Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 516 fois
  • 54 J'aime
  • 3 Commentaires

Emmanuelle découvre la soumission

Chapitre 4

Laurence court vers sa soumission

SM / Fétichisme

Laurence court dans les couloirs mais, elle le sait, elle va être en retard. Lorsque elle arrive essoufflée devant la porte de la salle de réunion de la direction de l’université, un homme en costume noir à la stature imposante l’y attend.


— Vous êtes en retard Madame X !! Je me présente, je suis Monsieur T et je suis le nouveau directeur de la sécurité. Sachez que je ne tolère aucun retard et je tiens à vous dire que c’est la dernière fois que je suis obligé de vous attendre !!

— Bien… bien Monsieur !! répond timidement Laurence avant de baisser la tête et d’entrer dans la grande salle de réunion. Elle ne sait que répondre d’autre, tant le regard glacial de cet homme et sa voix cinglante l’ont impressionnée.


Le directeur de la sécurité la suit et la prie de prendre place avant d’aller s’asseoir de l’autre côté de la table, juste en face d’elle. La table de réunion est large et deux bons mètres les séparent. Toujours intimidée, Laurence ose à peine lever les yeux mais elle sent le regard froid de cet homme peser sur elle. Elle se détend lorsque la doyenne prend la parole et donne le point de départ de la réunion. Elle commence son propos en présentant le nouveau directeur de la sécurité et ne tarit pas d’éloges quant à sa grande expérience. Laurence n’ose pas le regarder mais lorsque leurs regards se croisent pour la première fois depuis le début de la réunion, il lui adresse un sourire carnassier. Laurence tourne bien vite le regard en ressentant un réel malaise au contact de cet homme. Après 25 minutes de réunion, le téléphone de Monsieur T. se met à vibrer. Il s’excuse et sort de la salle le téléphone à l’oreille.


Il se place dos aux vitres qui bordent la salle de réunion et Laurence ne peut détacher son regard de lui. Soudain, il se retourne et la voix du Maître résonne dans l’oreille de Laurence :


— Regarde-moi petite salope !! Et, oui !! Maître Tom c’est moi !! Je vais revenir dans la salle et je veux que tu ne regardes que moi sauf si tu es amenée à intervenir dans cette ennuyeuse réunion. Tu vas placer ton téléphone devant toi et tu accompliras tout ce que je te demande. Ceci va être ton deuxième test de soumission.si tu es d’accord, place ton téléphone devant toi. Dans le cas contraire, nous arrêterons cette expérience et tu n’obtiendras pas ce que tu es venu chercher ce matin dans le bureau d’Emmanuelle.


Sans quitter son Maître des yeux, Laurence fouille dans son sac et en extrait son téléphone qu’elle place devant elle. Monsieur T. rejoint sa place en s’excusant pour le dérangement en gardant son téléphone à la main. Deux minutes plus tard, un SMS tombe sur le téléphone de Laurence :


— Ta tenue est beaucoup trop sage ! Ouvre deux boutons supplémentaires à ton chemisier pour que l’on devine ce que tu caches dessous.


Laurence regarde son Maître droit dans les yeux et d’une main hésitante elle ouvre deux boutons de son chemisier et tire légèrement sur le tissu pour dégager un peu son décolleté. Elle rougit de honte mais une douce chaleur monte dans son ventre. Elle jette un bref regard à la ronde mais personne ne semble avoir remarqué son petit manège. Elle fixe à nouveau son Maître et lui lance un regard de défit. La réaction ne se fait pas attendre et un nouveau message tombe sur l’écran de son téléphone :


— Tu es bien moins prude que je ne le pensais. Ton téléphone va sonner et tu vas quitter la réunion en trouvant un quelconque prétexte. Tu vas aller quitter ton string et tu vas revenir t’asseoir face à moi. Mais avant de t’asseoir, je veux que tu trouves un moyen de me donner ce petit morceau de tissu.


