalisé ce fantasme. Super pour toi, tu m’as pas fait venir pour me faire baver d’envie, tu sais que moi aussi je voudrai réaliser ça et avoir des soumises »

« Oui, je sais, c’est d’ailleurs à cette fin que je t’ai fait venir. Voilà, je me suis lassé de cette relation et je ne veux rester qu’avec Christine et arrêter ce type de relation. Et c’est là que tu entres en jeu. Je voudrai organiser une soirée chaude vendredi et j’aimerai que tu y participes et arranger la soirée de façon que tu envoutes les deux autres et à ce moment là, tu deviendrais leur Maître. »

B- « Waouh, c’est chaud et ça ne me déplairait pas du tout d’avoir deux soumises. Et tu penses que c’est réalisable. ? »

« Je pense et qu’une certaine jalousie entre elles peut aider à la réalisation de ce transit, de moi à toi. »

B- « Bon moi je suis d’accord, alors tu organises ça pour vendredi soir. Je dois venir à quelle heure ? »

« 21H00 précises, car je dois les mettre en condition avant. » 

B-« Ok alors trinquons à ce passage de … comment dire...pouvoir. »

« Tchin » 

B-« Tchin »

C-« Tchin »

Il nous quitte peu de temps après et nous dînons, contents de la tournure des évènements. Nous restons tous les deux à nous câliner et nous caresser, et de mains caressantes en des lèvres brûlantes, nous passons une soirée très érotique.


J’envoie un sms à Edith pour lui demander de venir avec Marie vendredi soir. Elle me répond immédiatement en acquiesçant et m’assurant de leurs venues.


Vendredi 19h00, elles sonnent à ma porte. A peine entrées elles se mettent en tenue obligatoire, tenue dans laquelle était déjà Christine.

Je vis un regard de jalousie dans les yeux d’Edith à l’encontre de Christine, car elle est arrivée avant.


« Etes vous contentes d’être là ? »

E- « Oui Maître, nous sommes toujours heureuses d’être avec vous . »

« Alors pour une fois je vous ai organisé une bonne surprise. »

E- « Chouette, c’est quoi … c’est quoi… ? »

« Tu sais que tu n’as pas à poser de question, tu n’as qu’à attendre et c’est tout. Bon j’ai demandé à Christie de venir plus tôt pour nous préparer un petit dîner, ce qu’elle a bien réussi. »


Nous nous sommes mis à table, Edith en face de moi et Christine à ma gauche. Le repas est assez bien arrosé, et Edith et Marie sont déjà un peu pompettes. J’avais drivé Christine pour qu’elle se modère, et elle en a profité pour ne jamais laisser les verres des deux autres vides.

Nous sommes tous installés au salon quand la sonnette de l’entrée se manifeste.

J’envoie Edith ouvrir. Je la sens gênée, mais elle obéit.


B- « Waouh quel accueil, William m’a invité pour la soirée. »

E- « Entrez Monsieur, Maître William est au salon. »

« Salut Bruno, entre et viens t’asseoir. »

B- « Hum l’accueil ne peut pas être plus agréable, avec trois beautés pareilles. »

«  Alors celle qui t’a ouvert c’est Edith, la petite blonde c’est Marie, et la troisième c’est Christine. Les présentations sont Faites et vous pourriez vous lever et dire bonjour à notre invité.


Edith la première va vers lui et dépose un léger baiser sur ses lèvres, en conquérante, puis Marie fait de même, et Christine elle en dépose un sur sa joue. 

Il ne se prive pas de laisser ses mains traîner sur leur corps.


« Dis moi, comment trouves-tu ma surprise ? »

B- « Pour une surprise, c’en est une, mais une très bonne. »

« nous allons va trinquer à notre rencontre et je suis sur que ces dames ne seraient pas contre une coupe de champagne, Va en chercher une de suite » Dis-je en m’adressant à Edith.

Elle part en chercher une et revient aussi avec des flûtes.

« Sers nous maintenant. »

Je pense que  volontairement elle s’arrange pour que la bouteille gicle en l’ouvrant et comme elle la dirigeait vers Bruno, il se retrouve avec le pantalon mouillé.

