Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 607 fois
  • 81 J'aime
  • 0 Commentaire

Elle découvre l'amour avec son fils et le prend par voie anale

Chapitre 2

Inceste

Nous savions que Claude était censé de nous rejoindre pour le déjeuner autour de midi. Il était environ 11h30, ce qui signifiait que nous avions environ une demi-heure jusqu’à ce que nous attendions de lui montrer et de le surprendre notre relation entre fille. Bien sûr, nous avons dû nous assurer que nous étions au milieu de quelque chose au moment où il traversait la porte, donc je suppose que nous devions nous mettre au travail.


Je laisse Jennifer prendre les devants une fois de plus, suivre simplement ce qu’elle voulait faire,comme elle me prit par la main et m’a amené à m’asseoir sur le sofa. Le toucher de sa main était doux, mais alléchant et j’ai senti un fourmillement d’anticipation alors que j’étais assise à côté d’elle et elle posa sa main sur mon genou et a commencé à frotter et à me caresser à travers mes bas noir.


"Alison, tu sais que j’ai toujours pensé que tu étais vraiment belle»,

dit Jennifer, en me regardant droit dans les yeux: «tu est absolument magnifique."


«Eh bien, Jennifer, je crois que tu es belle aussi»

répondis-je en me sentant comme une jeune fille et tremblante comme je ne l’avais pas fait depuis des décennies,

" Je pense que toute mère aurait plaisir de vous avoir comme belle-fille. "


"Et je pense que tout homme ou femme ... serait ravie de vous avoir comme un amant, sourit-elle, son joli visage à quelques centimètres du mien.


Jennifer a atteint le bord de mes lèvres,ses yeux dans mes yeux. Elle se pencha sur moi et a planté un tendre et doux baiser sur mes lèvres. Pendant une seconde, je sentais la douceur de jeune fille contre la mienne .

C’était la première fois que j’embrassai une femme et je me sentais bien. C’était comme embrasser un gars seule différence, tendre plus tendre, plus doux et plus encore. C’était la première fois que j’embrassai une femme, mais je commençai à sentir que je ne voulais pas qu’elle soit la dernière.


Le second baiser, je pris l’initiative. Je l’ai tirée vers moi et serrai mes lèvres douces sur les sienne. Cette fois, le doux baiser a duré plus longtemps et quand Jennifer passa sa langue autour de nos lèvres, je ne fut que trop disposée à ouvrir et à me laisser aller. Je sentais mon corps se détendre et répondre aux attouchements de Jennifer: comme sa langue explore ma bouche. Je me sentais céder complètement.


Sa main frotte ma cuisse le long de mes bas et remonte sous ma jupe pour atteindre la peau nue exposée que mes jarretelles emprisonne. Juste un toucher plumeuses a suffi pour me rendre aussi excitée que le début des préliminaires. Mes mains ont commencé à tirer sur son chandail serré, ce qui permet de combler une partie du désir en moi, de prendre la relève de l’un de mes rationnels doutes, des doutes raisonnables. Je voulais voir mon fils, sa petite amie, leurs corps nu et exposé devant moi.


Arrêtant momentanément de nos baisers, j’ai relever le chandail par dessus la tête de Jennifer, à regarder ses cheveux se remettre en place. Elle me sourit pendant que je courais mes yeux vers le bas de ses lèvres sexy à la poitrine maintenant exposée. Elle ne portais pas de soutien-gorge et en prenant son pull elle a révélé ses seins dans toute leur splendeur. Ils étaient un peu plus petit que les miens, mais parfaitement formés, petits et ronds et dans la fleur de sa jeunesse, alors que les miens propres commençaient à montrer des signes, c’est vrai que mon corps avait deux fois l’âge de cette jeunesse.


"Wow, j’ai le souffle coupé,"superbe. "


"Merci, Aline, me sourit-elle," Vous voulez voir de plus près?


Je les touchais, ils étaient doux et malléable, mais ses petits bouts étaient déjà dur. J’aime jouer avec mes propres seins pendant que je me fait jouir, mais le faire à une autre femme, plus jeune, le corps plus jolie que le mien me donne un plaisir encore plus grand, d’autant que j’ai vu l’expression du plaisir sur les lèvres de Jennifer.


Elle me saisit la tête et me dirigea sur sa poitrine, j’étais tout contre ses seins sans faille les caressants dans le creux de mes mains. Je savais ce qu’elle voulait me faire faire et est heureuse de rendre service. J’amenais un sein vers ma bouche et j’embrassai sa peau chaude. Ma langue tendue et j’ai commencé à lécher le contour de son mamelon pointu, à la faire gémir de plaisir.


