Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 817 fois
  • 170 J'aime
  • 2 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Evolution d'un couple.

Chapitre 3

Toujours plus loin

Hétéro

Résumé : Suite à un voyage à Amsterdam avec mon mari, certaines idées latentes en moi sont devenues fantasmes puis réalité. Et d’autres se développent encore.



Les jours suivant cette séance, nous avons été très pris par le boulot et, quand nous arrivions à la maison, c’était juste manger/dormir/repartir tôt.

L’avantage c’est qu’on a pu bénéficier ensuite de quatre jours de repos à la file, même si le premier a été une grasse matinée et un long moment à rester simplement collés l’un à l’autre sans aller plus loin, tant nous étions fatigués. Une envie de nature nous a saisis ensuite et nous sommes allés faire une longue promenade pour nous vider la tête comme si, tacitement, avant de nous livrer à des joutes amoureuses, nous voulions emmagasiner un maximum d’énergie.

Quand nous sommes revenus, je lui fais la surprise de revenir au salon uniquement vêtue de bas autofixants. Et là... Son regard devient comme celui d’un gamin un soir de Noël, il s’illumine de l’intérieur. Je me colle contre lui qui n’a mis que trois secondes pour être nu quand je lui ai proposé de se mettre à l’aise sur le canapé. Histoire de se mettre en appétit, nous allumons la télé et je lance un bon vieux porno. Oh, nous n’avons pas besoin de cela pour déclencher son érection, c’est surtout le fait de visionner un truc "autre" ensemble qui nous plaît, ce sentiment de braver l’interdit qui date de notre adolescence quand on se planquait pour visionner un truc en douce.

Je choisis un classique des années 90, époque où l’on soignait les scénarios à mon sens. Ce superbe et sensuel "Caméléons" avec comme trio principal, Deidre Holland une actrice que je trouve si sexy, Rocco et Ashlyn Gere qui dégage une vraie aura. Durant tout le film, je suis collée contre lui, me frotte lascivement contre lui tout en échangeant assez régulièrement un baiser. L’air de rien, je taquine parfois sa queue du bout des doigts, comme en passant, négligemment. Juste assez en fait pour faire monter la pression et le maintenir sur le haut de la vague. J’adore cette tension, ces jeux érotiques qui cimentent le couple.

Concernant le film, j’avoue ne pas l’avoir lancé tout à fait par hasard. Les acteurs et actrices sont super sexys car non retouchés et surtout semblent vrais ; ce sont certaines scènes avec des godes ceintures qui m’ont donné à réfléchir. Je lance quelques phrases sur la sensualité de ces scènes pour éveiller ses pensées et lui donner, à lui aussi, matière à réfléchir.

Au bout d’un moment, il se lance et me demande un peu timidement si j’aime ces scènes de lesbiennes. Oh je te vois venir petit malin qui, comme tous les hommes, s’imagine déjà avec deux femmes à ses pieds. Mais ce n’est pas tout à fait ce que j’ai en tête...

Bon j’y ai déjà songé et j’avoue même que je me suis déjà masturbée sur les scènes entre ces deux actrices tant elles sont excitantes, mais là, je suis sur une autre trame.

Nous avons commencé à nous chauffer sérieusement et il continue en jouant de ses doigts sur moi tout à fait comme j’aime. Il est d’autant plus étonné quand je le repousse délicatement en arrière afin que nous nous retrouvions l’un en face de l’autre. Son intérêt s’éveille quand je me tourne, tout en en profitant pour lui offrir la vue de mon petit postérieur levé bien haut (et cuisses un peu écartées aussi) ; je me penche donc sur mon meuble de chevet, ouvre le tiroir et en sors un joli gode tout simple

— D’où tu sors ça ma coquine ?

— Une fiesta au bureau avec des cadeaux délire, mais au moins ça va servir

Je me remets bien face à lui, assise en tailleur et jambes ouvertes, nos pieds se touchent presque puisqu’il a adopté la même position face à moi. Je suce un peu mon jouet en le regardant avant de commencer à me caresser avant pendant que lui flatte sa verge. Nous nous offrons un joli spectacle l’un à l’autre. Spectacle éminemment excitant que de se caresser face à l’autre en lui offrant tout son plaisir.

Mes mains sont en mode automatique car mon regard est fixé sur lui, sur la façon dont il se masturbe. Une main qui palpe délicatement ses bourses comme il aime que je lui fasse et l’autre qui alterne ente effleurements délicats le long de la hampe et francs allers-retours plus ou moins vite selon que je pousse un gémissement ou non.

Comme j’en pousse de plus en plus, il accélère son rythme et comme il... Bref un vrai cercle vicieux mais surtout délicieux.

D’autant plus que nous nous stimulons avec des phrases crues ou pleines de mot d’amour

— Comme tu es sexy à te branler ma chérie

— Oh que j’aime quand tu te touches devant moi

Il ne faut donc que quelques instants pour perdre toute retenue et nous jeter l’un sur l’autre toutes griffes sor... Euh pardon, nos mains, nos langues en action pour caresser, embrasser, peloter, tripoter, branler

Il ne faut donc qu’un instant pour je le lui dise : Putain j’ai trop envie que tu me prennes

Il ne faut donc qu’une minute pour que sa queue coulisse dans ma chatte humide et toute chaude pour le recevoir à ma plus grande satisfaction. Il me prend en levrette, une de mes positions favorites. Je peux me caresser le clito tout ne me faisant prendre et si le faire m’excite, le faire devant lui et surtout le lui dire est encore plus excitant. Cela le rend fou et soit il vient plonger ses mains sous moi pour me peloter les seins soit il me prend par les hanches et lâche la bête. Dans les deux cas, j’adore.

