Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 311 fois
  • 25 J'aime
  • 4 Commentaires

L'été dernier...

Chapitre 1

Une belle rencontre

Gay

L’autre soir, avant de s’endormir avec Abdou, on se rappelait un trop bon souvenir de cet été.

« -Tu te souviens de Tim ?

-Tu parles ! Souvent j’y repense… Il ne répond plus à mes sms…

-Je sais. C’était un sacré bon coup quand même ! Et sa bite ! J’en avais jamais vu une come ça !

-Ouais….Il nous en bien fait profiter de son gourdin !

-Encore un homo qu’on a révélé à lui-même. J’espère qu’il a continué sur ce chemin là… »

 

On est donc fin juillet, dans le sud, au bord de la mer. Tous les jours, avec Abdou, on passe de longues heures sur la plage ? A bronzer, à lézarder, à rigoler, à dormir, à lire, à se baigner, à se tartiner de crème solaire, à mater les beaux mecs des environs, à se balader le long de l’eau en petits maillots pour exciter ceux qui lézardent…Mais pas que.

On a choisi, exprès, un des bouts de la plage. Dans cette zone, il y a beaucoup de naturistes, des hommes seuls et aussi une certaine activité en retrait de la plage dans les petites dunes… Le spectacle, sur la plage est permanent. Il y a à voir de tous les côtés. C’est parfois très beau, parfois pas top…

Quand le soleil nous a bien rôti et que cela fait longtemps qu’on ne s’est pas câliné sérieusement, avec Abdou, on se dirige vers les dunes pour une séance plus hot. Presqu’à chaque fois, en cherchant un creux de sable, on croise des couples - nus souvent -, homos ou hétéros entrain de se caresser et même parfois de carrément faire l’amour. On leur fait un petit signe amical en passant.

Assez vite, on trouve un petit coin sympa. C’est souvent Abdou qui m’entreprend sans plus attendre mais en y mettant un certain… suspense. Je me laisse faire, allongé à même le sable et caressé par la chaleur du soleil. J’adore ces moments là. Je me laisse caresser par mon bel amant – qui ne demande que ça -. Lui aussi se laisse caresser, partout, partout. Nos slips de bains sont monstrueusement déformés par nos bites tendues. Des auréoles apparaissent près de l’élastique. Assez souvent, Abdou commence par une longue et douce fellation. Coool !

De temps à autre, des gens continuent à passer, à la recherche d’un coin tranquille ou aussi, pour mater simplement. Ils s’arrêtent parfois pour nous contempler. Abdou m’a déjà dit que ça l’excite beaucoup de jouer ainsi les exhibs… C’est une facette de sa personnalité qu’il ne soupçonnait pas. Moi, pendant ce temps, je lui caresse le cul, sa raie, lui agace sa rondelle, lui passe un puis deux doigts pour le préparer à ce qui va suivre…

Et ce qui suit, c’est un splendide chevauchement par Abdou qui monte et baisse, qui glisse sur ma pine dressée vers le ciel. Quel superbe cavalier ! Avec sa tête renversée en         arrière, avec sa bouche entrouverte d’où sortent des gémissements ininterrompus, avec sa bite dressée que je malaxe à pleines mains. Deux jeunes hommes, se tenant par l’épaule se sont arrêtés pour nous contempler, sans se cacher aucunement. Abdou, leur tournant le dos ne les a pas vus. Ils me font un signe, pouce levé, tout en se touchant le slip.

Alors, pour surprendre Abdou, je lui propose de s’empaler sur moi en me tournant le dos. Ce faisant, il aperçoit nos deux spectateurs. Nullement décontenancé, mais plutôt émoustillé,  il leur adresse un petit signe de la main. Notre « public » est encore plus enchanté par la vue de la superbe bite d’Abdou. Il va ainsi se faire limer pendant un sacré bout de temps. Puis il va me proposer de me prendre. Je n’attends que ça.

A la « missionnaire », jambes haut relevées, à plat dos. Je déguste les assauts de sa bite sur mes entrailles. A mon tour de gémir tant et plus. Nos deux spectateurs se sont rapprochés et n’hésitent pas à commenter !

« -Quel beau cul !

-Et quelle belle bite aussi ! »

Abdou, flatté, redouble sa cadence.

« -Ca vous gêne pas si on se met à côté ?

-Au contraire ! »  lance Abdou..

Et les voilà qui s’installent dans le même creux de sable, à quelques mètres. Ils commencent à se lutiner, à se caresser… Abdou jette un œil de temps en temps, excité par la situation. Il n’en continue pas moins de me pilonner à mort. Ses couilles claquent. J‘adooooore ! Il m’inonde de son sperme chaud dans un rugissement. Le gars à côté lève son pouce. Je le laisse redescendre tout doucement, en moi. Pendant ce temps, les deux autres s’activent. Deux beaux corps, deux belles bites et un très beau cul. Ils ont opté pour la levrette….