Au moment où elle redresse la tête, le téléphone de Laurence se met à vibrer. Elle se lève et quitte la salle après avoir glissé un mot à l’oreille de la doyenne qui semble donner son accord. La jeune femme se précipite aux toilettes et retire prestement son string qu’elle tient en boule dans sa main. Elle passe rapidement par le secrétariat de direction et demande une enveloppe Kraft dans laquelle elle glisse son string. Elle referme l’enveloppe et se dirige vers la salle de réunion. A peine la porte refermée derrière elle, Laurence se dirige vers son Maître et lui tend l’enveloppe en disant assez fort pour que la doyenne l’entende :


— On m’a remis ceci pour vous, Monsieur !!


Sans attendre de réponse, elle contourne la table et se rassoit à sa place. Elle fixe Monsieur Tom alors qu’il ouvre l’enveloppe, qu’il récupère le string de sa soumise et le place en boule dans sa main. Il a un large sourire en plaçant le petit bout de tissu sous son nez et il le glisse dans la poche intérieure de sa veste de costume. Ses doigts tapotent sur le clavier de son téléphone et Laurence reçoit un nouveau message :


— J’aime ton odeur de petite salope !! Maintenant tu vas glisser une main entre tes cuisses et tu vas te caresser la chatte. N’essaie pas de me tromper car je vais te filmer sous la table et je vais voir ce que tu fais !!


Tout en fixant son Maître, Laurence laisse sa main droite descendre sur son ventre et la glisse entre ses cuisses. Lorsque ses doigts arrivent sur sa chatte, elle sent ses lèvres intimes incroyablement humides et toutes gonflées par le désir. Elle a toujours mouillé facilement mais elle n’aurait jamais cru le faire aussi abondamment en pareille circonstance. Comment peut-elle se livrer à cet homme aussi facilement alors qu’elle a toujours cru en l’amour sincère de son mari. Certes, il n’y a que très peu de fantaisie dans leurs ébats mais Alain arrive encore à la faire grimper au rideau. A cette pensée, ses doigts glissent sur sa fente et viennent caresser son clitoris qui est sorti de son petit capuchon. Elle soutient le regard de son Maître et finit par glisser un doigt dans sa vulve en feu. Ce détail n’a pas échappé à Monsieur T. et un nouveau message arrive sur l’écran du téléphone de Laurence :


— C’est bien ma petite salope !! Maintenant tu vas te mettre deux doigts dans la chatte et te doigter jusqu’à te faire jouir comme une pute au milieu de ses clients. Je veux te voir jouir mais je veux être le seul à le savoir !!


Avant de s’exécuter, Laurence jette un œil à sa droite pour voir si son voisin l’observe. Fort heureusement, son visage est tourné de l’autre coté vers l’écran où la doyenne projette une multitude de graphiques. Sachant que personne n’est placé à sa gauche, Laurence fixe de nouveau son Maître et plonge un deuxième doigt dans sa grotte en feu. Elle les fait aller et venir sur un rythme lent pour ne pas éveiller les soupçons mais elle sent le plaisir monter inexorablement dans le creux de ses reins. Cet homme qui la regarde et qui filme ce qu’elle est en train de faire à l’insu de ses collègues décuple son plaisir et elle laisse un son à peine audible s’échapper de sa bouche au moment où elle jouit. Elle ferme les yeux en se mordant la lèvre inférieure le temps que l’onde de plaisir traverse tout son corps. Lorsqu’elle ouvre de nouveau les yeux, son Maître la fixe et fait un petit hochement de tête admiratif en lui montrant furtivement l’écran de son portable.


Laurence a cru y deviner son entrejambe et sa main qui s’anime au milieu.

La réunion se termine et tout le monde se lève. Laurence veut quitter très vite la salle mais son voisin de droite se tourne vers elle en lui jetant un regard méprisant et la remercie pour le spectacle avant de sortir à son tour. Laurence reste interdite en constatant que sa petite séance n’a pas été observée que par son Maître. Elle se lève et se précipite vers la sortie, rouge de honte. Au moment où elle va franchir la porte, une voix désormais familière s’élève dans son dos :


— Madame X., puis-je m’entretenir avec vous quelques minutes s’il vous plait ?

