Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 22 824 fois
  • 68 J'aime
  • 3 Commentaires

J'ai enculé ma copine pendant qu'elle dormait

Chapitre 1

Erotique

J’ai enculé ma copine pendant qu’elle dormait



Je vais vous raconter une soirée qui remonte à quelques temps. A l’époque j’étais encore avec mon ex copine. C’était une femme qui n’était pas très attirée par le cul C’était la routine et nous faisions l’amour toujours à la même heure, le samedi soir avant de s’endormir et le dimanche matin après le petit déjeuner. Elle n’avait pas envie de se donner les autres jours de la semaine, parfois cependant elle me satisfaisait en me branlant la bite avec sa main ou en m’administrant un pompier, c’était bon car sa main était très douce et sa bouche parfumée et fraîche. J’ai réussis aussi après la branlette ou la pipe à l’amener à m’enfoncer son doigt dans le trou de mon cul. Je trouvais excitant qu’elle me branle, je me mettais sur le côté, mon cul tendu vers elle, je tenais fermement sa main et je dirigeais son index vers mon trou du cul l’invitant à le pénétrer. Elle ne s’était jamais offusqué, alors je mettais lentement son doigt dans mon cul, elle introduisit son doigt profondément dans le trou de mon cul, et ainsi mon amie m’enculait en faisant de légers mouvements avec son doigt. Je me branlais également la bite, je l’ai souvent humidifié en crachant dessus et pressé le gland entre mon pouce et mon index. Toutes les fois où elle m’enculait avec son doigt, j’étais excité et je déchargeais souvent abondament et je ressentais aussi un vif plaisir, mais je jutais sur les draps et non pas dans sa bouche comme je l’aurais préféré naturellement. Puis il y a eu cette nuit, il y a environ deux ans, mais je m’en souviens encore très bien, car ce fut une nuit très excitante. C’était un samedi soir, nous étions allés chez des amis et nous avions beaucoup bu.Ma copine est allé au lit et s’était endormie assez vite. Je me suis installé devant mon ordinateur et j’ai regardé quelques sites de cul sur Internet, car je savais de toutes façons qu’elle était fatiguée et qu’elle n’avait pas envie de baiser.

J’étais donc assis devant mon ordinateur et je matais des photos excitantes de jolies filles tout en me branlant, mais je ne pouvais pas décharger, car les photos que j’ai trouvées ce soir là n’étaient pas particulièrement excitantes. Mécontent et insatisfait, j’ai regagné la chambre à coucher. Je voulais me mettre au lit et me branler jusqu’ à la jouissance pour pouvoir m’endormir détendu. Lorsque je suis arrivé dans la chambre j’ai eu une tout autre idée. Ma copine était allongée sur la couverture, pas sous la couverture comme d’habitude parce qu’il faisait très chaud. Elle portait une chemise de nuit en coton. Ce n’était pas la chemise de nuit qui m’excitait, mais ce soir là elle était relevée de telle façon que l’on pouvait voir son cul nu, j’ai saisi naturellement l’occasion de faire ce que normalement elle ne voulait pas accepter, à savoir m’intéresser surtout à son cul . D’abord je l’ai admiré à mon aise pendant longtemps, je contemplais la rondeur de ses fesses,la petite fente, ses poils pubiens, le petit trou de son cul, qui étét encore vierge, comme je le savais. Je me suis agenouillé près du lit, j’ai regardé son cul, je me suis branlé et ma bite est devenue très grosse et très raide. La vue se son petit trou du cul qui n’avait pas encore été dépucelé, m’a particulièrement excité. Après m’être de nouveau branlé, j’ai écarté avec l’autre main ses fesses lentement et avec beaucoup de précautions, afin de ne pas la réveiller. Son trou du cul s’est entrouvert un peu et je pouvais contempler son mignon trou du cul rouge, bien rond et un peu frippé, ce qui m’excitait au plus haut point. Mon visage était de plus en plus près de son cul. Cela sentait si fort, ce parfum d’amour me rendait fou. Lentement je passais ma langue sur les bords de son trou d’amour qui m’enivraient en prenant bien soin de ne pas la réveiller, car je désirais bien sur qu’elle continua à dormir, en effet j’avais imaginé de passer du bon temps avec son cul adorable.

