Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 22 402 fois
  • 71 J'aime
  • 0 Commentaire

elle ne voulait plus, mais trop tard

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

En 1975, Jeune homme, j’ai rencontré celle qui allait devenir ma première femme. Elle était barmaid dans l’établissement que possédaient ses parents dans une station des alpes.

Elle n’avait pas poursuivie ses études, et préférait travailler chez papa maman.

J’avais 19 ans, et elle 17 ans, de nombreux fantasmes hantaient mon esprit, beaucoup plus que des expériences.

A 19 ans, elle était très belle, blonde aux yeux bleus, grande, des fesses cambrées qui attiraient tous les regards et aussi une poitrine lourde mais ferme.

Malgré l’hiver, et la neige, elle assurait le service toujours vêtue de mini ou micro jupe, de chemisier très échancré, et de talons hauts.

J’avais aussi remarqué que les mains des clients, s’égaraient facilement sous ses jupes, et je ressentais alors un sentiment de jalousie, mêlé d’excitation.

Au bout d’un mois d’approche je l’amène dans mon studio, et nous passons enfin à l’acte.

Surprise, elle est pucelle. Toutefois ce fut pour elle un élément déclencheur, car elle devint rapidement insatiable.

Je compris vite que j’aurai du mal à tenir le rythme, mais quand on est jeune, tout est possible.

A cet époque j’avais sympathisé avec un boucher, âgé lui d’une soixantaine d’années. Je passais souvent le voir dans sa boucherie, où nous avions de longues discussions qui invariablement s’orientaient sur le sexe.

De sympathie, nous sommes passés aux confidences, et il me complimentât sur la beauté de celle qui était encore ma copine.

Un jour alors que je passais le voir et qu’il y avait des clients dans sa boucherie, il me dit attend un moment je dois te montrer quelques chose.

Les clients partis, nous sommes allés dans ce qu’il appelait son laboratoire. Sa femme, était à la caisse. Il sort une enveloppe, et me montre des photos de sa femme. Sur tous les clichés elle était nue, sur les unes se masturbant, sur d’autre se godant. Il me demande comment je la trouve, et la bosse sur mon pantalon répondait à ma place.

Il me propose alors de la baiser. Mes tempes se mettent à battre, et une excitation énorme me gagne. Je lui dis d’accord, mais beaucoup de questions se bousculent dans ma tête.

Elle a cinquante ans, bien faite, bandante, mais voudra t-elle d’une jeunot comme moi.

Il me dit ne t’en fait pas, et sort une autre photo, sur laquelle sa femme est à quatre pattes sur le sol, nue, et derrière elle qui manifestement la baise un garçon d’une vingtaine d’années, que je reconnais comme étant une relation de travail, lui est devant, et elle le suce. Sur une seconde photo, c’est un autre homme qui se fait sucer et derrière elle toujours le même jeune.

Je n’en peux plus, je bande à en avoir mal. Il me dit branle toi si tu veux, n’y tenant plus je sors ma bite. C’est lui qui la prend en main, et qui me branle. C’est ma première expérience homosexuelle, et si le matin même ont me l’avait dit, j’aurai répondu que c’était impossible. Rapidement, je crache mon foutre à longues giclées.

Je remonte mon pantalon un peut soulagé, et là il me dit, "" il y a une petite condition"" je veux voir ta copine à poil. Évidemment je n’ai pas d’appareil photo, et à cette époque mes moyens ne me permettent pas d’acheter un Polaroid.

Qu’à cela ne tienne, il va me prêté le sien.

Je vais cherché ma belle à la fin de son service, pour aller ""boire un verre"". Immédiatement nous regagnons mon studio.

Et tout aussi immédiatement, nous nous déshabillons et faisons l’amour.

Puis repos pendant lequel j’en profite pour lui demander si aujourd’hui beaucoup de clients l’on palpé. Elle rit, et me répond quelques uns, aussitôt je bande. Elle remarque la chose et me déclare... ça a l’air de te faire de l’effet, tu aimes ça? Je lui avoue que c’est un de mes fantasmes.

Une quinzaine de jours de se passent, au cours desquels c’est devenu une habitude, quand nous nous retrouvons, elle détaille les caresses qu’elle a subi. Elle a précisé dès le début qu’elle voulait bien se laisser caresser, mais qu’elle ne voulait pas qu’ensuite je lui fasse de scène de jalousie. Aucun problème.

Environ trois semaines plus tard, je sors l’appareil photo, et je lui demande si je peux en prendre quelques unes d’elle à poil.

Je m’attends à un refus, mais non elle est ok, avec les promesses habituelles, ne les montre pas, gardes les cachées etc.

Bien évidemment, dès le lendemain matin, je suis chez mon ami boucher. Il se délecte des photos, sort sa queue, et me dit suce moi. Je n’ai jamais fais ça, mais il insiste, je me baisse et je commence une fellation. J’ai aussi baissé mon pantalon, et je sens un doigt qui me pénètre l’anus. Il jouit rapidement sur ma figure, et retire son doigt.

Il ajoute que là nous étions pressé, mais qu’il garde les photos. A moi maintenant de décider ma copine, à venir à la boucherie, et à se mettre à poil devant lui. Je lui dis qu’il est fou, que jamais elle voudra.

Diffuse en direct !
Regarder son live