Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 995 fois
  • 55 J'aime
  • 3 Commentaires

Emmanuelle découvre la soumission

Chapitre 6

Emmanuelle devient Chienne

SM / Fétichisme

Une semaine plus tard, Emmanuelle a posé une après-midi de congé car son Maître a demandé qu’elle accomplisse l’acte symbolique qui va sceller sa volonté de se soumettre définitivement au nouveau directeur de la sécurité de l’hôpital. Conformément aux ordres qui lui ont été donnés, Emmanuelle a revêtu un tailleur qui marque très clairement son état de bourgeoise. Il est fait d’un tissu vieux rose dont la jupe tombe à mi-cuisse et la veste, dépourvue de bouton, s’ouvre sur un chemisier de soie blanche suffisamment transparent pour laisser deviner la teinte rosée de ses aréoles et ses tétons bruns qui pointent déjà d’excitation. Les boutons du chemisier sont subtilement ouverts pour laisser tout juste deviner le galbe de sa poitrine voluptueuse dépourvue de soutien-gorge. La jupe de son tailleur cache un porte-jarretelles rose qui maintient des bas noirs qui galbent les jambes parfaites de la dentiste.


Comme pour sa poitrine, aucun tissu ne recouvre son intimité, conformément aux ordres reçus. Afin de garder ses sens en éveil, Maître Tom a ordonné à Emmanuelle de s’introduire des boules de geisha dans la chatte et un Plug dans son cul.


La professeure vient de prendre place dans son Audi Q5 et saisit l’adresse que Maître Tom lui a fournie dans son GPS. Elle suit l’itinéraire qui la conduit vers une animalerie très fréquentée du 19ème arrondissement de Paris. Comme dans un rêve, elle suit les ordres donnés et va se garer tout au fond d’un parking couvert de l’avenue Jean Jaurès que lui a indiqué Maître Tom. Elle coupe le moteur, pousse un grand soupir et ouvre la portière de son SUV, mal à l’aise de se retrouver dans cet arrondissement peu sûr et pas vraiment fréquenté par la bourgeoisie de la capitale. La peur lui étreint le ventre en pensant à ce qu’elle est venue faire ici : elle va devoir se choisir un collier assorti d’une laisse pour prouver sa soumission à son Maître. Tout serait assez simple s’il n’y avait pas ce petit détail qui la fait trembler d’émoi : elle va devoir faire graver un nom sur le collier et ce nom est loin d’être anodin.


Emmanuelle marche vers l’animalerie qui se trouve à quelques centaines de mètre du parking. Elle baisse la tête le plus souvent possible pour éviter d’affronter les regards des passants qui n’ont pas vraiment l’habitude de voir une bourgeoise déambuler sur cette avenue. La dentiste arrive enfin devant les portes de l’animalerie et s’y engouffre sans réfléchir. Elle fait le tour des rayons en essayant d’éviter le regard des clients et des vendeurs jusqu’à ce que l’un d’eux l’interpelle.


— Bonjour Madame, puis-je vous aider ?

— Et bien, je … je cherche un collier pour chien, à vrai dire !! déclare Emmanuelle sentant le rose lui monter au joues mais surtout ses lèvres intimes s’humidifier.

— Si vous voulez bien me suivre, je vais vous montrer ce que nous avons en rayons !! lui répond le vendeur avec un grand sourire.


Sans répondre, Emmanuelle emboite le pas au vendeur et elle se retrouve rapidement dans le rayon exposant les accessoires de promenade pour chien. Elle remercie le vendeur, pensant pouvoir se retrouver seule face au choix qu’elle a à faire mais le jeune homme semble en avoir décidé autrement.


— Si vous le permettez, je vais vous guider dans votre choix. Quel genre de collier souhaitez-vous pour votre chien ?

— Et bien, heu… en fait… je dois vous dire qu’en fait c’est pour une chienne !! répond la professeure en baissant la tête se sentant rougir de honte.

— Fort bien, en effet ce détail a toute son importance quand on est une femme aussi élégante que vous, Madame !! déclare le vendeur, très professionnel.

— Je vous remercie pour ce compliment, Monsieur ! répond Emmanuelle en sentant son ventre entrer en fusion et sa vulve se contracter sur les boules de geisha qui la remplissent.

— Alors, Madame, votre… chienne… est-elle aussi élégante que vous ?

— Elle est en effet… comment dire… plutôt racée !! déclare Emmanuelle en rougissant une nouvelle fois en pensant qu’elle est en train de parler de sa petite personne.

— Si c’est une chienne de race, il va vous falloir choisir un collier digne de son rang !! Je vous conseillerais plutôt de… Vous… choisir un collier plutôt dans cette portion du rayon !! déclare le vendeur alors qu’Emmanuelle a bien senti le « vous » insistant qu’il vient de placer dans la conversation.

