Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 765 fois
  • 38 J'aime
  • 6 Commentaires

Epines et pines

Chapitre 2

Divers

Il est indispensable de lire le chapitre 1 avant de vous plonger dans celui-ci.

En réponse aux nombreux courriers reçus et pour éviter d’être censuré, je tiens à préciser que le chien est, lui aussi, majeur.


Le lendemain - 8h


Dire que le réveil de Paul fut difficile est un doux euphémisme, d’autant qu’en s’enrubannant le pénis de pansement, il n’avait pas vraiment pensé à l’érection matinale dont sont, quelquefois, victimes les hommes au grand désarroi de ces dames qui supposent toujours que leurs conjoints ont encore envie de les fourailler, même après une nuit torride.


Hélas dans ce cas précis, il n’était guère question de bagatelle, même solitaire, car le sparadrap, manque sévèrement d’élasticité, et n’a pas la même proportion à se dilater qu’un corps caverneux ! Imaginez votre attribut enserré dans du fil de fer barbelé, il n’est pas certain que souhaitiez honorer madame dans cette situation, n’est ce pas ?


Paul, déjà blême, souleva délicatement le drap, prit peur par ce qu’il venait d’entrapercevoir et rabaissa aussitôt le linge en geignant...


— Mais... mais qu’est ce... qu’est ce que j’ai ?


La douleur prouvait, hélas, qu’il ne rêvait pas. Sa bite se trouvait comme momifiée par une sorte de pansement qui, en raison de sa bandaison, étranglait son gland jusqu’à ce qu’il prenne une dangereuse teinte violacée, tirant même par endroit sur le bleu !


Paniqué, il se leva et se dirigea vers la salle de bain en claudiquant... Là, bien mal lui en prit d’essayer de retirer le sparadrap, et pire, de tenter de dissoudre la colle avec de l’alcool... La douleur fut fulgurante et le cri atroce si j’en juge par l’attitude de Mme Poussard qui promenait Toutou juste sous ses fenêtres en cet instant précis !


Le brigadier lui avait notifié d’éviter la zone du pervers jusqu’à ce qu’on l’appréhende. Obéissante, Mme Poussard pris donc la rue contournant le quartier à risque et qui longeait la maison de Paul quand elle entendit le même hurlement inhumain que la veille.


Sous le coup de l’émotion, ses cheveux se dressèrent sur sa tête, elle porta ses mains à son coeur oubliant une fois encore son chien tenu en laisse. Vous imaginez le traumatisme pour la pauvre bête, bringuebalante, une nouvelle fois pendue comme un pendule la langue pendante et le jappement rauque.


Mme Poussard se précipita à toutes enjambées vers son domicile pour appeler le poste de police, enfin compte tenu de sa morphologie particulière ce fut moyennement rapide ce que regrettait, d’ailleurs, amèrement Toutou toujours suspendu qui l’eut volontiers obligé à un régime gastrique drastique s’il avait pu parler!


    ~


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Au 1er étage de la gendarmerie, dans les appartements privés, le brigadier chef baisait enfin sa femme bien que le jour ne fut pas l’habituel pour la galipette hebdomadaire. Il avait fallut qu’il insiste lourdement passant plusieurs fois sa main grassouillette sous la chemise de nuit de sa tendre épouse. Laquelle l’avait d’abord repoussée. Puis sous la virulence de l’insistance, elle se laissa trousser. Vaincue, elle s’installa sur le dos, baissa sa gaine-culotte, écarta les compas et attendit l’assaut.

Le brigadier fut obligé de lubrifier sa bite, l’excitation de sa belle étant toute relative, avant de la fourrer.


— Aaaahhh... c’est bon d’être dedans, pensa-t-il pendant que sa moitié songeait:

— Pfffouuuu... qu’il fasse vite... au moins, j’aurais une excuse toute trouvée pour refuser samedi... Son esprit vagabonda de sa liste de course à son rendez vous chez le coiffeur... Allait-elle faire une teinture ou non ? Elle avait aperçu, dans le miroir, le blanc de ces racines de cheveux... ça pousse si vite... Faut que je pense aussi à acheter de la moutarde, je ne crois pas l’avoir noté sur la liste...


Le brigadier, pour sa part, essaya de se concentrer sur les images des jeunes filles du pensionnat aperçues la veille, mais les joues et les seins flasques de son épouse ne l’aidèrent pas à se remémorer la scène. Il ferma les yeux et pistonna plus vite... Il sentît que cela ne tarderait plus à ven...


