Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 947 fois
  • 14 J'aime
  • 7 Commentaires

Enchainement imprévus

Chapitre 2

Gay

Fabien rentra chez lui, ce geste plus affectueux que provocateur me laissa pantois devant sa porte d’entrée, je mis quelques secondes à émerger de mes pensées et à rentrer chez moi ! Je n’ai pas vraiment dormi cette nuit là, encore trop excité de ce qui s’était passé et Fabien qui ose des gestes plus tendre envers moi. Toutes ces pensées m’ont empêchée de dormir une bonne partie de la nuit. Le matin, je me lève difficilement pour me préparer pour le lycée, quand je sors, Fabien est devant le portail à m’attendre, dès qu’il me voit, il me lance un de ses sourire malicieux que j’aime tant et qui le rend encore plus mignon qu’il ne l’est déjà.


_Salut Fabien, lui dit-je timidement.

_Lut Ange, t’es gêné ou quoi ? Il t’arrive quoi ?


Je pris mon courage à deux mains, depuis longtemps je voulais lui dire mais jamais je n’avais osé devant tous les autres, là il est tout seul alors j’en profite :


_Fabien, qu’est ce que tu éprouves envers moi franchement ?

_Je ne sais pas vraiment moi non plus, me répondit-il directement, je t’aime beaucoup, même plus que ça mais ça me tourmente un peu !

_Pourquoi ? Parce que je suis un mec ?

_Ba oui un peu quand même, je ne me sens pas homo dans ma tête mais toi, je…, j’ai toujours envie d’être avec toi en fait, c’est plus ça, j’ai toujours envie de te voir.


Je ne savais pas vraiment comment prendre ses propos, il m’aime oui ou non, c’est plutôt vague mais en tout cas il ne m’a pas rejeté non plus !


_Ecoute, mes parents partent en week-end cet aprèm, ça te dit de passer le week-end avec moi ?

_Ouai je veux bien, répondit-il avec un grand sourire radieux.


La journée de cour se passa normalement, Fabien et moi nous ne sommes pas dans la même classe mais comme à notre habitude nous nous retrouvons avec nos amis au café du coin.


_Alors ton petit boulot hier Ange, ça c’est bien passé ? Me demande Cindy, une amie depuis ma plus tendre enfance

_Oui ça c’est très bien passé, répondis-je un peu timidement, justement, je paie ma tournée, bière pour tout le monde.


Une grande exclamation de joie retentit dans le bar, il n’y a pas grand monde non plus, la bière coule à flot, tout le monde à son verre, tous trinquent et rigolent entre eux. Dans ce tumulte, je donne l’argent au barman, attrape la main de Fabien et l’entraîne au dehors.


_Tu as bien calculé ton coup pour qu’on s’éclipse sans attirer l’attention, dit Fabien en rigolant.

_Ouai je sais bien, en tout cas au moins personne ne sauras que tu viens chez moi pour le week-end.


Nous partons ensemble pour chez moi, à peine la porte d’entrée refermée, Fabien m’attrape par les hanches dans mon dos et pose sa tête sur mon épaule. Je sens sa bite contre mes fesses, il commence à bander doucement mais sûrement.


_Je croyais que tu ne savais pas vraiment ce que tu voulais. Lui dis-je pour le taquiner.

_Oui et je ne sais toujours pas mais, je me laisse guider par mon instinct, et il semble que mon instinct te veuille, toi.


Il fait onduler mon bassin, frottant mes fesses contre son sexe de façon douce et langoureuse, en même temps il m’embrasse dans le cou puis les épaules au travers de mon tee-shirt. Il remonte doucement ses mains, les passes sous mon vêtement et me caresse le ventre puis le torse, ses mains sont si douce contrairement à ce que je pouvais penser, il m’excite comme un dingue, je bande dure, ma bite me fait mal dans mon pantalon. Comme si il lisait mes pensées, il garde une main sur mon torse et descend l’autre vers mon pantalon, passe dessous, glisse dans mon caleçon et prend ma bite dans sa main en entamant une lente masturbation. Je me laisse totalement faire, depuis le temps que j’attendais ça, enfin mon plus grand fantasme va se réaliser.


_Ou est ta chambre ? Me demande t-il

_Viens.


Je le prends par la main qu’il avait dans mon boxer et l’entraine avec moi, son regard est étrange, il est attendrissant, lui qui est d’habitude sur de lui et qui garde toujours confiance, il semble perdu et désemparé.