— Je… je pense en effet que cela pourrait convenir, Monsieur !! répond Emmanuelle d’une petite voix alors que le vendeur l’a mise face à un choix de collier que l’on pourrait retrouver aisément dans une boutique BDSM.

— Pour mieux vous guider, j’ai besoin de connaitre le tour de cou de votre… Chienne !! poursuit le vendeur en insistant sur ce dernier mot.

— Et bien… je dois avouer que je ne m’en suis pas inquiétée avant de pousser la porte de votre boutique.

— Ce détail est pourtant très important, Madame !! Il ne faut pas que le collier soit trop lâche pour qu’elle ne puisse pas s’en débarrasser mais il ne doit pas non plus être trop serré pour qu’elle puisse respirer !!

— En y réfléchissant… ma ch…ma chienne à un cou qui pourrait ressembler au mien !! déclare Emmanuelle en baissant la tête et en parlant sur un ton suffisamment bas pour que seul le vendeur l’entende.


Emmanuelle se sent honteuse de devoir dévoiler des choses qu’elle préférerait garder pour elle, mais cette sensation d’humiliation fait monter en elle une vague de plaisir contre laquelle elle ne peut pas lutter. Elle sent sa mouille humidifier plus que de raison les lèvres entrouvertes de sa chatte et les muscles de son vagin se contracter sur les boules qui la remplissent. Pour ne rien arranger, elle sent les pointes de ses seins se durcir sous la soie de son chemisier. Prise dans ses pensées, la voix du vendeur la ramène sur terre :


— Je vais mesurer votre cou, si vous le permettez Madame !! déclare le vendeur en sortant un mètre à ruban de sa poche de pantalon.

— Je… je vous en prie, Monsieur !! déclare la dentiste entre gêne et excitation.

— Vous pouvez m’appeler Sébastien !! répond le vendeur en passant le mètre à ruban autour du cou d’Emmanuelle.

— Comme vous voudrez Sébastien, moi c’est Emmanuelle !! répond la dentiste en sentant sa vulve se contracter sur les boules de geisha qui emplissent son vagin.

— Et bien… Emmanuelle, vous avez le choix parmi cette centaine de collier que vous voyez là. Je vous laisse faire votre choix et n’hésitez pas à me demander si vous avez le moindre doute !! déclare Sébastien en se mettant en retrait.


Emmanuelle observe le rayon et passe en revue les nombreux colliers exposés devant elle. Son regard s’arrête sur un collier en cuir noir dont l’intérieur est fait de cuir rouge. Les deux pièces de cuir sont parfaitement cousues entre elles et une multitude de petits rivets pointus ornent la face externe du collier. La dentiste s’en saisit et se retourne vers Sébastien :


— Je pense que je vais prendre celui-ci !! déclare Emmanuelle en l’imaginant déjà autour de son cou.

— Excellent choix, Emmanuelle !! J’ai cependant une dernière question, votre… Chienne doit-elle être tenue en laisse ?

— Je… je… pour tout dire…

— Oui, dite-moi !! répond Sébastien presque amusé.

— C’est… c’est une chienne qui n’est plus toute jeune mais qui doit encore être dressée. Je pense qu’une laisse ne sera pas de trop !! répond Emmanuelle sans reprendre son souffle comme si elle voulait se débarrasser d’une telle déclaration.

— Alors, j’ai ce qu’il vous faut !! rétorque Sébastien en attrapant une laisse formée de lanières de cuir noir et rouge tressées d’environ deux mètres de long. En y regardant de plus près, cette laisse ressemble étrangement à un fouet.

— Je pense que je vais vous faire confiance et me ranger à votre choix !! répond la dentiste d’une voix érayée alors qu’elle imagine déjà son Maître lui frapper les fesses de ce fouet improvisé.

— Très bien, Madame !! Y a-t-il un nom à graver sur la plaque du collier ? Je vous le recommande au cas où cette Chienne venait à se perdre loin de son Maître !! glisse Sébastien avec un sous-entendu à peine dissimulé.

— Oui, évidemment !! Nous allons faire cela !! rétorque Emmanuelle en baissant la tête tout en rougissant à l’idée de donner le prénom choisi par son Maître.

— Veuillez me suivre, nous allons voir cela !! déclare Sébastien en tournant le dos à Emmanuelle.


La professeure emboite le pas au vendeur qui se dirige vers le fond du magasin. Dans cette partie à l’abri de la plupart des regards, on peut voir différente machines dont la dentiste ignore l’usage que l’on peut en faire. Sébastien se place face à une machine et demande à Emmanuelle :


— Alors Emmanuelle, quel nom dois-je inscrire sue cette plaque ?

