Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 204 fois
  • 200 J'aime
  • 10 Commentaires

Émilie et ses hommes

Chapitre 2

Émilie et son père

Inceste

Papa vient de jouir dans ma bouche ! Je continue de lécher son sexe pour récupérer son sperme chaud qui a coulé sur sa hampe. Je n’en perds pas une miette. J’ai tellement attendu ce moment, je ne voudrais pas qu’il soit déçu, alors que ses doigts caressent et pénètrent toujours ma chatte...


Mais ce que je désire maintenant, c’est sa langue ! Sentir sa langue lécher ma chatte, jouer avec mon clitoris et plus encore.

Je prends alors les choses en main et viens m’installer à califourchon au-dessus du visage de mon père.


— Maintenant, c’est à ton tour de me faire plaisir !

— Je ne sais pas si c’est très moral ma chérie, me répond-il.

— Je pense qu’on a dépassé les règles depuis un moment, papa ! S’il te plaît, lèche-moi.

— D’accord ma chérie, comment dire non à cette jolie petite chatte !


Après ça, je sens la langue de papa glisser sur mes lèvres, lécher et sucer mon clitoris. D’abord hésitant, ses gestes se font plus précis, je gémis sous sa langue et je ne m’en prive pas. Je profite de chaque instant. Parfois, je sens sa langue s’insérer entre mes chairs, bientôt remplacée par un, puis deux doigts.


Papa va-et-vient en moi tout en poursuivant son cunnilingus. De mon côté, je continue de caresser son sexe. S’il a quelque peu perdu de sa vigueur, mon massage semble l’exciter de nouveau. La queue de papa est encore une fois bandée, à quelques centimètres de ma bouche.


Je ne peux résister et pendant que je sens la jouissance monter, je lèche le gland paternel, tout en le masturbant.


— Oh... Oui !!! C’est bon ! Papa, c’est trop bon... Continue, comme ça !


Je reprends la bite dans ma bouche et je la sens aller et venir, sous les coups de bassin de mon père. Il me baise la bouche, tout en me léchant. Je sens alors mon corps se crisper, mes muscles se tendent et je jouis comme jamais auparavant.


Il me faut quelques instants pour reprendre mes esprits... Mais je sais ce que je veux maintenant ! Je me décale et viens m’installer à cheval au-dessus du sexe en érection. Je le guide vers mon sexe et m’empale dessus.


Un râle s’échappe de ma bouche au moment où les 20 centimètres de papa glissent en moi. Je ressens chaque centimètre qui me pénètre... Je tourne le dos à mon partenaire. Je me cambre un peu plus et commence un lent mouvement de va-et-vient, il doit donc avoir une vue imprenable sur mes fesses et son sexe glissant dans le mien.


— C’est tellement bon ! J’aime sentir ton sexe en moi... Et toi ? Tu aimes, papa ?

— Oui, ma chérie ! J’adore, mais accélère un peu la cadence !


J’exécute cette demande instantanément et papa lâche quelques gémissements. Je sens ses mains palper mes fesses, les caresser et soudain, une main s’éloigne pour revenir en une gifle sur mon postérieur.


— Hummm... Vas-y, j’ai été une vilaine petite fille, je mérite une bonne fessée !

— D’accord, alors, mets-toi à genoux pour recevoir ta punition.


Je n’attends pas et viens me placer à quatre pattes. Papa vient se placer derrière moi. Il enfonce son sexe en moi et reprend les va-et-vient en me tenant par les hanches, me gratifiant de temps à autre d’une fessée.


Je savoure chaque seconde de cette pénétration. Je suis aux anges... Papa accélère encore, il gémit de plus en plus fort et enfin, je sens jaillir son sperme en moi. Il a joui en moi. Il se retire, la semence coule de mon sexe.


Papa s’allonge sur le lit et je viens me blottir dans ses bras. Je reste là quelques secondes avant de lui dire :


— J’espère que tu ne regrettes pas ce qu’on vient de faire ? Moi, j’ai vraiment aimé et j’ai le sentiment que toi aussi...

— Non, je ne regrette pas ma chérie. Tu as raison, c’était vraiment très agréable, mais...

— Ah non, papa, s’il te plaît pas de “mais” !

— Mais, Émilie, tu sais très bien que ce qu’on a fait n’est pas bien. Il faudrait sûrement s’arrêter là et ne plus recommencer, assène-t-il.

— C’est ce que tu souhaites ? Tu sais, je t’aime moi !

— Mais moi aussi, je t’aime ! me dit-il.

— Non, je veux dire que je te désire depuis si longtemps... Je ne suis plus une petite fille, j’ai des envies, des fantasmes... Et je sais que tu me désires aussi !

— Hein, euh... Comment ça ?! Hésite-t-il.

— Tu ne m’espionnais pas hier soir quand j’étais sous la douche ? Et tu n’as pas jeté un regard sous ma serviette quand on rangeait les courses ?!

— Peut-être, et alors ? Qu’est-ce que ça change ? demande-t-il.

— Ça change que, tu as envie de moi, que j’ai envie de toi, qu’on est des adultes et qu’on peut faire ce qu’on veut, non ?

— Peut-être... Lance-t-il songeur.

— Quand il n’y a que toi et moi à la maison, on pourrait peut-être se faire plaisir mutuellement, quand l’envie nous prend ? Qu’en dis-tu ?

— Ce sera notre petit secret... D’accord !

— Super ! Je t’aime !!


Nous continuons de discuter de notre petit arrangement. On fixe les règles et les limites de ce jeu incestueux. Mais j’ai hâte de commencer la partie !



**



Alors que papa se lève pour aller prendre son petit-déjeuner, je reste un peu au lit pour repenser à la folle matinée qui vient de s’écouler... Il y a moins de deux heures, je dormais paisiblement, et maintenant, je suis lancée dans une aventure sexuelle avec Tom (oui, on oublie “papa” quand on couche ensemble, c’est une des règles fixées)...


Finalement, je me lève et rejoins la cuisine pour prendre mon petit-déjeuner. Sur l’îlot de la cuisine, un mot : “Je suis parti faire du sport, je reviens vers midi. Papa”.


Je profite de la matinée pour me faire belle. Douche, épilation, manucure... Je veux me faire belle pour mon amant ! Je reste de longues minutes devant mon dressing à hésiter sur la tenue du jour.


Le printemps pointe le bout de son nez et le soleil est au rendez-vous aujourd’hui. J’opte finalement pour une jolie petite jupe noire volante, qui m’arrive à mi-cuisses et un top blanc qui met ma poitrine en valeur, surtout quand je ne mets pas de soutien-gorge. Aujourd’hui, mon 90 B se portera tout seul !


La journée se passe calmement, jusqu’au dîner, alors que je prépare le repas du soir. Papa entre dans la cuisine alors que je suis en train de découper des légumes. Il vient se poster juste derrière moi et dépose un baiser dans mon cou. Mon corps frissonne sous cette attention. Mais il ne s’arrête pas là... Ses mains se posent sur mes hanches puis glissent sur mes fesses et remontent sous ma jupe.


Le contact de ses doigts sur ma peau m’électrise et je gémis...


— Tu ne portes pas de culotte ? Me demande-t-il, surpris en caressant ma peau et continuant ses doux baisers.

— Non ! Je n’avais pas envie aujourd’hui et puis je me suis dit que si tu voulais me prendre au hasard dans la journée, il n’y aurait pas de barrière...

— Tu as raison ma chérie ! Ce sera plus simple comme ça...


Je sens alors la main de papa glisser entre mes cuisses déjà humides, puis c’est son sexe que je sens glisser entre mes jambes. Je me cambre légèrement et le sexe de Tom s’enfonce en moi pour entamer des va-et-vient. Ses mains se glissent sous mon débardeur et agrippent mes seins. Ses doigts viennent jouer avec mes tétons.


— Oh oui, Tom, baise-moi encore ! C’est tellement bon de te sentir là...


Papa me pénètre avec énergie, son sexe glisse en moi. Je vais bientôt jouir sous ses assauts. Mon corps se crispe, je jouis encore une fois, plus intensément encore que ce matin. Je gémis de plaisir, je m’agrippe aux rebords de l’îlot de la cuisine.


Lorsque la tension de mon corps retombe, Tom se retire, le sexe bandé, couvert de cyprine. Je me retourne et m’agenouille. Sans attendre, j’ouvre la bouche et la queue de Tom glisse sur ma langue.


Je suce mon père et en quelques mouvements de bassin, Tom pousse l’intégralité de son sexe dans ma bouche. Adossée à l’îlot, ses mains dans mes cheveux pour m’indiquer la cadence, je suis à sa merci. Il me baise littéralement la bouche et j’adore ça. Je glisse une main sous ma jupe et me caresse en continuant cette pipe délicieuse.


Soudain, je sens les soubresauts de la queue de Tom. Le premier jet de sperme gicle dans ma gorge, puis se retirant, il termine d’éjaculer sur mon visage.


— Pardon ma chérie, je ne voulais pas...

— Ne t’excuse pas ! J’ai adoré et c’est délicieux !


Sur ce mot, je récolte un peu de sperme sur ma joue avec mon doigt et l’avale goulûment, en lui faisant un clin d’œil !


— Je vais me débarbouiller et je reviens préparer le repas. Je te garde une surprise pour le dessert...

— Hummm, j’ai hâte d’y être, dit-il...

Diffuse en direct !
Regarder son live