Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 075 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Enfin une sortie !

Chapitre 1

Divers

Cela faisait trois mois que nous avions atterris, Serge et moi, sur ce grand continent où il venait de créer une petite société. Trop occupés par nos nouvelles occupations, nous n?avions pas pris le temps de découvrir la ville. Aussi, profitant d?une petite accalmie, nous avions projeté d?aller un soir prochain dans une boite échangiste. Malheureusement, le jour prévu, lorsqu?il arriva du travail, Serge était plutôt fatigué et il voulait annuler cette sortie. Cela faisait longtemps que nous n?avions pas eus de telle soirée et sans aller jusqu?à dire que cela me manquait, il faut reconnaître que je me faisais une joie de ce projet. Aussi, mes tentatives, pour le convaincre que cette sortie ne pourrait que lui faire du bien (dans tous les sens du terme...) s?armaient d?arguments de plus en plus prometteurs.

    Si bien qu?après plus de deux heures, je lui proposais d?accepter toutes ses envies, même les plus folles. Exaspéré, mais finalement séduit par ce dernier argument, Serge cédait enfin.

    Afin de le décontracter et le mettre un peu dans l?ambiance, je lui proposais de me raconter ses malheurs pendant que je lui offrais une petite séance de mannequina pour qu?il choisisse ma tenue de soirée. Je me présentais donc à lui habillée tantôt classique, tantôt cool, pendant qu?il m?expliquait ses problèmes avec la société qu?il a créé il y a quelques mois à l?étranger. Devant la tension qu?il témoignait et son énervement qui ne s?apaisait pas, je décidais d?enfiler des tenues beaucoup plus... C?est devant mes portes jarretelles à dentelles noir et bleu nuit, ma robe mi-longue noir, totalement dénudée dans le dos et surtout le décolleté très ample qu?elle offrait et qui pouvait même s?accentuer d?avantage en dégrafant les deux boutons de devant, qu?il finit par observer mon petit numéro avec beaucoup d?attention.

     ? Tu n?avais pas une guêpière rouge passée un temps ? .

     ? Oui, mais avec les kilos que j?ai pris ici je ne sais pas si je peux encore la mettre ! ?

     ? Essaie donc... ?

    Il s?agit d?une guêpière (rouge donc), aussi transparente qu?une vitre de fenêtre, bordée de petites dentelles noires. Malheureusement et comme je le craignais, elle m?était un peu serrée.

    J?enfilais alors une paire de bas noir filés d?un liseré doré, d?un porte-jarretelles noir, une mini-jupe en cuir noir et un chemisier blanc crème. Soudain Serge s?exclama :

     ? Et ta super robe Tesca... !? ?

     ? Ha non !! Pas celle-là ! d?ailleurs je ne sais même pas si je l?ai gardée ?

     ? si si je crois bien l?avoir aperçu dans la penderie ?

    Il avait raison le bougre, mais je ne voulais pas la mettre car vraiment cette robe est trop sexy à mon goût, bien qu?il me soit déjà arrivée de la porter en public.

    C?est une robe longue ouverte sur le devant jusqu?au nombril, si bien que lorsque je marche, non seulement elle me découvre entièrement la jambe, mais elle dévoile furtivement mon sexe. Dans le bas du dos, deux bretelles partent du centre et viennent en s?élargissant passer sur mes épaules. Lorsqu?elles redescendent par-devant, elles se croisent sur mes seins et finissent sur mes hanches. Ce qu?il faut préciser, c?est que la largeur de ces bretelles n?est que de quelques centimètres lorsqu?elles recouvrent mes seins (4 cm pour être précise). Mais avant que je puisse la dissimuler dans un coin du placard, Serge, qui m?avait suivi discrètement jusqu?à la chambre me surpris en train de la décrocher du cintre.

     ? Ha ! Tu vois bien que tu l?as gardée ! Allez ! Enfile la je retourne t?attendre dans le salon.

