Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 020 fois
  • 75 J'aime
  • 2 Commentaires

Où est mon sac ?

Chapitre 2

La 1ère nuit

Travesti / Trans

Lundi matin, je me prépare pour aller passer mon contrôle, enfermé dans une salle pour la matinée, je fais mon sac avant de filer sous la douche et de m’habiller.


Une petite bouteille d’eau, ma trousse, des feuilles de brouillon, ma calculatrice, mon sac est prêt. Je regarde dans mon armoire pour sortir de quoi m’habiller après ma douche, un jean, un t-shirt, mon regard est attiré par le soutien-gorge et les shortys. Je me rappelle l’émotion de ce shorty jaune entrant légèrement entre mes fesses, du soutien-gorge enserrant ma poitrine, mon sexe se dresse immédiatement.

Bon, il est temps de filer sous la douche, une fois ma toilette finie, je file dans ma chambre m’habiller, je regarde mon boxer, non, je me jette sur le shorty, l’enfile... Humm quelle sensation, je passe le soutien-gorge, enfile mon jean et le t-shirt, un pull pour masquer les bretelles et l’épaisseur du SG sur ma poitrine.


J’attrape de justesse mon bus pour le lycée et c’est en pensant à mes dessous que j’arrive fébrile au lycée. Un tour rapide, la bise aux filles, une poignée de main aux gars de la classe et j’arrive devant Ludo, un sourire, une poignée de main et nous entrons en cours.


Je m’installe, Ludo est derrière moi, le savoir là me rend folle. Bon, il faut que je me concentre, l’épreuve commence. A la lecture du sujet, je respire, il me paraît facile. En effet, au bout de 3h20, je suis venue à bout du sujet, une relecture rapide, ça me va. Comme nous avons le droit de sortir, je me lève et sors soulagée de la classe.


Je retrouve quelques élèves sortis encore plus tôt que moi et nous papotons de choses et d’autres quand je sens quelqu’un derrière moi. C’est Ludo qui vient de sortir.


— Alors tu as réussi ?

— Oui, et toi ?

— Bof, pas trop du mal à me concentrer.

— Moi aussi un peu, mais c’est bien tombé, on avait revu ce sujet avec Elise jeudi alors cool pour moi.

— Tu manges ici ou tu rentres chez toi ?

— Je vais renter, Claire vient me voir et elle m’a dit qu’elle arrivait en fin de matinée donc je vais rentrer chez moi.

— Tu veux que je te dépose ?

— Oui merci.


Nous allons au parking prendre la voiture de Ludo, il en profite pour me passer une main dans le dos discrètement.


— Humm petite coquine, tu as mis ton soutien-gorge ce matin.

— Oui, la sensation est trop bonne, je n’ai pas pu résister.


— J’imagine que tu as ton petit shorty assorti

— Oui

— T’es toujours OK pour ce soir ?

— Oui, j’en ai envie

— Tu seras belle ?

— Je vais essayer.

— Je suis certain que si tu demandes à Claire elle va t’aider. J’aimerais bien que tu sois en jupe ou en robe ce soir ma chérie.

— Je n’ai jamais porté de jupe.

— Oui mais je veux que tu portes une jupe ou une robe.

— D’accord Ludo, je ferais comme tu veux.


Ludo me dépose au pied de mon immeuble et m’embrasse avant que je quitte la voiture. Claire est déjà là, elle m’attend dans sa voiture. Elle me regarde embrasser Ludo, j’ai du mal à détacher mes lèvres des siennes.


— File, tu es attendue ma chérie, à ce soir.

— A ce soir.


Je sors de la voiture et rejoins Claire qui me regarde avec un grand sourire.


— Hé ben, ça, c’est un baiser.

— J’adore quand il m’embrasse

— Oui j’ai vu ça, j’ai cru que tu n’allais pas le lâcher.


On monte à mon appart, Claire pose ses affaires et se jette littéralement sur moi pour me faire un gros câlin.


— Je suis trop heureuse pour toi, je me doutais que tu aimais les garçons

— Je regardais les garçons mais là, son premier baiser m’a électrisée.

— Comment s’est passée ta soirée alors ?

— Après m’avoir embrassé, il m’a demandé de m’habiller avec la tenue de la veille que tu lui as donnée. J’ai vu le soutien-gorge en plus, il voulait que je le passe.

— Oui et tu le portes ce matin, je l’ai senti quand je t’ai fait le câlin.

— Oui, j’en ai eu envie en m’habillant ce matin.

— Bon, j’ai faim pas toi ?

— Si, tu veux quoi ?

— Fais un truc rapide OK

— OK


Je sors des saucisses, un paquet de semoule et je prépare le repas vite fait. Nous allions passer à table quand Claire me dit


— Si tu veux enfiler une autre tenue tu peux.


