Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 76 299 fois
  • 29 J'aime
  • 1 Commentaire

L'esclave

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Nous sommes en juin, par une belle journée chaude et ensoleillée. ?tendu au soleil, je me remets doucement de la soirée que j’ai passée la veille dans une discothèque du centre-ville, en pensant aux superbes femmes que j’ai rencontrées, sans pour autant réussir à en attirer une dans mon lit pour la nuit...


Que voulez-vous, il y a des soirées où ça ne fonctionne pas toujours comme on aimerait! Le plus fâchant dans tout ça, c’est qu’aujourd’hui, j’ai plus que jamais envie d’une femme. Je me mets alors à penser à Shara Saretosh, mon esclave. Il y a longtemps que je ne l’ai pas vue, à mes pieds, soumise et obéissante. Et je sais qu’elle s’ennuie de moi. A chaque fois qu’elle m’écrit, elle me dit combien elle tient à moi, pour me servir et m’adorer, et qu’elle espère tant mon retour. Je lui écris donc que j’irai lui rendre visite bientôt. Dans ma lettre, je lui fais connaître tout ce qu’elle devra préparer pour me recevoir dignement: Elle devra mettre au réfrigérateur deux bouteilles à moitié emplies d’eau, une grande et une petite. Elle devra aussi mettre à ma disposition tous les dildos qu’elle possède, en plus d’un tube de lubrifiant KY. Elle devra aussi préparer des cordes, au cas où l’envie me viendrait de l’attacher solidement... Naturellement, elle devra avoir la chatte bien rasée... Je lui écris aussi qu’à mon arrivée, elle devra être prosternée près de la porte, à genoux et les seins touchant au sol afin que dès mon entrée, je puisse bien voir sa vulve rasée.


La journée arrive enfin où je cogne deux petits coups à sa porte, avant d’entrer. Comme je lui avais ordonné, elle est bien là, à mes pieds. Elle est prosternée, me tournant le dos et me présentant sa chatte et son anus, et je constate immédiatement que sa vulve est déjà luisante de sa mouille...


’C’est très bien, esclave!’, lui dis-je.


Du bout de ma botte de cuir, je commence à lui caresser l’entrejambe, la vulve et l’anus. Aussitôt, j’entends sa respiration s’accélérer puis, elle commence à soupirer de plus en plus fort, pendant que je sens ma botte glisser sur sa chatte qui déborde de jus. J’enfonce un doigt dans son vagin, recueillant un peu de lubrifiant, avant de le faire pénétrer au fond de son anus, lui faisant échapper un cri de plaisir. Je me penche alors pour prendre la laisse qu’elle porte au cou et je lui dis: ’Tu as souillé ma botte, esclave Shara, nettoie-la de ta langue’...


Docilement, sans un mot, elle se met à lécher du mieux qu’elle peut. Pas un geste de dégoût, aucune protestation. Elle m’obéit aveuglement, promenant sa langue sur ma botte et nettoyant toute la souillure de sa mouille.


Je tire sur sa laisse afin qu’elle se relève et je l’attire vers moi. Elle ose à peine me regarder, ses yeux fuient les miens. Je sais très bien ce qu’elle ressent: Elle se sent humiliée, amoindrie, et elle sait très bien qu’elle n’est qu’une esclave, et que je suis son Maître. Je lui prends alors le menton entre le pouce et l’index, et je dépose sur ses lèvres un doux baiser afin de lui signifier que, malgré que je sois son Maître, j’apprécie sa docilité et lui en suis reconnaissant.


Je lui ordonne d’aller me chercher à boire, pendant que je m’installe confortablement sur le divan du salon. Lorsqu’elle revient, je lui ordonne de se mettre a cheval sur ma jambe, afin de voir si le cuir de mes pantalons réussira à la faire mouiller. Elle obéit, et elle commence à faire bouger son bassin. La vulve bien en contact avec mon cuir, elle laisse à chaque mouvement une triante de mouille sur ma jambe, pendant que je suce goulûment un de ses seins dont le mamelon se dresse de plaisir.


Doucement au début, puis de plus en plus fortement, je commence à mordre son sein, pendant que mes mains écartent ses fesses et que mes doigts caressent l’antre de son anus. Au bout d’un moment, j’y introduis un doigt, puis deux. Je sens bien qu’elle y prend un plaisir fou...


’Tu adores ça hein, esclave salope? Tu te branle comme une chienne en chaleur!’


— ’Hmmmmmmmmm! Oh oui Maître Skinner! N’arrêtez pas, s’il vous plaît!’


— ’C’est trop bon pour toi, du moins pour le moment... Mets-toi a quatre pattes devant moi et suce ma queue comme tu sais si bien le faire’...


Elle commence à lécher mon gland du bout de sa langue et lentement elle enfonce ma queue jusqu’au fond de sa gorge. C’est si bon! Je la laisse continuer ainsi quelque temps, profitant de la chaleur de sa bouche autant que je le désire. Je pourrais la laisser continuer toute la nuit si cela était mon désir, mais j’ai envie de bien plus que ça!

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


’Va t’étendre sur ton lit!’, lui ordonnais-je.


Elle obéit aussitôt, et je la suis jusqu’au lit, où elle s’étend sur le dos, les jambes bien écartées. Je lui prends alors les chevilles, et je repousse ses jambes de chaque côté de sa tête, afin d’avoir pleinement accès à sa chatte qui dégoûte littéralement de jus... et d’envie! Je commence alors à lécher sa mouille, écartant ses lèvres et enfoncent ma langue le plus profondément à l’intérieur de son vagin.


Lorsque je sens que ses jambes commencent à trembler et qu’elle est sur le point de jouir, j’arrête ce jeu et lui ordonne de se placer à quatre pattes pendant que j’enduis mes doigts et ma main de KY.


’Combien de doigts ton vagin peut-il prendre crois-tu?’, lui demandai-je.


— ’Oh! Je ne sais pas Maître Skinner! C’est à vous de vérifier!’


— ’Crois-tu que je pourrais réussir à entrer ma main au complet?’ - ’Oh Seigneur, allez-y doucement je vous en prie!’


— ’J’irai à la vitesse et de la manière qui me plaira, chienne-esclave. Tu ne peux que subir...’


Je commence alors à enfoncer un doigt, puis deux, puis trois. Son jus commence à se mélanger au KY et mes doigts glissent facilement à l’intérieur de son vagin. J’en rajoute un quatrième. Shara commence à gémir doucement de plaisir pendant que mes doigts la fouillent. Aux quatre doigts déjà présents, j’ajoute mon pouce, et je commence à pousser doucement en faisant de petites rotations de la main. Peu à peu, mes cinq doigts s’enfoncent jusqu’à atteindre les derniers jointures, où je sens que ça bloque un peu. Je continue à pousser lentement, jusqu’à ce que les jointures passent l’entrée du vagin. Shara pousse un petit cri de douleur et me dit que ça lui fait un peu mal. Malgré cela, je laisse ma main dans son vagin en lui disant: ’Tu vois, c’est de cette manière qu’on insémine les vaches, à la campagne. Et toi, tu n’es finalement qu’une vache-esclave née pour mon plaisir’...


— ’Oui Maître, je sais que je ne suis qu’une vache. Mais ça me fait vraiment mal, arrêtez!’


— ’Tu me donnes des ordres maintenant, esclave Shara?’


— ’Oh, pardonnez moi, mais j’aimerais que vous arrêtiez s’il vous plaît!’


— ’S’il vous plaît... quoi?’


— ’S’il vous plaît, Maître!’ Devant tant de soumission, je décide donc de retirer lentement ma main. Pendant qu’elle reprend son souffle, je quitte la chambre quelques instants pour revenir avec les deux bouteilles d’eau qui, comme je l’avais demandé, étaient à moitié pleines d’eau et gardées au froid dans le frigo. Shara avait choisi une bouteille de Pepsi de 750 ml et une petite bouteille de bière. L’eau qu’elles contenaient était glacée!


— ’Tiens, j’aimerais voir comment tu te fais une douche vaginale...’


Elle s’étend sur le dos, écarte les jambes et remonte son bassin, avant de prendre la petite bouteille brune.


Dès que le goulot touche à sa vulve, elle sursaute en disant: ’Oooooh! C’est si froid!’. Néanmoins, elle obéit et elle commence à enfoncer la bouteille dans son vagin. Celle-ci commence à se vider, mais pas une seule goutte ne tombe sur le lit: Son vagin boit tout! Elle fait redescendre son bassin afin de que l’eau s’écoule dans la bouteille et elle recommence le même manège avec la bouteille de 750 ml. A nouveau, la bouteille se vide dans son vagin, mais pas au complet cette fois-ci. ’Ouf, j’ai l’impression que celle là est encore plus froide, Maître!’.


Je lui répond que côté fraîcheur, elle n’a encore rien vu... En allant chercher les bouteilles au frigo, j’avais vu dans le congélateur des tubes de Mr.Freeze bien gelés. J’avais une petite idée pour tantôt... Mais en attendant, je présente à sa bouche ma queue bien bandée. Elle commence alors à me sucer, tout en continuant de se branler avec la bouteille, et au bout d’un moment, elle se met a gémir avant de se mettre à jouir comme une défoncée. Je la laisse jouir, trouvant qu’elle le mérite bien finalement...


Je lui dis d’arrêter et de m’attendre pendant que je vais lui chercher de quoi lui refroidir ses passions. Je reviens avec le tube de Mr.Freeze et, après l’avoir sorti de son emballage, je commence a l’enfoncer dans son vagin en lui disant: ’Voyons combien tu es chaude, esclave. Combien de temps est-ce que ça prendra pour fondre en toi, cette douceur?’ Je la laisse alors ainsi, couchée sur le dos avec la sucrerie glacée au fond du vagin, et je me mets tranquillement à fumer une cigarette. Shara ne peut s’empêcher de gémir et de se bouger le vagin, pendant que le liquide fondu s’écoule jusqu’à son anus. Quel spectacle excitant! Après avoir finis de griller ma cigarette, j’enfonce un doigt dans son vagin afin de me rendre compte de l’état du Mr.Freeze. ’Déjà!’, lui dis-je. Il ne reste déjà plus rien; son vagin est vide et les parois froides... ’Y’a pas a dire, tu es une esclave brûlante, Shara!’ Je me mets alors à lui lécher la chatte, buvant le jus à saveur d’orange qui s’en écoule, et quand je me suis régalé, je lui ordonne de se nettoyer le vagin à l’aide des bouteilles de tantôt. Je lui donne alors les vibrateurs qui étaient sur le bureau et je lui ordonne de me montrer maintenant ce qu’elle en fait lorsqu’elle se sent seule... Elle en prend un petit et approche son derrière contre le mur près du lit. Après l’avoir mis en route, elle commence à se caresser l’anus du bout du vibrateur, puis, elle commence à l’enfoncer doucement. Elle appuie alors le vibrateur contre le mur et de mouvements de hanches, elle le fait entrer et ressortir et se caressant les seins. J’approche ma queue de sa bouche et je prend un gros dildo de caoutchouc noir et commence à le lui enfoncer dans le vagin, pendant qu’elle commence à me sucer. ’Hum, à te voir bouger, esclave, je suis certain que tu serais heureuse de sentir trois hommes te pénétrer, n’est-ce pas?’.


Elle bouge de plus en plus, jusqu’à ce que ses contractions anales ne fassent ressortir le vibrateur qui y était inséré. Je retire alors le gros vibro de son vagin et je l’enfonce d’un coup au fond de son anus. Shara pousse un cri de surprise et de douleur, mais je n’arrête pas pour autant le va-et-vient du dildo en elle jusqu’à ce qu’elle se mette à nouveau à jouir comme une dingue. Je lui ordonne alors de se mettre a quatre pattes et j’enfile un condom. Après m’être réchauffé dans son vagin, j’en ressors et j’appuie le bout de mon gland à l’entrée de son anus puis, d’un coup de rein, je lui enfonce ma queue dans les entrailles. Je viens et vais pendant de longues minutes, me délectant de ses cris et de ses gémissements de plaisir, avant de lui demander: ’Aimerais-tu recevoir mon sperme dans ton cul, salope-esclave?’


— ’Oh oui Maître, s’il vous plaît, je veux le sentir jaillir en moi!’


— ’Mais si je te donne ce plaisir, tu devras me nettoyer ensuite tu sais? Avec ta bouche, tu devras nettoyer ma queue de ce mélange de jus, de sperme et de merde... Acceptes-tu toujours de recevoir mon sperme en toi. Esclave?’


— ’Bien sûr Maître, je ferai tout ce que vous m’ordonnerez, Maître adoré !’


Lorsque je sens que je suis sur le point de jouir, je me retire vivement de son cul, je retire le condom et enfonce à nouveau ma queue au fond d’elle. Après quelques coups de reins, je sens mon volcan éclater en elle. Pendant que je la défonce à grands coups profonds, mon sperme jaillit en elle et je me mets à jouir. Je me retire alors en lui disant: ’Fais ton travail, chienne !’. Ma queue est luisante de jus et maculée de trace blanches et brunâtres, mais malgré cela, sans aucune protestation, Shara commence à me sucer avec plaisir, poussant même quelques ’Hummmm!’ de délice (!) et me nettoie parfaitement. Je lui dis alors: ’Arrête, j’ai envie de pisser... Tu sais, je ne vois qu’un urinoir dans ta chambre. Couche-toi sur le dos et ouvre la bouche...’. Pendant qu’elle s’exécute, je me lève et je me place au dessus d’elle. Je commence alors à uriner sur son ventre, sur sa chatte et sur ses seins, avant de diriger le jet vers sa bouche en lui ordonnant de ne pas avaler tout de suite: Je voulais voir sa bouche pleine de mon urine. Lorsque j’ai eu finis, l’excitation m’avait fait rebander bien dur et Shara ne s’est pas fait prier pour me masser la queue de sa langue et de sa bouche...


Après un peu de repos, j’enfile un autre condom et je commence à la pénétrer de nouveau dans l’anus, en lui disant de ne pas enlever son visage des draps souillés de mon urine. Les animaux ne sont-ils pas excités par l’odeur de l’urine, alors pourquoi ma chienne-esclave ne le serait-elle pas? Je vais et viens pendant de longues minutes, jusqu’à ce que Shara me supplie fortement d’arrêter de l’enculer: Son anus est en feu. Je me retire donc, mais seulement pour pouvoir m’enfoncer dans son vagin. Après quelques minutes, nous nous mettons à jouir en même temps, dans une finale grandiose...


Pendant que j’enfile mes vêtements, nous discutons de ce que nous avons vécus pendant la nuit, en nous promettant bien de reprendre ça un jour! Au fur et à mesure que mes vêtements couvrent mon corps, je vois bien dans ses yeux qu’elle en voudrait encore, mais je préfère la laisser sur cet appétit, jusqu’à la prochaine fois. En repassant devant chez-elle, après avoir tourné le coin de rue, je la vois m’envoyer la main tout en s’écartant les jambes, caresser sa chatte et porter sa main mouillée à sa bouche.

Diffuse en direct !
Regarder son live