Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 761 fois
  • 4 J'aime
  • 4 Commentaires

Europe 2640

Chapitre 2

Hétéro

Resumé: Maxime est à bord du vaisseau Bel-air 2. Il rentre sur Terre pour se soigner. Il discute avec le commandant et Clarisse, le médecin de bord.


    - 2 -


    Soudain le commandant vient nous voir. Une passagère a un problème. Clarisse se lève et se dirige pour la voir. Mine de rien je l’accompagne.


Clar: Vous n’êtes pas obligé de me suivre.


Max: Je le sais, mais si vous avez besoin de quelque chose, je peux aller le chercher, ou prévenir.


Clar: Vous allez louper la Terre, c’est merveilleux comme spectacle.


Max: Il reste un peu moins de 4 heures avant d’arriver, cela m’étonnerait que cela prennent autant de temps.


Clart: On ne sait jamais! Mais bon, vous pouvez m’accompagner.


La femme a environ 30 ans. Elle gesticule dans tous les sens. Clarisse a bien du mal à la contrôler.


Clar: Elle a le mal de l’espace, rien de grave.


Max: Maintenant à quelques heures de l’arrivée ?


Clar: Cela arrive quand on remet en marche le système de gravité.


Max: Est-ce que je peux vous être utile ?


Clar: Pour l’instant non, je vous appelle, si j’ai besoin.


Max: Ok! Je retourne voir le spectacle.


En passant, je regarde la patiente gesticuler dans tous les sens, bien qu’elle ai la trentaine elle a encore un beau corps. Une poitrine beaucoup plus grosse que celle de Clarisse. Sous la combinaison de vol on dirait que ses seins sont en liberté, tellement on les voit bouger.


Ah! Si seulement je pouvais les prendre en main. Alors que je fais demi tour, Clarisse m’appelle.


Clar: Maxime, tout compte fait, j’aurais besoin de vous. Aidez moi à la diriger vers l’infirmerie. Tu peux prendre son bras et on y va.


Max: Ok!


Mais elle ne se laisse pas faire, il faut que je ruse pour attraper son bras. Enfin j’y arrive.


Max: C’est bon on peut y aller.


Cdt: Vous voulez un coup de main, Clarisse ? Dit-il en s’avançant vers nous.


Clar: Non, commandant ! Et bientôt il va falloir que vous prépariez le S.O.


Clarisse voit que sur mon vissage je ne comprends rien.


Clar: Le S.O. est le Simulateur d’Orbite.


Je fis un signe de la tête pour dire que j’avais compris. Tout en nous rendons vers l’infirmerie Clarisse me dit:


Clar: On va la mettre dans le siège.


Je vois que celui-ci a des sangles de maintien. Pour moi on va l’attacher jusqu’à l’arrivée et je vais pouvoir retourner dans le poste de commande voir le spectacle.


Clar: Voilà maintenant qu’elle est assise tu l’empêches de se lever.


Max: Ok!


Je vois qu’elle commence à lui enlever sa combinaison de vol, pourtant lorsque je suis entré à bord du vaisseau, on nous a interdit de l’enlever même pour dormir, seulement toléré pour la toilette.



Elle lui a descendu la fermeture éclair jusqu’au pieds, ce qui me permet de voir qu’elle porte un string noir à dentelle, cela me fait un effet immédiat, je me mets à bander. Heureusement Clarisse ne s’en aperçoit pas.


Clar: Tu peux lui lâcher le bras le temps que je lui enlève la combinaison et tu le rattrapes après.


Max: Je lui fis signe de la tête acquiesçant son ordre.


Puis se fut au tour de l’autre bras d’être dévêtu. La combinaison tombe à terre. La femme est maintenant en string devant moi. Popaul se sent vraiment à l’étroit dans mon slip. A la vu de cette magnifique poitrine cela confirmait ce que je pensais lorsque je l’ai vu la première fois.



Ses seins sont magnifique en forme de poire, avec une petite auréole et un téton très développé. La peau doit être douce les traces de bronzage font ressortir les formes de son corps.


