Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 032 fois
  • 171 J'aime
  • 2 Commentaires

Evolution d'un couple.

Chapitre 4

Nos jeux se poursuivent

Hétéro

Résumé : Depuis que je libère mes envies, notre couple continue ses découvertes


Cette séance de massage intense qui m’a permis de faire découvrir à Phil une autre forme de jouissance soude encore plus notre couple. Surtout cela nous a permis de libérer notre parole et de parler de nos envies.

Quelques jours plus tard quand il rentre, il trouve un chemin jonché de pétales de roses qui le conduit jusqu’à notre chambre. Je l’y attends,vêtue d’un bustier rouge transparent qui met en valeur mes seins aux pointes déjà durcies par l’attente ; un tanga de même couleur et matière bien échancré rehausse mes jolies jambes et des bas auto-fixants à petits pois agrémentent le tout.

Je suis assise sur le lit , mes mains posées paumes vers le haut sont une invitation à user de moi comme il veut. Inutile de dire que au fur et à mesure de ma préparation ma petite culotte est devenue de plus en plus humide et ce alors même que j’ignore ses envies. 

J’ai juste acquiescée à sa demande d’être son jouet à mon tour.

Il me fixe, debout sur le seuil de la chambre et a juste un sourire mais un sourire qui me fait passer des frissons dans tout le corps tant il contient de promesses. Il retire lentement, très lentement ses vêtements et va les accrocher soigneusement sur le valet avant de revenir vers moi.

Il me toise et je me sens me liquéfier sous son regard pervers, il m’a l’air très chaud et en forme.

J’ai l’impression que cela dure terriblement longtemps tant c’est intense.

Enfin, il me saisit d’une main le menton et me relève le visage vers lui.

Je me perds dans ses yeux quand il me dit que je suis à lui et je réponds avec toute l’impatience accumulée pendant tout l’après-midi 

— Je suis toute à toi, fais comme tu as envie

— Je vais être bon prince pour te remercier de ta préparation. Échauffe ta langue autour de mon doigt

Il me tend son index et je fais tourner ma langue autour, l’aspirant, le léchant jusqu’à ce qu’il le retire. Comme j’ai le réflexe de tenter de la happer quand il part il lâche avec un petit rire :

— Mmh, tu promets petite chienne. On va pouvoir passer à la suite.

Si en temps normal il me parlait ainsi, je serais étonnée, voire choquée mais là cela rajoute à mon excitation tant que joue mon rôle avec plaisir.

Il s’avance vers moi et je sais ce qui va se passer ; ces derniers temps j’ai un peu esquivé ses baisers j’avais comme un blocage et s’il n’arien dit, j’ai bien vu son air un peu déçu. 

Il vient m’embrasser et sa langue entre dans ma bouche, il me donne un baiser sauvage et très dominateur. Il aspire ma langue, la mordille et la garde tirée hors de ma bouche. Je sens que ma salive coule de ma bouche sur mon menton, que je dois avoir l’air de la petite salope qu’il voulait et je me sens bien livrée à lui.

Il me bouffe carrément la bouche à grands coups de langue, me léchant les joues, le visage, mordillant le menton sans s’arrêter et je comprends pourquoi il m’a demandé de m’échauffer !

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, sa sauvagerie, son vice fait s’envoler toutes mes appréhensions, il sait parfaitement comment me faire passer mes petits soucis, cela a toujours été ainsi avant Amsterdam. Un peu lymphatique, il devait me pousser dans mes retranchements pour que je passe au-delà des blocages et une fois franchi comme c’était bon, comme je me sentais délivrée.

C’est encore le cas et je réponds maintenant franchement à sa pelle torride, on se donne des grands coups de langue, on ne se préoccupe pas de notre salive qui coule sur mes seins et dans son cou, non on se lape, on se bat à coups de bouche, de lèvres et si je sens sa queue battre contre mon corps, j’ai ma culotte bonne a essorer. Quand il se recule,ses lèvre sont gonflées, son menton et ses joues brillants de nos jeux de langue, 

il tapote mes joues avec sa main et me dit – C’est bien petite salope ; provoquant un franc sourire sur mon visage qui doit être dans un état pire que le sien. 

