Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 262 fois
  • 54 J'aime
  • 2 Commentaires

Eric et Paul

Chapitre 1

Gay

L’année de mes 17 ans, ma grand-mère me propose de venir passer deux ou trois semaines avec elle, dans son petit village du centre de la France. Je m’entends fort bien avec elle. Elle possède une maison assez grande un peu à l’écart du bourg avec un grand jardin entouré d’arbres. La plus proche habitation est à plus de cinq cents mètres, où habite Eric. Eric a 18 ans et vit seule avec sa mère. Je le connais de vu, de mes rares précédentes visites.

Après m’être installé, je prends un vélo pour faire un tour et je tombe sur Eric, en train de bricoler son scooter. On sympathise vite et il m’invite à le rejoindre après diner pour passer un moment à discuter, écouter de la musique. Il n’y a pas grand-chose à faire par ici.

Je le retrouve devant chez lui et nous allons nous poser dans un coin tranquille, près de la rivière. Nous discutons de toutes sortes de choses et on en vient à parler de cul, des filles.

— Non, j’ai pas de copine non plus … j’étais au lycée technique et il n’y en a pas beaucoup, me dit-il. On n’avait pas trop le temps de trainer …

— Mais ça te manque pas trop … le cul …

— Non … ça va … viens voir !

Il m’entraîne vers un bosquet d’arbres où se trouve un vieil abri bien caché sous les feuilles. Il sort une valise usagée de laquelle il sort un paquet de revues porno.

— Je viens là de temps en temps … et je me fais une petite branlette.

Les photos sont plutôt pas mal. Il y en a de tous genres : hétéro, lesbiennes, mais aussi gay et quelques-unes SM. Je ne reste pas insensible et tout de suite, je sens une érection gonfler mon pantalon. C’est un jean léger et comme à mon habitude je n’ai pas mis de slip. Eric aussi réagit et je le vois se passer la main sur la bosse de son pantalon. Moi aussi j’aime me branler mais je n’ai jamais fait ça avec un autre. Mais là, il me fait trop envi…

— Tu peux te branler, si tu veux lui dis-je en regardant son entre-jambe.

— Si tu le fais aussi alors !

Ni une ni deux je dégrafe mon pantalon qui tombe à mes pieds. Je bande déjà pas mal et ma bite est presque dressée.

— He, t’es pas mal membré … tu ne portes rien dessous toi ?

— Non, j’aime bien sentir le tissu directement

Il défait son pantalon à son tour puis descend son boxer. Il empoigne son membre et commence à se branler doucement en regardant toujours ma bite. Je me libère de mon jean et m’approche. Je suis comme attiré vers cette bite.

— Tu veux que je te branle pendant que tu regardes tes bouquins ?

Il lâche sa queue bien dure maintenant et me fait face.

— Ouais, vas-y …

Je le prends en main et commence à le branler. Il ferme les yeux. De l’autre main, je lui caresse les couilles. Il tend son bassin tout en écartant un peu les cuisses. Je sens son membre durcir encore. Son gland turgescent est tendu. J’y passe mon pouce. Il gémit. J’ai trop envie … je veux gouter à une queue …Je m’agenouille et le prend en bouche. Je pose mes mains sur ses fesses pour accompagner son mouvement de bassin. Il me baise la bouche et j’aime ça ! A genou, je sens ma queue toucher l’herbe. C’est terriblement excitant ! Je lui attrape les couilles, les malaxe doucement. il frémit, bloque ma tête avant de se retirer.

— Houa, c’est trop bon …

Sa queue luisante pointe devant ma figure. Il me redresse et attrape ma queue à sa tour. Il prend ma place, à genou devant moi. Moi aussi j’écarte un peu les cuisses pour le laisser glisser ses doigts sur mon périnée. J’ai les jambes en coton. Elles tremblent.

— Allonges toi, me dit-il, on sera mieux !

