Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 368 fois
  • 17 J'aime
  • 8 Commentaires

Envies croisées

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Tu la regardes, assoupie dans ton canapé, tête reposant au creux des coussins, jambes repliées autour de ta petite couverture brodée. Elle respire profondément. Son visage est paisible. L’expression de ses traits endormis est innocente, presque candide. La chaleur de l’après-midi a rendu ses tempes moites et collantes ; tu imagines son corps recouvert d’un léger voile de sueur. Ses tétons pointent à travers son haut en lin. Elle a l’air vulnérable, comme ça... Comment fait-elle pour dormir par ce temps caniculaire, alors que pour ton cas, ce genre de chaleur a plutôt tendance à te garder éveillé et excité comme une puce ?


Toute cette douceur, cet apaisement… Tu as envie d’elle… Des envies qui contrastent avec cette voluptueuse sérénité : vilaines, dures et sans pitié, à l’image des pornos qui figurent dans vos sites les plus consultés. Cédant à l’appel de la chair, tu la rejoins dans le canapé en te lovant près d’elle, collé à son dos. Ton nez se niche naturellement dans son cou. Tu la respires. Son odeur et le contact de sa peau te donnent la chair de poule. Tu as envie d’elle et ça te fait bander comme un âne. Il t’en faut peu, décidément ! Son souffle s’accélère et elle émerge doucement en papillonnant des paupières.


Ta belle endormie se trémousse légèrement et finit par se retourner face à toi. Ses grands yeux se plongent dans les tiens, sa main glisse le long de ton dos, se pose sur tes reins et t’attire à son corps. Vos visages sont si proches que vos souffles se mêlent. Le sien se fend d’un grand sourire quand elle sent la bosse qui déforme ton jean. Qu’est-ce qu’elle désire ? Cette petite lueur qui éclaire ses yeux rieurs te dit quelque chose. Ce sourire qui commence à se faire insolent aussi… Soudain, l’expression de son visage change complètement, et son regard se fait suppliant. C’est dans un souffle qu’elle te chuchotera à l’oreille :


« J’ai très envie que tu me fasses mal... »


"Mal, tu es sûre ?"

Elle se mord la lèvre et acquiesce en hochant la tête. Tu l’embrasses.

"Avec plaisir..."

Tu te redresses et la lèves en l’empoignant par les cheveux. Tu frottes son visage contre ton jean, à l’entrejambe, jusqu’à ce que tu sois bien dur. Son visage est rougi par la caresse violente. Tu te déboutonnes et enfonce d’un col ta verge dans sa bouche, aussi profond que possible. Tu restes ainsi, à pousser, jusqu’à ce que la bave s’accumule et commence à couler. Ses hoquets t’excitent au plus haut point... Tu la laisses reprendre son souffle, et tu attaques les hostilités : ton sexe s’engouffre entre ses lèvres, dans un va-et-vient rapide et profond. Mais tu n’es plus à ton aise : tu la rejettes sur le canapé, la places sur le dos et recommences à lui baiser la gorge tout en giflant ses seins et son clitoris.


Au bout d’un moment, tu as envie d’autre chose. "Mets-toi face à moi." Elle te fait face, jambes écartées, caressant ses seins, te fixant de ses yeux implorants. Tu la pénètres avec fougue, tes mains se posent sur son cou et tu commences à serrer, à t’appuyer sur cette gorge offerte et vulnérable. Son vagin se resserre, son visage devient écarlate ; elle étouffe, essaie en vain d’écarter tes mains, cherche désespérément un peu d’air. Tu la pilonnes avec une sorte de rage. Mais elle faiblit... Tu la lâches et te retires. Elle inspire à grandes bouffées profondes et saccadées, se tourne en position foetale. Tu la tournes sur le dos et contemples ses fesses. Tu les adores ; son anus est ton orifice préféré. Il est temps de t’en occuper...


Tu y introduis un doigt, puis deux. Doucement, tu en ajoutes un troisième. Un quatrième. Elle pousse des gémissements de plaisir et de souffrance mêlés. Tu places ton pouce au centre de ta paume, et tu pousses doucement mais fermement : millimètre par millimètre, toute ta main entre, en une fois. Ses gémissements ne sont plus que souffrance. Quand tu te mets à la fister, elle crie, hurle ; tes mouvements se font rapidement secs, tu t’enfonces aussi loin que possible.

Diffuse en direct !
Regarder son live