Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 489 fois
  • 6 J'aime
  • 0 Commentaire

elle cachait bien son jeu

Chapitre 9

Inceste

Nous allons à la cuisine reprendre des forces avec une collation. Ma mère se réveilla vers 18h, monta l’escalier et alla prendre une douche avant de nous rejoindre. Elle se servit un café et semblait pensive, et elle était drapée dans son peignoir de bains. Annie lui demanda :

« bien dormi ma chérie ? »

Marie ne répondit rien, alors je poursuivais :

« oui elle a du bien dormir… et récupérer ! »

Il y eut quelques rires, et Annie s’approcha d’elle en disant :

« maintenant que tu es toute propre comme un sou neuf, si on reprenait là où on en était resté ? hein ma jolie ? »

En parlant elle avait tiré sur la ceinture de son peignoir et elle l’avait libéré, la faisant apparaître nue et offerte à nos regards. Marie lui dit :

« non s’il te plait ! partez et laissez moi !!! vous allez me crever !!! »

« oui ! et c’est ce qu’on veut ma toute belle ! te défoncer jusqu’à ce que tu n’en puisses plus de plaisir ! et ne t’inquiète pas, nous avons prévu quelques surprises dans les jours à venir !!! »

Annie lui pelotait les seins, puis l’embrassa fougueusement. Je m’approchais pour participer à leur étreinte, caressant moi aussi la poitrine opulente. Puis je m’asseyais sur la table et dis à Marie :

« viens là ! viens me sucer !!! t’es une experte !!! »

Elle s’approcha et m’engloutit, tandis que derrière elle, Annie et Fred lui agaçait la chatte et le cul. Christian s’approchait et tandis que je dégustais une fellation plus que géniale, ma mère prit le sexe dans une main et le branlait lentement. Je dis alors :

« viens maintenant et branle moi entre tes gros seins !!! tes gros nibards de cochonne !!! »

Elle mit ses loches à cheval sur ma bite et me masturbait ainsi, les serrant sur moi. Christian se plaça derrière elle et glissa dans sa fente mouillée que les 2 filles tenaient écartée. Marie gémissait tout en allant et venant sur moi. Je me libérais sur elle, déchargeant mon sperme en longs jets sur ses globes. Elle fut recouverte de ma semence, puis elle se redressa mais je la tenais près de moi :

« attends ça n’est pas fini ! »

Elle me regardait tout en bougeant sous les coups de queue qu’elle recevait et je dis :

« tiens ! reçoit la suite ma salope !!!

Mon urine l’arrosa et elle ne bougeait plus, tandis qu’Annie et Fred applaudissaient. Je poursuivis :

« Jute lui dedans et arrose-la toi aussi ! »

Christian déchargea son foutre en elle dans un râle et la vulve de Marie déborda sur ses cuisses. Puis il se dégagea et lui pissa sur les fesses. Annie dit alors :

« ça c’est une excellente idée ! les garçons, à chaque fois que vous éjaculez, vous lui pisserez dessus !!! et toi ma cochonne, interdiction de te laver ou de t’essuyer !!! »

Nous rejoignons la chambre et je m’installe sur le dos, et Annie dit :

« allez ma chérie ! va te mettre sur lui !!! prend le dans ta chatte encore trempée !!! »

Ma mère répondit :

« attend s’il te plait ! laisse moi un moment pour récupérer !!! »

Annie lui mit des gifles sur les seins, laissant des traces roses :

« tu dois obéir à chacune de nos volontés ! tu fais ce que bon nous semble sans discuter !!! »

Marie s’exécuta et vint s’empaler à nouveau sur ma queue dressée et impatiente. Annie lui présenta le gode devant la bouche et dit :

« viens Fred ! elle va nous sucer, elle adore ça ! et toi Christian, son cul est à ta disposition !!! »

Il présenta son gland devant le petit trou et le pénétra tout au fond. Ma mère prenait tour à tour les godes dans la bouche. Les coups de Christian dans son cul faisaient bouger nos corps en cadence. Planté dans son fion, il la limait avec lenteur, comme s’il voulait faire durer le plaisir. Je sentais qu’il ressortait pour la replanter tout au fond, et elle râlait sous les assauts, perforée par devant également. Chaque mouvement de bassin faisait bouger nos 2 verges dans ses trous. Elle s’agrippait aux 2 godes, un dans chaque main, les suçant tour à tour. Annie dit alors :

« t’es qu’un sac à bites ma jolie ! tu es bonne qu’à te faire ramoner dans tout les sens ! on va te défoncer tes trous ! te faire hurler de plaisir et t’exploser ton derche de salope !!! »

Fred lui pistonnait l’arrière train, et elle donnait des coups sur moi de plus en plus violents, et je sentais ma bite qui touchait le fond de sa cavité. Accrochée aux godes, elle gémissait, les yeux fermés et les seins gonflés et durs. J’empoignais ses obus pour les malaxer, les triturer et les téter. Écartelée, elle râlait sous nos assauts, jouissant de plus en plus fort, et ses orgasmes semblaient de plus en plus proches. J’avais déjà jouis 3 fois, ainsi que Christian, ce qui nous donnait de l’endurance. Ma mère elle subissait sans broncher, criant à présent son plaisir. Annie dit alors :

« on va changer de place ! Fred tu veut t’occuper d’elle par où ? »

« j’ai envie de prendre la place de mon homme ! »

Annie s’allongea à côté de moi et fit venir Marie sur elle, et celle ci s’enfila sur le gode luisant de salive. Fred quant à elle se présenta devant son petit trou et pénétra jusqu’au fond. Marie eut un râle en sentant ses 2 godes en elle. Christian et moi approchons d’elle, présentant nos verges gonflées et impatientes. Elle les prit en main, allant et venant lentement sur nos bites dressées, suçant l’une puis l’autre, prenant un gland entre ses lèvres, puis avalant l’autre chibre jusqu’au bout. Fred lui limait le cul avec force, et ma mère était perforée par tous les trous. Annie lui avait prit les seins et les malaxait, puis les suçait et les tétait avec gourmandise. Marie bougeait dans tous les sens, et elle semblait s’agripper à nos chibres comme à une branche. Fred se dégagea lentement et se replongea bien au fond. Ma mère criait :

« ahhhhhhhhh !!! vous êtes en train de me tuer !!! arrêtez !!! AAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !!!!!!!! »

Fred avait accentué ses coups de gode et Annie dit alors :

« vas y hurle ! on sait que t’aimes la bite ma chérie, alors on ne va pas t’en priver !!! je suis sure que t’as jamais été baisée comme ça !!! »

Fred donnait maintenant de grands coups de reins et reprit :

« c’est clair qu’elle aime ça cette salope !!! tiens prend ça dans ton cul ma cochonne ! dans ton gros cul de grosse truie !!! »

Marie criait, et elle nous suçait à tour de rôle. Je sentais que j’allais venir:

« ouiii ! continue !!! je vais tout lâcher !!! ouiiiii »

Ma verge tressauta et gicla 6 longs jets de sperme chauds sur son visage et sur sa bouche, et Christian se libéra également juste après moi. A nous 2 on avait recouvert son visage et elle avait jouit bon nombre de fois. Fred la libéra et elle se coucha sur le lit, ruisselante de nos foutres. Annie avait le gode dégoulinant de mouille. Marie s’endormit ainsi, les 3 orifices trempés et béants. Nous allons prendre une douche et dormir. Fred et Christian dans une chambre et Annie et moi dans une autre. Avant de nous séparer, Annie dit :

« dormez bien mes chéris ! la journée de demain risque d’être mouvementée !»

Diffuse en direct !
Regarder son live