Toc Toc Toc


— Chef ... Chef... Une urgence... vite... C’est Mme Poussard qui... entendit-il moins d’une minute, (c’est une estimation), avant de se finir au fond du ventre de sa femme toujours aussi passive...


Il la fixa un bref instant se demandant fugacement si elle dormait ?


Toujours est-il que la voix de son subalterne avait détruit son scénario fantasmatique. Lui au milieu des deux jeunes filles se faisant sucer, puis les baisant et elles jouissant sous ses coups de butoirs. Car comme tous les hommes, le brigadier était persuadé d’être un amant hors du commun.


Sa femme, malgré son manque d’expérience pré ou extra conjugale, aurait eu un léger doute à ce sujet.


— Hé merde... J’arrive... JE VIENS...JE VIENS... finit-il par lancer assez fort pour son collègue.


Réveillée par cette injonction, sa femme sortit de sa rêverie se méprenant sur le sens de ses mots, pensant qu’il évacuait en elle son trop plein prostatique, et qu’il fallait qu’elle fasse acte de plaisir :


— Han han oui oui... ajoutant même :

— C’était bon mon chéri...


A cet instant, le brigadier compatit une milliseconde avec tous les maris étrangleurs, étouffeurs, poignardeurs... voir même dépeceurs !



— Chef... chef... vous venez ? Mme Poussard a entendu le même hurlement qu’hier mais 8 rue du vignoble cette fois... chez Mr Lux.


    ~


Tout sirène hurlante, le véhicule de police se gara juste en face du pavillon supposé être scène de crime, éveillant une fois de plus la curiosité du voisinage, à peine une minute après que notre ami Paul ne tournât à l’angle de la rue.


Sa démarche et son accoutrement ne pouvaient passer inaperçus. Il lui avait été absolument impossible de revêtir le moindre slip ni même un pantalon large, tant le frottement le plus minime le faisait horriblement souffrir. Paul, constatant que la couleur de son vit ne changeait pas bien au contraire, comprit qu’il y avait urgence.


Au fond de son cerveau reptilien, son instinct le plus basique lui criait de faire vite sous peine de gangrène, de putréfaction et autres joyeusetés qui ne pourraient mener qu’à une amputation de son attribut le plus précieux. Il se revêtit d’un pull et de son long imperméable qui descendait jusqu’aux genoux... et il fila au plus proche, la pharmacie.


La marche fut douloureuse comme si il venait de faire un rodéo, les jambes arquées et la démarche vacillante. Il plaça ses mains dans les poches de son pardessus, tirant vers l’avant pour empêcher que le tissu ne frôle l’endroit sensible.


— Quel accoutrement... et en plus déjà bourré à 8h du matin... pensèrent les voisins le voyant claudiquer bizarrement et marmonner des grossièretés à chaque pas.


Ils le virent même s’appuyer à un lampadaire ! Ce qui les confortèrent dans leur commérages plein d’empathie toute provinciale !


— Une honte, dame ! Quel exemple pour nos enfants ! J’te mettrais cette engeance au travail forcé, moi !


Paul arriva péniblement à la pharmacie, y entra sous le regard médusé, inquiet et même vaguement soupçonneux des trois employées et des trois clientes déjà présentes qui, comme dans une chorégraphie orchestrée reluquèrent d’un même mouvement de tête, son visage tordu par la douleur, son imper mal boutonné, ses mollets poilues, ses chaussettes pendantes et ses charentaises défraîchies... (Pantoufle au pied, car il n’avait pas pu se baisser pour lacer ses chaussures.)


Il faut reconnaître que la dégaine qu’il présenta ce jour là à l’officine put induire en erreur bien des jugements...


— Monsieur ? lança la pharmacienne d’un air légèrement hautain quand ce fut enfin son tour !


Paul essaya d’expliquer à demi-mots son problème, mais, dame ! comment expliquer un étranglement pénien à une tripotée de femmes sur le qui-vive !


— Je... J’ai... un petit souci... puis d’une voix à peine perceptible il ajouta : au niveau du bas ventre !

— Pardon ? Que dites vous ? relança l’apothicaire en tendant ostensiblement l’oreille, ce qui ne manqua pas d’attirer l’attention des autres personnes présentes !


De son index, Paul grimaçant indiqua, d’un geste vif et répété, la zone incriminée :


— J’ai... une sorte de blessure là ...

— Sur le ventre ? répondit l’érudite intriguée par tant de mystères.

— Non...(puis d’une voix à peine audible): plus bas !

— Plus haut ... dit-elle devant le regard égaré de Paul, celui-ci réitéra à peine plus fort son propos :

— non ! plus bas !

