Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 22 297 fois
  • 263 J'aime
  • 5 Commentaires

Examen médical

Chapitre 3

Divers

Tout se bouscule dans ma tête. J’ai envie de partir loin de ma belle-famille, mais en même temps, je n’arrive pas à réagir. C’est comme si quelque chose m’attirait irrésistiblement. Ma belle-mère me rappelle à la réalité en attrapant mon bras et me demandant de me lever. Moi qui suis d’ordinaire assez pudique, je ne ressens aucune gêne à être nue devant mes beaux-parents.


— Lucie puisque tu as dit que tu te masturbes de temps en temps, tu vas nous le montrer.


Ma belle-mère prend place à côté de son mari en face de moi. Leurs yeux me fixent et n’attendent qu’une chose, voir mes mains caresser mon corps et me donner du plaisir. Je ferme les yeux et machinalement, je commence à caresser ma poitrine. Mes seins sont hyper-sensibles et à peine j’effleure mes tétons que déjà des ondes électriques parcourent mon corps.


— allons, dit ma belle-mère, garde les yeux grands ouverts et regarde-nous, nous voulons lire la montée de ta jouissance dans tes yeux.


J’ouvre les yeux et regarde mes beaux-parents. Je respire profondément pour essayer d’évacuer ce stress qui me paralyse. Un peu comme un robot, je recommence à masser mes seins. Moi qui avais peur que cette situation sclérose toute excitation, à ma grande surprise, c’est l’effet inverse qui se produit. Une de mes mains glisse sur mon corps pour descendre irrésistiblement vers mon entrejambe. C’est la première fois que je touche mon sexe totalement lisse. La sensation est très agréable et excitante. Je glisse un doigt entre mes lèvres et je constate que je suis trempée. Je ne peux plus me retenir et commence à gémir de plus en plus fort à chaque incursion de mes doigts dans ma chatte. Je plie légèrement les genoux pour faciliter la pénétration de mes doigts. Mon autre main ne reste pas inactive, je pince, j’étire mes tétons à me faire mal. Mon excitation augmente encore lorsque je m’aperçois que mon beau-père vient de sortir son sexe de son pantalon et se le caresse machinalement.


Je ne peux plus détacher mon regard de ce pieu dressé vers le ciel dont le gland apparaît et disparaît au fur et à mesure des va-et-vient de la main de mon beau-père. Ma belle-mère n’est pas en reste, elle a sorti un sein volumineux de son soutien-gorge et s’amuse à sucer son téton. Mon excitation augmente encore. C’est avec une certaine frénésie que mes doigts vont et viennent dans ma grotte. La cyprine coule le long de mes jambes, mes yeux se révulsent et dans un cri que je ne peux contenir, je suis foudroyée par un orgasme qui me fait tomber sur le sol.


Je reste ainsi allongée sur le sol, mes doigts plongés au fond de mon sexe, tentant de reprendre mon souffle et mes esprits. Ma belle-mère et mon beau-père sans doute satisfaits du spectacle que je viens de leur offrir claquent des mains pour m’applaudir. Après un temps que je ne saurais évaluer, je finis par me relever, aidée par ma belle-mère.


— Nous allons prendre une petite collation, tu l’as bien mérité. Il faut que tu reprennes des forces, vu comment tu as excité mon André, tu vas devoir t’occuper un peu de lui, sinon il ne me laissera pas dormir de la nuit.


Je n’ai même pas le réflexe de me revêtir un peu. Je m’assois dans un fauteuil et me laisse servir par ma belle-mère qui a pris soin de ranger son sein. Mon beau-père à contrario a laissé son sexe sorti de sa braguette et s’il a perdu de sa fierté et de sa rigidité, il n’en reste pas moins assez grand et épais. Mon beau-père ne m’attire pas du tout et pourtant je ne peux m’empêcher d’avoir des idées lubriques.


— Bon, dit ma belle-mère, il est temps de reprendre les choses sérieuses, tu vas nous montrer tes talents de suceuse.