— CHIENNE !! répond la dentiste à une vitesse incroyable comme si le mot lui brulait les lèvres.

— Chienne !! répète le vendeur en haussant un sourcil.

— Oui… oui !! En fait c’est… c’est ma fille qui…

— Votre fille qui ?? demande Sébastien, curieux.

— Et bien… nous lui cherchions un nom et… et ma fille a annoncé Chienne comme si c’était une évidence !! reprend Emmanuelle avec une voix qui manque d’assurance, aux prises avec un profond sentiment d’humiliation. Je… j’ai été surprise par cette annonce de ma fille !! déclare Emmanuelle en rougissant.

— Votre fille doit être bien jeune pour que vous la preniez au mot, Emmanuelle.

— En fait… elle… elle a 22 ans…

— En effet, elle n’est plus tout à fait innocente !! Et, vous, vous trouvez normal d’appeler un animal de la sorte !! rétorque le vendeur sur un ton réprobateur.

— Mon M…, mon mari a trouvé ça drôle et a déclaré que ce nom convenait tout à fait à cette femelle racée mais avec un grand besoin de dressage.


Tout en disant ces paroles, Emmanuelle revoit Maître Tom dans son bureau lui donnant la mission d’acquérir un collier et de le faire marquer du mot « CHIENNE ». Il a réussi à la persuadé de s’acquitter de sa tâche en lui prouvant que ce nouveau prénom lui allait à merveille. Il a commencé par lui donner une bonne fessée en l’appelant Emmanuelle puis il l’a nommée « Chienne » à chaque fois que les claques s’arrêtaient et que ses doigts glissaient dans la fente de la dentiste. Il a alterné ces deux formes de traitement pendant de nombreuses minutes et a fini par demander à la professeure quel prénom elle préférait.


— Chienne… je suis votre Chienne, Maître !!

— Pardon !! demande Sébastien qui a entendu la dentiste murmurer ces mots sans vraiment les comprendre.

— Non… non, rien !! répond Emmanuelle en baisant la tête pour masquer le rouge qui lui monte aux joues.

— J’ai terminé, Madame. La gravure vous plait-elle ? demande Sébastien en tendant le collier à Emmanuelle.

— C’est parfait !! déclare la dentiste en sentant son vagin palpiter sur ses boules de geisha en observant la gravure sur la petite plaque du collier.

— Peut-être souhaitez-vous l’essayer ? demande le vendeur sur un ton très sérieux.

— Je vous demande pardon ? Je ne vous permets pas, ce collier est destiné à mon animal de compagnie !! déclare la professeure sur un ton indigné.

— Vous allez pourtant devoir le porter car c’est le souhait de Monsieur Tom !!

— Co… comment… que me dites-vous là ? répond Emmanuelle de façon presque inaudible en comprenant que son vendeur connait son Maître.

— Vous n’êtes pas la première de ses soumises qu’il m’envoie. Je dois avouer que vous êtes la plus jolie de toutes les femmes qu’il a pu m’envoyer. Vous êtes aussi la seule qui se soit noyée dans ses explications de bourgeoise pour tenter de me persuader que ce collier n’était pas pour vous. Je dois admettre que, cette fois-ci, Monsieur Tom a mis le paquet en vous demandant de faire inscrire le mot « CHIENNE » sur ce collier.

— Vous… vous saviez que j’allais venir et ce que j’allais vous demander ? répond Emmanuelle en comprenant qu’elle s’est donnée en spectacle devant ce vendeur.

— En effet, je savais que vous alliez venir mais, comme à chaque fois, je ne savais pas quel nom j’allais devoir inscrire sur le collier. Encore une fois, je dois avouer que Monsieur Tom a bien choisi car ce nom vous va à merveille !! déclare Sébastien en passant le collier autour du cou d’Emmanuelle.

— Puis-je vous poser une question, Monsieur ? demande la dentiste en caressant du bout des doigts sa nouvelle parure.

— Bien sûr, Chienne !! répond Sébastien en insistant sur ce dernier mot.

— Monsieur Tom… je veux dire mon Maître vous envoie-t-il souvent des personnes comme moi ?

— Il y avait plus d’un an que je n’avais reçu personne mais vous êtes la deuxième en deux jours !!

— Et quel était son nom ? demande Emmanuelle, curieuse.

— Je présume que je peux vous le dire car il y a peu de chance que Monsieur Tom vous la présente. Le nom que j’ai eu à graver était « SLUT ». ce nom lui allait parfaitement car cette salope s’est caressée devant moi pendant que je faisais sa gravure. Monsieur Tom m’avait dit que je pourrais la baiser si elle me le demandait et cette petite pute me l’a demandé au moment où je lui passais son collier.