— Plus haut ! je voulais dire : parlez plus fort, je ne vous comprends pas !


Tout le monde s’était tu dans l’officine regardant et écoutant l’étrange échange!


— Bon, montrez moi ou vous avez un problème, ça sera plus simple ! s’agaça la pharmacienne...


Puis ajoutant devant l’hésitation bien compréhensible de notre malheureux :


— J’ai l’habitude des bobos vous savez !


Paul, désemparé, se décala afin de ne pas être visible des autres personnes; puis se déboutonna et écarta, doucement et complètement son pardessus devant la savante !


Cette fois, ce fut le cri inhumain d’une femme qui alerta Mme Poussard passant tout à fait fortuitement, accompagnée de son fidèle compagnon, devant la pharmacie. Elle tourna la tête vers la vitrine de l’officine au moment précis ou Paul tenait les pans de son imperméable grand ouvert !


Que voulez vous qu’elle crût, cette brave femme, en voyant cette scène surréaliste !


— Sainte Vierge !... Le pervers !!! C’est le pervers... !!!


Elle fit promptement demi-tour, enfin tout est relatif vu sa corpulence, et se dépêcha de rentrer téléphoner à qui de droit ! Son chien pendue à ses basques pour la troisième fois en moins de 24h !


Un observateur bien attentif aurait sans doute pu déceler chez le canidé comme une once de lassitude à se voir ainsi ramener dard-dard à la niche familiale.


Si bien, que les jours suivant, Toutou refusa systématiquement toutes nouvelles promenades et préféra se planquer sous la commode dès qu’il entendait sa maîtresse secouer la laisse en l’appelant :


— Toutou ! Toutou... qui c’est le bon toutou à sa maman qui va aller faire un gros pissou dehors !


Le chien barricadé sous le meuble jappa, grogna et mordît, refusant tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une laisse, s’acharnant même une fois sur la ceinture d’un peignoir sous l’incompréhension totale de sa maîtresse.


Mais je m’égare sur la condition canine. Revenons plutôt à notre fin limier (!), qui poursuivait son investigation chez Paul.


— Chef ! Ca ne répond pas ! On entre ?


Ce qui fut fait, les subalternes passant devant, c’était plus prudent !


— Regardez chef, il y a du sang sur le drap !!! lança un des gendarmes quand un autre répondit en écho depuis la salle de bain :

— Ici aussi, chef, un peu de sang dans le lavabo...


Les trois hommes se regardèrent blêmes !


— Bon sang de bon sang, c’était bien un assassinat...

— Et le briquet, trouvé sur place, gravé P.L comme Paul Lux ! tilta le brigadier.

— Vite, on retourne à la gendarmerie lancer un avis de recherche, ajouta-t-il.


Ce qui fut fait prestement ! Mais la brigade n’eut guère le temps de souffler.


— Chef, chef, c’est encore Mme Poussard,... elle a vu le pervers... il sévit actuellement dans la pharmacie ! avertit le gendarme à son responsable dès qu’il pénétra le hall du local militaire.

— Bon dieu ... Bon dieu... on le tient... vite... dépêchons ! fit-il à ses deux collègues.


    ~


Le temps sembla comme suspendu et un immense blanc s’installa dans la pharmacie l’espace d’une seconde, puis devant l’effroyable cri de la pharmacienne, toutes se mirent à hurler sans savoir ce qui se passait véritablement. Les femmes se précipitèrent vers la sortie lorgnant derrière elle pour connaître l’origine de l’effroyable onomatopée. Elles virent la soignante les yeux effarés lorgner vers le bas ventre de l’individu qui tenait son vêtement grand ouvert devant elle, et l’entendre balbutier :


— Par tous les saints !... Mais qu’avez vous fait à votre... laissant en suspens sa phrase !


Voyant que l’inquiétant personnage n’avait pas trucidé l’apothicaire, les deux autres employées s’approchèrent à leur tour, curieuses de connaître la raison de l’attitude de leur patronne. Bien mal leur en a pris, la plus téméraire tomba dans les pommes à la vue du saucisson bleu qui pendouillait entre les jambes de notre héros malheureux, ce qui affola à nouveau tout le monde ! Les trois clientes se battirent presque pour sortir !

Quant à la dernière employée, elle tentait de ranimer sa collègue à coup de gifle !


Paul expliqua succintement, le besoin d’uriner, la glissade, le taillis de ronce, le seul pansement disponible...


— Surtout pas d’alcool, s’ il y a des plaies... marmonna la pharmacienne qui avait reprit ses esprits.