C’est alors que Clarisse se retourne et voit mon état d’excitation. Elle baissa les yeux, mais son visage laisse transparaitre une légère émotion.


Clar: Tu la surveille le temps que je prenne le matériel!


Max: Pas de problème.


Clarisse s’absente quelques instants, je la vois revenir avec une boite contenant diverse sex-toys de différentes couleurs.


La malade continue à remuer dans tous les sens. Ce qui m’oblige à m’approcher d’elle afin de lui faire barrage avec mon corps .


Clar: Voilà! J’ai ce qu’il faut pour la calmer.



Elle prend un sex-toy blanc et elle lui met dans la bouche.


La patiente une fois le sex-toy en bouche se calma. Le temps que je regarde Clarisse, la patiente se mis à remuer de nouveau.


Clar: Cela ne suffit pas on dirait.


Clarisse sortit de sa boite un autre sex-toy d’un diamètre supérieur au premier. Et devant moi elle lui insère dans la chatte.


je pris la parole.


Max: Très surprenant comme traitement !


Il est vrai que la femme se tenait tranquille, mais il subsiste encore des mouvements.


Clar: Oui! D’habitude, vous les passagers, vous ne le voyez pas.


Pendant la discution, je ne peux m’empêcher de mettre une main dans mon slip après avoir ouvert la combinaison.


Clar: Les personnes qui ont le mal de l’espace sont très excités, cela représente 95% des femmes et 5% des hommes. Pour les calmer les médicaments n’auraient pas le temps d’agir. Alors que faire l’amour, avec des gods, cela les apaise et évite de les attacher. Et en plus cela les détend.


Max: C’est une thérapie très surprenante.


Clar: Oui ! Et en plus lorsque nous serons en orbite autour de la Terre, le test locomoteur sera déjà effectué par la même occasion.


Max: Je vois. C’est faire une pierre deux coups.


Clar: Oui !



La patiente avait maintenant depuis 10 minutes les deux gods, malgré cela, elle ne se calme pas plus.

Clarisse intervient, le god qui est dans la chatte se met à vibrer. Aussitôt la patiente se met à crier. Pour moi c’est la première fois que j’entends cela. Je suis surpris.


Clar: Ne t’inquiètes pas elle va bientôt jouir et cela sera fini.



Je ne m’inquiète pas, mais j’aurais bien voulu être à la place du god dans sa chatte.


Clar: Tu as déjà vu une femme jouir ?


Max: Oui, ma copine sur Europe, une fois après que l’on ai fait l’amour pendant plus d’une heure.


Clar: C’est vrai que sur cette planète pour arriver à jouir il faut beaucoup de temps, c’est comme cela sur Europe.


Max: Tu as déjà été sur Europe ?


Clar: Oui, cela remonte à deux ans, pour valider mon diplôme de médecine spatiale. Et bien sûr il y avait des tests à passer.


Max: Ah oui?!


Clar: Arriver à jouir en moins d’une heure!


Max: Drôle de test, mais, je suppose que tu as réussi , vu que tu es médecin à bord.


La patiente malgré les deux gods ne se calmait toujours pas. Elle criait, bougeait.

Clarisse dit:


Clar: Bon vu le temps, elle devrait être calmée. Je vois que cela ne va pas. On va l’attacher sur le siège jusqu’à notre arrivée.


Max: Il n’y a vraiment rien d’autre à faire ?


Je vois que Clarisse réfléchit et regarde popaul avec insistance.


Max: Tu es sûre?


Clar: Si il reste une dernière chose à faire, mais c’est vraiment délicat.


Max: Délicat ?


Clar: Oui! C’est une chose où je ne suis pas maitre de la situation.


Max: Comment cela ?


Clar: Moi en tant que médecin j’ai épuisé toutes mes ressources.


Max: Je ne comprends pas ! Tu as dit qu’il restait une chose à faire, un peu délicate. Tu n’as qu’à essayer si cela peut l’aider pourquoi pas c’est des médicaments ?


Clar: Non ce ne sont pas des médicaments. Le traitement qu’il reste peut se faire que si j’ai confiance en une autre personne.


