Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 4 072 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Evelyne ma voisine

Chapitre 1

Hétéro

L’histoire que je vais vous raconter c’’est déroulée il y a maintenant de nombreuses années à l’époque où je n’étais qu’un adolescent qui n’avait qu’une chose en tète le sexe.Nous habitions une maison de ses maisons qui étaient composées de plusieurs appartements et nous étions plusieurs adolescents dont l’age s’échelonnait entre 14 et 19 ans pour tout dire il y avait six filles et deux garçons dont moi,l’autre garçon avait un an de moins et habitait l’appartement en face du mien,mais fréquentait le mème cours que moi du fait que j’avais manqué une année pour cause de santé et donc prit du retard.Mais nous étions arrivés à l’age critique des curiosités du sexe et comme de bien entendu nous trainions aussi souvent que possible derrière les filles du collège de jeunes filles situé à l’autre coin de la ville et c’est à grand pas que nous nous y rendions pour essayer de rencontrer nos copines et voisines pour faire le chemin ensemble jusqu’à la maison.

En général nous arrivions toujours à ètre juste à l’heure car nous avions une demi heure de décallage dans nos sorties de cours.Nous étions fiers de marcher à leurs côtés,nous pavoisions et les filles aussi.nous avions chacun notre préférée,mais il y avait entre elles aussi un esprit de compétition c’était marrant.Evelyne était la fille avec qui je m’entendais le mieux et de plus elle était la fille de ma marraine et en mème temps notre voisine sans aucun lien de parentée avec ma famille.D’origine italienne brune nous étions de la mème taille nous devions avoisinés les 1m70 et elle affichait déja une poitrine bien développée,après la bise traditionnelle nous nous engagions sur le chemin de la maison ce jour là sans savoir ni pourquoi ni comment ma main droite alla se poser sur son épaule droite et s’y maintena alors qu’Evelyne me jeta un regard et me sourit sans toutefois me demander de retirer ma main et je compris à ce moment là que je ne lui étais pas indiférent.Arrivés au coin de notre rue,je retirais ma main de son épaule et repris une attitude plus convenable et nous nous engageames dans le corridor de l’immeuble qui comme d’habitude était plongé dans le noir le concièrge n’ayant toujours pas eu le temps de changer l’ampoule ce qui eut pour but de favoriser ma hardiesse et je pris Evelyne dans mes bras et nos lèvres entrèrent en contact pour un baiser qui fut très chaud et me parut interminable, mes mains partirent à l’assaut de sa poitrine qui était dure et je me mis à la masser doucement et à ce moment là elle m’arretta et me dit.’Non Stephen il faut que je rentre sinon ma mère va s’inquiéter et venir à ma rencontre’.Et nous continuames vers nos appartements respectifs,arrivés sur le palier la porte d’Evelyne s’ouvrit et sa mère ma marraine apparut j’allais l’embrasser puis elle me dit’Ce soir tu restes chez nous tes parents sont allés chez ta grand-mère qui est très malade et ils ne rentrerons que d’ici trois ou quatres jours en attendant vous allez vous débarbouiller et goutter ensuite vous ferez vos leçons pour demain’.Donc je me dépéchais d’aller chez moi et après avoir fait ma toilette je retournais chez Evelyne,le gouter était servi un bon bol de chocolat chaud et de tranches de gateau fait par ma marraine nous callèrent avant de passer aux leçons qui pour ma part furent vite expédier il en fut autant pour Evelyne.Puis elle demanda à sa mère si elle avait besoin de nous pour l’aider’Non allez vous détendre avant le souper’’Nous pouvons aller au square marraine’’Non,il est maintenant trop tard la nuit va tomber,il vaut mieux que vous restiez ici’.Je pense qu’elle avait tout à fait raison du fait que nous étions en Algérie et que le soir il y