Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 367 fois
  • 92 J'aime
  • 16 Commentaires

Edwige, premiers pas vers la soumission

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Bonjour, je m’appelle Edwige. Trente ans, célibataire sans enfant, je suis une petite brune d’un mètre soixante pour 50 kilos. Des seins bien fermes et une petite chatte toujours humide. Ma vie se résume à mon boulot, mes animaux et les virées entre copines. Une vie bien rangée… mis à part les fantasmes de totale soumission qui taraudent mon esprit et mon corps depuis ma puberté mais sans jamais avoir été satisfait. Parfois l’envie est tellement forte que ni ma main, ni mes gods ne peuvent me satisfaire. Oui, j’aimerais que l’on me soumette, devenir une vraie chienne, être utilisée comme un vide couilles. J’ai bien sur quelques "plan cul" mais qui sont loin de satisfaire mes fantasmes de petite salope dépravée.


C’est Samedi. Ce soir, je dois rejoindre quelques amies en ville pour boire un verre dans un nouveau bar branché. Je suis en manque de sexe, cela fait maintenant une bonne semaine que mes petits trous n’ont pas été visité par autre chose que du plastique. Je m’applique donc à me dégoter une petite tenue sexy histoire de me faire baiser ce soir. J’opte pour une petite robe noire assez décolletée et un string rouge qui ne cache pas grand chose.. Je ne porte pas de soutien gorge car j’aime sentir le frottement de mes tétons contre le tissus, cela m’excite terriblement.


De l’orage est prévu mais ce n’est pas cela qui va remettre en cause ma petite virée! J’emporte un impair et un parapluie dans ma voiture au cas où (je ne voudrais pas ressembler à une serpillère trempée en arrivant!) et c’est parti ! Le trajet n’est pas long : une demi heure en passant par les routes de campagne. Le ciel est très menaçant et il ne tarde pas à pleuvoir. La pluie est de plus en plus forte, et rapidement, je ne vois plus rien malgré les essuies glace qui balaient le pare brise à toute vitesse. Soudain, je sens la voiture qui chasse et je me retrouve dans le fossé. Plus de peur que de mal ! Mais il va falloir que je trouve une solution pour sortir ma voiture de là et en plus ma soirée est foutue !!! Quoi que.....


Pas de réseau, il m’est donc impossible de téléphoner pour que l’on vienne me dépanner...Je me félicite d’avoir prévu de quoi me protéger de ce mauvais temps. Il y a justement une habitation à quelques mètres de là, une voiture est stationnée. Je sonne, hésitante. Un instant plus tard, la porte s’ouvre sur une femme charmante d’une cinquantaine d’années. Je lui explique ma mésaventure et chaleureusement, elle m’invite à entrer.


La bâtisse est magnifique, j’avance vers le salon. Une invitée est installée dans un fauteuil imposant et boit l’apéritif. Toutes deux sont très belles et se prénomment Evelyne & Fanny. Amies d’enfance, elle se retrouvaient de temps en temps pour des soirées "entre filles »...L’ambiance est très cordiale et détendue. A partir de cet instant, je m’imagine soumise à la perversité de ces femmes et je commence à mouiller...

Evelyne explique ma mésaventure :

— " Cette Demoiselle a mis sa voiture dans le fossé, elle va rester un peu avec nous le temps que l’orage se calme et après on ira demander de l’aide au fermier. » "Vous voulez boire quelque chose?"

J’accepte sa proposition... Je défais donc mon imper dévoilant ma tenue afin de m’installer dans le canapé. Je sens mes tétons durcir et le tissus de mon string mouillé de ma cyprine. J’essaye de ne rien laisser paraitre de mon trouble.


Evelyne s’installe à ma droite, Fanny est en face de moi. Tout en discutant de banalités, je les vois mâter mes seins et mes jambes. J’apprends qu’Evelyne vit seule dans cette grande maison et répond que personne ne m’attend non plus. La profonde assise du fauteuil fait remonter ma robe, mais je ne fais rien pour la faire redescendre. Le tissus arrive maintenant à une hauteur presque indécente, cela m’excite... Dans un geste lascif, je prends mon verre sur la table basse, ne cachant rien de mon décolleté. Quand je relève les yeux, elles me sourient d’un air vicieux.

Elles savent ce que je veux : me faire défoncer comme une salope. Ces deux verres d’apéritif me font tourner la tête. Puis, semblant avoir entendu mon appel, Evelyne se rapproche de moi, se met tout près et commence à me caresser le bras, sa main descend vers ma cuisse. Ce contact m’électrise, me donne mal dans le bas ventre tellement je suis excitée. Elle s’adresse à Fanny :

-« Regarde comme elle aime mes caresses, elle n’a pas bougé depuis que j’ai posé la main sur elle ».

Fanny sourit d’un air entendu et s’adresse à moi :

-« Tu es une bonne petite chienne on l’a tout de suite remarqué et ce soir tu as trouvé tes maîtresses. Tu vas nous obéir »

Ces mots résonnent dans ma tête, oui ça y est je ne suis plus qu’une chienne et je vais enfin être traitée de la sorte.