Mon beau-père se lève, retire son pantalon et son slip. Je suis impressionnée par ce sexe tout flasque qui s’agite devant moi. Il est totalement rasé, ce qui laisse voir ses deux bourses bien grosses de mâle. Il s’assoit dans le canapé. Ma belle-mère me positionne à 4 pattes sur le canapé pour que ma tête vienne au-dessus du sexe de son mari. Je me demande pourquoi me faire prendre cette position, mais je le comprends tout de suite lorsque je constate que ma belle-mère est venue prendre placer derrière moi, qu’elle me fait écarter les jambes et que sa langue vient lécher mon abricot. Mon beau-père me fait comprendre qu’il attend une gâterie en appuyant sur ma tête. Je me baisse et prends dans ma bouche son sexe encore tout mou. C’est une drôle de sensation, je n’avais encore jamais pris en bouche un sexe qui ne bandait pas. Heureusement, ma bouche et ma langue lui font de l’effet et bien vite, il commence à durcir.


La langue de ma belle-mère glisse sur ma chatte et s’aventure même jusque mon anus, ce qui me fait sursauter à chaque fois, n’étant pas habituée à ce genre de caresse.


La queue de mon beau-père est maintenant en érection, elle est si grande que je ne peux la prendre totalement en bouche malgré la pression de sa main sur ma tête. Je m’applique du mieux que je peux, jouant avec ma langue sur son gland, gobant ses bourses. Je bave tellement ma bouche est pleine. Mon beau-père a glissé une main sous moi et me triture un sein. Ma belle-mère a abandonné ma chatte et ne titille plus maintenant que mon anus, allant même jusqu’à introduire le bout de sa langue dedans. Bien que totalement réfractaire à ce genre de pratique, mes gémissements ne font qu’encourager ma belle-mère à explorer encore et encore mon anus. Soudain, je sens un doigt me pénétrer. Bien que trouvant ça agréable, j’aimerais protester, mais le sexe de mon beau-père m’empêche de parler. Après quelques va-et-vient de son doigt, tout s’arrête, même mon beau-père libère ma bouche. Je suis contente de pouvoir enfin reprendre mon souffle.


Ma belle-mère me fait signe de venir me positionner à 4 pattes sur la table basse du salon. C’est un peu dur, mais je m’exécute sans dire un mot. Mon beau-père passe derrière moi, me claque plusieurs fois les fesses, m’attrape par les hanches, et d’un coup sec me pénètre la chatte. Je ne peux retenir un long râle tant son sexe me remplit la chatte. Ses va-et-vient sont virils et ses jambes claquent sur mes fesses sévèrement. Le sourire arboré par ma belle-mère en dit long sur la joie qu’elle ressent à me regarder être prise en levrette par son mari. Ses coups de boutoir m’arrachent à chaque fois des gémissements de plus en plus fort. Je ne peux tenir plus longtemps, mon corps tout entier est secoué par une onde qui me transperce et me fait jouir intensément.


J’ai à peine le temps de savourer que déjà mon beau-père me relève la figure et me présente sa queue pleine de cyprine devant la bouche. Machinalement, j’ouvre la bouche et gobe sa queue. Elle est toute gluante, mais j’aime son odeur et son goût. Je me surprends moi-même de l’enthousiasme et de l’application que je mets à lui nettoyer. Sentant sans doute le plaisir monter à grande vitesse, mon beau-père m’arrête. Je suis surprise, car dans ma tête, je m’étais déjà préparé à recevoir son éjaculation dans ma bouche. Ma belle-mère se rend compte de ma surprise et me dit :


— Lucie, prends le temps d’apprécier, André a encore quelque chose à t’offrir, il va déflorer ton petit cul.

— Je vous en prie, non, pas ça, ça fait mal et c’est contraire à la morale.

— Il y a bien longtemps que la morale n’a plus son mot à dire dans cette maison, tu sais. Rassure-toi, André est très doué. C’est lui qui m’a dépucelé l’anus et je ne l’ai jamais regretté. En plus, le gynéco a dit que tu es bien souple. Ne stresse pas, plus tu seras détendue, plus tu apprécieras.