— Comme il vous plaira, Monsieur ! répond Laurence qui ne peut pas se défiler devant les derniers participants à la réunion.

— Suivez-moi ! dit Maître Tom en l’entraînant vers le fond de la salle.


Lorsqu’ils ne sont plus à porté de voix, Monsieur T. reprend la parole :


— C’est bien ma petite salope, tu as été très obéissante et tu m’as offert un bien joli spectacle !!

— Maître, mon voisin a tout vu… commence Laurence d’une voix fébrile.

— Ça n’a aucune espèce d’importance !! C’est ta première fois mais je te promets qu’il y en aura bien d’autre. Si le chef de la chirurgie, car c’est bien de lui dont on parle, vient à t’embêter je me chargerai de lui. Tu es désormais sous ma protection et je suis le seul, excepté ton mari, à pouvoir te demander quoi que ce soit.

— Maître, cet homme est un tyran !! Son autorité fait peur à tous ceux qui travaillent avec lui et sa réputation n’est plus à faire dans l’hôpital. Je doute fort qu’il veuille en rester là après ce qu’il a vu !! répond Laurence d’une voix angoissée.

— Je te rappelle que désormais tu es sous ma protection et qu’il ne t’arrivera rien que je n’aie décidé. Attends-toi à recevoir un message d’Emmanuelle dans la journée. Je vais faire le nécessaire pour cette toison gênante et je veux que ce soit fait au plus vite. Maintenant, file dans ton service, tes étudiants t’attendent.

— Oui, Maître ! répond Laurence avant de tourner les talons pour sortir de la salle. Elle sent l’air s’infiltrer sous sa jupe et lui caresser les fesses. Elle va devoir passer le reste de la journée la chatte à l’air car son Maître ne lui a pas rendu son string.


A 14h30, Emmanuelle reçoit un message de Maître Tom qui lui donne l’adresse d’une esthéticienne. Il a déjà pris rendez-vous pour Laurence et il demande à la dentiste d’accompagner son amie à l’adresse donnée pour 18H30. Bien sûr, il souhaite qu’Emmanuelle filme toute la scène pour lui remettre les images le lendemain. Emmanuelle regarde sa montre et appelle Laurence avant qu’elles reprennent toutes deux leurs cours à 15h00.


— Laurence, Maître Tom viens de m’envoyer un message et il veut que nous soyons à 18h30 chez une certaine Stéphanie H. c’est une esthéticienne dont il nous garantit la discrétion pour ce que tu sais.

— Oh, mon dieu !! Il m’avait dit en sortant de réunion ce matin qu’il voulait que ça aille vite mais je ne pensais pas devoir m’y soumettre si vite !! répond Laurence d’une voix tremblante.

— Ne sois pas inquiète, je serai avec toi !! Je pense que le Maître a bien fait de faire vite, ça va t’éviter de trop réfléchir et d’être tentée de revenir en arrière.

— Après ce qui s’est passé en réunion, je n’ai pas envie de revenir en arrière mais je vais rentrer tard et je ne sais pas ce que je vais bien pouvoir dire à Alain !!

— Tu n’as qu’à lui dire la vérité, ou presque !! Dis-lui que tu souhaites apporter de menues transformations à ton corps et que j’ai pu t’avoir un rendez-vous chez mon esthéticienne. Tu n’as qu’à lui dire que je t’accompagne, cela écartera ses soupçons.

— Mais il va me poser des questions !! Je ne me vois pas lui dire ce que je vais y faire !! répond Laurence d’une voix de plus en plus tremblante.

— Entretiens le mystère !! Dis-lui que c’est une surprise et qu’il ne sera pas déçu. Il finira bien par savoir !! Alors, autant que tu lui présentes ça comme un cadeau, ce soir en te mettant au lit !!

