Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 605 fois
  • 68 J'aime
  • 2 Commentaires

Emois de jeunesse

Chapitre 2

Hétéro
68
5

J’avais alors dix-neuf ans et j’allais très souvent à la piscine faire des bassins. J’avoue que je ne faisais pas que nager, mais j’aimais aussi beaucoup mater les mouvements des jambes sous l’eau, avec une préférence pour les nageuses de brasse, l’idéal étant sur le dos bien sûr. Mais je guettais aussi les maillots qui bâillaient, se déplaçaient ou avaient tendance à s’enfoncer entre les fesses de ces femmes qui venaient nager durant leur pause de midi. J’alternais entre deux piscines, mais avais une préférence pour une plus petite qui avait l’avantage d’avoir des douches hommes/femmes très proches permettant d’avoir une vue partielle de ce qui se passait de l’autre côté. Un jour, je remarque une femme avec un maillot plutôt très détendu au niveau de l’élastique de la taille, je ne manquais pas de mater chaque fois que nous nous croisions. Le maillot était de plus légèrement transparent, ce qui laissait deviner sa toison brune.


C’était une femme de quarante-cinq ans environ, assez jolie sans être un top model. Je m’arrête alors pour une petite pause en bout de bassin, elle arrive, nageant sur le dos, elle cherche de la main le mur, et, paf, elle tombe sur mon maillot, en plein sur l’endroit où j’espérais voir les femmes poser leurs mains. Elle fait comme si de rien n’était, s’excuse juste un peu de m’avoir touché. Je crois au hasard. Je nage de nouveau un peu et m’arrête de nouveau, la laissant venir vers moi. Et le même phénomène se reproduit sans que je n’aie rien fait pour, j’étais sur le côté de la ligne. Soit le hasard faisait bien les choses, soit elle était sacrément adroite pour faire ça sans me voir. Un peu timide, je ne sais pas quoi faire, mais ça se reproduit deux fois puis elle sort de la piscine. La semaine suivante, j’y retourne, un peu plus tôt espérant revoir ma nageuse intrépide...


Effectivement, elle arrive 10 minutes après moi. Son maillot n’est plus le même, une pièce et plus collant à la peau. L’été arrivant, le bassin extérieur est ouvert et seuls les “vrais nageurs” sont dans le bassin intérieur de 25 mètres. Nous sommes beaucoup moins nombreux. Elle choisit une autre ligne d’eau. Après quelques allers et retours, je change pour être dans la même ligne d’eau qu’elle. J’attends à nouveau, et même scénario, sa main se pose sur mon maillot... et pas n’importe où. Je ne pense pas qu’elle me reconnaisse, elle doit souvent jouer à ça. Petite excuse légère et elle repart. Elle fait, aujourd’hui, un crawl sur le dos, aussi en la doublant, je m’arrange pour que sa main passe à nouveau sur mon sexe. Peut-être moins volontaire, mais elle semble jouer le jeu... nous recommençons durant 2 ou 3 bassins. Un peu plus confirmé dans son jeu, je m’aventure aussi à poser ma main sur ses fesses lorsqu’elle arrive au bout du bassin.


Je fais de nouveau un aller et retour et l’attends. Et de nouveau... mais elle ne repart pas cette fois. Elle fait comme si de rien n’était puis elle me parle un peu :


— J’aime bien cette piscine, j’habite près de... mais je préfère celle-ci.


Je bredouille une réponse sans sens, puis je dis :


— Oui, moi aussi je préfère c’est plus intime...


Elle me sourit, elle a de très beaux yeux gris-vert.


— Oui, c’est agréable... je dois partir au revoir, bonne journée.


Mon relatif jeune âge et surtout la différence d’âge fait que je ne sais quoi dire.


— Heuu, oui, bonne journée.


Dans le mouvement pour sortir du bassin, ses fesses reculent un peu vers moi et moi j’avance un peu pour coller mon bassin contre ses fesses. Cette fois, c’est sûr qu’elle sent bien la barre qui traverse mon maillot. Elle sort de l’eau et me lance un sourire en partant. Une autre semaine s’écoule, pleine de fantasmes où je la prends dans les douches, où elle me tripote dans la piscine... et j’y retourne, à la même heure. Elle arrive directement sur la cible... puis elle repart. Je fais un aller et retour et l’attends de nouveau, même jeu... là ce n’est plus le hasard et ma semaine de fantasme fait que je suis très excité. Je la double, l’attends. L’imagination et les brefs contacts aidant, elle trouve un bon début d’érection quand pour la troisième fois elle touche mon maillot. Cette fois, je laisse aussi traîner ma main afin de toucher ses fesses au passage... mais très rapidement elle repart. Nous jouons comme ça quelques bassins... je ne débande pas.