C’est ainsi qu’on passe de bons moments, chaque jour, pendant notre période de vacances.

Le lendemain, nous ne sommes pas retournés dans les dunes. Par contre, une fois la nuit tombée, Abdou a voulu qu’on retourne sur la plage faire une balade. Une balade ! Il a bien sûr une autre idée derrière la tête… On marche ainsi un très long moment, les pieds dans l’eau, nous éloignant de la ville, main dans la main. Au fur et à mesure qu’on s’éloigne, on rencontre de moins en moins de gens pour ne plus voir personne du tout.

C’est à ce moment là qu’Abdou me propose le fameux bain de minuit, même s’il n’est que vingt trois heures trente. Nus, bien sûr. L’eau est chaude. On chahute, on s’asperge, on commence à se caresser. Le désir monte. On regagne le bord et Abdou m’allonge à la lisière de l’eau. Je sens les vaguelettes lécher mes pieds. Avec beaucoup de douceur, il commence à me caresser partout. Je lui rends la pareille. Moi aussi, j’ai envie de lui. Il se laisse volontiers faire, ravi. Arrive alors ce qui doit arriver et, je me mets à le pénétrer -facilement- et à le limer avec toujours autant d’envie et de plaisir. La situation est romantique à souhait.

Et, c’est à ce moment précis qu’on voit arriver un couple, un gars et une fille, vers nous. Nous apercevant, il s’arrête une bonne quinzaine de mètres avant nous, s’allongent sur le sable et commencent, eux aussi à se caresser. Très vite, ils sont nus. La fille se met à chevaucher son copain mais j’ai le temps d’apercevoir sa bite qui m’a l’air assez fabuleuse.

Nous voilà maintenant entrain, tous les quatre de donner et recevoir du plaisir. On entend nettement les gémissements de la fille, de plus en plus forts. Excité, j’en viens à jouir sur le ventre d’Abdou. Il récupère mon sperme avec ses doigts, les lèche et me les offre à sucer aussi. On décide de retourner à l’eau pour se laver. C’est à ce moment là qu’on entend un grand cri. Le gars a du jouir.

On s’ébroue à nouveau dans l’eau et, qui voit on s’approcher dans l’eau, vers nous ? Nos deux tourtereaux qui visiblement cherchent à lier connaissance. L’eau étant peu profonde, cela me permet d’admirer de près le corps du gars et surtout sa bite qui a vraiment l’air hors normes. Il s’appelle Tim, elle c’est Eléa. Ils sont jeunes, très sympas, n’ont absolument rien contre les homos bien au contraire ? – Si bien qu’on se met à chahuter ensemble dans l’eau. Au bout d’un bon moment, on remonte sur le sable et on continue à discuter longuement. On se quitte assez tard, chacun repartant de son côté.

Tout en marchant, Abdou me dit qu’il avait eu l’impression que Tim était assez troublé par nous deux…Je lui dis que ce n’était pas très étonnant vu le bel homme qu’est Abdou, bien membré en plus. Sûrement pas autant que lui me dit-il. Abdou a peut être raison. Moi aussi, j’ai cru remarquer certains regards et gestes un peu plus appuyés…

Le lendemain soir, à la tombée de la nuit, Abdou m’entraîne, à nouveau dans une balade nocturne le long de la plage. Les bonnes habitudes se prennent vite ! Il faut dire que, dans l’après midi, les dunes étaient tellement prises d’assaut par de couples qu’on avait juste maté. De beaux moments, d’ailleurs. 

Une fois la plage déserte, Abdou me propose, me chuchotant à l’oreille de sa voix suave, de me faire l’amour….Comment dire non ? Pourquoi dire non ? Donc, je dis : oui ! Une longue et belle séance commence alors. Abdou est très imaginatif. Il sait facilement se renouveler. J’aime quand il me fait l’amour ainsi.

On en est à la pénétration quand Abdou voit arriver une personne seule qui vient vers nous. Ca ne le bloque pas pour autant. Ce qui l’interpelle c’est qu’il croit reconnaître la silhouette. Il me dit :

« -Hé ! On dirait Tim ! »

La silhouette s’arrête et se pose sur le sable à une dizaine de mètres de nous, nous regardant. Abdou ne sait plus que faire. Est ce vraiment Tim ? Il n’en continue pas moins de me pénétrer et de me limer puissamment. Il me défonce avec fougue. Le pied ! Je gémis à n’en plus finir de sentir sa belle pine me labourer ainsi les entrailles. Je lui dis :

« Abdou ! Abdou ! J’aime ! J’aime ta bite ! Elle est trop bonne ! Déchire moi ! »

Quand il retombe sur moi, fourbu, je vois la silhouette se relever et s’approcher. Oui, c’est bien Tim ! Il a attendu qu’Abdou jouisse.