Il se redresse, sa queue est tendue à fond et il frotte le gland et les burnes sur tout mon visage, me donnant des coups avec son sexe, je me sens bien, tout à son service et ne suis plus qu’une pâte docile entre ses mains. Ces jeux de dominante/dominée me rendent folle , j’ai une terrible envie de me branler mais je ne bouge pas les mains.

Il se recule un peu et sur un ton rauque me dit : - Maintenant je vais te baiser la bouche 

L’espace d’une demi-seconde il attend mais je dis d’une voix chargée d’envie : -Lâche toi comme tu veux.


Et il se lâche, engouffrant sa queue dans ma bouche , donnant de grands coups de hanche , fidèle à sa promesse. Heureusement je maîtrise la gorge profonde depuis longtemps ; mais jamais aussi fort, aussi vite, là il ne prend pas de pincettes et quand il ressort je happe l’air pendant qu’il me biffle les joues. Je salive et mon rimmel à coulé, je voulais ressembler aux chiennasses des films , il doit être gâté avec la vue.

Je sais que je l’excite à mort quand il rajoute d’une voix encore plus tendue : - Sors tes nibards par dessus ton bustier t’auras vraiment l’air de ce que tu est .

Je peux enfin bouger mes mains que je crispais sur mes genoux et libère mes seins tendus.

Il en serre les tétons avec force et je gémis de plaisir tant je suis liquéfiée. Il joue quelques instants avec mes seins, pelotant sans ménagement et je ressens le plaisir de cette soumission légère à mon homme. Je manque presque jouir tant c’est intense. C’est intense aussi pour lui puisque ses mots deviennent plus durs, plus hards passant de : Allez suce, allez pompe  à bouffe ma queue salope puis lèche mes couilles petite pute !

Plus les mots sont intenses, plus vite ils se succèdent et plus je sens qu’il monte ,je sens battre ses pulsations sur la veine de sa queue et j’en rajoute encore quand il se retire après qu’il soit resté quelques secondes totalement enfoncé dans ma bouche, ses poils sur mes lèvres, 

— Allez baise moi la gueule mon salaud !

C’est que moi aussi, je suis excitée à mort !

Je peux même dire que je suis au-delà. Car quand il se retire de mon bouche aux lèvres gonflées, aux joues un peu irritées par ses poils drus et qu’il se branle devant moi , je me surprends à lui dire :

— Vas y crache moi dessus, j’en veux

Il me regarde accélère son rythme, excité (comme moi ) par les fils de salive qui relient ma bouche et sa queue qu’il manipule avec presque de la frénésie. Le voir se branler, savoir qu’il va gicler sur sur moi,l’encourager comme une vraie salope, je suis au bord de l’orgasme alors que je ne me suis même pas touchée.

— Vas y balance ton foutre, j’en veux, j’en veux

— Tiens salope prends tout !

Et de jouir à plusieurs reprises sur mon visage offert, zébrant mes joues et mon nez de traînées de semence brûlante qui me font presque jouir. 

C’est quand il tire sur mes pointes de seins en même temps que je pars dans un cri de plaisir qui réveillerait les voisins s’il y en avait !


Je halète et m’apprête à happer le sperme sur je sens couler. J’ai les doigts déjà prêts pour recueillir son foutre blanchâtre qui coule sur mon visage quand il me stoppe d’une voix dure.

— Non, les mains à plat, laisse couler sur tes seins, garde tout sur toi c’est trop beau.

Il me tourne vers le miroir intérieur de la commode dont il a ouvert la porte et je me vois dans tout mon vice. 

Visage où le sperme commence à sécher, gouttes opaques qui coulent sur mes seins gonflés, bustier serré sous les seins, maquillage noirâtre  qui a coulé sous les yeux et me donne un air de traînée souillée. Tanga chiffonné et bon a essorer Mais il me sourit alors et me dit :

— Regarde comme tu est belle

Je me regarde une seconde fois et je vois une femme qui vient de prendre un pied énorme, une femme qui vient de faire jouir son homme dans une complicité totale, une femme qui en fait possède les clés de son plaisir. Oui, je suis belle ainsi, image du vice image du plaisir.

Il me serre dans ses bras, m’embrasse très chastement et me dit d’une voix toute douce qui contraste tant avec les mots prononcés que je sens déjà le plaisir remonter.

— Repose toi un instant, après je vais te défoncer le cul.

— J’ai hâte...

Diffuse en direct !
Regarder son live