— Tu as raison, il ne se passe pas un soir où il ne passe pas sa main sur mon sexe !! Je vais faire comme tu dis, ma chérie !!

— Mais, dis-moi !! Que s’est-il passé en réunion ce matin ? demande Emmanuelle curieuse.

— Et bien… le Maître m’a… m’a fait faire des choses en pleine réunion !!

— Raconte !! répond Emmanuelle la curiosité (et peut-être la jalousie) piquée au vif.

— Il… il m’a obligé à retirer mon string et il m’a demandé de me branler la chatte jusqu’à la jouissance !!

— Et tu as aimé ?

— J’ai bien joui mais depuis je suis mortifiée car le professeur B., le patron de la chirurgie, a vu ce que je faisais. Le Maître a dit de ne pas m’en faire mais je tremble à la simple pensée de le croiser dans un couloir !!

— Tu parles de Gérard B., ce petit être chauve et rondouillard au regard perfide et inquisiteur. Cet homme de 71 ans qui serait mieux chez lui plutôt que de hanter les couloirs de l’hôpital en écrasant de son autorité tous ceux qui travaillent avec lui de près ou de loin.

— Celui-là même, oui !! répond Laurence avec une pointe de dégoût dans la voix.

— Notre Maître pourrait peut-être avoir l’idée de t’offrir à lui pour le calmer !! répond Emmanuelle sur un ton espiègle.

— Arrête de dire n’importe quoi !! Jamais je ne pourrais me donner à ce gros porc !! Je te laisse car je dois reprendre mes cours. On se retrouve à ma voiture à 17h30, dit Laurence avant de raccrocher.


Avant de quitter son bureau, Emmanuelle voit un message s’afficher sur son écran d’ordinateur : « Madame Batelle, j’aime quand vous avez de charmantes idées comme celle que vous venez d’annoncer à votre amie !! ». Emmanuelle frissonne, elle avait totalement oublié que le directeur de la sécurité pouvait tout voir et tout entendre dans son bureau. Loin de la mettre mal à l’aise, la déclaration de son Maître l’excite. Dans un éclair, elle a eu cette vision de Laurence prise par le professeur Gérard B. et voilà que son Maître approuve. Elle ressent une joie immense de participer à la déchéance de son amie. Alors qu’elle se dirige vers l’amphi, la dentiste reçoit un SMS de la part de Monsieur Tom :


— je viens d’intercepter un mail du professeur B. dans la boite de Laurence. Il a l’intention de la harceler. Je vais détourner tous ses mails vers ma boite et je vais m’arranger pour qu’il vous rende visite dans ton bureau. Tu vas devoir seconder Laurence pour que je puisse calmer les ardeurs de ce vieux con !! Il va falloir vous préparer à donner de votre personne !!


Emmanuelle a beaucoup de mal à se concentrer sur le cours qu’elle dispense. Des images du chef de la chirurgie prenant Laurence dans son bureau défilent dans sa tête et pour ne rien arranger, elle pense à leur visite chez l’esthéticienne. Elle imagine déjà le petit sexe glabre de Laurence et sa langue qui vient caresser les lèvres toutes lisses de son amie. Sans trop savoir comment elle est parvenue jusqu’à la fin de son cours, Emmanuelle quitte l’amphi et se dirige vers le parking du personnel où elle retrouve Laurence.


Les deux femmes s’installent dans la voiture et reste silencieuse tout au long du trajet. Seule la voix du GPS qui les guide dans les rues de Paris résonne dans l’habitacle. Laurence semble soucieuse mais Emmanuelle n’ose pas rompre le silence. Les deux amies arrivent au domicile de l’esthéticienne et sonnent à la porte. Une grande femme aux cheveux auburn bouclés leur ouvre la porte et les invite à entrer. Ses yeux verts vous détaillent de la tête aux pieds et elle finit par prendre la parole :


— Vous êtes Laurence, je présume !! dit-elle en tendant la main vers elle.

