Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 10 044 fois
  • 107 J'aime
  • 6 Commentaires

elle m'énerve

Chapitre unique

Hétéro

Bonjour à vous.


Vous connaissez ma femme ? Non ? Seriez-vous un des rares hommes à ne pas l’avoir encore connue charnellement ? Vous ne savez pas ce que vous ratez.

Alors elle a 45 ans. Un cul à damner un saint et un corps très bien conservé. Ce qui va attirer votre attention, c’est sa bouche. Une bouche de suceuse de bites. Des lèvres pas trop pulpeuses mais bien dessinées, bien charnues. Et puis une fois que vous aurez regardé ses lèvres, vous remonterez le regard vers le sien et là vous êtes foutus.

Après un verre, on peut lire carrément « baises-moi » dans son regard envoûtant.

La nuit dernière, elle m’a avoué sa dernière aventure. Elle est comme cela ma femme, il faut qu’elle se balade mais elle culpabilise et ne peut s’empêcher de venir quémander mon pardon.

Mais cette fois-ci, je ne sais pas, peut-être que je deviens plus sûr de moi, plus expressif, toujours est-il que cela ne s’est pas passé comme d’habitude.

Que je vous raconte.


Putain tu me fais chier à aller courir comme une chienne en chaleur et chercher la première bite qui se dresse pour te satisfaire.

Je vais te baiser là, maintenant, à l’instant et tu ne vas rien refuser. Je ne sais si cela te calmera un peu mais en tout cas, cela me permettra de libérer ma colère.


Sans plus attendre, je me déshabille, intégralement. Elle, je lui arrache la culotte et lui sors les seins du soutif. C’est tout.

Pas de tendresse, pas de préliminaire. Je la jette sur le lit, sur le dos et m’avachis sur elle, lui saisis une jambe pour bien l’écarter, prends ma queue bien raide et la dirige vers sa chatte.

Le gland écarte les lèvres. Le passage est encore sec et je dois forcer pour m’enfoncer. Mais je la connais cette pute, cela ne va pas durer.

Plus pour éviter de me faire mal que de la déchirer, je fais quelques pettits allers-retours. Elle mouille déjà la salope et tout va s’ouvrir dans quelques secondes.

Voilà je m’enfonce en elle. Elle soupire de plaisir et commence même à gémir. Je ne veux pas l’entendre, du coup je lui mets un baillon.


Tu es mon trou, mon instrument de plaisir. Je vais prendre mon pied, te lutiner plus ou moins longuement selon ma seule envie.


Je la baise. Mes mains pelotent ses seins, mes doigts pincent violemment les tétons. Mes ongles glissent et griffent ses fesses à chaque fois que je m’enfonce férocement. De rage, je la mords aussi, en évitant quand même les tétons, par prudence.

Je me redresse et la pénètre. Mes mains passent sous ses fesses et ce sont mes 10 ongles qui s’enfoncent profondément dans ses globes charnus. Mon sexe va et vient assez sauvagement.

Elle n’arrête pas de bouger. Son vagin est grand ouvert et lubrifié. Je ne capte pas son regard, je m’en fous. Je suis concentré sur ma queue qui a envie de cracher, de se répandre.


Petite pause car je sors de maladie et mon rythme cardiaque est assez élevé.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Retournes-toi sur le ventre petite salope, écarte bien les cuisses et lève ton cul pour me l’offrir.


Elle obéit avec empressement. Je la fesse à pleine main une fois, deux fois, trois fois. En même temps, mon autre main, trois doigts du moins, s’enfonce dans son con baveux et la branle.


Tu es mon objet, tu es mon instrument de plaisir. Je ne veux plus que tu ailles chercher une bite ailleurs.


Mes doigts s’enfoncent et la font crier de plaisir. L’oriculaire est passé et maintenant le pouce est en train de pousser lui aussi pour un global fist fucking.

Hum, ma main coulisse en elle. J’ouvre les doigts et caresse les parois, appuie sur son point g et la fais décoller rapidement. Mais je m’arrête, je retire ma main. Je refuse qu’elle jouisse.

Je veux juste prendre mon pied.


Quelle pute elle fait dans cette position. Son con est grand ouvert, luisant de mouille qui dégouline le long de ses cuisses. Je l’entends derrière son baîllon gémir et me quémander de la prendre encore.

Ses mains essaient de m’attraper pour que je l’enfile.

Je me mets donc derrière elle, en position canine, lui grimpe sur le dos et m’enfonce.


Bouge pas ma chienne, ton conduit est tellement trempé que je risque de t’enculer à sec si tu te m’es dans une mauvaise position.


Là elle a peur. Car même si mon sexe n’est pas gros, elle ne pratique pas assez souvent pour que cela passe sans douleur.

Je la prends donc par derrière, lui tenant les hanches et continuant à la fesser fortement. Ses globes sont rouges de mes claques. Puis je lui prends une masse de cheveux et tire sa tête en arrière. Deux doigts pénètrent sa bouche et mon autre main fait faire des mouvements de vas et viens à sa tête pour qu’elle leur fasse une belle fellation.


Mets bien ta langue, je veux sentir tes talents de bouffeuse de queue.


Mon petit final préféré. Je me mets sur les pieds et lui pousse la tête dans l’oreiller. Elle est toujours à quatre pattes, le cul en l’air, plus offerte que jamais. Cela me rappelle mes souvenirs d’enfance lorsque j’ai vu « la guerre du feu ».

Je la besogne profondément, me laissant retomber de tout mon poids. En même temps, je l’encule avec deux doigts. J’aime sentir son vagin se rétrécir. Mes doigts sortent et entrent en alternance avec ma queue, chacun son trou. Je place un troisième doigt et elle hurle maintenant.


Je vais jouir. Je veux te souiller, tourne la tête.


Mon sperme jaillit. Je sors de son sexe et les premiers jets retombent sur son dos, puis dans ses cheveux et enfin sur sa joue. Je me lève au-dessus d’elle et presse ma bite, afin que les dernières gouttes tombent sur ses lèvres.


Je pars, je vais prendre une douche.

Diffuse en direct !
Regarder son live