« -Salut Tim ! Tu es seul ? 

-Oui, Eléa n’était pas très bien. Elle a préféré rester et se coucher…

-Ca va ?

-…Oui, ça va. J’étais sûr de vous trouver ici…» Sa voix est un peu tremblante.

« -Tu as apprécié ? » demande Abdou

« -Oh oui !

-Tu aimes bien mater ?

-Je ne savais même pas que j’aimais ça ! ….Ce que je sais c’est que j’aime bien voir des homos faire l’amour…

-Tu n’as jamais essayé ? demande Abdou

-…Non

-Ca t’exciterait de le faire avec nous ?

-J’en meurs d’envie !

-Alors, viens !  Tu es OK Tom ? propose Abdou

— Bien sûr ! » Je réponds.

Abdou enlève délicatement le tee shirt et le short de Tim. Le voilà nu, n’ayant pas de slip. Bien bandé, aussi. A nous deux, on le caresse de partout. Il a renversé sa tête en arrière, les yeux clos. On lui agace les tétons, on les lui pince. Tout naturellement, j’en viens à prendre sa bite en bouche. Il me tente trop ce monstrueux bâton. Tim pousse un petit cri.

Abdou  présente sa bite luisante de son sperme et caresse le visage de Tim avec… Tim cherche à la prendre en bouche. Abdou lui offre volontiers sa demi-molle. Pour un baptême, c’est pas si mal ! Je tente une gorge profonde….Je m’étrangle. Impossible avec un tel calibre. Et épaisse, en plus. Bien droite. Noyée dans une touffe de poils abondante.

« -Ca te dirait de me prendre ? » Je lui demande.

« -Tu vas voir ;Ca va aller tout seul. Je suis déjà dilaté et encore plein du sperme d’Abdou. »

Je me mets à plat dos les jambes très relevées, offert. Je rêve de recevoir cette fabuleuse bite dans mon cul. Tim se glisse entre mes cuisses et présente son gland.

« -Vas-y ! N’ai pas peur ! » Je l’encourage.

Tim pousse et franchit le passage avec son gland. Ouuupsss ! Je me retiens de pousser un cri, ne voulant pas le déstabiliser. Effectivement, on la sent. On la sent même bien.

« -Viens en moi ! Doucement ! 

-Oooooh ! J’y suis ! Je fourre un mec ! »

Abdou me demande si ça va. Je le rassure. Je sens sa teub qui glisse lentement dans mon fourreau. Encore et encore. Je me sens rempli, comblé. Tim y met beaucoup de douceur. 

« -Lime moi, doucement… »

Pendant ce temps, je vois Abdou dont la bite commence déjà à regonfler légèrement, lui caresser la raie. Il mouille son majeur et commence à lui agacer la rondelle. Je sens Tim tressaillir. Il va bientôt être comblé de toutes parts.

Ca y est. Tim a pris son rythme. Il me laboure lentement,  régulièrement. Je suis aux anges d’accueillir ainsi une nouvelle queue dans la même soirée. Je lui empoigne ses fesses et le tire vers moi, en cadence.

Abdou a réussi à lui passer un doigt. Il le dilate doucement.

Je sens que Abdou crève d’envie de recevoir une telle bite, alors je demande à Tim si ça ne l’embête pas s’il nous fourre à deux alternativement. Bien sûr, il dit que non, bien au contraire. Alors Abdou, avec un clin d’œil complice, vient se coller à moi, jambes écartées, offert.

« -Tu sais, tu peux y aller…J’ai toujours rêvé de me faire déchirer par une bite comme la tienne. »

Tim, après s’être réenduit la bite de gel, présente son gland à la rondelle d’Abdou et…hésite, de peur de lui faire mal.

« -Vas-y ! N’aie pas peur ! Je ne suis pas dilaté mais vas-y ! Force ! » 

Alors Tim pousse et passe son gland. Je vois le visage d’Abdou se crisper mais je vois aussi ses mains qui tirent sur les fesses de Tim. Tim glisse lentement dans le ventre d’Abdou…

« -Aaaaah ! C’est trop bon ! »

Tim, arrivé au fond, se met à le limer. Abdou l’encourage avec des mots de plus en plus crus. Je le vois se tortiller tant ses sensations sont fortes. Il me regarde, extatique. Du coup, ça me donne encore plus envie de l’accueillir à nouveau. Je le réclame. Tim est enchanté de nous combler ainsi.

