Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 495 fois
  • 183 J'aime
  • 4 Commentaires

Elle voulait... plus...

Chapitre 1

Hétéro

Contrairement à toutes les aventures que j’avais vécues jusqu’à présent, celle que je vis avec Virginie sort de l’ordinaire.

Nous nous étions rencontrés lors des échanges de vœux de la société dans laquelle nous travaillons dans deux services dont le personnel n’est pas censé se croiser... En effet, je travaille sur la plateforme logistique alors que Virginie est employée au service de la direction du personnel, et en plus sur des sites différents...

Le directeur de l’entreprise avait fait ça bien... Il avait réservé les salons d’un grand hôtel sur la plateforme aéroportuaire de Roissy et tous ceux qui n’étaient pas retenus par le travail étaient conviés à cette fête... C’était une première dans l’entreprise... La mutation d’un nouveau directeur au cours de l’été précédent avait amené son lot de changements et c’était très bien...


J’avais brièvement bavardé avec les responsables de la plateforme logistique (c’était l’occasion où jamais de faire passer un message...) puis j’avais fait le tour des personnes que je connaissais de vue jusqu’à ce que je rencontre deux femmes que j’avais remarquées dans la foule des convives...

Je connaissais assez bien Angelina (une Sud-Américaine venue depuis trois ans de l’agence de Rio de Janeiro) qui parfois venait superviser certaines expéditions sensibles vers l’Amérique du Sud, par contre, je n’avais jamais vu la femme qui l‘accompagnait et qu’elle me présenta aussitôt : Virginie... sa collègue qui devait la remplacer au cours de l’été... En effet, elle a ajouté qu’elle devait rentrer au Brésil pour prendre la responsabilité de l’agence sud-américaine...


Nous sommes restés à bavarder un certain temps puis nous nous sommes séparés... je les avais invitées à un dîner au restaurant un soir proche...


Passons sur la description d’Angelina, une bien jolie femme très typée ‘’ Latina ’’, grande avec une chevelure noire de geai et des formes appétissantes, Virginie était tout son contraire... à près de quarante ans, elle avait conservé une silhouette de jeune fille, svelte, avec des formes que je jugeai menues (je les ai découvertes bien plus tard...), de longs cheveux blond cendré le plus souvent remontés en un chignon strict, des yeux pers et un nez petit comme sa bouche aux lèvres fines, mais bien dessinées. Elle était assez grande, mais toujours perchée sur de talons d’au moins dix centimètres qui la mettaient à la hauteur de la plupart des hommes de l’entreprise...


Après la première soirée au restaurant en compagnie d’Angelina, j’ai revu plusieurs fois Virginie pour des sorties ‘’ cinéma – musée – concerts ‘’ et restaurant avant ou après. Je lui faisais une cours discrète au début, mais au fur et à mesure de plus en plus pressante... Non que je sois un tombeur, les femmes ne me résistaient pas au-delà de la troisième soirée... et certaines partageaient mon lit pendant quelque temps... On ne s’était rien promis : donc nous étions libres de mettre fin à ces liaisons...


Le mois des vacances d’été approchait, c’est ainsi que j’ai posé la question à Virginie : qu’avait-elle envisagé pour les congés...

Comme d’habitude, elle recevait pour quinze jours ses enfants qui vivaient au Canada avec leur père... Elle ne s’était jamais habituée aux hivers longs et rigoureux et aux incartades de mon ex-mari... Elle n’avait aucun projet...

Suivant ma bonne habitude, j’avais réservé un studio en bord de mer pour la seconde quinzaine d’août... Certes, ce n’était pas la période idéale, mais l’activité de la boîte tournait au ralenti à cette période et il fallait en profiter... Accepterait-elle de m’accompagner ??? Je précisai ‘’ en tout bien tout honneur ‘’ !!!


Virginie accepta et en nous relayant pour la conduite, nous fîmes le trajet depuis le nord de Paris jusqu’au bassin d’Arcachon avec ma voiture... Pour le voyage, Virginie avait revêtu un bermuda de couleurs vert pâle et un haut assorti assez fermé... Elle avait troqué ses talons pour des sandalettes, mais elle restait bien jolie et je lui en fis le compliment.


L’installation a été rapide grâce à la personne de l’agence de location... il est vrai qu’un hébergement de vacances, c’est souvent assez spartiate. J’offris à Virginie d’occuper la chambre alors que je coucherais sur le divan de la salle de séjour... Cela lui convenait tout à fait... et la première nuit se déroula sans qu’il se passe quelque chose de notable...


