Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 624 fois
  • 71 J'aime
  • 0 Commentaire

Entre fantasme et réel

Chapitre 1

Première rencontre

Hétéro

Salut ! Je suis un jeune homme de 23 ans, asiatique. Je suis beau gosse, j’ai des fossettes et une allure ténébreuse qui plaît aux femmes en général. Je suis assez musclé mais pas trop, avec une petite brioche. Un mètre soixante-quatorze, brun aux yeux noirs. Je vais vous raconter une petite histoire, ma première histoire, ou je vais à la fois m’inspirer de faits réels et de fantasmes ;) N’hésitez pas à me contacter et à me faire part de vos ressentis ! J’espère vraiment que cette histoire vous plaira :)


Alors voilà, n’ayant pas eu d’aventure sexuelle (ou presque) depuis plus d’un an, j’arrive à ma limite et j’ai donc décidé de m’inscrire sur un site de rencontre. Je poste donc ma recherche "je suis un jeune homme de 23 ans plutôt beau gosse et bien foutu, doué au lit. Je suis quelqu’un de gentil et drôle. PS : je cuisine bien ;) " Une présentation assez banale donc qui n’en dit pas trop mais assez pour ce genre de site. Je poste quelques photos en plus, en affichant mon sourire, et mes jolies fossettes.


Après quelques semaines sans succès, je trouve enfin ce que je cherchais, et chatte avec une fille intéressante, avec qui je blague un peu sur des sujets pervers et subtil. Après quelques soirées à chatter, nous décidons de passer à l’étape suivante, la rencontre, chez elle.


Je m’invite donc chez elle ce vendredi soir, aux alentours de 20h30. Je m’étais bien habillé, un jean simple et élégant, une chemise près du corps, bien coiffé et bien parfumé. Je sonne donc chez elle, et j’y trouve une jolie brune, aux cheveux un peu bouclés, avec des lunettes et un sourire coquin, bien plus mignonne que sur les photos.

— Salut !

— Bonsoir !


Elle me fait donc entrer, et me dit de me mettre à l’aise. J’enlève alors ma veste, laissant apparaître mon torse gonflé et mon cou, qui je sais attire les femmes, suivi de mon parfum, qui je sens, secoue ses dessous...

Je la fixe alors, laissant apparaître mon désir de l’avoir tout entière pour la nuit. Elle portait un haut noir transparent, qui laissait apparaître une poitrine gourmande, et une peau douce, une petite jupe noire, pas trop longue qui laissait en évidence ses cuisses rondes et moelleuses cachées par des collants fin et sexy, en harmonie avec ses talons rouge Bordeaux et son rouge à lèvres de la même couleur. Une chaleur envahit la pièce lorsque nos regards se sont croisés, signe d’une bonne soirée.


Elle m’installe alors sur le canapé à ses côtés après nous avoir servi un verre de vin blanc. Nous commencions alors à discuter, brisant la glace peu à peu, et après quelques minutes de discussions, elle me dit :


— Tu as rencontré beaucoup de femmes sur ce genre de sites ?

— Pas vraiment, seulement 2 et il ne s’est rien passé de sexuel, seulement une balade et une tasse de thé, mais c’était sympathique, une bonne expérience. Et toi ?

— Tu es le premier ! Dit-elle. A vrai dire je stresse un peu, j’ai jamais fait ça avant...


J’ai alors posé ma main sur sa cuisse pour la rassurer, en lui disant que tout allait bien se passer, que nous avions toute la nuit, et qu’on n’avait pas à se presser, ni à se forcer. Elle me souriait toute timide et excitée. Sa cuisse était toute chaude, elle prit ma main et me dit qu’il n’y avait pas de raison que ça se passe mal et que j’étais très agréable.


Nous avons continué à discuter quelques minutes, dérivant sur des sujets pervers et taquins, puis un peu plus tard, elle m’invita à l’accompagner dans sa chambre.

Nous nous retrouvions donc seuls, tous les deux, les yeux brûlants de désir... Je me rapprochai d’elle, posai mes mains sur ses hanches, je commençai à les caresser, et elle m’embrassa. Ses lèvres étaient douces et pulpeuses. Je me collai contre elle doucement, et mis ma langue en évidence. Elle s’empressa de suite de la saisir avec la sienne, et nous nous retrouvions à jouer avec, à tour de rôle, s’humidifiant de plus en plus, aspirant la bave l’un l’autre, et mon membre gonflait à vue d’œil, je ne pouvais plus me retenir. Je sentais le sien, qui brûlait, prêt à entrer en éruption à tout moment, de plus en plus, elle posa sa main sur mon sexe, et me tira jusqu’à son lit, et je me retrouvai au-dessus d’elle, sexe contre sexe, au milieu de cette chaleur étouffante.


Je commençai à me déshabiller, je gardais mon caleçon, elle fit de même. Je voyais son superbe corps, des hanches épaisses et sexy que je voulais prendre sans plus attendre, et sa peau de pêche ravissante et étincelante. Elle portait des sous-vêtements beiges, en dentelle, et sa poitrine débordait un peu de son soutien-gorge ce qui me rendait encore plus dur. Je m’allongeais alors sur elle, frottant mon sexe contre le sien. Je l’embrassais tendrement dans le cou, et passai ma langue sur celui-ci, descendant délicatement vers sa poitrine, tout en la caressant, en prenant soin de ne toucher aucune partie intime, pour l’exciter davantage...


