Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 553 fois
  • 173 J'aime
  • 3 Commentaires

C'est meilleur froid

Chapitre 1

Fallait pas

Erotique

Je m’appelle Elena et voilà ce que m’a raconté Patrick de cette journée tragique où il a découvert que la femme qu’il aimait tant le trompait avec son meilleur copain.


......................................................


Aujourd’hui, Patrick a pris une mauvaise décision. Il n’aurait pas dû rentrer plus tôt chez lui. Il a acheté un bouquet de fleurs pour Sandra, sa femme qui travaille dans son bureau de leur grande maison. Cela fait 15 ans qu’ils sont mariés... Après 10 ans d’aventures dans les Forces Spéciales en Afrique et au Moyen-Orient, il l’a rencontrée à son retour en Métropole et il l’aime comme au premier jour...


Mais sa vie bascule alors qu’il monte l’escalier. D’abord des murmures puis des chuintements érotiquement évocateurs dont il cherche l’origine partout sans imaginer que ça puisse être Sandra, avant de devoir se rendre à l’évidence et se rappeler les jouissances de sa femme au moins au début de leur relation... S’il ne reconnaît pas encore qui est le mâle qui est là, il reconnaît maintenant parfaitement les gémissements de plaisir de Sandra accompagnés de commentaires ô combien déplaisants pour Patrick et que je ne mentionnerais pas ici.


Il manque de s’évanouir en imaginant Sandra sous un angle qu’il n’avait jamais pu observer, se faisant... baiser grave, je ne vois pas d’autres termes, et se ressaisissant, il part dans la buanderie chercher l’instrument de sa vengeance, son compagnon d’aventures son Glock17 9mm, il remonte l’escalier et s’arrête, encore hésitant sur la marche à suivre...


La porte de leur chambre est complètement ouverte, preuve que les amants se croyaient tranquilles et n’attendaient aucune visite. En se penchant légèrement, il entrevoit le profil d’un grand baraqué blond qu’il identifie comme étant un de ses amis proches, un de leurs voisins. Un ami qu’il a sorti du ruisseau il y a 5 ans, à qui il a trouvé un boulot, à qui il a présenté Emilie, une de ses amies, devenue sa femme entretemps. Le salaud !


Il s’appelle Antoine, et c’est lui qui est en train de baiser Sandra, de la faire jouir ! Il le voit qui entre en elle par de petits coups, puis plus fort et encore plus fort, elle s’accroche à lui, projetant son cul à chacun de ses coups. Ceux-ci se font plus durs et plus profonds. A priori, il ne veut pas jouir trop rapidement. Il se met à faire des pauses plus ou moins longues. Pendant ses pauses imposées, elle ondule de façon très lascive en plaquant son cul contre son ventre. Lui, attentif à son plaisir, s’arrête, puis repart. Les gémissements de Sandra se font implorants, elle sent monter l’orgasme, son souffle devient plus court, son bassin est pris de mouvements saccadés, venant buter contre celui de son amant.


Antoine lui lance alors de grands coups de reins, ses mains crispées sur ses hanches. Elle gémit, lui aussi, ils ne sont plus qu’un sexe aspirant au plaisir, un plaisir qui brusquement la fit jaillir au-delà d’elle-même. Il imagine en gros plan cette queue rentrer et sortir de ce cul tendu... Alors il accélère et, tout à coup, se bloque au fond d’elle. Sous la pression de l’éjaculation, elle se cabre puis retombe.


— Continue Antoine, c’était bien, reste comme tu étais. Ca me change tellement de l’autre connard ! lui dit-elle.



Alors, il lui met deux doigts dans la chatte en lui léchant le clitoris avec douceur et fermeté. Et puis il retourne, Sandra face contre l’oreiller et au moment où il voit sa femme jouir de se faire sodomiser, elle qui lui a toujours refusé son cul, gémir en lui disant que c’est trop bon, qu’elle en veut encore, qu’elle veut trembler sous ses coups de queue, que ce soit dans sa chatte ou dans son cul...


Et puis Antoine retourne Sandra et l’entreprend en missionnaire, il fait des pompes et son chibre disparaît à chaque pompe dans le ventre de Sandra qui sourit les yeux fermés...



Alors, Patrick sent sa colère monter en lui et l’envahir, longuement, profondément... il rentre brutalement dans la chambre, les deux amants qui s’assoient aussi brutalement avec un ’Oh merde !’ qu’ils n’ont pas le temps de répéter.


Patrick avec la précision du tireur d’élite qu’il était, leur met une balle entre les deux yeux avant qu’ils ne se rendent compte de quoi que ce soit ! Il sait qu’il va en prendre pour trente ans, mais peut-être moins si le crime passionnel est reconnu !


.................................................................................


Evidemment, vous vous en doutez bien, ça ne s’est pas exactement passé comme ça ! Patrick aurait été en prison et n’aurait pas pu me raconter la vérité qui est la suivante.