_Ca va Fabien ? Lui demandai-je inquiet

_Oui, je crois, je ne sais pas trop en fait, je suis un peu perdu là.

_Ecoute Fabien, si tu ne veux pas, je ne t’y oblige en rien, si tu ne te sens pas près on peut arrêter là, ça ne me dérange pas, je préfère arrêter maintenant plutôt que tu regrettes après.


Ca m’était déjà arrivé à celui qui m’a enculer pour la première fois, je n’ai pas envie que cela se reproduise.

Nous sommes dans ma chambre, il s’assied sur mon lit la tête basse, il se cherche en direct devant moi, très hésitant je lui dis :


_Ecoute, tu ne veux pas arrêter, mais tu hésites à continuer, alors laisse moi faire, et si tu te sens trop gêné tu n’auras qu’à me le dire, et j’arrêterais !

_D’accord, répondit-il avec plus d’assurance.


Il s’allongea, position saumon, « aïe il est tendu ». Doucement, je me mets à cheval sur lui au niveau de ses jambes, délicatement je soulève son tee-shirt dévoilant petit à petit ses abdos puis ses pectoraux. Il se relève et enlève son vêtement, contrairement à mon souvenir, il est imberbe, pas un poil ne recouvre son buste, même sous les bras.


_J’ai remarqué que tu étais complètement rasé, alors je me suis dit que tu préférerais si je me rasais. Dit Fabien


Cela me surpris incroyablement, il s’était rasé pour me faire plaisir, lui qui semble si sérieux à tout moment de la journée, il ressemble plus à un petit chien apeuré à présent face à moi. J’approche mon visage de ses abdos, passe ma langue délicatement dessus, un véritable régal son ventre puis son torse, son odeur corporelle me rend complètement dingue, il respire fort, légèrement crispé, les mains serrées, il me laisse tout de même faire. Je continue mon manège sur son buste pendant une dizaine de minute pour le mettre vraiment en confiance puis descends petit à petit vers son entre jambe. Je pose mon visage sur sa bite bandée au travers de son pantalon, respirant l’odeur dégagée par son objet de plaisir, je me frotte dessus puis déboutonne son pantalon et le fait glisser délicatement. Une grosse bosse déforme son boxer, je lèche son membre avec douceur au travers, frotte mon visage dessus, une délicate odeur de propre mélanger à un peu de transpiration s’échappe de ce bout de tissus. Du coin de l’œil, je vois Fabien me regarder tout sourire, il se redresse prend ma tête dans ses mains et m’attire vers lui, nos lèvres se touche, nos langue s’entremêle, s’en suit un baiser passionné d’une durée interminable tant il est bon et doux.


_Je sais ce que je veux maintenant, et c’est toi Ange, je t’aime comme un fou et je viens vraiment de m’en rendre compte.


Je ne dis rien, nous recommençons notre baiser passionné, Fabien m’enlève mon tee-shirt et me sert fort contre lui, nos corps collés l’un à l’autre, sa bite dans son caleçon collée à la mienne dans mon pantalon. Il glisse ses mains le long de mon dos, me prend les fesses et les masse délicieusement. Il se redresse, nous nous retrouvons assis l’un contre l’autre moi sur ses jambes toujours dans l’élan d’un baiser qui n’en finit pas. Il me caresse l’entre jambe au travers de mon pantalon, ma bite me fait mal ainsi coincée, il le devine, m’allonge en basculant en avant, je me retrouve allongé, lui au dessus de moi, il prend mon jean et le tire d’un coup sec faisant venir mon boxer avec. Je me retrouve totalement nu face à mon ami de toujours qui vient de devenir mon amant. Fabien est un garçon sublime dans sa virilité mais je le découvrais absolument touchant dans sa gêne et sa timidité. Il me caresse le corps dans son ensemble délicatement, passionnément, n’oubliant aucun recoin de mon anatomie, il me retourna sur le ventre et commença un magnifique massage. Ses mains passent sur mon dos de façon si douce que j’en gémis tellement c’est agréable.


_Ton cul est magnifique Ange, me dit-il.

_Merci répondit-je, il n’appartient qu’à toi de le combler d’avantage !


Il passa un doigt sur mon anus qui me fit frémir de plaisir, ma bite coincée sous mes couilles lui est accessible, il le sait bien mais il me fait languir comme un dingue.

Diffuse en direct !
Regarder son live