Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 894 fois
  • 11 J'aime
  • 0 Commentaire

Entre réalité et fantasme ?

Chapitre 5

Pacte

Divers

Assise sur le lit, je suis au téléphone quand il sort à poil de la salle de bain.  

« Je pense que je serai rentrée vers midi, on se retrouve chez elle si tu veux.

— …

— Non je n’aurai pas le temps, je te laisse voir. Sinon, ça s’est passé comment cet après-midi ?

— … »

Il s’approche de moi et s’amuse à passer sa queue sur mon visage.

« Oh ! Et du coup tu as la réponse quand ?

— …

— Ben ça se tente non ?

— ... »

Il sourit et chuchote que oui ça se tente. Il frotte son gland sur mes lèvres, j’ouvre la bouche et le laisse entrer. J’articule avec peine un oui et pendant que ma pote continue son monologue, je commence à le pomper doucement.

« …

— Non, non, je suis juste en train de manger un truc t’inquiète je t’écoute ! Il faut mettre toutes les chances de ton côté, c’est un taf en or ! Tu devrais en parler avec Annabelle, elle connaît bien leur fonctionnement.

— ... »

Je crache doucement un filet de salive sur sa bite et commence à le branler pendant que je m’amuse à lécher ses couilles.

« …

— Ok, demande lui et rappelle-moi pour me dire quoi.

— …

— Ça marche ! Bisous ! 

— ... »

Je raccroche. Cette fois, tout en continuant de le branler, je gobe carrément ses couilles, d’abord l’une, puis l’autre, puis l’une, puis l’autre, puis les deux. La bouche débordante de salive je remonte jusqu’au gland, j’enfourne sa queue et le suce avec avidité.

« Tu fais vraiment ça comme une salope ! Et jamais tu ne baisses les yeux hein ! »

Je le branle en lui mettant des petits coups de langue et lui demande s’il veut que je baisse les yeux.

« Non ! Surtout pas ! Regarde-moi et suce-moi j’adore ça ! »

Je m’exécute, j’attrape son cul en y enfonçant légèrement mes ongles et je le pompe en le prenant jusqu’à la gorge. Ma bouche dégouline, mes yeux toujours plantés dans les siens commencent à larmoyer.

« Arrête ! Je ne veux pas cracher maintenant, viens... »

Il s’allonge, m’attire sous lui et m’embrasse à pleine bouche, c’est maintenant sa langue que je sens au fond de ma gorge. Il frotte son chibre entre mes cuisses sans me pénétrer.  

« Hum cette chatte a faim, elle salive comme ta bouche, ma pine est trempée… » 

Mon téléphone sonne.

« Vas-y réponds.

— T’es sûr ? Je peux rappeler plus tard.  

— Oh oui je suis sûr ! Décroche !»

Il me fait rire, j’adore ce côté joueur, je me demande ce qu’il va bien pouvoir inventer.

« Hey, t’as fait vite ! Alors, elle t’as dit quoi ?

— ... »

Il attrape mes jambes, les passe sur ses épaules et s’enfonce en moi. Je suis particulièrement sensible à cette position, je me demande comment je vais pouvoir garder une contenance.

« Olala ! Mais c’est long six mois pour un essai !

— ... »

Je mords mes lèvres pour ne pas gémir, il me lime lentement avec une grande application, millimètre par millimètre, tout en pinçant mon clito entre le pouce et l’index. Je tente de l’empêcher de ressortir à chaque fois en le serrant à l’intérieur mais ça ne fait que décupler mon excitation et mon plaisir.

« Moi à ta place je tenterais quand même le coup.

— ... »

Il sourit, murmure d’accord et commence à me pilonner avec de plus en plus de force, je sens que je ne vais pas tenir longtemps mon silence à ce rythme.

« Oui je comprends, dis je peux te rappeler j’ai un double appel ?

— …

— Ok, je t’appelle plus tard ! »

J’ai à peine raccroché qu’il sort de ma chatte et s’amuse à la tapoter avec sa queue.

« Alors comme ça tu as un double appel petite menteuse ?

— Rigole ! Je pouvais pas continuer comme ça…

— Comment ? Comme ça ? »

Il me remet sa bite, tire sur mes poils, me tape plusieurs coups bien au fond et la ressort.

« T’aime ça hein ? Tu veux que je recommence ?

— Je sais pas… T’as l’air fatigué... 

— Ah ouais ?»

Il rit, me retourne, me positionne en levrette et frotte sa bite entre mes cuisses.

« J’ai l’air fatigué hein ? Dis-moi petite menteuse, tu veux que je te la mette où ? Dans ce cratère dégoulinant de mouille ou là dans ce petit trou du cul bien serré ? »

Il introduit son gland… Hum, le retour de cette délicieuse petite douleur, je me cambre pour qu’il me pénètre plus loin mais il me maintient fermement le bassin.  

« Ah… avoue que tu as aimé ça que je t’encule hein ? Tu as envie que je recommence ?

— Oui...

— Oui quoi ? Oui tu as aimé ?

— Oui j’ai adoré ça... »

Il continue de me maintenir fermement le bassin, son gland toujours fiché dans mon cul puis il glisse sa main entre mes cuisses et commence à me doigter vigoureusement la chatte en frottant mon clito.  