— Je… je dois vous avouer que… que tout ça m’a mise en ébullition !! Vous… vous voulez bien me baiser ?? demande timidement Emmanuelle alors que son ventre se tord de désir pervers.

— Pour vous, les consignes étaient : pas touche !! Donc je vais vous raccompagner jusqu’à la sortie du magasin avant de me laisser tenter par votre petit cul de chienne en chaleur.

— S’il vous plait !! implore Emmanuelle.

— Il en est hors de question car je ne souhaite par perdre un client tel que Monsieur Tom !! déclare Sébastien en poussant la dentiste vers la sortie.

— Mais, je dois régler mes achats !! proteste la professeure.

— Tout a déjà été réglé par Monsieur Tom, vous ne me devez rien !! conclut le vendeur en poussant presque Emmanuelle sur le trottoir de l’Avenue Jean Jaurès.


La professeure se retrouve seule sur le trottoir avec un nouveau collier au cou et un petit sac à la main contenant sa laisse. Elle reprend lentement ses esprits et commence à marcher vers le parking où elle a garé sa voiture sans remarquer un jeune homme noir qui est sorti du magasin juste derrière elle et qui commence à la suivre. Dans un premier temps, elle regarde vers le sol lorsqu’elle croise un passant qui la dévisage puis elle repense aux mots de son Maître lorsqu’il à choisi son nom : « Tu étais déjà ma salope bourgeoise et tu va devenir ma Chienne. Je veux que tu en sois fière car, par ce geste symbolique, tu vas définitivement devenir ma soumise !! ». À partir de ce moment, Emmanuelle redresse la tête et marche fièrement vers le parking en soutenant le regard des passants qu’elle croise. Après quelques minutes de marche, la dentiste arrive enfin à sa voiture dans laquelle elle se renferme avant d’appeler Monsieur Tom en Visio comme il le lui a ordonné.


— Alors ma salope bourgeoise, puis-je enfin t’appeler Chienne ?

— Oui, Maître !! répond la dentiste en exhibant fièrement son collier avec son nouveau nom.

— Chienne, je suis fier de toi ! Comment te sens-tu ? demande Maître Tom.

— Terriblement… excitée Maître !! Je me suis perdue dans des explications alambiquées alors que le vendeur savait déjà ce que je venais chercher. J’ai eu honte de devoir donner ce nom à graver sur mon collier mais mon corps a réagit de manière inattendue.

— Que veux-tu dire ?

— En fait, ma tête disait « non » mais mon corps disait « oui ».

— Caresse-toi Chienne, je sais que tu as demandé au vendeur de te baiser !! Tu dois avoir la chatte en feu !!


Emmanuelle pose son téléphone sur son support sur le tableau de bord et l’oriente de façon à ce que son Maître puisse la voir. Sa main droite descend vers son entrecuisse alors que la gauche glisse dans le décolleté de son chemisier. Ses doigts glissent sous la jupe de son tailleur et trouve rapidement le chemin qui mène à sa chatte alors que ses autres doigts pincent doucement ses tétons. La dentiste ferme les yeux au moment où son index et son majeur pénètre sa vulve en fusion. Ils glissent et jouent avec les boules de geisha arrachant à la dentiste un profond soupir. Tout à ses gestes sensuels, la professeure sent toutefois comme une présence et ouvre les yeux en tournant la tête vers la vitre de sa portière. Elle pousse un cri en croisant le regard d’un jeune homme noir d’une trentaine d’année.


— Que se passe-t-il ? demande la voix du Maître.

— Il… il y a un homme qui me regarde, Maître !!

— Ouvre ton chemisier, montre-lui tes seins, Chienne !!

— Hummm… ouiii, Maître !! répond Emmanuelle en ouvrant fébrilement les boutons de son chemisier de la main gauche alors qu’un troisième doigt de sa main droite pénètre sa chatte.

— Ouvre la vitre de ta portière et présente lui ton téléphone, je veux lui parler.


La dentiste ouvre la vitre de sa portière, saisit son téléphone et le tend au jeune homme en lui disant :


— Mon Maître veut vous parler !!

— Bonjour Monsieur ! annonce le jeune noir en voyant l’image de Monsieur Tom sur l’écran du Smartphone d’Emmanuelle.

— Bonjour, ma Chienne te plait ?

— Oui… beaucoup, Monsieur !! répond le jeune homme d’une voix plus assurée.

— Caresse-lui les seins et continue à me montrer ce que tu fais avec le téléphone de ma Chienne !!!!