« Imbécile, tu ne pouvais pas faire attention, tu sais ce qui t’attend. »

E- « Oui Maître, maintenant ? »

« Tu vas d’abord aider Bruno à retirer son pantalon, puis tu vas le mettre à sécher, puis tu viendras prendre ta punition. »


Elle va vers Bruno à quatre pattes, et en lui défaisant doucement son pantalon pour l’aider à l’enlever, elle le regarde dans les yeux avec un petit sourire, et en se léchant les lèvres. 


« Puisque tu es bien positionnée, tu pourrais aussi t’occuper de cette bosse que je vois. Et ne me fais pas honte vis à vis de notre invité »


A peine ais-je fini ma phrase, qu’elle se jette sur son boxer pour le lui retirer et s’empare de son sexe raide, qu’elle embouche aussitôt.


B- « Je veux bien me faire arroser tous les jours si ça termine ainsi. »

« En attendant peut être qu’une fellation n’est pas suffisante et comme je vois que tu es en forme, je te propose de l’enculer de suite, elle aime ça cette salope, et pas chichi , car je suis sur qu’elle est déjà mouillée. Marie, tu vois bien que la bouche de Bruno et ses mains sont libres, alors dépêche toi.

Allonge toi ça leur sera plus facile. »


A peine étendu sur le sol, Marie enjambe sa tête et pose son sexe sur sa bouche, et Edith se positionne de dos pour s’enculer elle-même sur sa queue toute raide.


B- «  Waouh elles sont vraiment très chaudes et très accueillantes. Tu as de la chance de les avoir à disposition quand tu veux. »

« Oui, elles sont très disponibles,.. Mais nous en parlerons plus tard, profite pour l’instant. »


Et il ne se le fait pas dire deux fois, il bourre l’une très fort et léche l’autre en lui doigtant le cul.

J’en profite pour prendre Christine contre moi et la faire me déshabiller puis je la fais s’asseoir sur moi et s’empaler sur moi ; sa chatte est très accueillante. Je lui caresse en même temps son clito.


« Marie va t’équiper et tu vas bourrer son deuxième trou, et prends le maxi. Et tu vas mettre du cœur à l’ouvrage, que je n’aies tien à redire. »


Elle va dans le chambre et revient vite avec le harnais équipé du gros god et se positionne au dessus d’Édith pour lui prendre la chatte.

Elle s’enfonce en elle très fort, faisant couiner sa partenaire. Son cul déjà pris sa chatte a du mal accepter cette intromission. Et tous les deux la bourrent à fond. Elle gémit sans cesse mais je vois qu’elle prend un grand plaisir à être prise en double. Et j’ai envie de la faire crier encore plus.


« Marie retire toi. »


Je viens à sa place, mais pas pour sa chatte, je veux lui faire une double anale. Bruno, comprenant ce que je veux, s’arrête pour que je puisse entrer avec lui. Je force le plus que je peux et finis par entrer. Elle hurle sa douleur mais finit par accepter nos deux queues dans son cul. On la bourre ensemble un moment puis je me retire au moment ou Bruno gicle en elle.


«Marie, nettoie les. Et applique toi pour notre invité.»


Elle se jette sur la queue de Bruno et la rend plus propre qu’un sou neuf, puis lèche le cul d’Édith qui est encore ouvert et laisse couler le sperme qui le remplit.


«Alors comment trouvez vous mon ami ?»

E- «Waouh, beau et très bien monté, merci pour ce cadeau Maître.»

M- «Oui c’est ma pensée aussi.»

«Très bien alors moi je suis moche et j’ai une petite bite?»

E- « Non Maître, vous êtes aussi beau que lui et vos bites sont aussi belles.»

«Ouais, ouais…. Bon, mais je passe pour cette fois, mais je m’en souviendrai. Il faut que vous sachiez que j’ai décidé de vous offrir une semaine à lui, ce qui veut dire que vous devez agir exactement comme avec moi. Et vous devez obéir à chacun de ses ordres sans jamais émettre un refus ou une critique. Suis je clair?»

E- «Oui Maître, dois-je ajouter son nom sur mon contrat?»

«Non, on verra cela plus tard.»

