Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 450 fois
  • 84 J'aime
  • 1 Commentaire

Evolution d'un couple.

Chapitre 7

Découvertes et jeux

Avec plusieurs femmes

Résumé : Notre couple évolue au gré des voyages, au hasard des rencontres.



Après ce premier round, nous nous regardons, Phil, Léane et moi et c’est un franc sourire qui illumine nos visages, surtout celui de Léane qui, questionnée, avoue volontiers qu’elle n’a jamais eu autant de plaisir.


— Vous savez, je n’ai pas connu grand-chose et j’étais, je le confesse, pas mal jalouse de vous deux qui sembliez, enfin êtes plutôt si complices. Et j’ai bien l’impression que vous l’êtes encore plus qu’avant. Nul besoin de confirmer, le regard que Phil et moi échangeons est assez clair à ce sujet.



Emportée par le flot de ses souvenirs, elle déballe ses manques, la morne plaine de sa vie sexuelle, son mari focalisé sur sa vie spirituelle, une réputation usurpée et ses envies enfouies en elle. Quand je lui demande quelles sont ses envies, elle rougit un peu puis arbore un petit sourire timide qui change complètement sa physionomie, la transformant en une jeune femme bien plus ouverte et presque sympathique.


— Je voudrais juste découvrir l’amour, de vraies relations, ressentir ce que je viens de ressentir avec vous, arriver à dépasser mes blocages. Là j’avais l’excuse de vous obéir, de faire des choses jamais faites, j’avais pas le courage d’oser moi-même, et maintenant je me sens un peu plus libérée.

— Vraiment ? fais-je.

— En tout cas je veux essayer. Je veux redémarrer, j’ai été naïve, si bête, j’ai tant perdu quand j’y pense.


C’est là que Phil a une excellente idée en nous proposant une douche commune.


— Considère cela comme un nettoyage symbolique, l’occasion d’une renaissance en quelque sorte...


Léane acquiesce tout de suite, preuve qu’elle est sur la bonne voie. Nous emboîtons le pas à mon mari et arrivons dans notre grande salle de bains. Je me dis que nous avons eu une excellente idée en la refaisant à neuf voici quelques mois. La place ne manque pas dans notre douche à l’italienne et nous nous rinçons rapidement puis après quelques mots à Phil, nous sortons et allons nous asseoir en face de la douche.


— Vous ne restez pas ?

— Non, on veut te voir.


Elle reste muette quelques secondes, repensant sans doute à son petit discours sur ses envies et puis sourit. Elle règle la douche en mode pluie légère et s’empare d’un lourd bloc de savon naturel avant de parcourir tout son corps avec le cube vert. Lentement, très lentement, elle le fait glisser le long de ses bras, de ses cuisses tout en prenant des poses lascives et en nous laissant des œillades coquines. Je l’applaudis et Phil fait entendre quelques sifflements comme un spectateur à un spectacle de strip-tease. Oh, cela reste un peu maladroit, il n’y a pas le rythme d’une professionnelle, mais elle fait des efforts et c’est ce naturel qui emporte l’adhésion, qui rend la scène sensuelle. Le savon qui passe sur son corps laisse une traînée mousseuse sur sa peau, une traînée qui dessine des arabesques entre ses hanches, ses fesses, ses seins, son ventre ou encore ses cuisses. Cela fait un peu tableau vivant et c’est superbe.


Conjugué au petit sourire timide qu’elle nous lance, l’excitation s’empare de nous.



Elle empoigne ensuite le pommeau de douche qu’elle règle sur jet fin et refait tout le chemin parcouru avant de finir en insistant sur ses seins, ce qui nous permet de voir que ses petits tétons commencent à bien pointer. Puis, elle change encore pour un jet un peu plus mousseux et fait descendre le jet sur sa petite toison sombre avant d’écarter les cuisses et de passer le jet partout entre ses cuisses ; elle finit par trembloter et s’assied rapidement jambes bien écartées, nous dévoilant bien sa petite chatte sur laquelle elle joue avec le jet. La température de la pièce ne cesse de grimper tout comme notre excitation. Le sexe de Phil est désormais bien dressé et je me retiens pour ne pas me jeter sur elle. C’est la beauté du spectacle qu’elle nous offre qui me, nous retient. C’est érotique, presque soft et sa façon de faire est adorable.


Elle ose même monter le jet bien moussu vers sa bouche et passe sa petite langue dans le flux en mimant une fellation avant de tousser, car ayant mal orienté le jet. Elle nous regarde un peu apeurée, mais nous lui sourions et elle reprend ses jeux, se caressant avec le jet, elle ouvre ses lèvres et se focalise sur la petite perle rose ainsi dégagée en gémissant de plus en plus.



Elle est maintenant totalement concentrée sur son plaisir, ses yeux focalisés sur la seule chose qui compte pour elle, le filet de mousse qui lui procure un plaisir toujours plus fort. Nous observons la lente montée du plaisir sur ses traits. Cette montée la transfigure, la rendant bien plus attirante, plus vraie tout simplement. Enfin, elle jouit dans un charmant petit cri avant de s’affaler dans la douche.