Ces quelques mots claquent comme un ordre. Sans hésiter, le jeune homme passe son bras par la vitre de la portière et pose sa main sur la poitrine d’Emmanuelle. De son autre main, il pointe le téléphone vers la poitrine de la bourgeoise qu’il a suivi dans la rue. Il caresse doucement le galbe de ses seins jusqu’à ce que la voix de Maître Tom claque de nouveau :


— Elle te plait ma Chienne ?

— Oui, Monsieur !! répond le jeune homme noir en pinçant un téton de sa proie.

— Tu veux qu’elle te suce ?

— Si vous le permettez, Monsieur !!

— Chienne, sors de ta voiture, met-toi à genoux et suce lui la bite !! ordonne Maître Tom.

— Bien, Maître !! répond Emmanuelle transportée par la joie d’obéir à son Maître.


La dentiste déverrouille sa portière, descend de sa voiture et se met à genoux devant le jeune homme. Avec les gestes sûrs d’une femme mûre et déterminée, elle décroche sa ceinture et ouvre son pantalon pour le tirer des deux mains sur ses cuisses. La queue d’une vingtaine de centimètre est déjà dressée et Emmanuelle lève les yeux pour vérifier que son inconnu offre bien à son Maître l’image de salope qu’elle veut donner. L’homme la filme avec son propre téléphone et la professeure a un léger sourire de satisfaction avant de prendre ce beau membre en bouche. Son Maître ne va rien rater de ces moments de soumission si excitants. Le membre gonfle encore dans sa bouche et elle a désormais du mal à en faire le tour avec ses doigts. La bouche de la dentiste va et vient sur le membre tendu et ses lèvres descendent de plus en plus vers le bas ventre de cet inconnu au point de venir chatouiller le fond de sa gorge.


Le jeune homme noir commence à gémir et encourage la bourgeoise à lui faire du bien :


— Hummm… ta bouche est bonne salope !! Tu suces bien mieux que ma femme !!

— Ma Chienne aime les bonnes queues et je sais qu’elle a envie d’un gros dard comme le tient !! Chienne, dis-lui que tu veux sa queue !! intervient Maître Tom.

— Oooh… ouiii !! Je veux votre grosse queue en moi !! répond Emmanuelle avant de reprendre la matraque noire en bouche.

— Dis-lui que tu veux la sentir dans ton cul de Chienne !! Je veux t’entendre parler comme une pute !! ordonne le Maître.

— Prend-moi le cul !! encule-moi comme une salope de bourgeoise qui veut se faire défoncer par la grosse queue d’un inconnu !!


Emmanuelle se surprend à dire de tels mots mais ce langage qu’elle n’a entendu que dans des films pornos qu’elle regarde en cachette de son mari la transcende. Elle veut plaire à son Maître et lui faire oublier cette salope qui est passée dans l’animalerie deux jours plus tôt. Elle est Sa Chienne et elle ne veut pas qu’une autre prenne sa place. Elle va mettre toute l’ardeur nécessaire pour plaire à son Maître.


— Chienne, il va retirer ton plug pendant que tu cherches l’un des préservatifs que j’ai mis dans ton sac !! Tu devrais trouver celui qui convient !! reprend le Maître.


La professeure se lève et se penche en avant pour attraper son sac qui se trouve sur le siège passager. L’inconnu en profite pour remonter la jupe de son tailleur sur ses hanches et retire lentement le plug enfoncé dans son cul. Il a toujours le téléphone d’Emmanuelle en main afin que Maître Tom puisse profiter du spectacle et continuer à donner ses ordres. Comme son Maître le lui a indiqué, la dentiste trouve dans une pochette de son sac une série de préservatifs de différentes tailles. Décidément, cet homme pense à tout !! Elle choisit un modèle XXL et, sans changer de position, elle tend son bras vers l’arrière pour le tendre à son inconnu noir. L’homme s’en saisit et, comme s’il en avait l’habitude, le place sur sa queue d’une seule main.


— Maintenant, le veux voir ta grosse queue disparaitre lentement dans le cul de ma Chienne.


L’homme ne répond pas et place son gland sur la petite rosette palpitante d’Emmanuelle. La dentiste prend une profonde inspiration, redoutant de recevoir dans son cul une queue aussi grosse. Elle n’a rien dit pour ne pas déplaire à son Maître mais jamais elle n’a pris un tel calibre dans son orifice anal. Heureusement, le plug qu’elle porte depuis plusieurs heures lui a dilaté et détendu le rectum. Ce serait un mensonge de dire qu’elle ne sent pas le gland énorme se frayer un passage entre ses fesses mais il passe son sphincter en la faisant grimacer sans la faire crier de douleur. La dentiste avait bloqué sa respiration et reprend doucement son souffle en sentant la grosse queue noire progresser lentement dans ses entrailles. Sa main droite vole vers son entrejambe et elle commence à se caresser le clitoris en pensant à son Maître qui ne rate pas un instant de ce moment d’obéissance qu’elle lui offre.