avait des risques du fait d’attentats de part et d’autre des deux communautés.’Evelyne va chez Stephen et aide le à récupérer ses affaires pour dormir et pour demain’’Pourquoi il reste dormir chez nous maman?’’Bien sur comme cela je serai plus tranquille et lui moins seul’’Et il va dormir où?’ lui demanda t elle ?.’Avec toi comme lorsque vous étiez gamins un à la tète et l’autre au pied,cela vous rappellera des souvenirs’.’Je pourrais dormir avec toi puisque papa est absent’’Non car j’ai reçu un message il rentre ce soir vers 21 heures’.De mon côté je me réjouissais de la chose car je pourrais ètre auprès d’Evelyne et peut ètre aurais-je la chance de pouvoir à nouveau l’embrasser.Je n’ai pas encore parlé du père d’Evelyne,il n’y a pas grand chose à dire sauf que celui ci est absent depuis de longs mois et en ce moment il rentre d’une mission dans le bled,militaire de profession au grade de capitaine il traque les ’ fels ’ dans le djebel,laissant seules à la maison ma marraine et sa fille.Nous allons donc chez moi récupérer mes affaires et une fois dans ma chambre Evelyne me demande’Tu es content?’’Content de quoi?’ répondis-je ’Ne fait pas l’idiot,j’ai bien vu ton sourire lorsque maman a dit que tu dormirais avec moi’,’Et toi tu n’es pas contente?’’Si bien sur’.Et là je la repris dans mes bras pour un nouveau baiser,tout aussi fougueux que le premier et en mème temps je l’a faisaits chuter sur mon lit et me retrouvais coucher sur elle.Main partit aussitôt à la découverte de son corps par dessus sa robe je malaxais ses seins qui étaient fermes aussi dur que des petits melons,je sentais mème les tétons que je pinçais légèrement,puis ma main descendit plus bas pour remonter sous la robe,mais là lorsqu’elle se posa sur son sexe à mème le slip elle referma ses cuisses et me dit’Non pas ça je ne veux pas’.Je retirais ma main et me relevais pour finir d’assembler mes affaires lorsque nous entendimes Yvette ma marraine qui nous appellait en entrant dans l’appartement’Nous sommes là,je cherche un classeur que je ne trouve pas’ dis-je en plongeant la tète dans le meuble de rangement scolaire.Evelyne était assise sur le lit et attendait’Tu pourrais au moins l’aider commence par emmener ses vètements Stephen nous rejoindra bientôt’’Je viens de le trouver nous y allons’.Après avoir fermé la porte,nous regagnames l’appartement voisin et nous déballames mes vètements dans la chambre d’Evelyne.’Si nous faisions une partie de petits chevaux avant de souper’demanda ma copine’’D’accord si tu veux’Nous nous posames à mème le sol pour jouer l’un en face de l’autre assis en tailleur,la partie était déjà bien entamer lorsque mon regard se porta sous la robe qui était remontée laissant apparaitre le slip blanc d’Evelyne ce qui me fit bander aussitôt et commença à perturber le jeu car je n’était plus attentionner à ce que je faisait et qui n’échappa pas à mon adversaire,qui tranquillement me demanda ’Tu n’as pas soif ,je vais boire un verre d’eau et je reviens’.Ce fut l’excuse qui mit un terme à moi charmant spectacle,elle revint presqu’aussitôt et m’informa que nous allions passer à table et que nous reprendrions notre partie demain.Le repas se passa tranquillement et une fois terminé marraine nous envoya au lit.Après ètre passés par la salle de bain et les toilettes chacun notre tour nous saluames Yvette et nous nous mîmes au lit.Ce fut Evelyne qui engagea les ostilités elle commença à me chatouiller les pieds ce que je fis également puis prenant de la hardiesse je me mis à remonter les chatouilles plus haut sur ses jambes pour atteindre l’intérieur des cuisses qui était d’une douceur incroyable.Elle aussi progressa lentement sur mes jambes,quand un bruit arrivant de la salle de séjour nous informa que le maître de maison était de retour,je demandais à Evlyne si nous devions