Après avoir l’avoir gâtée en laissant ma langue entre ses fesses pendant quelques minutes, son trou du cul était trempé, car j’avais enfoncé la pointe de ma bite dans sa fente afin de la lubrifier parfaitement et pour la faire briller, puis j’ai pris ma pine dans la main et je me suis agenouillé sur le lit derrière son cul. D’abord j’ai enfoncé ma bite dans sa fente comme je l’avais fait avec ma langue, ma salive et les gouttes de foutre accumulées sur mon gland constituaient un mélange idéal pour permettre à mon gland de glisser facilement.

Jai commencé très lentement et avec d’infinies précautions à presser la pointe de mon gland sur son trou du cul, au début à l’extérieur, puis j’ai augmenté un peu la pression. J’ai senti que le pointe de ma bite était rentrée très lentement au début de quelques millimètres dans son trou du cul. C’était bigrement étroit et de plus si chaud que je me suis dit que j’allais déjà décharger,et cette petite aventure amoureuse m’avait bien excitée aussi. Mais j’ai alors ralenti mes mouvements, je voulais faire durer le plaisir le plus longtemps possible. Je sais qu’une occasion comme ça ne se reproduira de si tôt. Alors j’ai continué a faire bouger le gland de ma bite toujours aussi lentement dans le trou du cul qui m’était offert. J’aurais bien aimé introduire ma bite très profondément dans son cul, jusqu’à la garde, mais je savais que je l’aurais réveillée, ce qui malheureusement aurait mis fin aux plaisir extrême que je ressentais. Aussi je me suis maitrisé et je fis cette chose là : J’ai fait avancer ma bite un peu dans son cul peut-être d’ un centimètre, si bien que mon gland était maintenant bien au chaud dans son trou. Ensuite j’ai fait glissé lentement la peau de ma bite entre le pouce et l’index de ma main droite et je me suis branlé pour arriver à décharger le plus rapidement possible, pendant que j’étais dans son cul, ce fut une exquise sensation de sentir la douce pression de son trou du cul sur mon gland, puis de pouvoir jouir très lentement presque trop lentement. Je pouvais me maitriser pendant quelques temps, puis après environ cinq minutes, j’ai remis ça, jusqu’ à ce que je ne puisse plus me retenir. J’ai sorti ma bite de son trou du cul et je me suis branlé de nouveau, je n’ai pas tardé à décharger pour la troisième fois. Un jet très puissant sortit de ma bite, je n’avais jamais déchargé autant de foutre dans le cul d’une fille, j’ai laissé dégouliner la liqueur d’amour sur le plancher à côté du lit, j’étais trop excité et cette fois-ci incapable de me retenir. Au moins cette fois j’y étais arrivé sans bruit, à faire ce que j’aimais le plus dans le sexe, car c’était arrivé soudainement et j’étais très excité. Mais je ne voulais pas qu’elle se réveille et qu’elle me voit tout nu, la bite à l’air. Très calmement j’ai fini de jouir et le foutre a coulé entre mes doigts. Lorsque j’eus terminé, j’étais assez fatigué. La jouissance avait eu raison de moi, je suis allé chercher dans la cuisine un rouleau de papier à essuyer pour nettoyer le sol, heureusement c’était du plancher et je n’ai pas eu de mal à faire disparaître le foutre. Pendant que je nettoyais je contemplais encore une fois son cul et je remarquais qu’il était encore mouillé. J’ai lavé son cul rapidement aussi et je ne pouvais pas m’empêcher de lécher le papier. C’était très bon et j’ai encore eu le droit de savourer ce petit plaisir. Le papier sale, je l’ai jeté dans les toilettes avec regret car je savais que cette aventure excitante ne pourrait se reproduire dans les jours à venir. Je suis allé vite au lit et comme j’étais épuisé je me suis vite endormi. Mon amie n’a jamais rien su de cette expérience, car le lendeman matin lorsqu’elle s’est réveillée, elle ne m’a rien dit à ce sujet.


Louis

Diffuse en direct !
Regarder son live