Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 064 fois
  • 46 J'aime
  • 2 Commentaires

EroTel

Chapitre 9

Hétéro

Après une longue pause, je reviens ! Je tente de donner le meilleur de moi pour ces chapitres. Je ne maîtrise pas parfaitement l’érotisme et donc, je prendrai un peu plus de temps entre chaque partie !


------------------------------------------



J’avais prévu de coucher avec Estelle uniquement, mais elle était venue accompagnée d’Eva ; comment résister à de si jolies filles ? Ma nouvelle vie me plaisait, toutes les filles tombaient sous mon charme. Cette simple pensée me donna le sourire, je n’allais pas me priver de sexe, oh non !


Toutes deux m’avaient rejoint de nuit ; leurs magnifiques corps nus n’étaient revêtis que d’un simple peignoir. Sans que je n’aie le temps de parler, elles vinrent me caresser.

— Tu aimerais nous prendre toutes les deux ? me demanda Estelle d’une voix suave.

— Oh que oui ! dis-je en empoignant leurs fesses.

Estelle retira son peignoir me laissant admirer ses courbes séduisantes, ses seins fermes et son sexe légèrement poilu.

Je caressai ses fesses et l’embrassais. Au même moment, Eva se déshabilla et enleva mon pantalon. Je sentis Estelle me caresser la verge alors que je scrutais le corps d’Eva ; ses petits seins étaient bien fermes et sa chatte me faisait envie ; ses petites lèvres ressortaient légèrement sous ses petits poils roux.

Toutes les deux s’abaissèrent face à mon sexe et me caressèrent ; c’était la première fois que je faisais un plan à trois et les voir toutes les deux à genoux devant ma bite était excitant.

Eva se mit à me masturber délicatement et Estelle se massa les seins en gémissant. La rousse approcha mon gland de ses lèvres pulpeuses et le mit en bouche, je frémis sous ses lents coups de langue.

Elle se mit à me sucer plus vite, la sensation de ses lèvres contre ma verge était excitante ; Estelle se doigta et poussa son amie à enfourner ma queue au fond de sa gorge.

— N’oublie pas de m’en laisser un peu, sourit Estelle.

Eva acquiesça, ma queue dans sa bouche. Ses va-et-vient s’accentuèrent allant plus vite et plus en profondeur ; ses accélérations étaient jouissives. Elle se retira uniquement quand elle ne pouvait plus respirer et tendit mon pénis à Estelle.

Elle sourit en s’approchant de ma bite, elle la mit en bouche d’un coup et se mit à me sucer en profondeur ; elle bougeait sa tête, remuait ses lèvres autour de mon membre de manière excitante. Je passai mes mains dans ses cheveux et baisai sa bouche en gémissant ; j’allais de plus en plus vite, le contact de sa langue sur ma verge était des plus excitants. Et la vue d’Eva se doigtant l’était également ; je fixais ses doigts rentrer délicatement dans sa vulve avec envie alors qu’Estelle me suçait. J’avais envie d’elles deux, de les baiser, de les faire jouir.

Estelle sortit ma queue de sa bouche et me masturba lentement. Elle se tourna vers Eva.

— Viens avec moi !

Elle ne refusa pas son invitation. Je sursautai ; elles passèrent toutes deux leurs langues sur ma verge ; elles me léchaient ensemble, c’était divinement bon. Elles se mirent à me branler chacune à leur tour en alternant la vitesse, en caressant mon gland.

— Je vais jouir ! lâchai-je.

Aussitôt, Estelle resserra sa poigne et me masturba plus vite encore. Elles tirèrent la langue face à mon gland. J’éjaculai sur leurs visages en même temps ; elles rirent puis se relevèrent.

— Avec laquelle de nos petites chattes veux-tu t’amuser en premier ? demanda Eva.

Sans prévenir, j’enfonçais mes doigts dans leurs cons. Elles sursautèrent dans un gémissement amusé ; je remuais mes doigts dans leurs moules puis je me mis à les doigter sans relâche. Elles gémirent et poussèrent de petits cris d’excitation.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Elles étaient toutes deux parfaites ; ces deux chattes étaient trempées, chaudes et serrées quoique celle d’Eva l’était un peu moins. En les voyant gesticuler, sourire et rougir, j’avais bien plus envie d’elles. Je me mis à les doigter de plus en plus vite, allant au plus profond d’elles ; je prenais plaisir à les voir trembler d’excitation alors que je les caressais de plus en plus. Estelle mouillait abondamment ; quand je la doigtais, je pouvais entendre sa cyprine, d’ailleurs celle-ci se répandait sur ses cuisses. Eva mouillait moins, mais elle prenait toute autant de plaisir ; ses joues étaient rouges et sa respiration saccadée.

Elle haletait délicatement alors qu’Estelle frémissait plus bruyamment. Mais toutes deux gesticulaient et se cambraient dans tous les sens sous le contact de mes doigts ; je les embrassais tour à tour tout en leur donnant du plaisir.

— Putain, c’est bon ! s’écria Estelle.