Lorsque nous nous sommes préparés pour aller sur la plage, Virginie m’est apparue avec un très joli maillot de bain qui mettait en valeur ses formes menues et ses longues jambes. La plage de l’océan nous accueillit à marée montante, ce qui était parfait, car nous n’avions pas la crainte d’être entraînés au large comme cela arrive trop souvent... Farniente et bain de soleil... Je jetais de temps à autre un regard sur ma compagne et je la trouvais bien jolie : j’avais envie d’elle... mais comment faire ???


C’est après le repas du soir pris dans un restaurant de plage que tout est arrivé...

Virginie était passée dans la chambre d’où elle était ressortie quelque temps après vêtue (si on peut dire) d’un magnifique maillot de bain deux pièces dont elle maintenait le soutien-gorge plaqué sur ses seins...


— Je n’arrive pas à accrocher le soutien-gorge... Peux-tu m’aider ???


C’était un piège, car elle aurait pu l’agrafer devant et le tourner ensuite...


— Bien sûr... Je ne demande que ça !!!

— Coquin... Tu vas en profiter...

— C’est à toi de voir...



J’agrafai l’attache du soutien-gorge, mais au lieu de se retourner pour me faire face, Virginie se recula et colla ses fesses contre mon pubis juste masqué par un bermuda sous lequel j’étais nu... Elle entreprit aussitôt une danse lubrique en faisant aller et venir ses fesses contre mon pubis si bien que mon sexe ne tarda pas à prendre une consistance intéressante...


— Mais tu m’allumes... Je croyais que nous devions séjourner en étant sages...

— J’ai trop envie de faire l’amour... Voir tous ces couples qui flirtaient sur la plage, ça m’a donné envie...

— Et je tombe à point nommé ???

— Je t’ai assez fait languir depuis quelques mois... Viens passons dans la chambre...

— Tu l’auras voulu... Moi aussi, j’ai envie de toi depuis que nous nous sommes vus la première fois...

— Je l’avais deviné, mais tu as été patient... J’en connais qui n’auraient pas été aussi respectueux... Viens, je vais te mettre en forme...



Il n’y avait que quelques pas pour entrer dans la chambre... Virginie a fait glisser mon bermuda et mon sexe s’est dressé sur mon pubis...


— Waouh... je sens que je vais me régaler... Il y a bien longtemps que je n’ai pas eu une bite aussi généreuse...

— Alors... fais-toi plaisir... C’est les vacances... On ne dira rien à la boîte...

— Ça ne les regarde pas !!!



Aussi, après cette dernière phrase, Virginie commença à jouer avec mon sexe et mes boules... Elle suça mon gland avant de l’introduire au fond de sa bouche tout en caressant d’une main légère mes bourses qui pendaient entre mes cuisses... Et c’était bon... J’avais le sexe rigide et bien dressé qui allait et venait entre les lèvres de Virginie qui, les yeux clos, semblait prendre autant de plaisir que moi à cette fellation savante...


— Arrête... je n’ai pas envie de t’inonder la bouche...

— Tu as raison... Baise-moi... tu pourras m’inonder la chatte...

— OK... Tu l’auras voulu !



Virginie fit glisser la culotte de son maillot et s’allongea sur le lit, les jambes légèrement ouvertes et me tendit les bras... Pour la première fois, je la voyais entièrement nue et je la trouvais bien jolie avec sa poitrine menue aux aréoles cependant bien marquées, assez brunes et avec un téton bien sorti, ses hanches fines et une toison blonde peu fournie qui laissait voir des lèvres intimes bien ourlées... Elle était ‘’ appétissante ‘’ !!! Si appétissante qu’aussitôt, je me penchai sur elle pour embrasser ses tétons et glisser mon sexe dans le sien, humide d’envie et chaud : une véritable fournaise !!!


Mais pour une première fois, je voulais savourer la chance qu’enfin j’avais... faire l’amour avec Virginie, qui souvent avait hanté mes nuits et provoquant parfois des éjaculations intempestives...

Dès que j’ai été en elle, Virginie a noué ses bras autour de mon torse et ses jambes autour de mes reins en me disant de bien la baiser... et je me suis appliqué !!! J’allais et venais dans son sexe, tantôt lentement pour qu’elle sente bien la progression, tantôt un peu plus vivement pour en quelque sorte, faire monter la sauce... Certes, Virginie m’avait fait languir quelques semaines, mais je voulais prendre mon temps et tout en jouissant, je voulais lui donner le plaisir dont elle avait été sevrée de longs mois... Et elle ne restait pas inactive, car je sentais ses ongles s’incruster doucement entre mes épaules, et Virginie faisait basculer son bassin pour faire varier l’angle de pénétration... mais bientôt, elle me dit :


— Viens... Ne me fais plus attendre...

— Oui... Je viens...

— Gicle en moi... ça fait si longtemps que je n’ai pas senti un homme s’épancher dans ma chatte !!!