La grosse queue la pénètre centimètre par centimètre et Emmanuelle commence à s’habituer à cette présence dans son cul. A travers la fine paroi qui sépare ses orifices, elle sent le gland glisser contre les boules de geisha qui emplissent son vagin. Cette sensation de plénitude avec ses deux trous de chienne remplis transporte la dentiste vers de nouvelles sensations. Elle pousse un profond râle et propulse son bassin vers l’arrière pour se planter sur la queue de l’inconnu. Elle se pince le clitoris et encourage son étalon :


— Hummm… ouiii !! Défonce bien mon cul de salope !! Merci Maître, votre Chienne adore !!

— Elle est bonne cette grosse queue, Ma Chienne ?

— Ouiiii… oui Maître !! Baise-moi comme une Chienne… éclate-moi le cul et fait-moi jouir salaud !!


L’inconnu accélère les va et vient dans le cul de sa partenaire alors que la dentiste fait voler ses doigts sur son clitoris. Elle pousse un râle bestial et part dans un orgasme fulgurant qui la cloue sur le siège de sa voiture. De son coté, le jeune homme n’a pas joui. Il se retire du cul d’Emmanuelle, enlève son préservatif, tire la professeure en arrière et présente sa queue devant sa bouche. Dans un état second, Emmanuelle ouvre la bouche et laisse la queue la pénétrer. Tout en continuant à filmer, son partenaire la saisit par les cheveux et imprime le rythme de la pipe. Au bout de quelques dizaines de secondes, un flot de sperme qui déferle en longues saccades emplit la bouche de la dentiste. Elle avale tout ce qu’elle peut mais la quantité est telle qu’une partie du précieux liquide coule sur son menton. L’inconnu se retire de sa bouche et, de ses doigts, il remonte son sperme vers la bouche d’Emmanuelle qu’elle lèche avec gourmandise et avale jusqu’à la dernière goutte.


Elle se délecte du précieux nectar lorsque la voix de Monsieur Tom retentit :


— Rend-lui son téléphone et tire-toi, je dois avoir une conversation avec Ma Chienne !!


Sans dire un mot, l’inconnu remonte son pantalon, rend son téléphone à la dentiste et se dirige sans se presser vers la sortie du parking. Emmanuelle remet de l’ordre dans sa tenue et se place derrière son volant en reprenant son téléphone en main. Son Maître est toujours là et la regarde d’un air satisfait.


— Est-ce que cette petite séance t’a plu, Chienne ?

— Oui, Maître !

— Je savais que tu étais prête à recevoir une telle queue dans ton cul !! La grosse bite de Moussa t’a fait du bien, Chienne ?

— Oui, Maître !! Mais… mais vous le connaissez ? répond Emmanuelle, incrédule.

— Pour une première fois, je ne t’aurais jamais fait baiser par un inconnu !! Cela t’arrivera sûrement mais je ne serai jamais bien loin. Maintenant, tu vas retirer ton collier et le placer dans ton sac avec ta laisse.

— Bien, Maître !

— Je passerai chez toi demain soir pour le poser sur ton cou et officialiser ton état de soumise. Fait en sorte que ton époux soit présent car j’ai des choses à lui dire. En attendant, passe une belle soirée. Demain je te donnerai tes ordres pour ma venue chez toi. Au revoir !!


Monsieur Tom vient de raccrocher sans laisser le temps à sa soumise de poser la moindre question. Elle avait pourtant envie de lui en poser quelques unes et une en particulier : depuis qu’elle a quitté l’animalerie, elle se demande qui peut bien être cette autre soumise dont le collier porte l’inscription « SLUT ». Plus elle y pense et plus elle a le sentiment de connaitre la réponse. Mais il va falloir qu’elle en ait le cœur net. Elle regarde sa montre et prend une décision : elle va faire un léger détour avant de rentrer chez elle. La dentiste s’engage sur le périphérique pour rejoindre les arrondissements bourgeois de l’ouest parisien. Elle gare son Audi Q5 sur le parking d’un immeuble qu’elle connait bien et se rend vers la porte d’entrée. Elle compose un code qu’elle connait par cœur sur le digicode et prend l’ascenseur jusqu’au troisième étage. Elle se présente devant une porte blindée et sonne.