Ma belle-mère me demande de me remettre à 4 pattes sur la table basse du salon. Je tremble et j’ai un peu froid, sans doute à cause du stress. Elle écarte mes fesses et vient littéralement me manger l’anus, n’hésitant pas à l’enduire de sa bave. Mon beau-père semble impatient, car il bouscule son épouse pour prendre la place. J’appuie ma tête sur la table pour rehausser mes fesses. Il les écarte de ses mains puissantes et positionne son gland contre ma rondelle. Je suis autant stressée qu’excitée. Il reste dans cette position un petit instant, voulant sans doute donner à l’instant présent encore plus de dramaturgie. Soudain, sa main claque sur mes fesses, m’arrachant un cri de surprise et de douleur. Il pousse au même moment pour forcer ma rondelle qui ne résiste pas et engloutit son gland. J’ai le souffle coupé, n’arrivant plus à sortir un son de ma bouche. Ses mains me tiennent toujours aussi fermement et je sens sa hampe continuer sa progression dans mes entrailles.


Ses cuisses sont maintenant collées à mes fesses, son sexe entier est en moi.


Mon beau-père commence à bouger doucement. Je suis surprise de ne ressentir aucune douleur et je dois même avouer commencer à aimer l’excitation produite. Il augmente le rythme. Je ne peux retenir mes gémissements et je me surprends à l’encourager pour me prendre plus vite et plus fort. Il accentue encore ses va-et-vient, allant même jusqu’à sortir entièrement de mon anus pour y revenir plus fermement encore. Je suis totalement décontenancée et je le supplie de me faire jouir. Je n’en peux plus et glisse une main sous moi pour toucher mon clitoris. Je sens mon beau-père se bloquer contre moi et de longs jets de sperme m’inondent le cul. Trop excitée, je jouis dans un long râle avant de m’écrouler totalement sur la table.


Après quelques instants où je me sens comme en apesanteur, je reprends peu à peu mon souffle et mon esprit. Je suis totalement épuisée, n’ayant à ce jour jamais connu une telle excitation et jouissance. Mon beau-père aussi semble ébranlé par ce qu’il vient de vivre, car il s’affale dans le canapé, le sexe pendant et mou. Ma belle-mère me vient en aide et m’assiste pour me relever, un large sourire illuminant son visage.


— Va prendre une douche, me dit-elle, tu en as bien besoin. Quand tu reviendras, j’aurais une dernière petite surprise pour toi avant que tu ne rentres raconter à ton mari ce bel après-midi.


Je file à la douche, les fesses serrées, sentant le sperme couler le long de ma raie et sur mes jambes. Cette douche est vraiment très apaisante pour mon corps encore très sensible et à fleur de peau. Sortant de la douche, je ne sais pas si je dois me vêtir, car je me demande quelle sera la surprise de ma belle-mère. C’est donc totalement nue que je retourne au salon où mes beaux-parents m’attendent en se désaltérant.


— Tu peux t’habiller, me dit ma belle-mère en me voyant revenir toute nue. Tu as suffisamment joui pour cet après-midi. Viens t’assoir à côté de nous et regarde la télévision.


Ma belle-mère a filmé avec son téléphone mon dépucelage anal. Les joues rouge écarlate de honte, je vois mon beau-père me prendre sans ménagement sous mes encouragements. Elle a même filmé en gros plan mon anus pour que je puisse voir la queue bien raide de mon beau-père aller et venir dans mon fondement. C’est avec une grande fascination que je découvre mon anus resté grand ouvert entre deux pénétrations. J’ai la chair de poule quand enfin je vois mon corps foudroyé par la jouissance.

— Tu as été magnifique Lucie, tout en toi respire le sexe. Il est temps maintenant de regagner tes pénates et de relater à ton mari cet après-midi. Nous t’attendrons avec André mercredi prochain à la même heure, tu as encore tellement de choses à découvrir et de plaisir à donner et recevoir.

Diffuse en direct !
Regarder son live