Je ne me posai pas de question. En effet, je n’étais pas couvert, aussi j’éperonnai sèchement le sexe de Virginie au moment où je sentis que je commençais à me répandre en elle qui poussa un grand :


— Aaaaahhh ! Que c’est bon !!!



Oh oui, c’était bon... Virginie me libéra de l’étreinte de ses bras et de ses jambes pour savourer son plaisir puis elle me dit :


— Quel dommage d’avoir attendu aussi longtemps... C’est certainement l’ambiance un peu coquine qui m’a libérée...

— Certainement... Mais c’était très bon... et je sens que nous n’en resterons pas là !!!

— Tu as raison... J’ai encore envie que tu m’aimes !!!

— Moi aussi, cette ‘’ missionnaire ‘’ était bien bonne, mais il y a tant de façons de faire l’amour...

— Oui, je sais et ça me manque !!!

— Alors nous sommes faits pour nous entendre...



Je suis sorti du sexe de Virginie et nous nous sommes enlacés, couchés sur le côté, elle pressait son ventre contre le mien et nos jambes étaient emmêlées... Nous étions bien, mais bientôt Virginie s’est redressée et en me tournant le dos, elle plaça ses mains sur ses petites fesses en disant :


— J’ai envie que tu me prennes en levrette... Ton sexe est tellement généreux que je sens qu’il va me faire un bien terrible...

— OK... fais-moi bander et tu vas voir ce que je vais te mettre !!!

— Mais tu bandes déjà bien... Vas-y... le fait de me prendre ainsi, je suis certaine que tu vas aimer...

— Oh oui... Je suis prêt !!!



Je glissai mon sexe entre les fesses de Virginie et fis aller et venir le gland entre ses lèvres qui débordaient de cyprine et de mon foutre avant de m’introduire très progressivement dans son vagin... Je voulais qu’elle sente la progression de mon membre dans sa chatte... J’avais retrouvé toute ma rigidité et je savais que le volume assez conséquent de mon sexe allait faire du bien à Virginie... et à moi-même, car elle était relativement serrée... Je saisis sa taille entre mes larges mains et je commençai à copuler lentement ma compagne pour qu’elle s’habitue au volume de mon sexe, puis au fur et à mesure, j’augmentai la cadence.


Virginie m’encourageait à mi-voix en me disant que je lui faisais du bien, qu’elle avait encore envie de me sentir m’épancher au fond de sa chatte, etc., et moi, je m’amusais à faire monter sa jouissance puis à la laisser refluer pour mieux la reprendre ensuite jusqu’au moment où, n’en pouvant plus d’attendre, je lâchai au fond du sexe de Virginie quelques giclées de foutre qui la firent partir à son tour dans un grognement de plaisir...


Puis, encore unis, nous basculâmes sur le côté, sentir les fesses de Virginie contre mon ventre, c’était divinement bon... Après un temps de repos à savourer notre plaisir, nous nous sommes mis à bavarder de choses intimes. C’est ainsi devant mon questionnement, elle me dit qu’elle ne risquait rien, car après la naissance de sa fille, elle avait été opérée et ne pouvait plus avoir d’enfant... Bonne nouvelle, car j’avais des scrupules en éjaculant au fond de sa chatte... Finalement, nous nous sommes endormis dans les bras l’un de l’autre...


Mais le lendemain matin et suivant une habitude bien ancrée, je bandais ferme dans le lit où j’avais enfin fait l’amour à Virginie la veille au soir... Je n’osais bouger de peur de la réveiller, mais c’est elle qui s’est tournée vers moi pour m’enlacer et m’embrasser en disant qu’elle se sentait bien, qu’elle était heureuse de la tournure que prenait notre rencontre... mais bientôt en sentant mon sexe dressé contre mon pubis, Virginie me dit :


— Aime-moi... Faire l’amour au réveil, c’est si bon...



Nous nous sommes câlinés quelques instants pour achever de nous mettre en forme puis Virginie s’est mise sur le dos, a relevé ses jambes en les prenant sous les genoux dans une pose d’une indécence totale en me disant :


— Prends-moi... J’ai envie de jouir !

— Mais j’y compte bien...



C’est ainsi que nous avons commencé notre seconde journée de vacances... suivie par d’autres... Désormais, je partageais le lit de Virginie toutes les nuits... Il était bien évidemment hors de question pour elle et pour moi que je dorme sur le divan...

Deux semaines... cela passe vite quand on est en vacances surtout quand les nuits sont bien occupées... Je ne dis pas que nous avons exploré toutes les postions du Kama Sutra, mais Virginie s’est montrée très inventive !!! Elle avait selon son expression ‘’ du retard à compenser ‘’...

Diffuse en direct !
Regarder son live