    Lorsque je me présentais devant lui, la robe sur le dos, les petits kilos que j?avais pris déformaient la robe qui me laissait paraître désormais d?une toute autre façon. La rondeur de mes hanches laissait ouvert les pans de devant jusqu?en haut de mes cuisses, si bien qu?une fois assise, j?avais la choupinnette à l?air. Les bretelles, qui étaient sensées recouvrir (même très peu) ma poitrine, étaient à présent beaucoup plus tendu qu?au paravent, aussi, il m?était impossible de les garder en place sans qu?ils ne glissent entre mes seins ou s?échappent sur le côté. D?ailleurs, en arrivant devant Serge, l?une d?elles avait glissé sur le côté. Il se leva pour la remettre en place, mais lorsqu?il tira dessus, c?est l?autre qui vint se placer au centre de ma poitrine.

     ? Tu vois je ne peux vraiment pas mettre ça ! ?

     ? C?est dommage, par ce qu?à ce niveau là c?est plutôt sympa ?

    A ces mots je sentis sa main se glisser entre mes cuisses. Comme la robe était entre-ouverte, elle atteignit facilement son sexe.

     ? Hé ! Ce n?est pas parce que c?est ouvert qu?il faut entrer ! ?

    Je le repoussais dans un baiser furtif et retournais dans la chambre.

    L?heure s?était durant ce temps bien avancée, et il fallait maintenant choisir définitivement une tenue. C?est finalement le premier ensemble qu?il me demanda de porter.

    Serge enfila quant à lui un pantalon classique et une chemise qu?il gardait bien ouverte.

    En chemin, je m?aventurais à lui faire une petite caresse bien placée, histoire de le décontracter complètement. Après quelques minutes, il passa lui aussi à l?action malgré qu?il conduisait. Pour l?aider un peu (et en profiter...), je me rapprochais de lui et repliais ma jambe gauche sur le siège. Sa main pu ainsi se glisser sans trop de peine jusqu?à mon entre-cuisse. Mais il restait un barrage à ses caresses.

     ? Retire ta culotte je n?arrive pas à passer en dessous ?

    Je soulevais mes fesses et dégageais ma petite culotte en la glissant sur mes chevilles.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

     ? Tu ne va pas la remettre après ?

     ? Bien-sûr que si !! ?

     ? La quelle as-tu prise ? ?

     ? La bleu nuit qui remonte sur les hanches ?.

     ? Ha oui comme ton maillot de bain rouge ? ?

     ? Non ! Tu sais bien celle avec un effet de volant très large sur les côtés ! ?

     ? Non je ne vois pas ?

    Je savais qu?il connaissait cette culotte et cela m?agaçaient qu?il ne s?en souvienne pas. Alors je la retirais complètement pour la lui montrer. Il me l?arracha des doigts et la prit avec sa main gauche. Puis il ouvrit la fenêtre et me menaça de la lancer dehors si je persistais à vouloir la remettre. Ce n?est pas qu?elle m?ait coûté bien cher, mais je l?aimais bien alors...

    Après avoir refermé la vitre, il repris ses caresses sur mon sexe, je fis de même sur le sien. A ce petit jeu, on finit toujours, ou plutôt, on ne s?arrête jamais... Ses doigts s?enfoncèrent rapidement entre mes lèvres intimes et son membre devenu dur fini par prendre un peu l?air.

    Ce qu?il me faisait avec ses doigts, je lui faisais avec ma langue, bientôt sa queue fût recouverte de salive et ma main entreprit un lent massage de haut en bas.

    Mais voilà que nous étions arrivés, et j?arrêtais donc mon action.

     ? Continue !!! ?

     ? Alors tu me rends ma culotte ?

     ? Ha non ! Tant pis ! ?

    C?est donc sans culotte que je suis entrée dans la boite.

    Nous nous sommes installés à l?une des tables qui entouraient en demi-cercle une scène légèrement sur-élevée. Rapidement plusieurs regards me tombèrent dessus. Après seulement quelques minutes (notre commande de boissons n?était même pas encore arrivée), un homme s?approcha de notre table et Serge lui proposa de s?assoire. La discussion fût banale et sans intérêt. Serge renvoya l?homme à l?arrivée de la serveuse.

