Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 19 199 fois
  • 260 J'aime
  • 3 Commentaires

Entretiens d'embauche au Kenya

Chapitre 1

Divers

Je venais de commencer un nouvel engagement professionnel, en tant que consultant dans le domaine minier. J’avais atterri au Kenya, plus précisément à Mombasa, une semaine plus tôt. D’importants gisements de plomb et d’argent avaient été découverts dans la région et le secteur minier n’occupait qu’une très faible place dans l’économie du pays. Mon travail consistait à développer de nouvelles exploitations avec le meilleur équipement à disposition, à former le personnel et à trouver de nouveaux marchés plus lucratifs.


C’était l’un de mes anciens collègues, Marco, qui m’avait recruté. L’offre était alléchante, tant au niveau salaire qu’au niveau des avantages « en nature ». Outre une villa, un 4x4 Range Rover, un compte de dépenses généreux, je bénéficiais aussi d’un budget pour engager une femme de ménage et ainsi qu’une assistante.


Marco n’avait pas manqué de souligner ce dernier avantage en me décrivant exactement les possibilités avec les femmes kényanes.


Arrivé depuis quelques jours, je publiai des annonces pour les postes de femme de ménage et d’assistante. Les deux annonces étaient assez semblables. Les candidates devaient être célibataires, entre dix-huit et trente ans. Elles devaient avoir de l’expérience et des compétences adaptées, faire état de leurs attentes salariales. Une description et des photos, au nombre de cinq, devaient compléter leur demande. Je reçus une avalanche d’offres et je débutais ce week-end les premiers entretiens d’embauche en me basant sur les quelques courriers qui avaient attiré mon attention.


Certaines des jeunes femmes étaient de vraies beautés. Je devais rencontrer trois candidates pour le poste de femme de ménage aujourd’hui. L’une à treize heures, puis quinze heures et enfin dix-sept heures.


Lada était la première à venir. Marco était venu pour me donner son avis et pour assister aux entretiens. Le coquin avait apporté un costume de maid et l’on en avait rigolé.


— Ma femme de ménage le porte et sans sous-vêtements, me confia-t-il.


Lada se présenta quelques minutes avant treize heures. Je lui ouvris la porte et l’accueillis en lui souhaitant bienvenue. Elle me suivit dans le séjour, tout en m’écoutant lui décrire la maison. Elle sembla impressionnée par le luxe de la propriété. Je lui dis que nous ferions l’entrevue sur la terrasse. Le temps était superbe. Elle regarda la piscine et les deux petits bungalows dans le jardin. Elle était très jolie. Ses cheveux bouclés oscillaient entre le blond et le roux. Elle portait une robe moulante noire qui dévoilait ses formes magnifiques.


— Je te présente Marco, un collègue. Il va assister à ton entrevue. Je me nomme Jack. Assieds-toi.


Nous nous installâmes autour d’une table et je lui versai un verre d’eau glacée. Puis regardant les documents qu’elle m’avait envoyés, je voulus l’entendre me confirmer qu’elle répondait aux exigences de l’annonce.


— Tu as 22 ans. Tu es bien célibataire ?

— Oui.

— Quel a été ton dernier travail ? Tu as déjà été femme de ménage ?

— Oui et non. Professionnellement, mais j’ai vécu un an avec un Allemand qui travaillait ici. J’étais sa petite amie, mais aussi sa bonniche.


Elle sembla tout à coup nerveuse, se doutant que j’allais demander plus de détails.


— Et tu as rompu avec cet homme ? Est-il retourné en Allemagne ou ailleurs ? Je ne vois pas sur ton CV cette expérience professionnelle.

— Oui, il est retourné en Europe ou je ne sais où. Sans m’avertir, un jour, il a fait ses valises. J’ai cru qu’il partait en voyage d’affaires. Puis de l’aéroport, il m’a appelée, me disant de quitter la maison que j’étais renvoyée.


Elle était au bord des larmes et se retenait pour ne pas partir en sanglots.


— Et il y a longtemps de ça ?

— Six mois exactement.

— Quel boulot as-tu fait depuis ces derniers mois ?

— Je n’en ai pas trouvé.


Marco prit la parole et lui demanda comment elle payait son logement et sa nourriture. Il savait déjà que jolie comme elle est, elle devait faire les plages, les discos, bars et autres lieux où rencontrer une clientèle pour du sexe tarifé.