Je suis sur le dos, cuisses ouvertes. Eric gode mes couilles, me lèche partout. Il m’attrape sous les genoux et soulève mes jambes tout en écartant largement mes cuisses. Il me lèche les fesses, puis l’anus. Je n’aurais jamais cru que c’était si bon ! Je sens ma queue bandée à l’extrême contre mon ventre. Je m’attrape les genoux pour mieux m’ouvrir encore. Il peut maintenant me caresser en même temps ! C’est vraiment trop bon. Je gémis, l’encourage. Je deviens fou. Il me reprend en bouche et je sens son doigt titiller ma rondelle. Ah oui, il va me doigter … c’est bien mieux que lorsque je me plonge le majeur tout seul ! Je vais exploser … mais il le sent et libère mon gland de sa bouche pour reprendre mes couilles. Son doigt glisse toujours dans ma rondelle. A nouveau sa langue, puis à nouveau un doigt … plus gros … non c’est deux doigts maintenant. J’ai un peu mal mais ça passe vite …

— Tu es prêt maintenant, me dit-il. Tu veux bien que je te prenne le cul ?

— Oui … oui vas y

J’ai répondu vite. Je suis trop excité

— Doucement … c’est la première fois

— Ça se voit … tu es bien serré … t’inquiète pas … pousse en même temps.

Je me tiens toujours les genoux bien relevés. Il se positionne. Je sens son gland sur ma rondelle humide. Il pousse doucement. Je grimace. Il recule et revient. Petit à petit il fait son chemin et je le sens s’immiscer en moi. Je m’ouvre. La douleur est très acceptable. Il m’a bien préparé le cul. Je pousse encore et voilà, il est passé. Eric arrête un instant avant de reprendre sa progression. Il crache sur sa bite pour la lubrifier encore. Il me tient par le haut des cuisses. J’ai débandé sous la douleur. Il glisse doucement mais fermement en moi. Mon œillet avale son membre. Je le sens bien contre ma rondelle étirée. Il recule un peu et revient. Voilà, maintenant je sens son ventre contre mes fesses. il est à fond. je le regarde savourer sa position. Il reste un moment immobile.

— Ça va ?… tu es bien serré … c’est bon ….

Il me caresse les couilles, attrape ma queue toute molle. La douleur s’estompe maintenant. Il se retire doucement puis revient avant que son gland ne ressorte. Cette fois-ci il glisse d’un coup jusqu’à la garde. Et la sensation change. Mes chairs intimes s’électrisent. Il me lime maintenant, d’un mouvement régulier, et chaque coup de boutoir me fait gémir. D’ailleurs, ma bite reprend de la vigueur, pour témoigner du bien qu’il me fait. Lui aussi gémit. Je le sens se raidir en moi.

— C’est trop bon Eric … vas-y, baise moi !

Je me surprends à prononcer ces paroles. Mais j’y prends tellement de plaisir. Il me branle en même temps je sens mon ventre s’enflammer.

— Je vais jouir … Eric … je vais jouir …

Il me pilonne sans ménagement sans arrêter de me branler. Soudain j’explose. Je cris en même temps que mon sperme jaillit sur mon ventre. Je contracte mes sphincters sur son membre qui me lime toujours. Je n’ai jamais joui aussi fort. Il se dégage et jouit à son tour. Les jets puissants de semence arrivent sur ma figure et ma poitrine. Il se termine tout seul. Je suis incapable de bouger, encore à moitié plongé dans mon orgasme et comme hypnotisé par sa queue giclant son sperme. Je me redresse pour m’approcher de sa queue encore à moitié bandée. Il me regarde et me fait un signe de tête. Je comprends cela comme une invitation à le reprendre en bouche. Son gland suinte encore de sa semence. Mais qu’importe, j’ai pris un tel plaisir ! Et ce n’est pas si désagréable que ça ! Je n’arrive pas à avaler mon propre sperme mais celui-ci, ça va. Je le suce un moment avant qu’il ne s’assoit.

— Merci Paul, c’était génial ! et pour toi ? pour une première?

— Vraiment super bon … merci … on pourra remettre ça ?

— Et tu en redemandes maintenant ! bien sûr qu’on va remettre ça car j’ai bien envie que tu me baises toi aussi !


Pour ce premier soir, c’est pas mal ! On se sépare devant chez lui et je regagne ma chambre chez ma grand-mère. Je m’endors avec des rêves érotiques avec Eric.

Diffuse en direct !
Regarder son live