    Sur la scène, une femme superbe se présenta avec un énorme gode et commença à s?en servir. Dans un même élan, une demi-douzaine d?hommes se dirigèrent alors vers elle mais sans pouvoir la rejoindre. En effet, une barrière en fer forgé bordait la scène. De mon côté, j?observais les personnes présentent en espérant trouver un homme intéressant. Soudain une petite bousculade s?organisa près de la barrière. La femme s?en était approchée et je fus surprise de voir qu?il y avait un portillon qui donnait accès à la scène. Deux hommes entrèrent et accompagnèrent la jeune femme au centre de la petite esplanade.

    Serge me proposa alors de nous rapprocher également. Je nous trouvais une petite place pour assister au spectacle mais Serge voulu aller un peu plus loin.

     ? Attend va plus loin ?

     ? Où ? ?

     ? Là-bas à droite ?

    Il y avait effectivement une bonne longueur de barrière inoccupée dans le fond de la salle.

     ? Pourquoi ici ? On ne voit presque rien ? ?

     ? Regarde ?

    Nous étions sur le passage obligé pour se rendre aux toilettes, je compris alors qu?il cherchait à me mettre en avant auprès de tous les hommes qui s?y rendraient pour soulager leur envie...

    Il me commanda de me pencher en avant afin d?appuyer mes soudes sur la barrière. Mais cette dernière était très basse et malgré que ma robe ne soit pas spécialement courte, je sentais bien que l?on pouvait voir le dessous de mes fesses.

    Sur la scène, les choses devenaient de plus en plus chaudes. La femme était accroupis au-dessus du visage de l?un des hommes qui se mit immédiatement à lui lécher la chatte très généreusement. Devant elle, son autre compagnon se laissa défaire le pantalon. Une fois ce dernier à terre, la femme caressa les jambes de cet homme, des genoux jusqu?en haut des cuisses. Là, elle embrassa et lécha le membre du type à travers le slip. Elle saisit ce dernier avec les dents et le tira jusqu?en bas. Puis elle se redressa et donna quelques coups de langues à ce membre gonflé de désir avant le l?avaler entièrement.

    Après quelques va-et-vient, elle glissa le long du torse de son partenaire horizontal pour atteindre son sexe. L?homme le saisi immédiatement d?une main pour le tenir bien droit et après deux tentatives, il le fit disparaître entre les fesses de la jeune femme qui témoigna alors un plaisir non dissimulé. Allongée sur le buste de l?homme, elle s?occupait tantôt des lèvres de l?un, tantôt du sexe de l?autre qui s?était agenouillé, dans des petits jeux très ? languistiques ?. Tout cela commençait sérieusement à m?émoustiller, surtout le petit jeu qu?elle pratiquait. Elle obligeait de temps en temps l?homme qu?elle avait entre les jambes à prendre dans la bouche le sexe de celui qui était devant elle. Si cela n?avait pas l?air de plaire à ces messieurs, elle semblait quant à elle y prendre un grand plaisir, et moi aussi...

    L?action devint soudainement plus rapide, plus volontaire et d?une redoutable efficacité. Si bien qu?en quelques minutes, de longues giclées de sperme vint s?écraser sur sa poitrine qu’elle caressa pour s’enduire les seins de cette crème masculine. Puis elle se leva, enfila un préservatif sur la queue brillante de mouille de son partenaire puis, elle s?approcha de la barrière sur laquelle elle s?appuya après s?être retournée. Lorsque son amant d?un soir la rejoignit, elle étendit ses jambes vers lui en les écartant. L?homme les saisit et les mis immédiatement de chaque côté de sa taille.

    De là où je me trouvais, je ne pouvais plus qu?apercevoir sa tête qu?elle tenait renversée, et le haut de son buste, sur lequel de nombreuses mains se posèrent. Les spectateurs les plus proche l?embrassèrent à tour de rôle. Beaucoup de gens l?entouraient et je ne pouvais même plus voir l?homme qu?elle avait invité entre ses cuisses. Malgré tout, les sursauts de ses épaules, m?en disaient long sur ce qu?il devait lui faire... Ce spectacle, suffisamment clair pour comprendre ce qu?il se passait mais partiellement masqué ce qui m?obligeait à imaginer les détails, accentuait si fort mon excitation que je ne pus me retenir. Je glissais ma main sous ma robe et me caressais le sexe dont les lèvres étaient déjà ouverte et visqueuses.