"Mmmm, Aline, que sait bon, soupirait-elle," es tu sûr que tu n’a jamais été avec une femme avant? Le toucher de tes mains et de la langue me font du bien,tu sais exactement ce que tu fais. "


"Non, je n’aurais jamais pensé," je l’admets, comme je la lèche et embrasse ses deux globes ronds.

«Mais ça fait du bien, je me sens bien, comme je suis une femme je connais beaucoup plus instinctivement ce qu’il te plaît. "


Comme je continuais à lécher les seins de ma future belle-fille, la jeune femme ne tarde pas à déchirer les boutons de mon chemisier serré, de l’ouvrir pour atteindre ma propre poitrine: des gros seins plus âgés. Je lui ai permis de glisser ma blouse et jette la de côté tout comme son chandail pour révéler le soutien-gorge pourpre que je portais pour soutenir mes gros seins.


«Oh, Aline!" dit Jennifer le souffle coupé: «J’ai toujours aimé et envié tes beaux seins. Si gros et savoureux! Maintenant, que tu t’es occuper de mes seins, laisse moi m’occuper des tiens!"


Elle me repoussa ,j’ai instinctivement renverser ma tête et mon dos voûté pour améliorer l’aspect de mes courbes, pousser ma poitrine vers le haut et hors d’elle. Avec empressement, elle se pencha sur moi et ma tiré les seins des confins de ma lingerie en dentelle, laissant le soutien-gorge, mais en tirant les bonnets loin de ma chair de la poitrine pour voir de plus près ma chair nue, les seins même où son petit ami avait plusieurs fois allaité.


Jennifer se pencha au plus loin dans mon décolleté impressionnant et a commencé à faire tout ce que j’ai fait avec elle, ventouses et de caresser mes seins avec ses grandes mains et embrassant et léchant la chair tremblante exposée, la succion de mes tétons jusqu’à ce qu’ils soient presque aussi dur que les siens, et généralement en utilisant ses mains pour tous les types de jeu qui m’a donné assez d’étourdissement.


Ma première expérience sexuelle avec une femme était une telle nouveauté, et Jennifer était si belle et une amante tendre encore au cours de ses préliminaires, que je me sentais plus allumée que je pouvais me souvenir dans un temps lointain. Sous ma petite jupe, je portais toujours le gode-ceinture et ma chatte humide se frotte contre la sangle qui passe entre mes jambes fine pendant que Jennifer me lèche les seins.


"Mmmm, oh oui Jennifer, c’est si bon, je soupire.


Je n’avais pas oublié la raison pour laquelle ce que je faisais avec ma future belle-fille, et pourquoi elle me donnait un tel plaisir à me lécher les seins. Toutefois, j’ai aussi voulue profiter de l’instant et je voulais continuer aussi longtemps que possible. Par conséquent, vous pouvez imaginer le mélange de sentiments et d’émotions qui se précipite à travers moi en entendant une clé dans la porte et du bruit dans le couloir qui signifiait que Claude était rentrer


Jennifer a aussi entendu le bruit de la porte mais n’arrête pas ce qu’elle faisait, le cas échéant, sa bouche se déplace plus profondément sur mes seins, sa main libre pris mon sein et le frotte contre sa propre poitrine, en nous rendant à la fois plus forte que le soupir ce transporte hors de la salle de séjour dont la porte est rester ouverte. Mon corps tendu et mon cœur ne fait que battre, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être incroyablement excitée. Même avec mon fils qui est sur le point d’entrer dans le séjour, je ne voulais pas que sa petite amie arrête les baisers et les caresses sur mes seins.


J’étais tellement tendue par anticipation dans ce qui pourrait arriver ensuite que j’étais probablement aussi muette comme Claude quand il a vu sa mère et la moitié copine nue et enfermée dans une étreinte passionnée. Cela, bien sûr, seulement contribué à renforcer la notion que nous avons été surprises est découvertes. Je me suis assis là, mes seins toujours prisonnier des mains de Jenny.

Claude reste à l’entré du séjour, à regarder la bouche ouverte.


"Jennifer ????? C’est quoi le ...?!"

il eut le souffle coupé, incapable d’exprimer tout ce qui se passait dans sa tête à ce moment,

"Maman!!!????