— En effet !! répond timidement Laurence.

— Et donc, vous êtes Emmanuelle !! Monsieur T vous a décrit à la perfection et je ne pouvais pas me tromper. Je constate que ce Monsieur a toujours autant de goût déclare Stéphanie avant d’inviter les deux femmes à la suivre.



Elle les guide dans son grand appartement situé au deuxième étage d’un immeuble haussmannien dans le huitième arrondissement de Paris. Emmanuelle s’étonne de voir une simple esthéticienne loger dans les quartiers bourgeois de la capitale mais se laisse séduire par la plastique de leur hôte. Stéphanie n’est pas très grande, environ 1m70 mais elle compense sa petite taille par le port d’escarpins aux talons vertigineux d’une bonne dizaine de centimètre. Sa jupe courte permet à la dentiste d’admirer ses jambes fines et musclée gainées de fine soie noire. Sa taille fine et ses hanches épanouies lui donnent un air de Pin-Up. L’esthéticienne pénètre dans une pièce finement décorée au mobilier quasi inexistant. En effet, seul un petit divan en velours rouge occupe le fond de la pièce et au milieu trône une table de massage près duquel est placé un chariot contenant tous les outils nécessaires à la professionnelle de beauté.


Lorsqu’elle se retourne, Emmanuelle peut admirer la poitrine généreuse de Stéphanie qui semble vouloir sortir du petit chemisier de satin rouge. Les boutons du vêtement sont ouverts de telle façon que l’on peut deviner la fine dentelle noire de son soutien-gorge.


Stéphanie invite Laurence à se rapprocher du divan et à se déshabiller. Gênée, Laurence ose à peine retirer sa jupe car elle sait que sa petite chatte est à l’air depuis cette fameuse réunion de la matinée. Emmanuelle l’encourage et son amie finit par ouvrir le zip de sa jupe et la laisser tomber au sol. Elle baisse la tête et sent son visage s’empourprer en imaginant ce que peut penser cette femme en voyant que son sexe n’est couvert d’aucune pièce de tissu. Laurence commence à s’avancer vers la table de massage lorsque l’esthéticienne l’arrête dans sa progression :


— Il faut tout retirer, Laurence !! Monsieur T. m’a demandé d’inspecter la moindre parcelle de votre corps et de faire disparaître le plus petit poil disgracieux.

— Bien, madame !! répond Laurence avant de retourner vers le divan et de commencer son effeuillage.


Emmanuelle a sorti son téléphone et n’a rien raté depuis le moment où son amie a commencé à retirer sa jupe. Afin de plaire à son Maître, elle va filmer la transformation de son amie comme il le lui a demandé. Lorsque Laurence commence à ouvrir les boutons de son chemisier et dévoile le haut de sa guêpière duquel ses seins dépassent, la main gauche d’Emmanuelle remonte vers sa poitrine pour se pincer un téton. La vision de son amie contrainte d’exécuter un strip-tease devant cette inconnue l’excite et elle sent ses lèvres intimes s’humidifier. Au moment où Laurence va commencer à dégrafer ses bas, l’esthéticienne l’arrête d’un geste de la main et lui dit :


— Cela devrait aller pour le moment, je vous autorise à garder cette jolie parure sur vous. Approchez et venez prendre place sur la table.


Toujours intimidée, Laurence s’approche lentement en regardant ses pieds. Elle a le sentiment de ressembler à une pute ainsi vêtue devant cette femme qu’elle ne connait pas. Emmanuelle continue à filmer et constate que Stéphanie dévore des yeux son amie. Il semblerait qu’elle la trouve à son goût et la dentiste tente de saisir ce sentiment en filmant le regard envieux de l’esthéticienne. Arrivée près de la table, Laurence est invitée à s’allonger sur le dos alors que Stéphanie fixe des repose-pieds comme on peut en trouver chez un gynécologue. Elle attrape les chevilles de Laurence et fait passer ses hauts talons dans les étriers. Elle lui demande d’avancer ses fesses au bord de la table et de ses deux mains elle pousse ses genoux vers l’extérieur afin d’écarter au maximum ses cuisses. Dans cette position, Laurence se sent totalement offerte à cette inconnue et elle se met à rougir de honte lorsqu’elle sent ses tétons se durcir d’excitation.