En fait, en descendant chercher son Glock17, il aperçoit le sac et les clés qu’Antoine avait négligemment posés sur un guéridon et une idée géniale lui vient. Après, il remonte donc à la chambre et il entre discrètement avec son arme et avec le téléphone d’Antoine. Il s’ approche de la table de nuit et en même temps qu’il allume la lampe de chevet, il pointe son arme sur la tempe d’Antoine, il a tiré doucement les draps avant d’allumer la lumière et profiter des regards éperdus des deux amants surpris ! Sandra et Antoine comprennent en une fraction de seconde l’ampleur du désastre. Sandra, comme Antoine, cherche à cacher sa nudité, ce qui leur est rendu impossible et après un moment de panique, Patrick peut voir les regards de surprise rapidement remplacés par des regards de haine venant du reste plus de Sandra que d’Antoine. Sandra, écrasée par le poids d’Antoine, ne peut que lancer des éclairs de haine à Patrick...


— Mais qu’est-ce que tu fous là !?

— Je voulais te faire une surprise !

— Patrick...

— Ta gueule Antoine ! Ca y est ? Tu as fini de la baiser pour aujourd’hui ? Bon, alors, on va s’amuser un peu...


Patrick donne son smartphone à Antoine et, tout en tenant en respect les deux amants, lui demande d’appeler Emilie... et de lui répéter exactement ce qu’il va lui dicter dans le creux de l’oreille... Antoine, le pistolet sur la tempe et toujours dans Sandra, compose le numéro...


— Allo ? Emilie ? Oui, je suis avec Sandra... Ce que je fais avec Sandra ?... On voulait te voir là maintenant. Si tu es dispo, bien sûr... oui c’est important, c’est un peu une surprise... Ce que je fais avec Sandra ?...


Devant les hésitations compréhensibles d’Antoine, c’est Patrick qui répond :


— Allo, c’est Patrick, et ce qu’il fait avec Sandra ? Il est en train de la baiser ! Je suis avec ton mari qui est en train de baiser ta copine, ma femme ! Tu comprends ?

— Je ne sais pas si je comprends ! J’arrive ! J’en ai pour dix minutes.


Pour faire passer le temps, Patrick suggère :


— En attendant, Sandra, tu vas reprendre ton activité favorite avec Antoine !

— T’es dégueulasse, Patrick !

— Ta gueule ! Suce-le et bien comme il faut !


« T’es un salaud, Patrick, de mouiller Emilie...


— Tu baises ma femme et c’est moi le salaud ? Allez, on va tranquillement attendre Emilie. Toi, suce-le !


Antoine est déjà bien tendu quand Emilie frappe à la porte. Et c’est un visage qui a déjà pleuré qui se présente à eux, découvrant le spectacle de son mari bandant comme un âne grâce aux efforts de Sandra !


Elle s’écroule presque dans les bras de Patrick avant d’invectiver violemment et Sandra et Antoine, elle déverse toute sa rancoeur de femme blessée et trompée qui ne veut plus voir ni l’un ni l’autre avant de surprendre tout le monde en retirant sa robe et c’est une jeune femme en colère, mais pas contre celui auquel elle s’adresse maintenant, qui dit ou ordonne presque à Patrick :


— Maintenant, toi tu me baises ! Tu y vois un inconvénient ? Tu peux tout me faire.


Patrick reste silencieux, qui ne dit mot consent, Emilie se met à genoux pour défaire la ceinture du pantalon de Patrick et le descendre aux chevilles pour sucer goulûment le chibre qui se tend rapidement. Puis elle présente ses fesses au sexe de Patrick qui la tringle avec ardeur sous le regard hébété et ahuri d’Antoine et Sandra. Emilie joue à l’amoureuse parfaite qui jouit facilement du sexe de Patrick. Elle simule plus ou moins plusieurs orgasmes et elle fait durer le plaisir, attendant que les deux spectateurs se révoltent, mais elle ne peut pas trop attendre alors elle les engueule une dernière fois avant de leur dire qu’elle ne veut plus les voir et de jouir bruyamment tandis que Patrick décharge abondamment dans sa chatte !


— Barrez-vous ! Allez, barrez-vous, les deux !!.............................................................................



Vous pensez que Patrick s’est vengé violemment de son infortune ? Vous plaisantez. En fait, ce que je vous ai raconté là, ce n’est qu’une petite partie du scénario qu’il a réellement imaginé et que j’ai mis en scène avec lui... et d’autres...


D’abord, Patrick, c’est un homme d’une petite quarantaine d’années qui, après une brillante carrière militaire s’est trouvé un poste important dans le comité de Direction d’un grand groupe international suisse dont le siège est situé sur les bords du lac Léman. Il a un salaire et des moyens en rapport, je suppose. L’argent n’a jamais semblé être un problème pour lui...


Alors, comment l’ai-je rencontré ? Comment en suis-je arrivée à être une pièce maîtresse de sa vengeance ?


A suivre...

Si vous voulez...

Diffuse en direct !
Regarder son live