Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 011 fois
  • 90 J'aime
  • 1 Commentaire

EroTel

Chapitre 6

Hétéro

Avant, je n’avais rien remarqué d’anormal mais là, c’était clair : EroTel rendait fou. Le voeu aurait pu juste faire en sorte que je couche avec Florine occasionnellement mais là, elle était devenue totalement folle de moi.


Valentin avait bien sûr voulu savoir tout ce qu’il s’était passé ; il n’arrêtait pas de rire. Nous étions tous les deux dans ma chambre en train de parler de ce téléphone et de jouer à un jeu vidéo.


— N’empêche, je pense tu peux me laisser le dernier voeu, t’en as plus besoin là.


— Je t’ai dit que je voulais attendre encore un peu. C’est vrai que c’est super avec Florine, mais je pense que je peux faire mieux.


— La cloner pour avoir deux fois plus de plaisir ? Ou bien vous rendre infatigables et coucher pendant des heures ? Ou bien...


On se retourna vers la porte ; quelqu’un frappa. J’allai ouvrir ; Estelle était là et me fixait de ses yeux bruns entourés de maquillage noir. Parfois, elle faisait peur.


— Un peu moins de bruit, ça fait cinq fois que je t’envoie des messages.


— Désolé, j’ai pas fait attention !


— T’as qu’à venir ! s’écria Valentin de l’autre côté.


Estelle me poussa et entra avant de refermer la porte.


— Bon bah fais comme chez toi, soufflai-je.


— Vous jouez à quoi ? demanda-t-elle.


— Skyrim ! Avec des mods !

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


— Des mods de cul ? ricana-t-elle.


— Non ! s’écria Valentin. Tu connais pour dire ça ?


— Un peu, c’est pas ce que je préfère.


— Le cul ou Skyrim ?


Valentin se ramassa une tape sur la tête et Estelle lui arracha la manette des mains. Elle, par contre, n’avait aucun problème, elle avait toujours été comme ça. Elle était du genre à s’incruster chez les autres ou bien rester seule à écouter du métal pendant des heures.


On passa une bonne heure de notre temps à jouer avant qu’elle ne me parle de Florine ; j’ignorais si je devais lui parler du téléphone ou non.


— Et avec ton plan cul ? Toujours rien de plus ?


— Ils ont baisé dans l’amphi, lâcha Valentin.


— Une voiture aussi c’est pas mal, suggéra Estelle.


— Déjà fait ? lui demanda Valentin.


Elle lui sourit et haussa les épaules, lui signifiant qu’il n’aurait aucune réponse.


— Comment vous en êtes arrivés là ? me demanda Estelle.


— Eh bien... Elle est venue pour que je l’aide sur un devoir et on a couché.


— Mytho, souffla-t-elle. Tu caches un truc, c’est pas si simple.


— Il a un téléphone qui lui permet de faire des voeux de cul, il a fait le souhait qu’elle veuille de lui, maintenant elle est folle.


Je restai bouche bée, Valentin venait de lâcher ça comme si c’était la chose la plus normale qui soit. Estelle ne fit que de lâcher un petit rire.


— Tu la sors d’où ta connerie ?


— Montre-lui le tel ! soupira Valentin.


Je n’avais donc plus le choix ; je dus tout expliquer à Estelle dans les moindres détails. Elle finit par me croire même si elle restait choquée ; ce tel était tout de même très étrange.


— Il te reste un voeu, tu comptes en faire quoi ?


— Il veut même pas le laisser aux potes ! s’exclama Valentin.


— En même temps tu ferais tout foirer toi, rit-elle. Pourquoi tu fais pas simplement le voeu que toutes les filles veuillent de toi si tu le veux ? me proposa-t-elle.


— Sur commande j’aurais toutes les filles à mes pieds du coup ?


— Oui ! Bon, tu le fais pas sur moi quand même.


— Moi je le ferais...


Estelle frappa Valentin sur le sommet du crâne puis elle sourit.


On passa des heures ensembles jusqu’au soir où on partit manger. Après cela, Estelle m’invita dans sa chambre ; j’ignorais ce qu’elle me voulait, mais j’acceptai. Sa chambre ressemblait identiquement à ce que je m’imaginais ; des posters de groupes de métal et rock décoraient les murs, elle avait même une guitare électrique qui trainait.


— Tu joues souvent ? lui demandai-je.


— Ouais ! Tu sais jouer ?


— Un peu, mais pas trop, souris-je.


— Essaie.


Je pris la guitare et commençai à jouer ; je fis quelques fausses notes avant de réussir à peu près correctement. Estelle s’assit à côté de moi et me souris, elle posa sa main sur ma cuisse.


— C’est déjà pas mal ! A moi de te jouer un morceau.


Elle s’empara de la guitare et commença à jouer un morceau d’Iron Maiden ; elle jouait bien, mieux que moi.


— Tu as suivi des cours ?


— J’ai fait par moi-même, avec Youtube.


On se regarda un instant et elle déposa ses lèvres sur les miennes. J’écarquillai les yeux et la regardai, sans rien dire.


— T’as pas besoin de ton tel pour coucher me dit-elle.


Elle me poussa doucement sur le lit et se mit à genoux sur moi, sur mon sexe.


— Je m’y attendais pas...dis-je.


— T’en as pas envie peut-être ?


— Si !


Elle sourit en se frottant à moi ; je commençais à être serré dans mon pantalon. Je me mis à caresser ses seins alors qu’elle continuait de se frotter. Je glissai mes mains sous son t-shirt et les posai sur son soutien-gorge.


Estelle s’abaissa et m’embrassa, continua ses va-et-vient ; j’étais de plus en plus serré. Elle se retira ensuite et déboutonna mon pantalon, enleva mon caleçon. Elle sourit et empoigna ma verge puis me masturba.


— Elle faisait quelle taille avant ? demanda-t-elle.


— Seize, gémis-je.


— C’était déjà bien, t’aurais pu économiser un voeu.


Elle se mit à me masturber en alternant la vitesse ; elle allait de plus en plus vite puis me caressa en douceur et passa ses doigts sur mon gland. Elle se mit à embrasser mon gland et lécher tout mon membre en me masturbant. Elle embrassa ensuite mon gland et le suçota délicatement ; je frémis, c’était vraiment bon. Elle commença à rentrer ma queue dans sa bouche de plus en plus profond ; elle fit des va-et-vient et me suça en me masturbant. Ensuite, tout mon membre entra dans sa bouche, elle remuait sa tête, faisant glisser ma queue sur sa langue humide ; j’étais à présent au fond de sa gorge ; je gémis et plaçai mes mains sur sa tête. Elle jouait avec sa langue, caressant tout mon membre au fond de sa bouche ; je gémissais de plus en plus, c’était terriblement excitant. Elle retira sa tête pour respirer et se relécha les lèvres ; elle me masturba encore plus vite et recommença à me lécher puis à me sucer ; elle enfournait ma queue au fond de sa bouche et la ressortait puis recommençait jusqu’à ce que je ne puisse plus résister ; dans un râle de plaisir, j’éjaculai. Elle grimaça et avala tout mon sperme avant de relécher ses lèvres.


— T’as aimé ? me demanda-t-elle.


— Oui ! On passe à la suite ?


Elle sourit.


— Non. J’avais juste envie, ça ira pas plus loin. Ou du moins, pour l’instant.


Je soupirai ; elle rit en voyant ma tête. J’étais déçu, mais je respectais son choix, je n’allais tout de même pas la forcer. J’avais l’impression qu’elle était joueuse, elle continuerait à arrêter à chaque fois que ça deviendrait intéressant.


Diffuse en direct !
Regarder son live