— Tes doigts me font tant de bien… souffla Eva en haletant.

Soudain, Estelle se cambra violemment et poussa un long cri avant de se coller à moi ; je l’embrassai et rentrai un troisième doigt dans la moule d’Eva.

— Oh bordel !

Je la doigtai toujours plus vite, de plus en plus fort ; ses cuisses ruisselaient de mouille. J’avais envie de la prendre, de rentrer ma queue dans sa petite chatte et de la faire jouir. Eva s’agrippa d’un coup à mon bras, tremblante alors qu’un jet de mouille sortit de son vagin.

— Et maintenant, le dessert ! s’exclama Estelle en se frottant à mon sexe.

Je pelotais leurs fesses alors qu’on se dirigea vers le lit ; je savais très bien ce qu’elles voulaient. Elles désiraient me chevaucher en même temps ; que je bouffe la chatte de l’une et que je pénètre l’autre.

— Qui veux-tu lécher en première ? demanda Eva.

Le sexe humide d’Eva me paraissait plus appétissant en plus, Estelle fixait ma verge avec envie me faisant comprendre qu’elle la voulait en première.

— Toi, dis-je en embrassant Eva.

— Ce qui veut dire que je vais me faire poutrer la chatte ! cria Estelle, excitée.

Je me couchai sur le lit et directement, Eva se positionna au-dessus de mon visage ; son sexe se trouvait juste au-dessus de mes lèvres, l’odeur qui s’en dégageait me donna envie de la bouffer : ce que je fis.

Elle lâcha un long gémissement en sentant ma langue lécher son vagin. J’écartai légèrement ses lèvres pour la lécher entièrement ; je remuais ma bouche et ma langue dans tous les sens la faisant gémir de plus en plus ; elle gesticula sur mon visage poussant ma langue à pénétrer sa chatte.

Pendant ce temps, Estelle se frottait à mon sexe, l’entrant légèrement en elle ; elle gémissait et se glissait avec une grande facilité sur ma queue.

— Oh oui ! cria-t-elle enfournant ma queue en elle.

— Encore plus ! gémit-elle.

Elle remua son sexe, mon pénis rentra d’un coup au fond d’elle ; elle lâcha un cri et haleta. Elle bougeait son corps en de nombreux va-et-vient excitants ; sentir ma bite coulisser en elle était terriblement bon. Sa chatte était tellement trempée que je coulissais en elle avec la plus grande facilité.

Pendant ce temps, je bouffais une moule délicieuse ; je léchais Eva de plus en plus la tenant par le cul, ce cul superbe : gros et rebondit.

Les filles vibraient de plus en plus, tremblaient et se cambraient. Je sentais que je pénétrais Estelle de plus en plus fort et vite, qu’elle adorait son traitement.

Eva aimait également ce que je lui faisais ; ma langue parcourait son con de bas en haut, dans tous les sens ; pénétrant son petit trou et s’enroulant sur son clitoris. Sa cyprine me noyait et le plaisir qu’elle prenait la faisait se cambrer sur ma tête.

— Continue… Ah… Ah… OUI ! s’écria-t-elle en se cambrant.

Je sentais qu’Estelle allait de plus en plus vite ; ses bruissements étaient plus bruyants qu’avant.

— Mmh… Mmmh Aaaaah !

Je compris bien vite qu’elle venait de jouir, elle haletait et riait en se retirant ; mon bassin était trempé.

— À mon tour, souffla Eva.

Je n’eus le temps de ne rien dire qu’elle vint s’empaler sur ma bite ; sa mouille lubrifiait si bien que je rentrai facilement au fond de son con. Elle lâcha un cri de plaisir quand j’arrivai au fond d’elle ; je remarquai que son visage était rouge et qu’elle souriait.

Je ne la vis bientôt plus ; Estelle s’installa juste au-dessus de moi. Elle frémit quand ma langue relécha ses cuisses trempées avant de parcourir son antre.

— Oh putain ! gémit Estelle. Tu sais te servir de ta langue !

Je me mis à la lécher de plus en plus vite, rentrant ma langue en elle ; elle se cambrait et haletait. Ma langue tourbillonnait en elle, sur son clitoris, partout ; je bougeais mes lèvres sur sa moule trempée dans tous les sens pour lui procurer le plus de plaisir possible.

Pendant ce temps, Eva s’amusait avec mon membre ; elle fit des va-et-vient rapides et profonds pour se faire défoncer le plus possible ; ses bruissements emplirent la pièce étouffant même ceux d’Estelle. Celle-ci se tortillait sur ma bouche, adorant son traitement ; elle haletait et rougissait.

Il ne fallut pas beaucoup de temps pour que les filles jouissent ; j’en fis de même, explosant une quantité de sperme importante dans la capote. Les filles se retirèrent et se couchèrent à mes côtés, collées contre moi.

— Je veux jamais que ça s’arrête ! lâcha Eva.

— Ma petite chatte est très contente de son traitement, sourit Estelle.

Je souris à mon tour ; cette nouvelle vie était parfaite et torride.

Diffuse en direct !
Regarder son live