« Et donc tu as envie que je recommence ou pas ?

— Salaud, tu vois bien que oui ! Tu veux que je dise quoi ? Encule-moi c’est ça ?

— Non ! Je voudrais conclure un pacte avec toi... »

Il continue de me branler et enfonce un peu plus sa queue.

« Je voudrais que tu me promettes que tant qu’on aura une relation toi et moi je serai le seul à pouvoir te niquer le cul. Je veux que ton cul soit à moi seul, je veux être le seul à pouvoir le défoncer. Tu peux baiser avec qui tu veux mais je veux un droit exclusif sur ton cul !

— Mais t’as cru que j’étais quel genre de nana sérieux ?!?

— Ben je sais pas moi, de ce que je vois t’es une sacrée chaudasse hein !

— Nan mais ! Je...»

Ses doigts me font finalement gicler alors il me pénètre complètement et commence à me sodomiser doucement.

« Tu sens ça… Je veux ça rien que pour moi, c’est tout. Ça me plaît que tu aimes le sexe, tu peux baiser avec qui tu veux ça ne me dérange pas, ça m’excite même pour être honnête. Mais je veux ton cul pour moi tout seul. Tu penses quoi de cette idée ?

— Je ne baise pas à droite à gauche ! Hum… je ne suis pas une pute ! Je peux…

— Si ! Tu es ma pute ! Tu veux bien être ma pute non ?

— Je peux être ta pute oui ! Mais... »

Je n’arrive pas à finir ma phrase, ses va-et-vient se font plus intenses, je suis envahie par des sensations incroyables, les sons qui sortent de ma gorge n’ont plus rien d’humain. Il attrape mes cheveux, me redresse pour me coller à lui, prend mes seins dans ses mains et me pince fort les tétons. Il s’immobilise, met sa main sur ma gorge, maintient ma tête près de la sienne et me chuchote à l’oreille.

« Alors on reprend… Tu n’es pas une pute, tu es MA pute… Tu la sens bien ma queue là tout au fond de ton cul hein ?

— Oui...

— J’ai envie d’être le seul… Dis-moi… T’en penses quoi de ce pacte ? »

Il reprend doucement ses mouvements, je sais déjà que je suis accro à ça, je le sais depuis l’instant où il m’a fait découvrir que cette petite douleur se transformait en plaisir extrême.

« J’en pense que si tu dois être le seul il faudra qu’on se voit très régulièrement parce que je risque d’en avoir très souvent envie.

— Hum… Je vais te niquer le cul aussi souvent que tu le voudras. Je fantasme sur toi depuis notre première discussion. Notre rencontre dépasse toutes mes espérances. C’est une relation complètement atypique et je kiffe ça. Bref, on est d’accord donc, ton cul est rien que pour moi ?

— Oui, oui on est d’accord !

— Je veux te l’entendre dire…

— Je te donne l’exclusivité sur mon cul. A toi d’en faire bon usage ! »

Il me fourre sa langue dans la bouche et continue de m’enculer, d’abord lentement puis plus fort, puis de nouveau lentement et encore plus fort et ainsi de suite, graduellement jusqu’à ce que j’atteigne un état d’excitation tel que je lui ordonne de me finir. Alors il me repositionne en levrette et me défonce une main agrippée à mes cheveux et l’autre qui me claque les fesses, de plus en plus fort à chaque coup. Plus sa charge est rude, plus je l’exhorte à me démonter, nous atteignons un niveau de bestialité que je n’avais jamais envisagé si ce n’est dans mes fantasmes... et putain j’adore ça ! Au moment où j’atteins l’orgasme, il me redresse en tirant ma tête vers l’arrière et se retire ; j’entends ses râles et je sens son foutre chaud dégouliner de mes reins. Alors je m’écroule et je sens ses mains étaler son sperme sur mes fesses.

« Ce cul est à moi ! Putain j’ai tapé un peu fort on dirait, on voit clairement les traces de ma main ! C’est la marque de ma possession, je t’ai marqué le cul. Il faut que j’immortalise ce moment ! Remets-toi à quatre pattes, cambre toi et écarte bien les jambes. Ouais, voilà comme ça, hum tu es tellement impudique et vicieuse...»

Il attrape son téléphone sur la table de nuit, prend une photo et me la montre. Indécence totale, ma croupe est maculée de foutre, on y voit distinctement les cinq doigts de sa main et au milieu mes deux orifices éclatés, écarlates et luisants d’obscénité. J’aime immédiatement cette vision de moi.  

« C’est magnifique ! Je pense que je vais prendre des clichés de toi plus souvent ! Je te laisse rappeler ta pote et tu me rejoins sous la douche ? Et après on va dormir un peu quand même… mais juste un peu hein, il ne nous reste plus beaucoup de temps.»

Je reste sur le lit, cette image de moi reste gravée sur ma rétine et je l’imagine me posséder encore.

Je sais que je ne pourrai plus jamais revenir en arrière, ce mec a réveillé mon appétit de luxure et je sais déjà que je serai insatiable et que je vais me vautrer dans le stupre.

Diffuse en direct !
Regarder son live