Paul, se rappelant sa tentative dans la salle de bain, hocha vivement la tête confirmant qu’il n’y avait aucune discussion possible à ce sujet !


— Bon, d’abord chauffer l’endroit pour décoller la colle... continua la patronne puis s’adressant à une de ses employées

— Brigitte, allez donc me chercher un sèche-cheveux ?


Celle-ci la regarda d’un oeil dubitativement inquiet !


— Elle devient givrée ou quoi, un sèche-cheveux... et pourquoi pas un casque à bigoudis tant qu’elle y est !!! Mais elle s’abstint de tout commentaires audibles et alla chercher l’appareil.

— Prenez également un verre d’eau tiède et quelques glaçons ... un flacon d’huile et un paquet d’ouate...

— Mais !!! Qu’est ce que...Brigitte !!! Ne buvez pas l’eau, enfin !!!... C’est pour appliquer sur le... la chose, là... désignant la bite rabougrie dont l’aspect bleuté n’augurait rien de bon.

— Merci, donnez moi le flacon d’huile d’amande sur le comptoir... bien maintenant... Brigitte, vous allez m’aider, n’ayez pas peur, vous allez tamponner le... la... enfin le truc qui pendouille avec le coton imbibé d’eau tiède... Moi, je vais passer le glaçon, puis l’huile... ça va dissoudre doucement la colle !


Les deux femmes s’agenouillèrent devant le popol de Paul... Vue de l’extérieure, les clientes se regardèrent, effarées par la scène qu’elles pensaient voir...


— Mais... Mais... Doux Jésus... Que font-elles... Vous croyez qu’elles le... enfin, vous voyez ce que je veux dire !!!


Et en effet depuis le trottoir, à travers la vitrine, le débat fut légitime... d’autant que l’expression du visage de Paul bifurquait d’une grande crispation vers une indéniable satisfaction ! Les femmes furent outrées, mais elles n’en perdirent pas une miette ! Cela en ferait des choses salaces à raconter au thé quotidien !


— Si seulement Mme Poussard voyait ça !!! commenta l’une d’elle.


Une colle de ce type ne se dissout pas instantanément et les deux femmes s’affairaient depuis quelques minutes quand surgit au coin de la rue, toute sirène hurlante, une voiture de police...


Les gendarmes restèrent interdits devant le spectacle qu’ils aperçurent dans l’officine. L’un deux demanda aux femmes présentes sans obtenir de réponse :


— L’abominable personnage, il les oblige à su... euh :

— Y a t-il prise d’otages?

— Chef, on dirait qu’il y a encore un meurtre, regardez sous le comptoir, la jeune femme allongée... constata l’autre agent.


Les trois hommes sortirent leurs armes de service et s’approchèrent de la porte, ils hésitèrent se regardant comme pour se réconforter, puis rentrèrent faisant sonner la clochette en même temps que la loi !


— Pas un geste ! Levez les mains ... lança autoritaire le chef de la police locale.

— Mais ?!?... Mais non... pas vous, mesdames, enfin !!! vous... euh... le pervers, levez les mains !


Ce que s’empressa de faire Paul.


— Nous avons presque finies, nous pouvons terminées monsieur le commissaire ? demanda naïvement la pharmacienne.

— Mais, Madame, vous n’y pensez pas... vous n’êtes plus obligées de... vous êtes sauves, enfin, nous venons vous libérer de ce misérable !!! s’enorgueillit le futur préfet de police, car c’est ainsi qu’il se voyait, nommé préfet après l’arrestation d’un meurtrier, couplé d’un preneur d’otage qui obligeait ses victimes à des actes odieux.

— Vous n’y êtes pas brigadier, nous soignons juste ce pauvre hère lança la pharmacienne

— Regardez vous même, ajouta-t-elle joignant le geste à la parole, elle fit pivoter Paul en direction du gendarme... qui, d’effroi, en fit tomber son arme de service !

— Mais... comment ... pourquoi est elle bleue ? l’idée folle que ce cinglé ait tringlé une sorte de schtroumpf lui traversa l’esprit...


Néanmoins, ne voulant pas perdre tout à fait la face, le brigadier lança péremptoire :


— Vous êtes bien Paul Lux... Dès que ces dames auront... finies. Je vous signifie votre mise en garde à vue le temps que l’on éclaircisse certains points obscurs.


Fin... peut être temporaire :) si ce genre vaguement "éroticomique" vous plait et surtout si je trouve l’inspiration. N’hésitez pas, en tout cas, à laisser un petit commentaire.

Diffuse en direct !
Regarder son live