Je ne savais pas quoi dire ou comment allait se poursuivre cette journée. Tout à coup, j’étais complètement paniquée. J’avais été aussi emportée par l’acuité de Jennifer, son désir, ce qui était visiblement un de ses fantasmes, que j’avais été aveugle au résultat d’une catastrophe qui pourrait arriver. Je ne voulais pas briser complètement la vie amoureuse de mon fils et mon propre mariage, et d’être démasquée en tant que lesbienne, que j’étais plus très sûr que je n’étais pas, du moins pas complètement. Heureusement pour nous tous, Jennifer était encore totalement concentrée sur son plan et est resté calme et confiant.


" Salut Claude, je regrette que tu arrive déjà, on avais pas prévu que tu vienne si tôt», elle sourit, levant les yeux de mes seins pour tirer son attention à mon fils: «Comme tu peut le voir, moi, ta maman a commencé la partie sans toi."


"Quoi???" Claude était atterré: «Je ne comprends pas, ce qui se passe?"


Tout au long de cette conversation, Jennifer s’est tourné vers le visage de mon fils, mais a gardé son bras autour de moi, nos deux torses nus et aux seins nus exposés directement pointés sur lui, nos jupes cachait encore le secret. Comme elle parlait d’une manière à la fois raisonnable et pourtant séduisante, elle a continué à se caresser et me caresser, me donnant parfois un doux baiser comme pour amadoué mon fils, son petit ami à nous rejoindre

"Tu sais que ta maman est magnifique chéri, dit elle en souriant, en nous regardant à la fois lui et moi, « Elle est tellement belle,si séduisante quand elle était habillée que je n’ai pas pu m’en empêcher. Nous avons juste commencé et une chose en a mené à une autre. J’imagine que nous étions dans une telle excitation que nous venons de perdre la trace de la réalité. "


«Mais, Jennifer, tu es ma femme .... et ... et c’est ma mère", a déclaré Claude, qui a toujours du mal à comprendre.


"Oui, chérie, je sais, mais j’ai d’autres besoins et des fantasmes aussi, tout comme toi. Et je tiens parfois à les réaliser,," a expliqué Jennifer

«Viens, je sais que tu aime regarder deux femmes ensemble, tu me l’a dit tu aimerai me voir faire l’amour avec une autre femme. "


"Ouais, bien, mais ... ma maman?"


"Désoler, je ne peux pas le nier. Je ne pouvais pas m’en empêcher. Elle est la femme que je veux si je pouvais choisir je n’en prendrais aucune autre . Avoue le, tu vois qu’elle est sexy. Il suffit de regarder les beaux seins et la lingerie sexy qu’elle porte. "


"Oui, je suis d’accord", a déclaré Claude, avec une bouffée de chaleur et rouge de confusion mais le regard droit sur mes seins exposés et tandis que Jennifer a la main sur eux ", je sais que ta maman a chaud et je pense qu’il est assez sexy regardant les deux ensemble."


"Tu ne vas pas te contenter de regarder», dit Jennifer, avec les yeux brillants, "tu peux venir nous rejoindre."


Hésitant, Claude traversa la pièce à l’endroit où nous étions assis sur le canapé. Il ne regardait pas du tout sûr de lui, mais il est venu quand même. Quand il fût debout devant nous, Jennifer a attiré son attention loin de moi et se tenait près de lui. Elle a commencé à l’embrasser et le caressant comme elle me l’avait fait, laissant sa langue qui avait été récemment au cœur de ma bouche explorer sa bouche. Comme elle ma l’a fait, elle a arraché sa chemise et a pris ses mains et les poses sur son corps jusqu’à ce qu’elle puisse dégrafer sont pantalon pour le laisser tomber au sol aussi.


Mon fils se tenait devant moi et sa copine seulement en sous-vêtements comme elle l’embrassai et léchai sa poitrine en passant ses mains sur son entrejambe où une légère érection était déjà visible dans son boxer. Elle lécha ses lèvres et glissa ses doigts dans la ceinture du boxers et le fit glissé le long de ses jambes, ce qui permit à sa bite de jaillir.


«Là, regarde,ta bite est plus honnête et plus désireuse que toi," taquine Jenny «Il nous dit comment tu aime voir ta petite amie et ta maman ensemble et comment tu désire ta propre mère!"


"No. .. non ... ce n’est pas ça", bégayait Claude , "c’est,,,,juste."


"Ne t’inquiète pas, je ne le dirai pas," Jennifer lui fait clin d’œil , "Que dirais tu de donner à ta mère un baiser pour montrer que cela ne te dérange pas, "elle et moi ensemble."

Diffuse en direct !
Regarder son live