Dans la minute qui suit, la porte s’ouvre sur son amie Laurence qui l’accueille avec un grand sourire. Emmanuelle s’engouffre dans l’appartement alors que son amie referme la porte derrière elle. En voyant la tenue de Laurence, la dentiste a compris : Laurence est « SLUT » !! Elle porte pour seule tenue un porte-jarretelles en dentelle rouge et des bas en résilles noires, le tout, recouvert d’un déshabillé en voile transparent noir. Elle est juchée sur des escarpins rouges aux talons d’une dizaine de centimètres. Mais, le plus marquant, c’est ce collier en cuir qu’elle porte sur lequel on peut lire l’inscription « SLUT » !! En voyant le regard furibond de son amie, Laurence se colle à elle et pose sa bouche contre la sienne. Sa langue glisse sur les lèvres d’Emmanuelle qui finissent par s’ouvrir et laisser passer la langue de la maîtresse de maison.


Les deux femmes s’embrassent profondément alors que les mains de Laurence glissent sous la jupe de son amie pour la remonter sur ses fesses. La dentiste interrompt leur baiser en plaquant son amie contre le mur du couloir avant de demander :


— Pourquoi t’a-t-il choisie avant moi ?

— Le Maître avait prévu de nous y envoyer ensemble avant-hier mais ton changement de planning de dernière minute l’a obligé à changer ses plans.

— Quel changement de planning ? demande la dentiste sans trop comprendre.

— Cette réunion improvisée par la doyenne en fin de journée pour convenir de la nouvelle stratégie de sécurité. Tu devrais t’en rappeler, car notre Maître y participait !!

— Je comprends maintenant pourquoi il avait l’air aussi absent pendant la réunion !! rétorque Emmanuelle sur un ton beaucoup plus cinglant qu’elle ne l’aurait souhaité.

— Si tu dois en vouloir à quelqu’un, c’est à notre doyenne qui vous a retenus tous les deux !! répond Laurence sur un ton apaisant.

— Tu as raison, ma chérie !! Notre Maître m’a dit qu’il viendrait demain pour que je devienne officiellement sa soumise. Est-ce qu’il a fait pareil pour toi ?

— Oui, il est venu hier soir vers 23h00. Je dois t’avouer que je ne l’attendais plus car il m’avait dit qu’il passerait en début de soirée. Il m’avait ordonné d’être nue sous une robe légère qu’il avait fait porter dans mon bureau. J’ai du lutter pour garder cette tenue aussi tard mais j’avais trop peur de faire un affront à notre Maître.


Les mains d’Emmanuelle ne peuvent s’empêcher de descendre sur les seins de son amie alors que celles de Laurence caressent les fesses mises à nue de la dentiste.


— Alain n’a pas trouvé ton attitude étrange ? demande Emmanuelle de plus en plus intriguée.

— Evidemment que oui !! Le Maître avais tout prévu en me demandant de lui dire qu’il allait passer pour le mettre en garde contre des soucis de sécurité à l’université pouvant engager celle des conjoints des professeurs. Ce flou a suffit à maintenir la curiosité d’Alain jusqu’à l’arrivée de notre Maître.

— Que s’est-il passé après ? demande Emmanuelle en faisant rouler les tétons de son amie entre ses doigt.

— Lorsqu’il a sonné, je suis allée ouvrir et je l’ai conduit au salon où Alain nous attendait. Le Maître a posé sur la table basse les clichés de moi que j’avais apporté dans ton bureau et a commencé à venter les talents de photographe de mon époux. Ensuite, il lui a demandé s’il appréciait les changements qui s’opéraient chez moi.

— Qu’a répondu Alain ? demande la dentiste en sentant un corps se coller contre elle.

— Tu n’as qu’à lui demander !! déclare Laurence en écartant les fesses de son amie des deux mains pour que le sexe de son mari s’y loge.

— J’ai répondu à Lorenzo, c’est son prénom, que j’aimais la nouvelle femme que j’avais dans mon lit. Il m’a demandé si j’étais d’accord de la voir devenir encore plus salope sachant que cela devait passer par une soumission totale de Laurence envers lui.

— Hummm… à en juger par ce que je vois, je présume que tu as dis oui !! déclare Emmanuelle en se laissant aller sous les caresses conjuguées de son couple d’amis.

— Lorenzo m’a dit qu’il allait la dresser et que je pourrai en profiter. Il m’a dit avoir des projets pour moi et qu’il me voulait comme assistant pour un futur dressage.

— Ensuite il a demandé à Alain d’aller chercher son appareil photo !! ajoute Laurence en embrassant son amie dans le cou.

— Lorsque je suis revenu, Laurence était à genoux devant lui. Elle avait retiré sa robe et portait pour seuls atours un collier en cuir et ses escarpins noirs à hauts talons. Il s’est tourné vers moi et a déclaré : « je te présente SLUT, salope en français !! » puis il m’a demandé de photographier ce qui allait suivre.