Je file dans ma chambre et passe le pantalon et le t-shirt de Claire.


— Alors ça va mieux avec le reste de tes dessous ?

— Oui (je deviens toute rouge)

— Ho t’es trop ma puce


Nous avalons rapidement le repas et je dois raconter en détail ma soirée à Claire. Je lui raconte aussi la demande de Ludo pour ce soir.


— OK j’ai pris quelques affaires mais je n’ai pas de jupe ou de robe pour toi ma puce.

— Tu peux arrêter de m’appeler ma puce

— Tu préfères Christine ?

— Je... fais comme tu veux comme d’hab.

— Bon ma puce il va falloir te trouver une tenue pour ce soir.

— Je ne sais pas, Ludo me plaît mais il me veut qu’en fille

— Il aime la fille en toi et il a raison, elle est sympa et désirable qui ne craquerais pas.

— Je ne me suis jamais sentie fille tu sais

— Et là tu crois quoi ? Tu enfiles un shorty, un SG et tu t’es précipitée pour te changer quand je te l’ai dit.

— Oui j’avoue la tenue me plaît.

— Bon alors on va où pour te choisir une tenue ?

— Je ne sais pas moi tu sais les magasins de fille je ne connais pas.

— Bon, on va en centre-ville on va trouver, mais avant je vais finir de te préparer.

— Tu vas quoi ?

— Oui tu vas retourner te raser de près et ensuite je te maquille pour sortir

— Je ne vais pas sortir en plein jour comme ça

— Ah oui et on va faire comment dans les boutiques, tu vas aller en mec te choisir une jupe ?

— Je pensais que tu la prendrais pour moi

— Il faut qu’elle soit ajustée, un jean ça va mais une jupe il faut l’essayer pareil pour une robe.

— Tu es sûre on va voir que je ne suis pas une fille

— Va te raser de près et laisse-moi faire ensuite.


Je me rase et m’installe sur une chaise face à Claire, elle sort une grande trousse remplie de maquillage en tous genres. Elle m’applique ce qu’elle appelle une base puis du fond de teint, elle me détaille chaque étape, tous les produits qu’elle utilise, ça dure une éternité. Après avoir posé le rouge à lèvres, elle s’éloigne un peu, me regarde, sourit.


— Voilà c’est fini, tu vas pouvoir te regarder juste le temps que je te recoiffe un peu.


Je me lève et vais dans la salle de bain, quand je me regarde dans le miroir je suis stupéfaite, de grands yeux en amande, des paupières rosées, une bouche d’un rose pâle je suis sublime avec les cheveux coiffés en queue-de-cheval.


— Tu vois maintenant tu es une vraie fille, je vais juste te rembourrer ton SG et te prêter un petit pull pour sortir.

— OK, c’est fou ce que tu as fait.


Nous quittons mon appart direction le centre-ville, nous prenons le bus car Claire ne veut pas prendre sa voiture, je baisse la tête, j’ai peur que l’on me remarque. Claire me rassure.


— Ne t’inquiète pas, personne ne le voit, tu es une très jolie fille.


Les 10 min de bus sont pour moi une torture mais ce n’est rien par rapport à la suite. Nous descendons du bus et nous dirigeons vers la galerie Espace Jaurès en plein centre de Brest. Nous entrons chez H&M, Claire me guide dans les rayons, pioche ici une jupe, un top, une robe, je la regarde faire sans rien dire.


— Bon maintenant tu vas aller essayer


Je viens de réaliser que je vais aller dans une cabine et enfiler chaque tenue choisie par Claire, moment de panique lorsque Claire me prend la main et me guide vers les cabines. Elle me pousse dans l’une d’elles et me donne les fringues. Je commence par enfiler une robe rouge à manches courtes, j’écarte le rideau pour montrer le résultat à Claire, elle me fait tourner, et me fait signe que non et me demande de passer la jupe et le top.

La jupe est courte et moulante, le top près du corps fait ressortir le SG et ma poitrine, lorsque je montre à Claire le résultat, elle approuve mais me demande de passer la robe rose qui reste. J’ai du mal à enfiler la robe elle est serrée, je suis bluffée en me regardant dans le miroir, elle souligne mes fesses, offre une vue sur mon dos et s’arrête à mi-cuisse. Quand Claire voit le résultat, elle dit "parfaite". Claire me fait donc prendre la jupe, le top et la robe rose. Je règle le tout à la caisse, heureusement les articles sont en promo et la facture pas trop élevée.