Phil va couper l’eau et nous la soulevons délicatement avant de l’envelopper dans un épais peignoir bien doux. Elle nous regarde toute énamourée marmonnant juste " j’ai réussi, hein, j’ai réussi ". Nous la portons dans notre lit et l’allongeons délicatement (non sans l’avoir débarrassée du peignoir avant, ne soyons pas stupides !). Elle a les yeux ouverts et nous regarde faire avec un doux sourire.


— Nous allons nous occuper de toi maintenant.


Phil me sourit et rajoute: - laisse-toi juste aller


Nous parcourons son corps de nos mains, Phil l’embrasse puis me pousse vers elle. Elle me regarde un peu anxieuse quand j’avance ma bouche, car là il n’est plus question de jouer les soumises, d’être un peu forcée. Enfin, elle s’avance, accomplissant d’elle-même ce geste ; ce tout petit geste, mais qui ouvre en grand les portes de sa vraie nature...



Sa langue timide au départ puisqu’il s’agit de sa première vraie action volontaire se fait plus insidieuse, plus active et nous finissons dans un vrai premier baiser sans faux-semblants, sans fausse contrainte. Cela rajoute encore aux délicieuses sensations procurées. Ensuite c’est une succession de baisers de caresses. Phil et moi voulons la faire jouir, lui faire découvrir ce qui fait le sel de la vie. Entre deux caresses sur notre victime consentante, Phil et moi échangeons des regards complices, tous les deux nous savourons ces instants de partage, ces dons de plaisir. Léane se laisse faire, ayant parfaitement saisi notre désir qui coïncide tant avec le sien.



Nous jouons nos premières gammes sur elle et après une sonate de baisers, passons allegro aux léchouilles sur ses seins avant de poursuivre sotto vocce bien plus bas.


Oh, bon sang, lécher une petite chatte brûlante en même temps que mon mec, partager le miel de Léane avec lui, sentir nos langues se croiser sur son clito gonflé, je n’aurais jamais imaginé que ce soit aussi bon. Je passe quelques fois sur son petit trou et ses soubresauts de plaisir sont forts prometteurs.



Ce partage me rend folle et à voir la tension de la queue de mon homme, je ne suis pas la seule !



Les bruits obscènes de nos coups de langue de nos baisers fiévreux au-dessus de sa chatte font bientôt leurs effets et Léane gémit, gémit encore et finit par crier son plaisir. Aussitôt nous allons l’embrasser, mêlant nos langues dans un baiser au goût absolument délicieux. Quand nous voulons recommencer à la caresser, elle lève les bras en signe de reddition en nous disant que pour elle, c’est déjà bien trop de sensations, que c’est à l’un de nous de j...


Je n’ai pas le temps de poursuivre ma réflexion que Phil et elle se jettent d’un coup sur moi pour me faire subir le même traitement.


Je comprends rapidement ce qu’elle a ressenti à se laisser faire. Je me détends, ouvre mes cuisses, mes bras, leur laissant libre accès à mon corps. La différence entre les caresses expertes de mon mari et celles encore un peu hésitantes et malhabiles de Léane rajoute du piment aux sensations. Son enthousiasme à vouloir découvrir l’amour sous toutes ses formes est adorable et rehausse encore le bonheur que j’éprouve à me laisser caresser.



Voir mon Phil lécher un de mes tétons et Léane déguster l’autre est un régal pour les yeux et mmm pour le corps. Les voir s’embrasser au-dessus de moi, voir leurs doigts se frôler, se toucher, me caresser en même temps est bon, si bon. Au fur et à mesure, Léane prend de l’assurance, bien aidée par sa connaissance de l’auto-érotisme qu’elle a tant pratiquée sur elle. Autant dire que leurs gestes font monter la température en moi. Quand ils commencent à me lécher, ouvrant la corolle de mon sexe de leurs langues jointes, waoouh, je me sens comme une surfeuse dans le tube de la vague. Ils passent et repassent, me goûtent profondément, s’embrassent dans un partage sensuel. Je n’ai pas de jalousie à les voir s’embrasser, je ressens uniquement de l’excitation, du plaisir.


La façon dont ils aspirent tour à tour mon clito, dont ils pincent mes tétons ou encore dont ils lèchent mes lèvres, je me sens comme une Reine qu’ils honorent tous deux. Je me sens emportée par la vitesse de la vague, cette vague qui grandit et grandit encore. Et puis ces commentaires...


— Regarde comme ta femme aime que je la lèche.

— Et toi tu aimes le goût de son miel.

— Oui, il est délicieux. Branle la bien, je m’occupe de son clito.

— Et pince bien ses tétons, elle adore ça.


Vous comprendrez qu’entre leurs phrases toujours plus crues et leurs gestes toujours plus chaud, je finis par atteindre le sommet de la vague avant de la dévaler dans un cri de plaisir...


Pantelante, je les regarde, leurs visages encore luisants de ma cyprine, leurs yeux brillants de plaisir et je lâche dans un souffle

— Et maintenant mon chéri c’est à ton tour.

Diffuse en direct !
Regarder son live