B- «Super cadeau William. Tu me les offres les trois?»

«Non seulement ces deux là, en plus elles sont en couple.»

B- «C’est déjà un très beau cadeau»

E- «Nous serons très obéissantes Maître Bruno.»

« Quelques petites indications, Elles doivent toujours être dans cette tenue en ta présence à l’intérieur. Quoique si tu veux les exposer sur un parking.. Elles ne doivent jamais rien te refuser, et en plus une bonne fessée de temps en temps ça ne peut pas leur faire de mal.»

B- « OK, elles ne devront pas broncher, sinon je te les ramène dans l’instant et nous les corrigerons ensemble.»

« Ce qui ne t’empêchera pas de leur donner une première correction.  N’oublie pas que ce ne sont que deux chiennes, d’ailleurs on va leur mettre leur collier pour que tu puisses les emmener.

On va ouvrir une autre bouteille pour fêter ton nouveau grade de Maître. Et finir cette soirée de façon très chaude, qu’en penses-tu ?

B- « Pas de souci, à ta santé cher Maître de cérémonie. »


Je prends la bouteille et demande à Marie de s’asseoir dessus. Elle s’empale pendant que Bruno sodomise à nouveau Edith et lui fait lécher le clito de l’autre qui est bien empalée et qui gémit. Il ne la ménage pas, mais il est entré assez facilement car son cul ne c’est pas totalement refermé après sa double.


Je ne reste pas sans rien faire, je prends Christine contre moi et je la prends mais avec tendresse. Elle gémit et se sent bien contre moi, elle m’embrasse amoureusement. Elle se sent heureuse car elle sait que nous allons finir la nuit ensemble et qu’elle est celle que j’ai choisi.

Elle se laisse aller et gicle sur mon pubis pendant que je me répands en elle. Elle se précipite sur mon vit pour lécher les dernières gouttes et nettoyer mon sexe.


J’entends gueuler Bruno, qu’il va la remplir cette salope et qu’il veut qu’elles se mettent l’une prés de l’autre pour leur gicler dans leur bouche. Elles s’exécutent , il se retire pour leur inonder leur visage de sa jute. Plusieurs jets atterrissent sur leurs joues. Puis Edith se jette sur sa queue pour prendre les dernières gouttes.

Slacht… Une paire de baffes viennent de s’abattre sur les joues de cette dernière.


B- « je ne t’ai pas dit de me sucer, qu’est ce que c’est ces initiatives.

Mets toi à genoux de suite la tête dans les mains. »


Et il lui assène plusieurs claques sur ses fesses qui se mettent à rougir.

Je souris, je vois qu’il prend son rôle de Maître au sérieux.


« Comme nous sommes vendredi, tu auras tout le week-end pour les tester. Et je t’appellerai dimanche soir, pour que tu me donnes des nouvelles. Et que tu me dises si tu veux les garder ou me les retourner. »

B- « Pas de souci, d’ailleurs je n’avais encore rien de prévu pour ces deux jours.

Viens ici Edith, tu vas me guider jusqu’à chez toi, car il vous faut mériter la venue chez votre nouveau Maître. Allez on va à la voiture, il fait assez noir et assez chaud pour que n’ayez pas besoin de vous vétir.»

« C’est bien alors passez une bonne fin de nuit et un bon week-end. A dimanche mon ami. »

B- « Tchao mon ami et merci pour le cadeau, il faudra que je fasse très fort pour pouvoir t’en offrir un à ce niveau. »


Elles se dépêchent pour monter dans la voiture, de peur qu’on les voit.


C-« Tu ne regrettes pas de les perdre ? »

« Non chérie, et c’est un choix réfléchi et j’aurai du être de plus en plus dur avec elles, car Edith devenait jalouse et cela m’énervait. De plus je suis très bien avec toi et tu me suffis. A moins qu’elles te manquent ? »

« Non je pense comme toi, et je ferai tout mon possile pour te suffire et te rendre heureux. »


Nous allons nous coucher.


FIN

Il y a une suite, mais c’est une autre histoire

Merci pour vos commentaires positifs ou négatifs

Diffuse en direct !
Regarder son live