Max: Précises c’est vague ce que tu dis.


Pendant ce temps, la malade continue de crier et de bouger apparemment elle n’a toujours pas joui.


Clar: Voilà la seule solution c’est de lui faire l’amour.


Je la regarde.


Clar: C’est qu’un homme lui fasse l’amour, maintenant, tout de suite, et tu es un passager je ne peux pas te demander cela.


Max: Oui, je suis un passager. Mais honnêtement cela fait un bout de temps que je suis excité.


Clar: J’ai vu, mais cela n’est pas une raison!


Max: Peut-être, mais si cela peut la calmer, moi je suis prêt.


Clarisse réfléchit..


Max: Tu m’as dit que cela te permettrait de voir aussi si le test locomoteur est bon. Donc une pierre deux coup.


Clar: D’accord! D’accord! Mais suivant mes ordres. Il ne s’agit pas qu’à la fin elle soit encore dans cette état, il faudra y aller doucement et pendant un temps très long. Tu vas tenir le choc ?


Max: Sur Europe avec ma copine c’était minimum deux heures, je pense que cela devrait aller.


Clar: Bon ok ! Enlèves ta combinaison, mais avant aides-moi à l’attacher sur le siège. Les bras et les jambes.


On attache la patiente avec beaucoup de mal, tellement elle remue. Clarisse lui laissa les gods en place.


Le siége se leva. Ses jambes s’écartent en même temps j’ai une vue sur sa chatte toute luisante de mouille. A la fin de la manouvre du siège, les jambes sont repliées laissant ses lèvres au premier plan. Elle est belle, son sexe est rasé et au dessus du mont Vénus je vois ses deux seins pointer.


Clar: Enlèves ton slip.


Je ne me fis pas prier, content de laisser popaul enfin agir.


Clar: Tu vas te mettre en face d’elle, que je règle le siège.


La patiente à la vue de mon sexe, lâcha les gods et cria Viens! Viens!


Clar: Vas-y doucement.


Je pris mon sexe en main je lui passa sur ses lèvres à plusieurs reprise son sexe est tout mouillé chaud, la cyprine coule à flot. Je n ’ai jamais vu cela.


Clar: Pénètres la maintenant.


Je rentre mon sexe dans son vagin, il glisse tous seul. elle bouge le bassin d’avant en arrière.


Clar: Tu ne bouges pas, tu restes au fond sans bouger. Si tu sens que cela vient tu me le dit.


Je reste au fond, malgré qu’elle soit attachée c’est une vrai furie, jamais on ne m’a fait l’amour ainsi. Il faut que mes couilles touchent ses lèvres pour ne pas sortir.


Clar: Touches lui les seins.


Cela fait un moment que j’attends cela. Ils sont fermes tellement elle est excitée, les tétons sont tout dur c’est très agréable.


Max: Ses seins, ils sont faux.


Clar: Non ils sont vrai, mais elle est tellement excitée.


Max: C’est un vrai plaisir à toucher.


Clar: N’oublies pas, le plaisir, c’est elle d’abord. C’est pour la calmer, alors reste concentré.


Max: Ça va pour l’instant, je me fais plaisir en lui donnant plaisir.


Je vois Clarisse qui me regarde, je pense qu’elle aurait bien voulu être a sa place. Il est vrai qu’elle est très belle, elle aussi.


Clar: Tu vas faire des petits va et viens doucement, puis de temps en temps tu augmentes la vitesse.


Je lui obéi, je sens son vagin se contracter autour de ma bite. C’est géniale.


Cela fait un peu plus de quarante minutes que maintenant je suis en elle.


Clar: Vas-y maintenant tu peux bouger comme tu veux, elle commence à fatiguer, mais tu ne restes pas en elle maintenant.



Enfin, je peux me laisser aller quel bonheur, dommage que l’on ne puisse pas changer de position.

Je rentre, je ressors m’occuper du clito, quel bonheur. Je lui touche les seins. Je la remets à fond. Elle se met à crier de plaisir c’est la première fois que cela m’arrive. Ma copine était du genre à soupirer.