— Une tante à Nairobi m’envoie de l’argent pour ma chambre, mais c’est insuffisant pour vivre.

— Fréquentes-tu Mtwapa ? lui demanda directement Marco.

— Oui, mais... pas souvent. Je n’ai pas vraiment de chance.

— Ah oui ? On se demande bien pourquoi, lui répondit-il en riant.


Mtwapa était un lieu connu pour la prostitution, mais c’était également un quartier où il y avait de bons restos, quelques boîtes de nuit fréquentées par de très jolies filles pro et non-pro. Je repris la suite de l’entrevue, interrompant Marco.


— Le travail ici est des plus simples. En plus de t’occuper de la maison, tu devras nettoyer la piscine et entretenir le jardin. J’aimerais qu’il soit pourvu de fleurs et de plantes décoratives. Tu devras faire des courses, et parfois cuisiner surtout les petits-déjeuners. Je cuisinerai la plupart du temps. Tu seras, bien entendu, logée et nourrie. Ce n’était pas spécifié dans l’annonce, mais la personne choisie habitera ici dans la villa, dans l’un de ces deux bungalows.


Elle sembla se relaxer en regardant les petits bâtiments et sourit, apparemment ravie.


— Oh, ça me ferait plaisir de vous servir. J’ai tellement besoin de ce travail.

— Je vois que tu n’as pas écrit tes attentes salariales. Quelles sont-elles ?

— Je ne sais quoi répondre dans ma situation. J’accepterais n’importe quoi pour avoir un boulot et vivre dans un si bel endroit.


Marco reprit la parole, lui demandant si elle pouvait prodiguer des massages, ou autres. J’attendis sa réponse à cette demande imprévue avec curiosité.


— Oui, je sais faire des massages.


Marco lui demanda de se lever.


— Oh, s’exclama-t-il en la regardant. Que j’aimerais un massage d’une si jolie fille !


Elle se mit à rire, mais ne semblait pas très à l’aise de trop en révéler. Il lui demanda de se tourner et s’approcher. Il lui palpa les fesses. Elle se laissa faire, sans rien dire. Il avait l’expérience des Africaines, et moi je manquais de toute évidence d’assurance pour aller si loin aussi directement. Je me demandai s’il n’allait pas lui demander une pipe. Aussi je repris la parole.


— Assieds-toi Lada. Marco aura peut-être aussi besoin d’une nouvelle femme de ménage, mais en attendant, c’est avec moi que tu as cet entretien. J’aimerais que tu me dises avec tes mots pourquoi tu as postulé et pourquoi tu aimerais ce travail. Et dernière chose, combien de temps comptes-tu occuper ce poste ?

— J’aimerais beaucoup avoir ce travail, vivre ici, faire tout de mon mieux pour bien vous servir le temps que vous voudrez de moi.


Je lui souris, en la félicitant pour ses réponses franches et que j’étais très satisfait de cette première entrevue.


Je demandai à Marco le prix d’une course de taxi pour la ramener chez elle. Il fouilla ses poches et lui fila quelques billets. Je la raccompagnai à la porte et lui dis que je la rappellerais ce soir ou demain pour un deuxième entretien. En fait, elle me plaisait énormément, mais deux autres candidates allaient venir et je n’allais pas précipiter mon choix dès la première candidature. Elle me remercia et ajouta qu’elle espérait mon appel. Elle me fit la bise et sa main toucha mon entrejambe. Son geste me surprit.


— J’aimerais tellement être choisie, murmura-t-elle à mon oreille. Je ferai tout pour vous plaire !

— Tu cherches à gagner des points ma chérie ? Que ferais-tu ? Qu’as-tu à me proposer ?

— Tout ce qui vous ferait plaisir !

— Je crois bien que nous aurons un deuxième entretien. Reviens ce soir dix-neuf heures.



Je lui ouvris la porte et elle quitta en me faisant un sourire magnifique. Je racontai à Marco ce qu’elle venait de faire.


— C’est ça l’Afrique ! lâcha-t-il.

— Tu restes à dîner, lui dis-je en lui servant une bière. Il y aura du dessert...


Nous attendîmes la deuxième candidate.

Diffuse en direct !
Regarder son live