    N?étant pas la seule à ne plus rien voir, quelques hommes retournèrent s?asseoir tandis que d?autres se dirigèrent vers les toilettes. En passant derrière moi qui me tenais toujours dans la même position, l?un d?eux me donna une petite claque sur les fesses en poursuivant son chemin. Voyant que je ne bougeais pas et que je restais sans rien dire, il fit demi-tour et s?arrêta juste dans mon dos. Ses deux mains se posèrent sous mes fesses et commencèrent à me caresser. Je sentais ma robe remonter doucement en même temps que ses mains qui, une fois arrivées dans le creux de mes reins, abandonnèrent là le bas de ma robe pour redescendrent sur mes fesses ainsi mise à jour. Là je l?entendis me dire :

     ? Ho mais tu n?as pas de culotte salope?.

    Ses mains glissèrent sur mes hanches, puis sous mon ventre, pour se rejoindrent entre mes cuisses. Pendant ce temps, il se colla à moi et je sentis parfaitement son sexe contre mes fesses. Il me caressa la chatte un instant puis poussa un doigt entre mes lèvres intimes. Très vite il trouva mon clito qu?il chatouilla doucement, délicieusement. Après quelques secondes, il se redressa et je le vis du coin de l?oeil baisser son pantalon. A cet instant j?eue à la fois peur et très envie de ce qu?il allait me faire. Comme je tenais mes jambes serrées, il passa l?un de ses pieds entres les miens et poussa contre ma cheville afin que j?écarte ma jambe droite, puis la gauche. Son sexe vint se glisser entre mes cuisses et se présenta rapidement contre mon sexe qui, dans ma position, lui était grand ouvert. Il n?eut d?ailleurs aucun mal à y pénétrer.

    Très vite, l?homme commença ses va-et-vient et je ressentis presque aussitôt le plaisir m?envahir. Ses mains virent se poser sous mon ventre et remontèrent sur mes seins. Mes tétons étaient tellement durs qu?à peine les frôla-t-il qu?une sorte de petite décharge électrique me fit sur-sauter. Ses mouvements allaient bon train et je me sentais partir vers le plaisir suprême quand il s?arrêta pour me demander :

     ? Je n?ai pas mis de préservatif tu en as toi ? ?

     ? Non !! ?

    L?homme se retira alors sur le champ et s?enfuit vers les toilettes. J?appréciais sa réaction car dans l?état d?excitation où je me trouvais, je ne sais pas si j?aurais eu de courage de l?arrêter.

    Mais je fus énormément frustrée car j?étais presque arrivée à l?orgasme lorsqu?il se retira.

    Je tentais alors de récupérer de cette montée de plaisir et surtout de son interruption brutale en m?écroulant sur la barrière.

    Sur la gauche, le spectacle se terminait et la foule se dispersait petit à petit et quelques hommes se dirigèrent vers les toilettes. Je remis un peu d?ordre dans ma tenue et cherchais Serge dans la salle. J?avais beau tourner la tête dans tous les sens, je ne le trouvais pas. Soudain un fort bruit de claquement de porte résonna derrière moi, je me retournais donc dans un réflexe naturel pour en connaître la cause. Je distinguais alors, dans l?angle du mur et de la barrière, la silhouette d?un couple. L?homme apparemment était assis tandis que sa partenaire se tenait à genoux devant lui. Enfin quand je dis devant lui... Aux mouvements de sa tête je compris vite qu?elle ne lui lassait pas ses chaussures. Je les regardais un instant puis me remis à la recherche de Serge mais toujours sans succès. Je décidais de regagner la table que nous occupions en arrivant quand des projecteurs allumèrent de nouveau la scène. Curieuse de voir ce qu?il allait s?y passer, je restais finalement à ma place. Un grand sofa vint se placer au milieu du plateau puis commença à tourner sur lui-même. On découvrit alors deux superbes créatures en string et porte jarretelles qui le manipulaient. Mais la plus grande surprise fût de voir un homme nu attaché sur le sofa. Elles commencèrent par le caresser sur tout le corps jusqu?à ce que son érection soit à leur goût. Elles vérifiaient d?ailleurs sa raideur régulièrement. Je commençais à me laisser séduire par ce spectacle lorsque je sentis une main glisser sur mes fesses, je me retournais et constatais qu?un homme venait de passer derrière moi et je le voyais se diriger vers les toilettes. La tête tournée dans cette direction, je remarquais grâce à un filet de lumière d?un projecteur que le couple de tout à l?heure était toujours là, à la différence que la femme chevauchait maintenant son amant. Fait du hasard ou positionnement volontaire du couple, le petit rayon de lumière qui les éclairait, tombait juste sur le bas du dos de la demoiselle et me permettais d?apercevoir le sexe de l?homme à chaque fois qu?elle s?élevait au-dessus de lui. Cette vision me donna soudain des frissons et je ne pue détacher mon regard ce spectacle, à un tel point que je ne remarquais même pas l?homme qui venait de ressortir des toilettes et qui se tenait devant moi.