— Le Maître s’est dirigé vers la porte d’entrée et est revenu avec deux hommes de grande stature !! reprend Laurence en glissant une main entre les cuisses d’Emmanuelle.

— Ensuite Lorenzo a donné ses ordres et les deux hommes se sont servi de Laurence pendant près de deux heures. Il m’a guidé pour prendre les meilleurs photos sous le meilleur angle et lorsque les deux hommes sont partis après avoir offert plusieurs orgasmes à Laurence, il m’a dit qu’il avait réalisé doublement mon fantasme: voir ma femme prise, non pas par un, mais par deux inconnus !!

— Hummm… tout ça t’a fait de l’effet, Alain !! minaude la dentiste en glissant sa main vers la queue qui glisse entre ses fesses.

— Je dois avouer que c’est le cas, mais, ce qui me fait le plus bander c’est que Lorenzo m’a dit que je pouvais me servir de toi comme je me sers de Laurence. D’aussi longtemps que je te connais, j’ai toujours rêvé de te voir lui lécher la chatte !! Tu veux bien lui manger le minou devant moi ? demande Alain en pressant sa queue entre les fesses d’Emmanuelle.

— Hummm… je ne voudrais pas que tu dises au Maître que j’ai refusé de coopérer ! répond Emmanuelle tout en cherchant du regard les caméras qui ont forcément été dissimulées dans l’appartement de ses amis.

— Ma chérie, va sur le canapé et ouvre les cuisses, je crois que cette chienne veux te bouffer la chatte !! déclare Alain en regardant sa femme et en prenant la dentiste par le bras pour la guider vers le salon.


Laurence place ses fesses sur le bord du canapé et écarte largement les cuisses alors qu’Alain fait mettre son amie à quatre pattes devant elle. Alain pousse Emmanuelle vers l’entrejambe de son amie. La dentiste est tellement excitée après la déclaration d’Alain qu’elle ne se fait pas prier pour poser ses lèvres et sa langue sur la fente luisante de mouille de Laurence. Elle n’a jamais osé se l’avouer mais, dans la plupart de ses rêves, lorsqu’elle se voyait dans une partie à plusieurs c’était toujours avec ces deux là et son mari qui les observait de loin. Il a fallu l’arrivée de ce Monsieur Tom pour que tout ceci se concrétise et la dentiste se demande comment cela n’est pas arrivé plus tôt tant ils en avaient tous envie. L’explication se trouve sûrement dans leurs préjugés bourgeois qui les maintiennent dans un carcan de bonnes manières. Emmanuelle frémit en sentant les mains d’Alain se poser sur ses hanches et son gland se poser sur sa petite rondelle.


Ce contact l’électrise et sa langue s’active de plus belle sur la chatte de Laurence qui se met à gémir de plaisir. D’une poussée lente mais continue, Alain entre dans son cul et la dentiste se félicite d’avoir pris juste avant la queue de cet inconnu dans le parking qui a bien élargi son petit anneau. Pour un asiatique, le mari de Laurence est plutôt bien monté et sa queue remplit encore bien le petit trou de la dentiste. Il commence de lent vas et vient entre les fesses de son amie et accélère le mouvement à mesure qu’elle se met à gémir.


— Il est comment son cul, mon chéri ? demande Laurence entre deux halètements de plaisir.

— Il est aussi bon que le tien, salope !! Un prochain jour, je vous prendrai l’une après l’autre par le cul !!

— Hummm… elle va me faire jouir cette chienne !! se met à crier Laurence.

— Ohhh… ouiiii… moi aussi !! s’exclame Alain en giclant dans le cul de la professeure.

— Hummmm… Haaaa… ouiiii !! répond Emmanuelle en écho en sentant Alain se répandre en elle.


Le trio reprend son souffle avant qu’Emmanuelle ne se relève afin de rajuster sa tenue. Elle se penche vers Laurence pour poser un doux baiser sur ses lèvres avant de se tourner vers Alain qui se propose de la raccompagner vers la porte d’entrée. Avant qu’elle ne quitte l’appartement, il la colle contre le mur et l’embrasse avec fougue en lui caressant la chatte par-dessus la jupe de son tailleur. Elle lui rend son baiser et leurs langues se mêlent dans un profond baiser. Alain interrompt le baiser, ouvre la porte et déclare au moment où Emmanuelle passe le seuil :


— Cette première fois ne sera sûrement pas la dernière !!

— Je l’espère !! répond la dentiste alors qu’il referme déjà la porte derrière elle.

Diffuse en direct !
Regarder son live