— Bon, tu as la robe, maintenant voyons les dessous, nous entrons chez Newlook, Claire se charge de me prendre deux parures complètes, des bas, deux collants et me dirige vers les chaussures, je regarde les escarpins à talons plus ou moins hauts, Claire me fait essayer une paire rose et une noire, je manque de tomber quand je me redresse du banc. Nouveau passage en caisse, le tout me coûte assez cher mais Claire insiste et comme à mon habitude, je ne me rebelle pas.


— Voilà tu as tout ce qu’il te faut pour ce soir, on va finir de te préparer.

— Finir quoi ?

— Tu as vu dans la glace, les poils sur les bras et les jambes ce n’est pas top, tu vas devoir t’épiler.

— Il n’en est pas question

— On passe au supermarché en rentrant et on te prend ce qu’il faut.

— Je t’ai dit non ça suffit

— Ecoute Chris, soit tu obéis, soit tu perds Ludo, tu choisis

— OK


Arrivées à l’appartement, Claire me fait me déshabiller entièrement, elle m’applique la cire et m’épile, les bras, les jambes, quand elle prend ses ciseaux pour tailler mon pubis, je suis inquiète, elle finit par mes fesses et me demande de filer sous la douche. A la sortie elle m’aide à m’enduire d’un baume apaisant et parfumé à la vanille. J’enfile un ensemble lingerie noir en dentelle, la culotte est transparente, et le soutien-gorge à fines bretelles en dentelles et bonnets rembourrés. C’est lorsqu’elle m’aide à enfiler les bas sur ma peau lisse que j’ai une forte érection que ma culotte ne peut masquer. Pour la première fois depuis que je connais Claire, la vue sur sa poitrine alors qu’elle m’enfile les bas et les sensations procurées par la lingerie me donnent une envie folle de l’embrasser. Alors qu’elle arrive en haut de ma cuisse en me regardant dans les yeux, ma main plonge dans le décolleté de son t-shirt et je caresse son sein.


— Humm coquine tu sais t’y prendre


A ce moment je sors de ma transe et enlève rapidement ma main.


— Tu peux continuer, c’est agréable.


Ses lèvres se collent aux miennes et sa main caresse mon sexe.


— Tu mouilles petite cochonne.


Je n’entends plus rien, je suis dans un état second, mon sexe est tendu, ma main retourne sur la poitrine de Claire, je la malaxe, les caresses de Claire sur mon sexe me font un effet fou, je ne peux retenir ma jouissance et me lâche dans ma culotte.


— Petite cochonne, humm moi aussi j’ai envie de jouir, viens me lécher.


Claire baisse son pantalon et son string, écarte les jambes et je me précipite entre ses cuisses, pour la première fois je goûte au fruit défendu d’une fille, et c’est Claire qui m’offre ce bonheur. Je lèche, suce, aspire, je me délecte de la chatte de Claire, quand elle plaque ma bouche contre son sexe, elle crie de plaisir et je reçois son jus que j’avale et qui dégouline sur mon visage.


— Merci Chrys, tu as une langue d’enfer, mais bon il va falloir finir de s’occuper de toi.


Je reprends une douche, et change de culotte, celle-ci est un string noir, je le sens entre mes fesses, quelle sensation agréable. J’enfile la robe rose à la demande de Claire et je m’installe à nouveau sur une chaise face à Claire. Elle reprend sa trousse, ses produits, mais la préparation est plus longue, lorsqu’enfin je peux aller me regarder dans la glace, le maquillage est plus appuyé que tout à l’heure, les couleurs plus vives, les lèvres sont passées du rose au rouge vif, mes cheveux sont légèrement ondulés. Je vois une jeune femme sexy, mon sexe se tend mais est immédiatement bloqué par l’étroitesse du string.

A la sortie de la salle de bain Claire m’asperge de parfum, et pose délicatement un baiser sur mes lèvres.


— Tu es super sexy ma puce, j’en connais un qui va craquer grave en te voyant comme ça. Maintenant il te reste peu de temps pour essayer les chaussures et faire quelques pas sans tomber.


Au bout d’une demi-heure, j’arrive à me déplacer avec les escarpins de la salle à la cuisine dans la salle de bain, cela suffira pour aujourd’hui. Il est 19h30, l’interphone sonne, c’est Ludo, il est arrivé, je suis tendue, nerveuse, je lui ouvre la porte du bas et attends derrière la porte qu’il monte les quatre étages. Lorsqu’il frappe à ma porte mon cœur s’arrête de battre, fébrile, j’ouvre la porte, nos regards se croisent, il me regarde de la tête aux pieds.


— Tu es superbe ma chérie

— Merci, entre.

— Bonjour Claire, elle est sublime, tu as fait des merveilles. Tourne que je te regarde.


Je tourne sur moi-même, me faisant détailler. Ludo semble subjugué, Claire me sourit, heureuse du résultat et de l’effet que je fais à Ludo.