Très professionnel, Stéphanie se saisit d’une mini-tondeuse et commence à faire disparaître la petite toison blonde qui orne le mont de Vénus de Laurence. Une fois les poils raccourcis, l’esthéticienne prépare le nécessaire pour pratiquer une épilation du sexe de sa cliente. Elle applique une cire tiède sur le sexe offert et les jambes de Laurence se mettent à trembler lorsque Stéphanie arrache la première bande. Elle retient un cri mais ne peut empêcher une larme de couler sur sa joue. Tout en continuant à filmer, Emmanuelle s’approche de son amie et lui caresse doucement la joue du dos de la main. Stéphanie la regarde et lui fait un large sourire lorsqu’elle s’aperçoit qu’on la filme. D’une main experte, elle pose la cire sur la peau de Laurence et s’applique à faire disparaître toute trace de poil sur le sexe et entre les fesses de sa cliente.


Après presque une heure de ce traitement les orifices de Laurence sont aussi lisses que ceux d’un nouveau-né et, la première douleur passée, elle a affronté courageusement le traitement que lui infligeait l’esthéticienne.


Afin d’apaiser le feu qui ronge la peau de Laurence, Stéphanie saisit un flacon de Monoï et entreprend un massage des zones endolories par l’épilation. De la paume de sa main, elle masse doucement le mont de Vénus de Laurence qui ferme les yeux au contact de cette main apaisante. Lentement, les doigts de Stéphanie descendent vers les lèvres intimes de sa cliente qui lâche un petit gémissement lorsqu’un doigt vient se perdre entre ses fesses. Encouragée par cette réaction, l’esthéticienne masse doucement la rondelle de Laurence avant de remonter ses doigts vers sa fente. Stéphanie lève la tête et regarde intensément Emmanuelle au moment où son Majeur glisse entre les lèvres humides de sa cliente. La dentiste fait un oui de la tête afin d’encourager Stéphanie à poursuivre alors que sa main glisse sur la joue de son amie et que son propre majeure se pose sur ses lèvres. Laurence pousse un léger soupir et ouvre les lèvres pour laisser ce doigt pénétrer sa bouche.


Le doigt de Stéphanie glisse lentement dans la chatte de Laurence qui se met à gémir en suçant le doigt d’Emmanuelle. La dentiste ne cesse pas de filmer et approche son téléphone du sexe de son amie au moment où Stéphanie y introduit un deuxième doigt. Elle filme en gros plan ces doigts qui pénètrent la petite chatte toute lisse alors que Laurence pousse des gémissements de plus en plus forts. Emmanuelle retire son doigt de la bouche de son amie et lui caresse le téton droit avant de le pincer sans ménagement. Laurence pousse un cri avant de reprendre ses gémissements d’excitation. Stéphanie ressort son majeur de la chatte de sa cliente et le présente sur sa petite rondelle. A ce contact, Laurence se met à onduler des hanches et crie à l’intention de l’esthéticienne :


— Oui, dans mon cul… ouiiii !

— Votre amie est une véritable bombe !! déclare Stéphanie en regardant Emmanuelle.


Elle pousse lentement et la petite rondelle s’ouvre comme une fleur pour laisser le passage au doigt inquisiteur. L’esthéticienne fait maintenant coulisser ses doigts dans les orifices de Laurence qui ne tarde pas à partir dans une jouissance fulgurante. Emmanuelle se penche sur elle et les deux amies s’embrasse avec fougue. Laurence reprend lentement ses esprits et lorsqu’elle est réceptive la dentiste lui dit :


— Maintenant que Madame H. a bien travailler, tu vas devoir la récompenser, ma chérie.