     ? Ca vous plait de voir ça ? ?

    Reprenant brusquement mes esprits.

     ? Heu... oui heu non hin heu... oh non pardon excusez-moi qu?avez vous dit ? ?

     ? Et bin dite moi ça a plutôt l?air de vous inspirer ! ?

     ? Oh ! et bien oui c?est plutôt joli non ? ?

     ? Mais ça aussi c?est très beau, et très suggestif ?

    Il désigna du doigt le décolleté de mon chemisier dont les deux boutons étaient défaits, sans doute par mon précédent partenaire. M?étant en plus de nouveau penchée en avant pour m?appuyer sur la barrière, mes seins étaient entièrement dévoilés (enfin vue du dessus).

    L?homme s?approcha de moi, posa son bras gauche sur mon dos et glissa sa main droite dans mon chemisier pour la poser sur ma poitrine. Excitée par les ébats du couple vers les toilettes, mes tétons avaient énormément gonflé et étaient devenus très durs. S?en apercevant rapidement, il les pinça, les tira, les fit rouler entre ses doigts magiques ce qui m?excitait beaucoup. D?autant plus que les deux compères que je ne cessais pas de mater s?en donnaient à coeur joie.

    L?illumination soudaine de l?angle dans lequel ils se trouvaient due à l?ouverture de la porte des toilettes me permis de voir enfin le visage de l?homme. Et là... oh surprise... Celui que je cherchais depuis tout à l?heure était là devant moi en train de se faire chevaucher par cette femme. Cette vision, ou plutôt cette révélation, m?excitait encore plus et je commençais à me tortiller sous les délicieuses caresses de mon inconnu. Ce dernier se pencha par côté en enfuis sa tête dans mon chemisier. Dès le premier contact de sa langue sur mes tétons je fus transi de plaisir. Bientôt ses petits coups de langues furent remplacés par de longues et fortes aspirations. Puis je sentis sa main passer entre mes cuisses et remonter doucement vers ma toison velue. Son index glissa plusieurs fois contre ma fente jusqu?à ce que mon petit bouton d?amour sorte à sa rencontre. Dès cet instant, l?homme se mit à jouer avec lui pour mon plus grand plaisir. Je n?en pouvais plus et me cambrais à souhait. Lorsqu?il enfonça enfin son doigt dans ma chatte, je me sentis couler dans sa main avec abondance. J?espérais qu?il se relève et me prenne enfin comme il l?aurait voulu, mais quelqu?un me pris par les hanches et s?appuya contre moi. Très vite je sentis une paire de seins frotter contre mes fesses. Je me retournais et découvris une femme noire à la poitrine généreuse. Voyant que je la regardais, elle vint à côté de moi et me présenta ses lèvres. Nous nous sommes alors partagé un long baiser dans un jeu de langue délicieusement chaud en nous échangeant nos salives onctueuses. Un peu coincé par l?arrivée de cette femme, l?homme s?était retiré de mon chemiser et s?était accroupi derrière moi et commençait à me lécher les fesses, d?abord sur le dessus, puis s?attardait de plus en plus dans le creux de ma raie. Finalement, elle s?enfonçait jusqu?à ma rondelle qu?elle dégustait avec passion. Durant ce temps, miss gros seins s?était installée devant moi, semi-allongée sur la barrière où elle avait posé son pied droit, exposant ainsi son minou bien rose qu?à quelques centimètres de mon visage. Jetant furtivement un oeil sur Serge, je constatais que la fille était retournée entre les de mon homme et qu?elle lui administrait une fellation goulue et énergique. Serge ne résiste généralement pas longtemps à un tel châtiment et je me doutais bien qu?il n?allait pas tarder à lui éjaculer dans la bouche. Cela accentua mon excitation à un tel point que je finis par plonger ma bouche dans cette touffe pubienne qui m?était offerte.