nous lever pour aller le salur elle me répondis que non qu’il allait de lui mème venir nous voir,ce qui se fit pratiquement dans la minute qui suivait’Alors fillette comment vas tu et toi bonhomme ?’Evelyne lui sauta au cou et moi j’eu droit à une carrsse sur la tète.’Bien dormez maintenant nous nous reverrons demain’.Il éteignit la lumière et tira la porte derrière lui sans la fermer.le silence était revenu et nous restions immobile nous percevions des chuchotements et nous les entendimes regagnaient leur chambre.Quelques instants plus tard des gémissements arrivèrent jusqu’à nous,pour le capitaine c’était l’heure de la charge et moi doucement je repris mes carresses sur les jambes d’Evelyne qui fit mine de ne rien sentir,elle me laissa mème atteindre son entrejambes et là je dus constaté qu’elle ne portait aucun sous vètement,ce fut l’instant qu’elle choisit pour mettre un terme à mon investigation feignant un brusque réveil’Arette ’et moi persévérant je me retournais pour me coucher à ses côtés la tète sur l’oreiller’T’es pas bien et si mon père rentre dans la chambre’’Tu plaisantes’ ton père à autre chose à faire que de s’occuper de nous,tu n’entends pas ’Et je me collais à elle et me mis à l’embrasser tout en la pelotan,je bandais dur dans mon pyjama et ma main partit de ses seins vers son ventre pour se poser sur sa toison et mon majeur se faufilla un chemin pour atteindre son petit bourgeon qu’il se mit en devoir de titiller,elle se laisser faire et pour étouffer ses gémissements je ne cessais de l’embrasses au niveau de son sexe c’était l’affolement elle ruisselait et se rendis compte de la chose elle se leva pour aller chercher une serviette pour essuyer sa chatte baveuse et moi je profitais de cela pour me débarrasser de mon pyjama et je libérais ma queue déjà bien grosse pour mon age,Evelyne ignorait la chose et s’en apperçut lorsque à nouveau allongée à mes côtés sentit la chose contre son ventre’Non je ne veux pas faire çà,on se carrsesse un point c’est tout sinon rien d’autre’’Pour que tu me carresses il faut bien que je me dénude non?’’Oui,mais je ne veux pas que tu me le rentres dedans’’Non ne t’inquiète pas’.Et elle le prit dans sa main ce qui provoqua pratiquement un doublement de volume’’Mon dieu que c’est gros’et continuant de la tenir en main j’imprimer à mon bas ventre un mouvement d’aller retour pour lui faire comprendre mon désir,mes doigts repartirent à l’assaut de sa vulve et la carressèrent lentement elle aussi vint à la rencontre de mes doigts.’Attends lui dis-je’ et me mettant à genoux ,lui écartant les cuisses j’entrepris de lui lécher la fente et le bouton de ses mains elle me tirer les cheveux et je me mis à remonter sur son ventre en la couvrant de baisers pour atteindre ses seins continunant de remonter je reprenais ses lèvres et à ce moment là je me rendis compte que le bout de ma queue était en contact avec sa fente.Evelyne dans un état second ne s’en était pas encore apperçut,elle revint à la réalité lorsqu’elle s’apperçut que ma bite se frotait à son clito.’Non tu avais promis,arrette sinon je hurle’Et je stopais là tout mouvement,je me relevais enfilais mon pyjama et repris ma place au pied du lit.De longues minutes plus tard je senti des mains ouvrir la braguette de mon pyjama pour s’emparer de ma tige et une bouche qui commençait de la pomper et Evelyne m’enjamba pour présenter son sexe à mes lèvres nous partîmes pratiquement en mème temps,je me lilérais à grands flots dans sa gorge et elle dans la mienne.

Les années sont passées car je suis maintenant à quelques jours de la retraite et je suis fier de ce que je suis devenu,bonne situation professionnelle et financière,deux beaux enfants et ce dont je suis le plus fier c’est d’Evelyne mon épouse.

  • 5
    Soa
    par Anonyme
Diffuse en direct !
Regarder son live