"Lève toi et enlève ta robe."Je m’exécute. Je ne pense plus, à présent je ne fais qu’exécuter les ordres.

Fanny se lève, s’approche et se met à me tirer très fortement sur les tétons ce qui m’arrache un râle de plaisir. Ses mains sur mes seins effectuent une alternance de caresses, de pincements et de torsions. Pendant ce temps, Evelyne s’est déshabillée et vient se placer derrière moi. Elle tire sur mon bassin de façon à me faire cambrer le dos. Sa main s’abat violemment sur mes fesses. La douleur, la surprise et le plaisir me font pousser un cri très vite puni par une nouvelle correction.

La douleur est présente mais le plaisir et tel que je ne laisserai ma place à une autre pour rien au monde !

D’un geste brusque Evelyne me fait quitter mon string et me le présente devant ma bouche :

« Lèche ton jus! » Je passe ma langue sur le tissus.

D’une main,Fanny m’attrape à la gorge et de l’autre me tord le sein de façon à avoir une emprise totale sur moi. Elle me fait reculer et me balance sur le canapé.

Evelyne empoigne mes cheveux et m’ordonne de m’allonger les bras le long du corps.

"Tu vas nous faire jouir avec ta langue et tu vas avaler tout ce qu’on va te donner. »


Elle m’enjambe mon visage. Son sexe, entièrement épilée est trempé.

Elle s’assoit sur mon visage et commence à onduler son corps sur ma bouche. Je sors ma langue autant que possible de façon à pouvoir lécher son clito, son vagin et et son petit trou à chaque va & vient.

"Fanny, on a trouvé une vraie petite salope ce soir. Elle me lèche tellement bien qu’elle va bientôt me faire jouir"

Evelyne resserre les jambes et immobilise ma tête. Je ne peux plus respirer, mais je continue de m’appliquer : je contracte ma langue et essaie de l’insérer dans ses orifices.

Je suis récompensée par de longs jets de cyprine qui me coulent dans la bouche. J’avale tout, je ne veux pas en perdre une seule goutte.


Dans un dernier spasme, Evelyne se relève laissant la place à Fanny qui s’assoit brutalement sur moi. Son va & vient est plus rude, sa main glisse sous ma tête, elle m’empoigne les cheveux et me traite de bonne chienne soumise.

Evelyne ouvre mes cuisses et me donne des tapes sur le clito. Je suis sur le point de jouir quand je sens ses doigts entrer dans mon vagin :

« Mmmm, ça rentre tout seul…. Je suis sûre qu’il y a de la place pour une main par ici! Voyons voir ton cul maintenant ….. Il a l’air bien ouvert lui aussi….",

Elle m’introduit deux doigts dans l’anus et je jouis comme jamais, mon corps est secoué de spasmes, j’ai la tête qui tourne.

Elle ressort les doigts et vient plonger sa main dans ma chatte qui ne montre aucune résistance. Toutes les deux m’insultent de salope dépravée, de bonne chienne soumise. Sa main entre et sort de moi, me dilatant complètement. Puis c’est au tour de Fanny de me jouir dessus. J’avale également la totalité du nectar qui s’écoule de son con.

Elle se redresse légèrement et me gifle le visage.


Evelyne tente de m’introduire sa main souillée dans la bouche, je la nettoie le mieux possible.

« Tu nous as bien fait jouir, c’est très bien. Maintenant, tu vas nous servir de pissotières. Descend du canapé et mets toi à quatre pattes »

J’acquiesce et obéis. Evelyne, accompagnée de Fanny, me saisit par les cheveux et m’entraine dans la salle de bains.

« Va dans la baignoire »

Je suis à genoux. Fanny me rejoint et pose un pied sur le rebord de la baignoire. Elle me gifle à nouveau me demandant si j’aime qu’on me pisse dessus. Avant même de pouvoir répondre à ma maîtresse, un long jet d’urine chaude me coule sur le corps. Fanny attrape ma bouche et vient m’appuyer contre sa chatte :

« Avale petite salope » J’ouvre la bouche et boit sa pisse. Je n’aurais jamais imaginé me sentir aussi humiliée et aussi épanouie en même temps.


Je dégouline de pisse.

Evelyne prend ensuite la place de Fanny et m’ordonne de m’allonger dans la baignoire. Elle m’enjambe et commence à uriner tout en effectuant des vas & viens; je reçois son jet chaud partout sur mon corps. Puis elle remonte vers mon visage. Je sais ce que ma maîtresse veut de moi, alors j’ouvre la bouche et m’applique à avaler le plus possible. Evelyne est ravie.


Je m’assois, Fanny vient me caresser la tête tout en me parlant doucement à l’oreille :

« Tu vas prendre un bon bain et te relaxer. De notre côté on s’occupe de la suite de la soirée : nous avons quelques amis qui seraient enchantés de faire ta connaissance ! »



C’est ma première tentative merci de vos avis ! Souhaitez vous la suite?

Diffuse en direct !
Regarder son live