    J?écartais de mes doigts les lèvres gonflées de la black pour enfoncer ma langue dans les profondeurs de son sexe déjà tout huileux de plaisir. Hasard ou choix divin, c?est à cet instant que l?homme décida de me prendre enfin. Son sexe pénétra dans mon ventre d?une seule poussée jusqu?à ses bourses que je sentis s?aplatir contre mon cul. Je fermais les yeux et profitais de ce merveilleux moment. Ma langue me faisait découvrir un goût somptueux de femme en chaleur, non seulement je léchais sa chatte, mais je buvais littéralement son jus qui coulait sur mes lèvres avec abondance. Ma langue s?enfonçait d?avantage et je prenais un tel plaisir que je ne relevais même pas ma bouche de ses lèvres pour avaler sa douce liqueur.

    L?homme quant à lui me besognait de plus en plus vite et de plus en plus profondément, j?avais du mal à garder ma bouche sur le sexe de ma copine mais ma langue résistait à ces assauts et restait plantée entre ses lèvres.

    Soudain je sentis une main se poser sur mon épaule, c?était la fille qui suçait Serge tout à l?heure, que pouvait-elle bien me vouloir ? Elle se pencha au-dessus du sexe que je broutais avec gourmandise et je vis soudain un liquide blanchâtre sortir de sa bouche. Sans aucun doute, il s?agissait du sperme que Serge avait du lui offrir. Elle en recouvrit en grande partie de la touffe de la noire, me donna un rapide baiser et disparue. Je regardais dans la direction de l?angle où elle se tenait avec Serge auparavant et je le vis me faire signe de la tête me faisant comprendre que c?était pour moi, un cadeau en quelque sorte.

    Et je ne me fis pas prier, je léchais les poils recouverts de sperme comme une chienne buvant l?eau de son écuelle. Mélangé au jus de la femme, je ne reconnaissais pas le goût de Serge, mais peu importe, c?était délicieux et je me régalais. En relevant légèrement la tête, je vis qu?un filet de foutre coulait le long de sa raie, immédiatement, avant qu?il ne finisse sur le sol, je faisais remonter ma langue de son cul à sa touffe de poils, recueillant au passage le délicieux breuvage et en enfonçant bien la pointe de ma langue afin de ne rien oublier et partager mon plaisir. Bientôt, les coups de reins qu?elle donnait de puis un moment s?amplifiaient, et entre ses fesses qu?elle n?arrêtait pas de tortiller sous l?action de ma langue et les coups de queue que me prodiguait l?homme derrière moi, je ne pouvais plus lui lécher la chatte avec autant attention qu?au début. Cela ne l?empêcha pas de jouir finalement quelques secondes plus tard. Cela déclencha également en moi un plaisir si fort que je jouis aussitôt après.

    L?homme quant à lui m?aspergea les fesses de son foutre presque en même temps. Une fois soulagé il vint se placer devant moi et me présenta son sexe juste sous les yeux. Je m’en saisie et lui offrit un nettoyage complet avec séchage rapide entre mes seins. La noire disparue brusquement et après avoir rangé son engin l’homme fit de même. C’est alors que Serge réapparu devant moi.

    ’Ca va ma chérie ?’

    ’Et toi minou tu ne regrette pas d’être venu finalement ?’

    ’Non grâce à toi. On retourne s’assoire ?’

    ’Ok je te suis’

    De retour à notre table, un couple s’approcha et nous demanda la permission de partager un instant notre table avec eux. Très vite nous avons trouvé un sujet de conversation sur lequel nous avions tous les mêmes opinions, les mêmes désirs, les mêmes envies, les mêmes fantasmes... bref nous nous sommes vites aperçu que nous avions envie d’un jeu à quatre. Le couple nous invita donc chez eux...

    Sandra


E-mail: sandrarevient@hotmail.com

Diffuse en direct !
Regarder son live