Je me retrouvais nez à nez avec son soutien-gorge, que je m’empressai d’enlever, laissant apparaître une poitrine appétissante, des petits tétons rosés, brillant d’excitation, et tous durs. Je commençais à les lécher, les mordiller, les caresser et les pincer tout en caressant son abdomen, ses hanches et son bassin avec une de mes mains. Elle gémissait, elle mouillait, je sentais ma verge qui était trempée à cause de sa culotte du même état, je sentais l’odeur d’une femme bordée de désir et de plaisir, qui haletait et gémissait tout en passant sa main dans mes cheveux. Je descendant doucement, jusqu’à son ventre, quelques bisous, puis je descendis encore, jusqu’à sa culotte, trempée à souhait, dégoulinante, et j’y collais ma langue. Elle gémit.


— hnggg... mmm... oui...


Je lui léchai le clitoris à travers la culotte, passant mes doigts à l’entrée de sa fente, forçant de plus en plus avec ma langue, chaude et humide, elle était toute mouillée. Je continuais pendant quelques minutes, puis je lui enlevais sa jolie culotte toute trempée beige devenue transparente, avec mes canines. Je la faisais glisser le long de sa jambe droite, comme un animal prêt à bondir sur sa proie. Je découvrais alors un petit minou, tendre et humide, à ma merci, sans défense. Je lâchais alors la bête, et d’un coup de langue je la fis gémir encore plus fort. Je massais son clitoris avec mon pouce droit, un doigt de ma main gauche à l’intérieur, et ma langue, sur son petit bout de chair, elle mouillait de plus en plus. Je sentais son intérieur agripper mon doigt, ne voulant pas le laisser s’échapper, j’y entrai donc un second... elle gémit encore... je bougeais mes doigts dans tous les sens, mon pouce aussi, et ma langue, ainsi que ma tête, une vraie bête.


Après un court instant, je sentais son intérieur se resserrer brutalement sur mes doigts comme s’il voulait les aspirer, elle jouissait.


Satisfait de ma petite prestation, j’enlevais à mon tour mon caleçon, laissant apparaître mon membre tout dur et bien veineux, un peu tordu vers la gauche, courbé vers le haut, en face de sa poitrine, elle me regardait, satisfaite, les yeux ardents, elle me mit sur le dos, et commença à son tour son tour de magie. Elle montait lentement le long de ma verge solide, accélérant de plus en plus, puis... elle prit mon sexe en bouche. L’extase, après une année d’abstinence, enfin je retrouvais ce plaisir. Elle comblait sa bouche parfaitement avec mon sexe, jouant avec sa langue et sa bouche tout entière, m’enfonçant dans sa gorge, et me caressant les testicules d’une main douce et agile.


Elle allait de plus en plus vite. Je n’avais pas posé la question, mais je savais qu’elle voulait que je lui fasse avaler ma semence, je voyais dans son regard qu’elle n’attendait que ça... j’étais à mon tour sans défense, face à une furie, qui m’avalait sans fin, aspirant mon âme à chaque bouchée, à chaque coup de langue, puis, je lâchais mon jus en elle. Elle n’a pas laissé une seule goutte. Quel bonheur, lâcher la sauce et ressentir un tourbillon de chaleur et de douceur engloutir mon sexe, le 7ème ciel, le paradis... Une lumière étincelante de bonheur et de joie, de jouissance et de plaisir extrême, sans limite...


Rapidement dur à nouveau, je commençais à me diriger vers elle, je la retournais sur le dos, ne lui laissant pas le choix, la soulevant comme une petite pierre, incapable de se débattre, et je frottais mon sexe, chair contre chair, au sien. Je continuais à me servir de mon pouce pour masser son clitoris, et je décidais d’entrer... Enfin ELLE décida de me faire entrer, dans son petit jardin, humide et brûlant... Je me retrouvais, à l’intérieur d’une femme mouillée et excitée comme pas possible, que je connaissais à peine.


Je me mis alors à faire quelques va-et-vient, doucement, allant de plus en plus vite, m’amusant à la caresser de partout, la lécher, la titiller, et ses jambes se refermaient sur moi, comme pour me capturer. Elle était si chaude... humide... c’était bon terriblement bon, je pouvais sentir ses halètements sur mes épaules, j’entendais ses gémissements qui me demandaient d’y aller plus fort, plus vite, ses mains dans le creux de mon dos qui suppliaient de ne pas m’arrêter... je diversifiai alors et je pris une jambe, que je mis sur mon épaule, je faisais quelques va-et-vient, elle aimait ça. Je pris alors la deuxième, elle adorait ça. Son entrejambe était encore plus serré, presque comme s’il voulait me rejeter, mais s’accrochait de toutes ses forces. C’était gluant, chaud, je pénétrai le fond de ses entrailles. Je revenais à la position banale du missionnaire, puis diversifiant encore, et ainsi de suite pendant plusieurs minutes, sans faillir, sans m’arrêter...


Et c’est alors que je décidai d’y aller à fond. J’allai encore plus vite, plus profond, j’étais devenu encore plus bestial. Elle gémit de plus en plus fort, je sentis ses doigts griffer mes omoplates, elle voulait me mordre, elle n’en pouvait plus. Je me calmai alors, tendrement et délicatement, je fis des va-et-vient sensuels, laissant la chaleur et l’excitation monter de plus en plus, je sentis son sexe et son corps tout entier frissonner de plaisir, elle allait jouir. Je continuai donc sur ce rythme, et elle jouit. Son sexe se referma sur moi, m’emprisonnant, me forçant à lui donner ma semence, je jouis en elle. Une extase infinie de pur plaisir, je coulai à flots...

Diffuse en direct !
Regarder son live