Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 16 060 fois
  • 193 J'aime
  • 7 Commentaires

Je m'exhibe à un inconnu

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition

— Je m’exhibe à un inconnu.



Cette petite aventure s’est passée il y a quelque temps déjà...

C’était un midi de la semaine. Et comme j’avais une pause déjeuner un peu plus longue que d’habitude, je décidai d’en profiter pour aller faire les boutiques.


Je n’avais pas spécialement envie d’acheter (quoique...), mais plutôt envie d’essayer de jolis vêtements (jupes, robes, pantalons...) pour me faire plaisir ! Et j’allais prendre du plaisir... et pas seulement à essayer les vêtements !!!


J’entrai dans une première boutique où je savais que j’allais trouver des choses assez sympas, assez classes.

Malgré l’heure du déjeuner, la boutique était assez achalandée.


Pendant que je fouinais à la recherche de jolies choses, j’aperçus au bout de quelques minutes un homme qui m’observait... même s’il essayait d’être discret, je voyais bien qu’il me regardait.


Cette semaine, il faisait super beau à Marseille et les températures étaient chaudes. J’étais donc habillée en conséquence, assez légèrement. Je portais un jeans qui moulait parfaitement mes petites fesses et un T-shirt blanc qui laissait deviner mon soutien-gorge par transparence.


J’aimais alors imaginer que je ne laissais pas insensible cet homme qui, je devais l’avouer, était pas mal du tout physiquement. La trentaine bien tassée, plutôt grand, costume cravate... bref, un bel homme tout à fait à mon goût !!!!!


Avec ces températures chaudes, j’avais envie d’essayer des vêtements assez légers et sexy... Je trouvai une jupe qui me plaisait bien. J’en pris alors deux de tailles différentes et je me dirigeai vers une cabine d’essayage.

Me sentant d’humeur coquine ce midi-là, j’avais envie de plaire... de lui plaire ?


J’entrai dans la cabine d’essayage et tirai le rideau. Je me déshabillai en retirant lentement mon jeans. Je portais un petit string de couleur rouge que j’avais acheté la semaine d’avant et qui me rendait très sexy!


Cet homme qui m’observait tout à l’heure... j’avais envie qu’il soit derrière le rideau et qu’il puisse mater mon petit cul de femme infidèle et très coquine.


Après l’essayage, je me rhabillai, tirai le rideau et voilà que je tombai nez à nez avec lui... il me fit un petit sourire très charmeur que je lui rendis bien volontiers.


Pendant que je retournais vers le rayon remettre en place les différents vêtements, je ne pouvais m’empêcher de penser à lui : Alors que je me déshabillais, et que je me changeais dans cette cabine d’essayage, il était là... m’a-t-il vue ? Ou essayait-il de me mater derrière ce rideau ?


J’étais très troublée et aussi très excitée, je sentais que je mouillais. Je voulais continuer ce jeu avec lui.


Je me choisis de nouveaux vêtements, encore un peu plus sexy, et je me dirigeai de nouveau dans une cabine d’essayage. Cette fois-ci, négligemment, je ne refermai pas entièrement le rideau... je laissai une petite ouverture, mais cependant suffisante pour qu’il puisse voir et mater en toute discrétion... en espérant toutefois qu’il soit toujours là !!!!


Il voulait mater ???? Ça tombait bien, car moi je voulais m’exhiber à lui sans aucune retenue !


Je me déshabillai en commençant par enlever mon pantalon... Je sentais qu’il est là. En me retournant discrètement, je jetai un œil rapide et discret, l’apercevant légèrement en face assis sur un banc. Je retirai alors mon T-shirt ainsi que mon soutien-gorge. J’étais presque nue devant lui, juste en string. Je mis mes fesses tout contre le rideau, là où se trouvait l’ouverture où on pouvait partiellement me voir.


Je savais qu’il me regardait et je voulais qu’il sache que c’est ce que je voulais. Je pris un malin plaisir à rester en petite tenue sexy. Enfin, je décidai de tirer davantage le rideau pour être encore plus exhibée.