— Bon Ludo tu me passes les clefs de ton appart, je vais vous laisser.

— Pas de soucis, et encore merci et bravo.

— Tu t’en vas maintenant ?

— Je pense que vous n’avez pas besoin de moi.


Ludo s’est approché de moi, donne ses clefs à Claire et me prend par la taille. Claire nous embrasse et me glisse à l’oreille " bonne soirée ma puce".

Claire partie, Ludo m’embrasse en caressant mes fesses. Je me délecte de ses baisers, sentir sa main sur ma croupe me fait onduler. Il m’écarte de lui pour m’observer.


— Tu es superbe, plus belle encore que ce que je pensais

— Tu pourras dire merci à Claire, elle y a passé du temps et c’est elle qui a choisi ma tenue.

— Elle a vraiment bon goût et des compétences pour t’avoir fait si belle.

— Je suis heureuse, je plais à Ludo, il me trouve belle


Je me jette sur lui pour l’embrasser de nouveau et caresser son sexe, j’ai envie de me faire prendre, qu’il me fasse l’amour, j’ai envie d’être sa femelle, j’ouvre son jean, tire sur son t-shirt, je baisse avec envie son boxer et me précipite sur son sexe. Je n’en peux plus, je le désire, j’ai besoin de le sentir dans ma bouche, le lécher, le sucer.


— Calme-toi ma chérie, on a toute la nuit devant nous.

— J’ai envie de toi, depuis que tu m’as raccompagné, je ne pense qu’à ça, ton sexe, ta bouche, je te veux en moi.

— Ça va venir ma chérie mais si tu me fais jouir tout de suite, je ne pourrai te satisfaire.


Je reprends donc plus calmement ma fellation, son sexe continue de durcir, il est maintenant bien tendu et mon anus palpite d’envie.


— J’ai envie que tu me prennes maintenant, baise-moi

— Allonge-toi sur le dos, je veux te voir prendre ton pied


Je m’allonge, il remonte ma robe, il ôte mon string et me cale les fesses avec un coussin. Il monte mes jambes sur ses épaules et présente son sexe. Il appuie doucement, mon anus résiste mais petit à petit commence à céder sous la pression de Ludo, quand son gland me pénètre je ne peux retenir un petit cri de douleur. Il s’enfonce alors doucement en moi, je sens son sexe progresser, son pubis venir buter contre mes fesses. Il patiente un peu et commence de lents va-et-vient, son sexe glisse de plus en plus facilement en moi et chaque fois, je sens mon plaisir augmenter. De petits gémissements, je me mets à haleter, une boule de feu se créer dans mon ventre, je suis irradié et je me mets à jouir, mon sexe coule, ma tête explose, c’est le moment que Ludo choisi pour ce lâcher en moi. Nous jouissons ensemble et il s’écroule sur moi et m’embrasse. Pliée en deux, j’ai le souffle court, la tête pleine d’étoile, sa langue qui tourne autour de la mienne. Il attend que son sexe retrouve une taille normale pour sortir de moi.


— Ma chérie, c’était super, tu es trop bonne et très belle.

— Merci Ludo, j’ai adoré, je suis vidée.


Je me lève et vais préparer une collation pour que nous puissions récupérer. Installée près de Ludo, il ne cesse de caresser mes cuisses, de m’embrasser et de me complimenter. Je bois littéralement ses paroles, je suis subjuguée comme hypnotisée.

Je suis heureuse, combler par mon homme, mon esprit a basculé, je me sens femme. Me voyant totalement détendue dans ses bras, il me questionne.


— Alors ma chérie comment tu te sens ?

— Je suis comblée, heureuse, je me sens femme, j’adore te sentir en moi, me blottir dans tes bras.

— Tu parles de toi au féminin ma chérie

— Je ne vois pas ce que je peux être d’autre en ce moment

— Tu aimes ça alors être une fille

— Oui j’aime le faire pour toi, me sentir désirée par toi.

— Eh ben tu as réussi, tu es superbe.

— Merci mon amour

— Mon amour, tu m’aimes

— Je crois que je tombe amoureuse, la fille en moi t’aime, et le garçon a peur.

— Alors ma chérie reste une fille pour que je puisse t’aimer aussi.


Il recommence à m’embrasser, m’allonge sur le canapé et représente son sexe tendu devant ma grotte, il me pénètre totalement à nouveau ce qui me comble de bonheur et me fait gémir à nouveau. J’ai un nouvel orgasme cette fois venant uniquement de mon petit trou, son sperme chaud en moi me comble. Je jouis et pleure de joie, je suis comblée. Épuisés, nous endormons dans les bras l’un de l’autre.

Diffuse en direct !
Regarder son live