— C’est absolument inutile !! déclare Stéphanie en regardant son interlocutrice.

— Je pense que Monsieur T. apprécierait beaucoup !! répond Emmanuelle en montrant son téléphone qui continue à filmer.

— Si c’est pour le plaisir de Monsieur T, je ne peux que m’incliner !! répond l’esthéticienne en se dirigeant vers le divan.


Emmanuelle aide son amie à se lever, l’oblige à se mettre à quatre pattes avant de la guider vers le divan où s’est assise Stéphanie. Emmanuelle se surprend à penser qu’elle aurait bien aimé voir Laurence au bout d’une laisse comme une vulgaire chienne. Alors que les deux femmes s’approchent, l’esthéticienne a remonté sa jupe courte et écarté largement ses cuisses alors que la dentiste pousse son amie vers le sexe accueillant de Stéphanie.


— Lèche-moi, salope !! dit Stéphanie en attrapant les cheveux de Laurence.


L’esthéticienne ne porte pas de culotte et exhibe sa chatte parfaitement épilée devant les yeux de Laurence. Sans se poser de question, Laurence plonge sa tête entre les cuisses gainées de bas de soie, maintenus par un porte-jarretelles en dentelle rouge. Timidement, elle sort sa langue et vient la poser sur les lèvres intimes entrouverte de la jeune femme. Lentement sa langue pénètre dans la chatte de Stéphanie avant de remonter vers son clitoris qui s’échappe déjà de sa gangue de chair. L’esthéticienne ondule du bassin sous les caresses buccales de sa cliente et se met doucement à gémir. La réaction de la jeune femme donne de l’assurance à Laurence qui s’enhardit à glisser un doigt dans la fente de Stéphanie qui pousse un profond soupir. L’esthéticienne s’allonge sur le divan et remonte ses jambes vers sa poitrine pour offrir ses orifices à sa cliente et elle l’encourage :


— Hmmm, oui salope !! Bouffe-moi le cul !! Je veux sentir ta langue dans mon cul… Hmmm !!


Laurence ne se fait pas plus prier. Elle a maintenant très envie de satisfaire cette femme qui lui a donnée un orgasme. Sa langue passe sur la petite rondelle et se darde pour pénétrer l’étroit orifice qui palpite déjà sous ses caresses.

Emmanuelle n’y tient plus. Voir ces deux femmes se donner du plaisir a fait monter le désir en elle. Elle pose son téléphone et s’approche du couple en plein ébat. Elle se penche sur Stéphanie, pose une main sur sa poitrine et lui propose ses lèvres. L’esthéticienne ouvre la bouche et tend le cou pour se laisser embrasser alors que la dentiste pince ses tétons à travers l’étoffe de son chemisier. Stéphanie se met à gémir dans la bouche d’Emmanuelle et finit par interrompre leur baiser pour exprimer son désir :


— Toi, salope, met-moi tes doigts dans le cul !! ordonne Stéphanie à Laurence.

— Et toi, occupe-toi de ma chatte !! dit-elle plus doucement à Emmanuelle avant de reposer sa bouche sur la sienne.


Laurence glisse un doigt, puis deux dans le rectum de Stéphanie alors que ceux d’Emmanuelle prenne possession de la chatte de l’esthéticienne. Bientôt, l’action conjuguée des doigts de Laurence et de ceux d’Emmanuelle qui en a glissé trois dans la petite chatte de Stéphanie finit par amener l’esthéticienne à un violent orgasme.

Après que l’esthéticienne se soit remise de sa jouissance, les deux amies prennent congé avant de regagner la voiture de Laurence. Le retour se fait dans le même silence pesant qu’à l’aller mais Emmanuelle ne peut s’empêcher de penser à la grande docilité de Laurence et elle se surprend à espérer que le Maître la charge de son dressage. Au moment où Laurence dépose Emmanuelle devant chez elle, la dentiste se penche vers son amie et lui donne un profond baiser.


A SUIVRE

Diffuse en direct !
Regarder son live