Cette fois, le bout de ligne est un peu encombré. Elle arrive avec son adroite main en arrière, constate sans doute que je n’ai pas débandé... et s’accroche sur le bord, me tournant le dos. Je me tourne, plaquant mon bassin sur ses fesses, elle ne bouge pas et entreprend de discuter avec la nageuse à côté d’elle tout en favorisant la pression de ses fesses sur mon sexe, ondulant même très légèrement... je n’en peux plus et mes jambes tremblent d’excitation. Là-dessus, elle sort du bassin sans se retourner vers moi et dit à sa voisine :

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


— Bon, je ne reste pas aujourd’hui, avec la grève des transports, je suis obligé de partir plus tôt.


Je sors aussi, me dirigeant vers les douches, je la vois en passant, elle est dans l’angle qui permet de nous voir entre les douches. Je commence donc à me savonner en insistant sur l’avant de mon maillot à tel point que j’exhibe une belle érection. Elle est la seule à me voir et semble très intéressée, elle savonne aussi généreusement l’intérieur de son maillot au niveau de l’entrejambe en me regardant, mais sans trop se découvrir. Puis elle part au vestiaire. Je vais au vestiaire, aussi, côté hommes bien sûr. Je m’habille très vite et vais dans ma voiture. Je déplace ma voiture près de la sortie et l’attends... Dès qu’elle sort, je démarre, passe près d’elle et baisse ma vitre :


— Vous voulez que je vous dépose ? Il y a une grève aujourd’hui.

— Ha, c’est très gentil, me dit-elle... J’habite boulevard Thiers, c’est votre route ?

— Oui, quelle chance...


J’étais prêt à faire tous les détours nécessaires bien sûr ! Nous discutons, de tout et de rien, comme si elle ne m’avait pas reconnu et ne se souvenait pas de m’avoir touché à de maintes reprises et s’être frottée sur ma queue. Je n’en reviens pas... Nous arrivons en bas de chez elle. Elle ouvre la portière pour descendre de la voiture.


— Merci beaucoup, c’est très gentil à vous...

— Heu, je vous en prie... ben à bientôt peut-être.

— Oui sans doute la semaine prochaine.


Elle me fait un petit sourire, ses yeux sont amusés et coquins et elle s’éloigne. Quelle allumeuse ! Je suis furax de mon manque d’audace. Une autre semaine de fantasmes où je la prends dans le doute les positions ! Semaine suivante, elle est là et le jeu recommence. Deux, trois fois... et comme il y a très peu de monde dans le bassin (on peut du reste se demander pourquoi on est dans le même couloir de nage. Je prends mon courage à deux mains et je baisse mon maillot quand elle arrive. Je relâche mon maillot sur sa main, qui se trouve « presque » emprisonnée... surprise. Sa main enserre mon sexe bandé et ressort de mon maillot. Elle a perdu de son assurance et a les joues très rouges quand elle se tourne vers moi. Mais elle sourit et repart aussitôt. Je ne peux malheureusement pas recommencer, car un autre homme est sur la ligne proche. Au bassin suivant, elle fait une pause et comme une semaine plus tôt, se frotte à moi en parlant avec son voisin de ligne.


Je glisse une main sous l’eau et commence à caresser ses fesses. J’essaie d’aller un peu plus loin, mais elle repart nager en me gratifiant d’un sourire amusé et satisfait. Je suis comme fou. Elle va au bout et sort du bassin. Je pars alors dans les douches à mon tour. Elle attend.


— Ha bonjour !


Comme si elle ne m’avait pas reconnu !


— Bonjour.

— Ça vous dérange de me raccompagner de nouveau ? La grève est prolongée.

— Heu non, bien sûr...

— À tout de suite, je me dépêche.


Bon, cette fois, j’espère bien la raccompagner jusqu’à sa porte d’entrée. Elle sort de la piscine, habillée plus sexy que la dernière fois, une jupe plissée au-dessus du genou, une veste légère sous laquelle je devine un chemisier ample. Et elle s’assoit dans ma voiture, laissant remonter sa jupe à plus que mi-cuisses.


— C’est gentil de me raccompagner...

— C’est très agréable de rouler avec vous...


Elle rit doucement.


— J’aime bien la piscine, ça donne les cuisses et les fesses plus fermes, à mon âge il faut que je m’entretienne.

— Il me semble que les vôtres le sont !

— Vous n’en êtes pas sûr ?


Là, c’est moi qui rougis un peu.


— J’ai quelques trous de mémoire, parfois...


Elle déplace alors sa cuisse contre le levier de vitesse sur lequel est ma main.


