Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 17 403 fois
  • 128 J'aime
  • 3 Commentaires

emmanuelle Z

Chapitre 1

Zoophilie

En 98 Michel(mon époux adorablement gentil avec sa famille et prof autoritaire) m’a offert un joli chiot braque de Weimar car j’étais avec les enfants à Aix en Provence ( en congé sabbatique de l’enseignement universitaire) et lui pour son travail à paris. Poil ras brillant gris taupe. Nickel a eu des comportements rigolos au début et comme il dormait dans ma chambre avec accès à ma salle de bain un soir je l’ai vu jouer avec ma culotte sale du jour, je lui ai ôté mais il a recommencé souvent.

J’avais une grande chambre avec une salle de bain, et comme Michel ronfle, même le we nous faisions chambre à part pour dormir.

Alors quand les enfants étaient couchés et que j’allais me laver, nickel poussait discrètement la porte de la salle de bain et souvent il se couchait la truffe sur mes affaires en train de se renifler mes odeurs. De plus en plus souvent je sortais de la baignoire et je le retrouvais en train de lécher mon slip. Je le grondais doucement lui en profitais pour me lécher les mains et faire le fou.

Un soir de novembre 98 où j’avais bu de la vodka, j’étais sans doute déprimée par une journée à jardiner ( c’est un de mes plaisirs) à faire le taxi pour les enfants à les faire manger et travailler et à n’avoir qu’une très brève conversation ( Michel n’est vraiment pas doué pour remonter le moral au tel, c’est un taiseux!), je me suis retrouvée en sortant de la salle de bain devant nickel qui avait mon slip eres sur la truffe, il m’a fait mi rire mi pleurer, et je me suis assise à ses côtés, au pied du lit sur le tapis en poils de chèvre très long qu’il avait annexé en pleine propriété. J’ai encore bu une rasade de vodka à même la bouteille et ai laissé tomber la serviette qui m’enrobait. J’ai pris l’immense T-shirt qui me servait de chemise de nuit (avec un personnage de BD américaine "calvin " dessus qui déclarait i hate morning!) et j’ai essayé de l’enfiler en me posant sur les genoux. Dans la chaleur de ma chambre qui est adossée à la grande cheminée du salon et dont le feu l’éclaire en partie par des briques de verre réfractaire ( idée d’architecte fou je suppose !), j’ai senti Nickel se dresser sur moi, il avait 7 mois, et me lécher le ventre pas encore recouvert du t-shirt.

Sous la lumière oscillante du feu de bois qui avait lieu dans la cheminée du salon, j’ai caressé Nickel le qualifiant de petit chéri d’amour etc, j’étais assise jambes écartées le T-shirt au dessus de la taille et Nickel devant moi. La douceur et la chaleur de son pelage, les désagréments de ses petites griffes sur mes cuisses, et moi dans un état alcoolisé je le laissais jouer avec ma peau avec sa truffe sa langue ses pattes. Mon ventre mes cuisses se laissaient faire.

Je n’étais pas soule, juste désinhibée, pas assez pour le laisser aller plus loin, j’oscillais entre « c’est un gentil chien qui lui s’occupe de son amour de maîtresse » et « oh je suis une salope de bourgeoise qui n’ose pas mais se laisse faire par son chien ».

J’ai eu très peur sur un gros bruit, serait ce un des enfants qui se déplaçait dans la maison, je me suis levée mon t-shirt est descendu à mi cuisse. J’ai jeté un coup d’œil par la porte de la chambre, non c’était juste la grosse bûche qui s’était écroulée dans la cheminée du salon. Je me suis déplacée devant la cheminée pour vérifier que des braises n’avaient pas été projetées et me suis accroupie devant la cheminée. Pendant que je remettais de l’ordre dans les bûches et braises, Nickel s’est approché de moi et sa truffe à travers mon t-shirt sur mon cul ( rien que de l’écrire, j’en frémis encore ) m’a fait sursauter de peur mais aussi, je lai ressenti à ce moment alors que mes seins brûlaient face au feu, d’envie car je me suis cambrée tout en me retournant.

Je le regardais, tous deux haletants, et là je me suis décidée : Je suis repartie vers la chambre en l’encourageant à me suivre. J’ai fermé la porte à clef. j’ai été cherché mercryl laurylé, gant de toilette, gants de chirurgie (j’en ai toujours dans la salle de bain pour les soins ) et je suis revenue sur le tapis attitré de Nickel où il s’était assis en m’attendant. Là je lui ai lavé la gueule au mercryl, en riant, le pauvre cela moussait, mais en rinçant à l’eau avec sa gamelle cela allait, lui qui avait eu du mal a supporter le détartrage chez le véto. J’étais agenouillée mi levée face à lui et j’ai relevé mon T-shirt pour lui laisser l’accès à mon ventre mes cuisses et mon entrejambe. Il a mis du temps à comprendre ( ou bien le mercryl avait perturbé son odorat ). Mais il a commencé à venir me renifler avec sa truffe si douce (et lavée!) doucement elle s’est déplacée vers mon sexe humide, j’ai aidé en me caressant de la main gauche et en lui donnant mes doigts à lécher. J’ai re-bu une rasade de vodka, et ai failli m’étrangler car Nickel a compris juste à ce moment qu’il avait des droits sur sa maîtresse.

Sa langue s’est faite douceur et ouragan, râpeuse et musclée douce et forte pour se glisser en moi qui écartait mes jambes pliées pour le laisser faire et me suis allongée sur le côté sur le tapis. Comme il me léchait avec avidité j’ai aperçu son vit en érection et je l’ai caressé de mes doigts tremblants puis de ma main droite j’ai commencé à le branler doucement pendant que la gauche lui présentait les zones de mon sexe les plus sensible.

L’alcool et mon excitation naturelle de belle pouliche qui a toujours succombé facilement, ont fait le reste. Je me suis retrouvée tête bêche avec Nickel et sa langue m’a rendue folle de plaisir que je me suis attachée à lui rendre sur sont vit qui a gonflé dans mes mains puis entre mes lèvres et enfin dans ma bouche où ma langue s’est déchaînée.

Je crois que je n’avais jamais avant « pompé » un sexe masculin de façon aussi animale et peu contrôlée. ( j’ai eu une histoire pas toujours digne d’une bourgeoise bcbg !!)

Je me suis repue de son foutre épais et n’en ai rien perdu.

Comme il me regardait et qu’il voulait me suivre partout dans la chambre, voire sur le lit, j’ai eu le réflexe heureux de lui ordonner de rester sur le tapis de peau de chèvre à poils longs ( ce qui est devenu son seul territoire où il pouvait me considérer comme sa chose ).

Vers 1 h du matin j’ai essayé des tenues sexy devant lui en lui demandant si il me trouvait à sa convenance et me suis mis à 4 pattes pour le laisser me lécher où bon lui semblait, épaule cou seins reins cuisses etc.

Épuisée j’ai dormi avec lui avec une couette, tirée de mon grand lit double à grands baldaquins en fer forgé soutenant un voile anti moustique relevé en drapé, sur le tapis.

Le réveil fut dur, mais l’école n’attendait pas et il fallait préparer le petit déjeuner des enfants, du hamster de la maison, et la gamelle de Nickel.

Alors vite une douche, et oh Nickel qui a léché et bavé sur un de mais body eres, oh je ne peux résister et le met gluant et par dessus une petite robe noire boutonnée devant. Je me sens un peu chienne.

Je suis obligée de rouspéter pour que mon fils 11 a se dépêche, et doit aider ma fille de 8 a pour s’habiller.

Enfin en voiture, Nickel monte avec nous derrière un grillage ( sinon il attaquerait les fauteuils), je peste contre les encombrements mais réussi à déposer les enfants l’un au collège l’autre en primaire.

Diffuse en direct !
Regarder son live