Max: Clarisse je vais bientôt venir.


Clar: Ok! Attends, je vous fait une piqûre à tous les deux cela évitera qu’elle soit enceinte et toi d’attraper une maladie.


Clarisse nous fait la piqûre chacun son tour.


Max: Je vais jouir.


A peine après avoir fini ma phrase, la patiente fût secouer de spasmes violents, ce qui me fait jouir au fond d’elle. La malade retombe sur le siège complètement épuisée. Elle vient de jouir.


Clar: Voilà tous les deux c’est fini, tu peux sortir.


Lors que je sortis de son corps mon sexe bande encore. Clarisse me dit tu as pris une pilule que sur Terre ils ont.


Max: Non, comment je me l’aurai procurer.


Clar: Ton sexe bande encore tu permets que je t’ausculte, pas qu’il y ai un problème.


Max: Oui.


Clarisse me touche mes couilles on dirait un massage, elle prend mon sexe dans sa main, me tripote, quel plaisir.

Lorsque l’on entendit dans le haut parleur:


" C’est le commandant qui vous parle, dans moins d’une heure nous serons en orbite autour de la terre, veuillez vous préparez à quitter le vaisseau."


Puis il rajouta.


" N’oubliez pas de vous rendre chez le médecin de bord pour les tests avant de prendre la navette".


Clar: Voilà tout est en ordre, je te fais la prise de sang tout de suite comme cela tu pourras prendre la navette.


Max: D’accord.


Dommage que l’on soit si près de la terre, j’aurais bien voulu qu’elle continue.


La malade était sur son siège, comme entre deux eaux, Clarisse lui explique ce qui s’est passé pendant ce temps je me suis habillé et je quitte l’infirmerie.


Je prends la direction du poste de commande, lorsque je croise le commandant.


Cdt: Alors petit veinard ça va?


Je le regarde étonné car je ne comprends pas ce qu’il veut dire.


CDt: D’habitude c’est moi qui l’accompagne. As-tu compris?


De la tête je lui dit que non.


cdt: Lorsqu’une patiente a le mal de l’espace je m’en occupe.


Max: Ah! D’accord!


Cdt: C’est un petit bonus du boulot.


Ca y est je comprends, mais je dois dire que je m’attendais pas à cela.


Cdt: Tu as eu le droit au god et ...


Max: Oui, je l’ai même fini.


Cdt Tu la trouves comment la toubib?



Max: Mignonne, très mignonne, dommage que vous ayez passé l’annonce, sinon, je crois que j’aurais passé un bon moment.


Cdt: Désolé mon gars, mais le boulot d’abord.


Max: Je peux vous poser une question commandant.


Cdt: Oui.


Max: vous avez déjà eu l’occasion de faire l’amour au toubib.


Cdt: Non c’est pas faute de lui avoir fait des avances, je pense qu’elle est lesbienne.



Max: Franchement, je crois qu’il doit y avoir possibilités. Pour moi elle n’est pas lesbienne.


Le commandant et moi arrivons dans le poste de pilotage. Sur l’écran géant on voit la Terre. Elle est magnifique. Elle est bleue avec par endroit un voile blanc c’est beau, mes parents avaient raison.


Soudain dans le haut parleur.


" Les personnes qui ont passé les tests peuvent prendre la navette porte A "


Je me suis assis au même endroit que lorsque j’étais en compagnie de Clarisse. Malheureusement le siège à côté de moi était vide.


Soudain, je sens une main sur mon épaule, je tourne la tête c’est Clarisse.


Clar: Le spectacle est beau n’est-ce pas. Mais il faut y aller.


Je fais oui de la tête. Je prends la navette avec Clarisse et les passagers, à notre arrivée sur Terre, nous somme séparés. Les membres d’équipage d’un coté et les passagers de l’autre.


Maelda.


Voilà, c’est la fin du 2° chapitre. J’espère que cela vous aura plus ce n’est pas la fin de l’histoire la suite dans quelque semaines.

Diffuse en direct !
Regarder son live