« -Les gars, c’est la première fois que je baise un mec ! Et en plus deux !! J’adore ça ! ».

La séance de baise collective va ainsi se prolonger un bon bout de temps car, par chance, Tim est très endurant. En plus ! Il va finir par exploser dans Abdou mais il va se retirer assez vite pour m’en envoyer une giclée sur le ventre.

Nous voilà repus de sexe tous les trois bien que je n’ai pas encore joui. On reste ainsi allongé sur le sable, côte à côte, à parler. Tim nous confie qu’il a toujours su qu’il était aussi attiré par les hommes. Qu’il avait adoré nous pénétrer, se faire sucer. Il nous dit aussi qu’il aimerait bien aussi qu’on le sodomise. Et aussi qu’il ne sait pas comment il va gérer tout ça par rapport à Eléa.

Abdou lui propose de nous retrouver le lendemain soir pour continuer son initiation. Ce qu’il accepte volontiers. On file dans la mer se baigner et se laver.

 

Le soir suivant, comme convenu, on se retrouve au même endroit. Tim est déjà là quand on arrive. Il est nu, assis à la lisière de l’eau. Il bande. Il propose de nous sucer d’abord. Il nous enlève délicatement tee shirts et shorts et on se place en triangle.

S ‘ensuit une longue séance de suce. Plusieurs fois, on échange les places. Trop bien ! Sa bite dégouline littéralement de mouille en permanence. Il doit être terriblement excité.

On lui propose alors de l’enculer. On le met en levrette et on se met à lui lécher la raie à tour de rôle. Il souffle. Puis on lui titille la rondelle du bout de notre langue pointée. Là, il gémit carrément. Abdou arrive même à le pénétrer un peu avec sa langue. Tim gémit et demande à Abdou qu’il le fourre encore plus profond avec sa langue Je me mets à essayer de lui passer un doigt plein de gel. 

« -Détends toi. Laisse toi aller. Ne te crispe pas. On ne te fera pas mal, tu sais

-Oui je sais. »

J’arrive, assez facilement, à lui passer un doigt. Aussitôt, Abdou tente les deux, un peu plus difficilement. Je m’enduis copieusement et présente mon gland.

« -Oh, oui ! Prends moi ! » me supplie-t-il.

Je passe mon gland et j’arrête.

« -Continue ! Mets la moi à fond ! »

Je glisse doucement. Il râle.

« -Ooooh, putain : C’est bon !!!! Ca y est ! je ne suis plus puceau !!! »

Je commence mon va et vient. Déjà, Abdou réclame la place. Il se glisse en lui.

« -Wouah ! Elle est bonne ta queue ! »

Abdou augmente un peu la cadence. Je réenfile à nouveau Tim en augmentant encore un eu le rythme. Tim est aux anges. Abdou lui propose alors de se mettre à plat dos. Je lui tiens les jambes relevées et écartées pendant qu’Abdou le pilonne cette fois. Tim griffe le sable de ses mains, sa tête va de gauche à droite. Il râle de plaisir en continu. Ca fait plaisir à voir. Abdou veut probablement essayer de jouir en lui cette fois. Il se déchaîne. Tim hurle. Abdou jouit en criant. Tim a crié. Aussi.

« -Wouah ! C’est chaud ! »

Je tire légèrement Abdou et prends aussitôt sa  place. Je glisse dans son sperme chaud. Trop bien. Je me mets à pilonner furieusement Tim qui  branle à pleines mains sa pine. Il m’encourage à le défoncer carrément, comme il dit. Ce que je fais. Il jouit un peu avant moi. Ca m’excite grave et du coup, je crache en lui trois longs jets de foutre.

Nous voilà out pour un petit temps. Tim nous remercie, il nous dit qu’il a A.D.O.R.E .

Baignade et on se quitte en se promettent de se retrouver le lendemain.

 

Quelle n’a pas été notre surprise de voir arriver Tim le lendemain après midi là où on dore au soleil. Il n’a pas l’air dans son assiette. Avec difficulté, il nous avoue qu’Eléa a décidé de le quitter après qu’il lui ait, par honnêteté, raconté ses aventures nocturnes…. Il se met à pleurer. On marche longuement avec lui sur la plage et on va boire un verre au bar de la plage. Il nous quitte en nous donnant rendez vous pour le soir.

Il n’est jamais venu. On ne l’a jamais revu…On n’a même pas pensé à lui demander son 06.

Diffuse en direct !
Regarder son live