Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 400 fois
  • 8 J'aime
  • 7 Commentaires

Elle se fait aussi naiser par un homme

Chapitre 1

Lesbienne

Ses bras se sont détendus brutalement pour me repousser. Son regard de glace me tenait à distance. Je me suis assise près d’elle, mais dans l’espace qu’elle avait d’emblée imposé entre nous. Pour lui tenir compagnie. Ça a duré. Duré. Duré. Et puis ses genoux se sont mis à trembler et elle a fini par crier :

Non, ne me touche pas.

Je ne l’avais pas atteinte, je la regardais simplement. Elle ne pleurait plus. Nous étions dans cette pièce étrangère comme perdues. Pourquoi ces refus alors qu’elle avait demandé tout ce que je nous avions fait avant.

J’ai réalisé que nous venions de faire la chose la plus important pour elle, pour moi aussi : nous avions satisfaits nos envies, moi de l’avoir contre mon corps, elle de sentir mes mains, ma bouche. Son orgasme l’a emportée vers les paradis des plaisirs pour sa première fois avec moi.

Ce n’était pas pourtant les premiers frissons, puisqu’elle avait passé une nuit entière avec un autre : Charles. Elle me l’avait avoué en rougissant un peu. Et que m’importais qu’elle couche avec un homme. Au fond elle pouvait connaître ainsi les autres façons de prendre du plaisir.

Je sentais sur ma langue les restes de sa nuit avec notre ami commun. Bien sur le goût de sa chatte était un peu différent. Qu’importe, c’est elle que je léchais. Pour trouver le sperme de l’autre il aurait fallut que ma langue soit celle d’un serpent pour me faufiler au fond de sa féminité.

Je ne restais pas la tête entre ses jambes trop longtemps : j’étais mal installée ainsi. Mes doigts remplaçaient la langue qui essuierait la cyprine sur mes lèvres. Je les faisais glisser dans sa fente très mouillée. Elle aimait ça au point de gémir comme si je la torturais.

Si elle voulait du plaisir j’en voulais aussi. Je prenais sa main pour la mettre sur mon bas ventre. Je croyais même qu’elle ne le voulait pas. Le soulagement était en moi quand enfin elle se décidait à me masturber. Ses doigts courraient entre mes jambes, me faisant gémir moi aussi. Quand elle m’a embrassé, j’ai cru défaillir. Son premier baiser à une autre fille. Sa langue dans ma bouche me donnait encore plus de frissons. Mes seins gonflaient trop ; j’avais mal aux tétons.

Je passais mes doigts partout sur son clitoris, bien sur, surtout vers le bas, vers son anus. Je découvrais son bijou comme une rareté. Il était légèrement plissé, bordé de très fins poils. J’entrais dans le vagin à la recherche de sa liqueur. Lentement l’index et le majeur allaient dans son intérieur. Elle se laissait faire quand j’entamais un va-et-vient qu’elle ignorait à cet endroit. Elle écartait les jambes comme si j’allais la baiser avec une queue.

J’ai pu me tourner sur elle. Je lui donnais ma chatte en entier. Sans que je le lui dise, elle a posé sa langue sur moi. Je la sentais bien quand elle a commencé à lécher. Un peu de salive venait sur moi. J’encadrais son visage avec mes cuisses. Ses cheveux m’excitaient quand ils venaient sur l’entrejambe. Mes mains prenaient sa tête comme pour la diriger alors qu’elle savait bien ce qu’elle faisait.

Nous avons partagé un premier orgasme, suivit d’un repos pas très long. C’est elle qui sans que je le demande a recommencé un merveilleux cunnilingus. Son nez, écrasé vers le cul me donnait de furieuses envies de me faire mettre par là. J’allais lui demander de m’enculer quand elle posait un doigt pile là où je l’attendais. Elle l’a entré comme ça, à sec. J’ai eu un hoquet de douleur avant de sentir le vrai plaisir arriver.

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin. Je recommençais à la caresser surtout les seins. Ils était devenus lourds pendant la première partie, je ne sais pourquoi. Les tétons dans mes lèvres grossissaient comme happés par une abeille. Je la tétais avec mes lèvres, je la léchais avec ma langue. Elle caressait ma tête comme elle le ferait avec un chat en me tenant par le cou. J’étais libre de la masturber encore. J’allais lui faire encore plein de chose quand il est arrivé.

Oui, il es venu Charles, mon amant, notre amant. Il ne devait surtout pas venir, juste quand je baisais avec une copine. Déjà nu à mes cotés, il montrait sa queue trop grosse pour une fille comme elle que je pensais fragile. Elle le regardais effrayée par la queue. Elle était bien enflée, avec des mouvements vers le haut, le gland presque sorti du prépuce.

Charles voulait nous baiser. Je mouillais de le voir, ma main toujours sur la chatte montrait bien qu’elle aussi la voulait. Je me suis mise sous elle, ma tête entre ses jambes, ma langue que sa chatte. Elle gardait les cuisses bien écartées, je dirigeais la bite vers l’autre orifice. Il était un peu sec à mon goût, j’y mettais ma salive en guise de cyprine. Je faisais descendre le prépuce, je caressais à peine le gland.

Il me semblait sentir le plaisir de la sodomie quand il entrait lentement. Le cul s’ouvrait seul sous la pression. Il prenait la forme du la pine. La queue avançait lentement, elle gémissait toujours. Je voyais les couilles arriver vers les fesses.

Je fermais les yeux en jouissant, en perdant un peu du spectacle d’une belle sodomie. Et vers la fin, la bite est sorti pour cracher. J’ai eu juste le temps de la prendre dans ma bouche. Je récoltais le sperme encore chaud.

C’est ensuite, quand Charles est parti qu’elle s’est mise dans son coin comme pour bouder

Diffuse en direct !
Regarder son live