Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 34 232 fois
  • 48 J'aime
  • 1 Commentaire

Un entraînement qui finit en orgie

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Je me présente : d’origine russe, je m’appelle Irina, j’ai 40 ans, j’ai de longs cheveux bruns et les yeux bleus, je mesure 1m76 pour 63 kg. Mon corps est très musclé pour une femme de cet âge. Il faut dire que le sport doit conserver ; en effet, je suis entraîneur de natation de haut niveau dans un club de la banlieue du Mans. Et c’est justement lors d’une séance d’entraînement que l’histoire que je vais vous raconter m’est arrivée.

Ce jour-là, je dirigeais un groupe d’une dizaines de garçons âgés de 17 à 20 ans, pour préparer les prochains championnats régionaux de leur catégorie.

La séance s’est déroulée tout à fait normalement, et au bout d’une heure et demie de cours, j’ai renvoyé mes nageurs au vestiaire.

Mais quelques minutes après, alors que je ramassais le matériel, je me suis aperçue que j’avais oublié de leur distribuer un formulaire de renseignement médical. Espérant qu’il ne soient pas encore partis, je décidai d’aller le leur porter dans leur vestiaire. Je m’y présentai donc à l’entrée, du côté des bassins.

Mais là, quelle ne fut pas ma surprise ! Je n’y avais pas pensé, mais les nageurs étaient en train de se doucher. Légèrement honteuse, je restai dissimulée. Aucun garçon ne pouvait me voir là où j’étais. Par contre, moi, je pouvais parfaitement observer leurs corps superbement sculptés (un des effets de la nage de compétition). Il ne restait plus que 7 des 10 nageurs.

Trois d’entre eux avaient gardé leur slip de bain pour se doucher. Les autres étaient complètement nus. La vue de ces jeunes sexes commençait à me troubler. C’est la première fois que je ressentais de l’attirance pour ces garçons que j’avais pourtant l’habitude de voir en maillot. Leurs mains passaient sur leur torse imberbe, descendaient sur leurs fesses rondes et fermes, puis se glissaient dans leur entrejambe pour se savonner. Ne se doutant de rien, ils continuaient de prendre leur douche normalement. Malik, un black de la cité voisinne, possédait la verge la plus impressionnante.

J’étais maintenant bien émoustillée. Mes mains commencèrent à se promener sur mon torse. Je n’étais vêtue que d’un maillot une pièce recouvert d’un T-shirt. Mes tétons pointaient sous ce maillot serré. Les jeunes hommes continuaient à rigoler et à bavarder. Mais cela ne me suffisait plus. Ne sachant trop que faire, je me décidai à entrer dans le vestiaire.

? Hé, les garçons, j’ai oublié de vous donner ce papier tout à l’heure. ?.

Les nageurs furent évidemment très surpris, ne s’attendant pas à une telle intrusion dans leur intimité. Ceux qui étaient nus cachèrent leur sexe derrière leurs mains, tout en rougissant. Je leur dis alors : ? Ne vous dérangez pas, je vais déposer cela sur les bancs et vous vous servirez plus tard. ? Je traversai alors la douche lentement, en prenant soin de frôler quelques corps.

Au moment de retraverser la douche, je me suis arrêtée et j’ai dis : ? Vous êtes vraiment de superbes garçons ! ? Deux d’entre eux avaient déjà une bonne érection et ne parvenaient plus à dissimuler leur bite dressée. N’y tenant plus, je m’agenouillai alors devant l’un d’eux. N’en croyant pas leurs yeux, ils me virent engloutir ce sexe dans ma bouche grande ouverte.

Le garçon protesta bien quelque peu, mais se laissa bien vite submerger par son plaisir grandissant. Les autres nageurs se regardèrent, puis Malik leur fit signe. Tous se mirent en demi-cercle autour de moi. Ma bouche passa d’une bite à l’autre, leur prodiguant des caresses expertes avec ma langue, mes lèvres. Mes mains branlaient les autres. Ils bandaient tous très fort désormais, et j’étais moi aussi très excitée par cette situation. Ils enlevèrent mon T-shirt puis mon maillot de bain. J’étais là, nue devant ces 7 jeunes hommes qui auraient pu être mes enfants, et j’allais m’offrir à eux. Leurs mains caressaient mon corps en ébullition. Je frémissais de tous mes membres. Ma bouche satisfaisait 2 bites à la fois. Les douches chaudes continuaient de couler, ce qui ajoutait à la température ambiante. Une main se fit plus aventureuse et se glissa dans mon entrejambe. Elle caressa mes grandes lèvres puis s’immisça plus avant pour titiller mon clitoris. J’étais comblée de plaisir. Les garçons commençaient eux aussi à gémir sous mes caresses buccales. Ils me firent alors m’allonger sur le dos, offrant à leurs yeux ma chatte presque entièrement rasée et béante. L’un d’eux, le plus petit, positionna son sexe tendu à l’entrée de mon vagin. J’étais folle d’excitation. D’un coup sec, aidé par ma mouille, il me pénétra. Il commença un va-et-vient rapide qui me donnait grand plaisir. Mes mains et ma bouche continuaient de s’activer autour des couilles et des bites qui se trouvaient là. Un autre pris le relais du premier, puis un troisième et un quatrième.

Je jouissais comme une dingue, hurlant mon plaisir. Changeant de position, je me mis à quatre pattes. Malik me pris en levrette. Les autres présentaient leurs sexes à ma bouche. Cela dura 5 bonnes minutes. Ensuite, l’un des gars s’allongea sur le sol détrempé de la douche. Je m’empalai sur son membre imposant, dressé. Que c’était bon. Tout à coup, je sentis un gland se positionner sur mon anus. C’était Malik, qui avait entrepris de me sodomiser. J’appréhendais quelque peu, vu la taille de sa bite. Doucement, après avoir fouillé mon intérieur de ses doigts, il s’introduisit dans mon cul. Cela fit un peu mal, mais le plaisir prit très rapidement le dessus. Je n’en pouvais plus. Cette double pénétration remplissait mon ventre de bonheur. Leurs queues allaient et venaient contre mes parois, comme deux instruments de plaisir. Les nageurs semblaient approcher eux-aussi de la jouissance, étant donné la force de leurs râles. Malik et son copain continuaient leur mouvement. Deux autres prirent le relais, pendant que je suçais le sexe d’ébène.

Soudain, celui qui m’enculait cria, et il déchargea toute sa semence en moi, par jets saccadés. Celui du dessous ne tarda pas à venir lui-aussi, inondant mon vagin. J’étais au paradis. Je ne sentais plus mon corps. Les 5 autres m’allongèrent ensuite sur le dos. Je caressais toujours leurs bites et leurs glands turgescents. Je sentais qu’ils étaient prêts à jouir. Le premier déchargea sur mes seins, puis tour à tour, ils éjaculèrent, se vidant à longs jets dans ma bouche ou sur mon visage, criant de bonheur. J’avais du sperme plein les cheveux, la bouche et les yeux. J’adorais cela, ce goût amer sur mes lèvres, cette odeur, cette texture gluante. Petit à petit, je repris mes esprits. Leurs visages étaient évidemment radieux. Jamais ni eux ni moi n’aurions pensé qu’il puisse se produire une chose pareille à la piscine, avec une femme de mon âge qui plus est. Après avoir pris une douche, je les quittai et leur donnai rendez-vous pour la compétition de samedi.


Gaétan

Diffuse en direct !
Regarder son live