Et puis il y a des jours ou j’ai envie d’aller plus loin encore et je le lui demande d’une voix toute timide pour rajouter à la provocation :

— Tu voudrais pas me sodomiser mon chéri ?

Il lui faut moins d’une minute pour plonger sa queue en moi, tant elle est humide de mes sécrétions. Son sexe fin est idéal pour la sodo comme je l’aime et durant de longues minutes je savoure ses délicats assauts.

Quand je sens qu’il peut aller plus vite, plus fort, que je suis bien tout simplement, je reprends la même petite voix timide pour lui demander : Ça te gène si je me gode en même temps ?

Je ne lui laisse pas le temps de me répondre et enfonce le gode dans mon vagin brûlant.

Oh ce sentiment d’être remplie, d’être prise, comme j’ai fantasmé là-dessus j’ai l’impression que sa queue grossit instantanément et la fièvre me prend. Il commence à me pilonner le cul et rapidement j’adapté le rythme avec le gode que je manipule.

Il lâche des insanités, des " cochonne", des " petite salope ", des " putain tu m’excites" ou encore des " tu es une vraie petite chienne " et cette musique rajoute du piment à l’acte.

Je lui renvoie des échos "plus fort", " bourre ta salope" qui lui font accélérer son rythme. Il me croche les hanches et donne de grands coups de reins qui me font grimper toujours plus haut.

Quand il crie un " jouis ma chérie " je pars dans un orgasme fulgurant et je sens qu’il se vide dans mon petit cul, chacun de se jets de foutre me font repartir dans un orgasme, c’est comme un feu d’artifice de plaisir.

Je m’effondre et c’est lui qui me retire le gode car je n’en ai plus la force.

Il me cajole, me rafraîchit en m’apportant un verre avant de se coller à nouveau contre moi.

Nous restons ainsi un long moment à nous détendre avant que je ne relance un nouveau film, "la masseuse 2 " pour ceux qui se posent la question

— Décidément tu aimes bien miss Gere on dirait

— Elle dégage un certain magnétisme animal. Toi aussi elle tu la trouvais sexy non ?

— J’avoue que j’ai regardé quelques films avec elle quand j’étais ado.

— Eh bien, profites-en, je vais rejouer quelques scènes ! Allonge-toi sur le ventre et continue à mater le film.

Encore une fois il ne met que peu de temps à s’exécuter, j’ai à peine eu le temps d’empoigner le flacon d’huile de massage. Nue, je m’assieds à califourchon sur lui et parcours son corps avec mes mains huilées. Le corps de mon mari est chaud sous mes doigts et, attentive aux plus infimes variations je sens quand une scène lui plaît.

Le haut de son corps une fois détendu, je laisse glisser mes mains sur ses fesses et ses cuisses. Lentement je le retourne et ses mains viennent effleurer son sexe déjà bien gonflé. Je passe et repasse sur son ventre et ses cuisses. Le film est oublié, seuls les gémissements servent encore de fond sonore et les gémissements. Je le branle doucement et, entre mes mains huileuses et les endroits où je le touche, il devient de plus en plus rigide.

Quand j’attrape le gode d’une main, il me regarde, frémit, puis s’abandonne à moi.

Tout en le caressant d’une main délicate, serrant et relâchant la pression autour de son gland, je saisis ses burnes dans l’autre main, joue un peu avec cette chose si fragile et si chaude avant de les soulever un peu pour, lentement pour presser le gode sur son anus brillant d’huile.

Je le pénètre lentement, mes yeux dans ses yeux, partageant nos envies. Si son sexe est tendu, je suis tout aussi excitée et le voir gémir sous cette introduction nouvelle pour lui et pour moi aussi nous fait aborder d’autres rivages du plaisir.

Tour en le caressant plus rapidement, je fais pénétrer le gode dans son anus me sentant une vraie cochonne ; je le branle plus fort, ma main grasse de l’huile et de son présperme coulisse bien et sa verge pulse, c’est comme un cœur qui bat, qui va toujours plus vite.

Surtout que j’en rajoute dans les dialogues, lui avouant mon plaisir à le goder, a le sodomiser, à être une vraie petite salope pour lui

J’accélère mes gestes et vois son ventre se creuser, sa poitrine gonfler, ses abdos se tendent, son souffle s’accélère et c’est à mon tour de diriger son plaisir.

Enfin, quand je lui crie de jouir, de prendre son pied, tout son corps se tend et il jouit en criant. Plusieurs jets de sperme s’élèvent avant de retomber sur son ventre et mes mains. Je retire son gode, lui arrachant un dernier soubresaut puis contemple le résultat. Son ventre est constellé de taches blanchâtres qui forment comme un test de Rorschach. Puis, je lève ma main qui a aussi reçu sa semence. Il me regarde et je fais couler le sperme chaud sur son ventre avant d’aller lécher le tout, récoltant son plaisir sans le lâcher du regard, avant de venir vers lui et de partager encore une fois un baiser pervers et jouissif.

Diffuse en direct !
Regarder son live