J’enfilai cette robe sexy et moulante. Je fis alors glisser mon string le long de mes jambes pour le mettre sur le petit banc de la cabine. Mes seins pointaient contre le tissu de cette robe légère et si agréable à porter. Mes tétons étaient durs.


Je sortis de la cabine ainsi vêtue et de nouveau nos regards se croisèrent, cette fois-ci un peu plus longuement. Je fis celle qui était troublée et en lui souriant d’un regard amusé.

Je me mis devant une glace, et me tournai et retournai pour m’observer avec cette robe qui me plaisait vraiment beaucoup.


— Cette robe vous va très bien !


Je ne savais quoi dire sauf le remercier timidement. Je retournai dans la cabine d’essayage, toujours en prenant soin de ne pas tirer complètement le rideau.


Au bout de quelques instants, j’ouvris encore de quelques centimètres le rideau et retirai cette robe pour apparaître nue devant lui...


Pour lui, il n’y avait plus aucun doute maintenant, il savait forcément que je m’exhibais pour lui. Je déplaçai le tabouret pour être devant l’ouverture du rideau et j’y pris place pour être face à lui. J’ouvris un peu les cuisses pour exhiber mon sexe qu’aucun poil ne masquait, puis j’écartai mes lèvres avant de commencer à me frotter le clitoris. Il me regardait, fasciné, je le sentais sous hypnose, son regard était figé vers ma chatte. Je me masturbai ainsi pendant trois à cinq minutes en gémissant discrètement.

Je me rhabillai ensuite en remettant mon jeans et mon T-shirt, mais sans aucun sous-vêtement. Je laissai mon string et mon soutien-gorge bien en évidence dans la cabine d’essayage, comme un petit cadeau à mon voyeur.


Quand j’ouvris en grand le rideau de la cabine, mes tétons pointaient fièrement sous mon T-shirt blanc comme un appel à l’amour... Il était là debout, me bloquant le passage. Il s’avança doucement et je reculai pour être de nouveau dans la cabine. Il ferma le rideau, ouvrit son pantalon et sortit sa bite fièrement au garde à vous.


Je m’agenouillai immédiatement sans émettre un seul mot et ma bouche goba son gland. Pendant ce temps, je caressais ses burnes velues, chaudes, un vrai mec avec des poils, pas une lopette épilée ! Je lui titillais les burnes avec le bout de ma langue, un petit coup sur et autour du gland.


Langue autour, bite au fond de la bouche et pour finir, j’aspirais, et mes joues se creusaient. Il gémissait de mes actions. Après quatre ou cinq minutes, je savais qu’il était sur le point de culminer. Je restai et pris tout en bouche, m’amusant à bien lécher sur toute la longueur. Je lui faisais sa toilette à coups de langue. Par réflexe, j’avais tout avalé.


Je me relevai pendant qu’il replaçait sa bite dans son pantalon en se réajustant. Nos regards se croisèrent une dernière fois et je sortis. J’espérais qu’il allait remarquer mon soutien-gorge et mon string mouillé de ma cyprine odorante laissés pour lui dans cette cabine d’essayage.


J’ai acheté finalement cette robe qui me rappellerait à tout jamais cette aventure extraordinaire d’exhibition dans une cabine d’essayage.


Tout l’après-midi, j’eus du mal à me concentrer pour le travail. J’avais des envies de sexe tellement fortes que je me suis finalement soulagée dans les toilettes...


Malheureusement je n’ai jamais revu cet homme, même si je suis retournée très régulièrement dans ce magasin en espérant très fort le revoir. Car si le cas se présente, je peux vous garantir que cette fois je partirai avec lui pour une nouvelle aventure exhibitionniste et bien plus !


D’ailleurs, je lance un appel (sait-on jamais) à cet homme... et s’il se reconnaît me laissera-t-il un message ?


Wan.

Diffuse en direct !
Regarder son live