— Rafraîchissez-vous la...


Je remonte sur sa jambe... Et hop elle se dérobe...


— On arrive chez moi, en parlant de rafraîchissements, je peux peut-être vous offrir quelque chose ?

— Heu, oui je veux bien.


Nous montons chez elle. Elle ouvre la porte et me dit de m’installer dans le salon. Elle revient avec deux verres, une bouteille de vin blanc et s’installe face à moi. Nous discutons de tout et de rien puis, après deux verres, je lui dis :


— Vous venez souvent jouer dans la piscine ?


Elle rougit.


— Oui j’avoue que j’aime ça, beaucoup d’hommes sont gênés, d’autres deviennent trop entreprenants...

— Et moi ?

— Vous avez été juste comme il faut, c’est pour cette raison que vous êtes là...


À ce moment-là, elle écarte un peu ses jambes et je vois qu’elle n’a pas remis de culotte sous sa jupe...


— Et ça vous excite le contact de ces sexes ?

— Oh oui terriblement, je me caresse en rentrant chez moi...

— Vous préférez le faire seule ?

— Non, mais mon mari n’est plus très actif et rarement là... puis il n’est pas équipé comme toi !


Là-dessus, elle se lève, s’agenouille devant moi, me caresse de manière plus poussée cette fois, puis ouvre ma braguette pour prendre directement ma queue ultra-bandée dans sa bouche. Elle me complimente sur la taille de mon sexe. Elle me suce avec gourmandise, caressant mes bourses... Je sens que je ne vais pas résister longtemps. Surtout qu’elle s’active de plus en plus fort... hummmm et là je lâche toute la purée dans sa bouche gourmande... elle avale tout jusqu’à la dernière goutte et me nettoie avec application. Le nettoyage me fait bien sûr rebander... c’est bon d’avoir dix-neuf ans. Et elle me dit qu’au moins elle est sûre que je durerai plus longtemps. Elle s’allonge sur la moquette, relève sa jupe plissée, elle ne porte pas de culotte, et déboutonne son chemisier,


— Humm, viens me lécher !


Je ne me fais pas prier et plonge entre ses cuisses, l’aidant à ouvrir son chemisier et à libérer ses seins gonflés. Son sexe est très bien taillé. Bien sûr, elle sent un peu la piscine, mais je me délecte de son sexe trempé et offert. Elle commence à onduler et semble aimer ma langue qui s’active sur son clito. Mon sexe a repris son ampleur et il bat contre mon ventre.


— Hummm, oui, viens en moi, viens m’enfiler ta grosse queue.


Je ne me fais pas prier et présente mon sexe à l’entrée de son sexe, il est trempé par son excitation et ma salive. Je m’enfonce en elle avec délectation, elle remue sous moi et vient au-devant de mes coups de boutoir. Je me retire et la retourne pour la prendre en levrette, je viens buter sur son cul, elle semble aimer ça, à en entendre ses gémissements. Nous sommes toujours dans le salon et je fais l’amour à cette femme de plus de vingt-cinq ans mon aînée, mais qui semble apprécier ma jeune bite très dure.


— Ho oui, viens, viens, baise-moi, je suis sûr que tu en as envie depuis la première fois que j’ai touché ta queue dans la piscine !

— Oui, j’en ai rêvé de ton cul !


Je la tiens par les hanches et me défoule en elle de plus en plus vite, elle commence à gémir de plus en plus.


— Hahahaaaaa, continue, je vais jouir, continue...


J’essaye de me retenir et de maintenir ce rythme élevé quand elle se met à trembler et à jouir, je ne résiste pas et jouis en elle dans de longs spasmes brûlants, ce qui a pour effet d’augmenter sa jouissance. Nous tombons écroulés sur la moquette... très vite elle descend vers mon sexe pour le nettoyer très doucement et profondément. Ce qui a pour effet de refaire gonfler mon sexe. Elle me regarde d’un air malicieux :


— Hummm, c’est bien les jeunes !


À ce moment-là, elle me pousse sur le dos et vient s’empaler sur mon sexe, elle monte et descend, ses seins bougent sous mes yeux, je prends ses hanches pour l’aider à monter et descendre sur ma hampe dressée.

Elle gémit de nouveau, je n’en reviens pas de cette femme si chaude. Elle se retire puis appuie ses coudes sur le canapé pour que je la prenne en levrette. Je claque contre ses fesses. Je me répands de nouveau en elle, ce qui provoque de nouveau un orgasme chez elle, mais beaucoup moins fort. Nous avons ensuite pris une douche ensemble, puis je l’ai laissée. Nous nous sommes croisés de nouveau, mais ce sera pour un nouveau récit...

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder