Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 158 fois
  • 130 J'aime
  • 4 Commentaires

Il est 19h45 ... Surprise

Chapitre 1

Hétéro

Il est 19h45, nous sommes samedi. Je suis à l’hôtel avec mon épouse, Mélanie. Mélanie est une jolie brune, 90B, avec des rondeurs au niveau des hanches que j’adore. Je regarde la vidéo de l’ébat qui vient juste de se terminer pendant qu’elle reprend une douche.


La vidéo se lance. Elle est nue devant le miroir, les cheveux mouillés, elle sort tout juste de la douche. Je la filme des pieds à la tête. Ma main apparaît sur l’écran pour les caresser la poitrine, puis descend lentement vers son jardin secret. Les jambes s’écartent légèrement, juste assez pour voir mes doigts frôler son clitoris. Quelques caresses suffisent pour que les gémissements commencent. Je me relève mais laisse le téléphone filmer nos entrejambes. Sa main descend sur mon caleçon et caresse mon sexe qui durcit. Puis elle le sort pour me masturber lentement. J’assiste au magnifique ballet d’une masturbation mutuelle. Je devine au son en arrière-plan que nos langues s’entremêlent.


Son doux visage se montre à l’écran. La fellation va commencer. Elle regarde droit dans les yeux le téléphone, si je puis dire, avec un air coquin, puis insère doucement mon chibre, centimètre par centimètre dans sa bouche. Elle a toujours été très forte pour les fellations. La vue est digne d’un bon porno. On la voit me sucer, sortir le gland et lécher de la base jusqu’au bout, puis le reprendre à pleine bouche. La vue passe à son niveau. Je la vois de profil essayer de rentrer mon membre en entier dans sa bouche. Je peux voir les sursauts de sa gorge lorsqu’elle va trop loin et que le haut de cœur la gagne, ainsi que le petit filet de salive lorsqu’elle le sort pour titiller le bout du gland.


Je la relève et la fais asseoir sur lavabo. Je n’ai pas envie de faire de cunnilingus. Zoom sur son antre où je plonge deux doigts pour les ressortir humide. J’insère ensuite mon sexe en elle. Sur l’écran le va-et-vient commence. On ne voit que nos sexes qui se cognent sur un fond de gémissement. Je remonte la caméra pour voir sa poitrine virevolter de haut en bas au rythme de la pénétration. Puis son visage, qui désormais n’a plus l’air coquin mais qui reflète plutôt l’envie de baise et le plaisir.


Je lui murmure que j’ai envie de la sodomiser. La réponse est nette : “Je n’aime pas”. Je retente en disant que c’est une situation unique, être à deux dans cette somptueuse salle de bain ... on pourrait au moins essayer ne serait-ce que deux minutes pour marquer le coup. La caméra reste sur son visage pendant qu’elle réfléchit. Pendant ce temps je continue mes mouvements de bassin en essayant d’aller au plus profond. Elle finit par céder car effectivement : “C’est vrai qu’on ne sera pas deux fois dans cette situation. Fais-le ! Mais doucement s’il te plaît.”


Il ne m’en faut pas plus. Je me retire de ce jardin chaud et humide et je lui demande de mettre du lubrifiant sur mes doigts. Zoom sur cet œillet qui n’attend que moi. Je commence par le caresser en étalant le lubrifiant, puis j’entre une phalange, puis deux. Sur l’écran du téléphone je vois ce scénario se répéter pendant une bonne minute. J’arrête mon investigation, dézoome la caméra. Je lui demande de mettre du lubrifiant sur ses doigts et de se pénétrer l’anus elle-même. Elle hésite mais le fait. Je filme son doigt fin et long entrer dans ce chemin interdit. Je peux lire sur son visage une expression de surprise et de gène, mais pas de douleur. Elle fait quelques mouvements, puis d’elle-même elle insère un deuxième doigt. “Tu peux y aller” me dit-elle.


Zoom de nouveau sur l’entrejambe de Mélanie. Je vois son sexe, son œillet et le haut de ses jambes. Puis apparaît mon chibre couvert de lubrifiant. Le gland se pose sur l’entrée et pousse. L’anus s’ouvre doucement et laisse peu à peu le gland passer. Je reste ainsi un petit moment pour que le passage s’habitue à la largeur de mon pénis. Les doigts de Mélanie se glissent sur son clitoris et le caressent. Tranquillement je fais des petites poussées pour faire entrer pleinement mon sexe, en prenant soin de faire quelques pauses entre-deux. Les caresses de Mélanie lui font un peu oublier que je prends possession de son colon. Caméra sur son visage pour lui annoncer que je suis entré en entier. Elle me sourit avec un petit “ouch” qui sort de sa bouche.


La caméra se repositionne sur ma queue qui commence son va-et-vient léger. Le fond sonore oscille entre des gémissements de plaisir, des “oooo”, des “ouch”. Je ne cherche pas à aller vite ou à lui faire mal, je prends mon temps. C’est elle qui finit par me saisir les fesses et provoquer l’accélération de mon rythme. Elle se tient maintenant au lavabo, tête en arrière, et sa poitrine entreprend la même danse que tout à l’heure.


Je lui dis doucement “Ton anus se contracte fort, je sens que je vais bientôt jouir. Mets-toi à genoux devant moi”. Je cesse mon mouvement et je me retire doucement. Son premier réflexe est de scruter mon sexe à la recherche de corps étrangers. Je m’entends me moquer d’elle et la rassurer. Je lui précise que je veux jouir sur son visage pour achever la scène. Elle me dit “Je viens de faire une couleur sur mes cheveux. Si tu éjacules dedans je suis bon pour reprendre une douche et retourner plus rapidement au coiffeur.” Ma réponse est facile : “Ne t’inquiète pas, je t’emmènerais moi-même chez le coiffeur”


Zoom au niveau de mon sexe où Mélanie me branle énergiquement. Je prends le relais et dirige mon gland vers le visage mon épouse. Elle ferme les yeux, ouvre la bouche et sort la langue. Dans un râle masculin, j’éjacule de longs jets sur elle. Forcément certains atterrissent dans ses cheveux. Elle en a dans la bouche, le nez, la joue, le front. Je la vois racler avec son doigt chaque partie de son visage pour ramasser le sperme et le porter à sa bouche. Une fois le sperme rassemblé, elle montre sa bouche pleine de substance blanche, la ferme, avale et me montre une bouche toute propre. Elle sourit, se relève et se dirige vers la douche.


Les dernières phrases que j’entends sont “Maintenant il n’y a plus qu’à envoyer la vidéo” et Mélanie de répondre “Envoyer à qui ?”, et la vidéo se coupe.


... Mon téléphone sonne, un message d’un numéro que je ne connais pas. Il y a une vidéo en pièce jointe ... Il est 19h45, nous sommes samedi. Je suis en fait chez moi dans le canapé et Mélanie est à l’hôtel pour une de ses formations...


Diffuse en direct !
Regarder son live