Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 33 450 fois
  • 103 J'aime
  • 2 Commentaires

exhibition de mon épouse à son insu

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition

Salut

Voilà une histoire vraie qui s’est passée il y a 15 ans.

J’avais alors 35 ans et nous étions en vacances à la mer du nord à Coxyde en juillet.

C’était un été exceptionnellement chaud.

Nous occupions un appartement en digue de mer qui faisait le coin.

Les grandes baies vitrées de notre living donnaient à l’avant sur la mer et latéralement sur chambres d’appartements toutes probablement occupées à cette époque.

Mon épouse, une vraie blonde magnifique de 30 ans, aux mensurations de rêve, 1m70 et 60 kg passait le plus clair de son temps à bronzer sur la plage.

Elle bronzait en dégageant au maximum les fesses sur le côté et en dégrafant son haut de maillot pour éviter les marques de bronzage.

Les mouvements incessants à gauche, à droite de mon épouse, dévoilaient plus les seins que si elle les avait dévoilés carrément.

Les autres bronzeurs ne perdaient pas une miette du spectacle des plus érotiques. Pouvoir observer à la dérobée deux magnifiques seins d’une personne qui veut les cacher, chaud, chaud, croyez-moi !

Moi, aimant le soleil de façon homéopathique, je me cachais avec mes revues dans le fond du paravent monté sur le sable.

je scrutais les alentours et compris qu’un jeune mec de 16 ans éveillé à la chose, matait mon épouse à son insu sans vergogne se croyant non observé pour pouvoir à la dérobée voir ses magnifiques petits seins pendant.

Je me rapprochai de mon épouse qui lisait et était loin d’imaginer mon dessein et en déposant ma tête sur la cuisse droite requérant quelques caresses sur le visage de ma chère et tendre et en profitai pour glisser ma main entre ses jambes qui étaient écartées et lui gratter du bout de l’index en toute innocence le fond du maillot là où il faut en étant bien dans l’axe du voyeur qui était à deux mètres et qui n’en perdait rien.

Je sentais ce fond du maillot devenir petit à petit humide.

Discrètement, je fis passer cet index indiscret légèrement sous le tissu pour constater directement cet état de chose.

Mon épouse me demanda d’arrêter mes investigations et constatant son fond de maillot rouge avec une tache bien visible, elle referma le compas de ses jambes me rendant responsable de la chose, privant donc notre voisin d’un spectacle des plus agréable.

En fin d’après-midi, nous regagnâmes nos pénates et pendant que mon épouse prenait sa douche, je fis une découverte que j’allais mettre à profit à l’insu de mon épouse.

En effet le jeune mec de la plage occupait l’appartement en face du nôtre et je le voyais accoudé à une fenêtre d’une des chambres de l’appartement qui donnait en plein dans notre salon.

Rentrés un peu gais vers 22h30 du restaurant, devant la télévision, mon épouse dans les bras assise sur mes genoux en vis à vis, je vis que le voisin était au poste à la fenêtre de sa chambre.

J’allais lui donner comme par hasard tout le spectacle qu’il souhaitait voir à l’insu de mon épouse évidemment assez prude.

Je devins très câlin.

Elle était superbe.

Une robe fleurie boutonnée sur l’avant.

Pas de soutien-gorge, inutile à ses seins superbes.

Un string blanc soyeux.

Une chevelure blonde tombant jusqu’à la taille.

En un mot, le rêve.

Dans un premier temps, je redécouvrais et massais toutes les zones agréables à éveiller.

Les premiers boutons sautaient.

Les seins devenaient visibles.

Blancs sur fond de bronzage, les aréoles très claires, petits seins bien accrochés, fiers adorables à croquer.

Les tétons étaient en érection.

Ma femme a toujours adoré le soin qu’on accorde à ses seins.

Elle dit que ça la fait mouiller comme une folle.

Quand je la lime, frotter ses tétons en érection lui donne un orgasme explosif.

Je continue l’ouverture discrète des boutons et la voilà offerte.

Elle veut enlever sa robe pour ne pas la froisser, l’abîmer.

Elle est adorable, ne se sachant pas observée.

Bronzée avec les seins blancs pointus de blonde qui ressortent.

Elle est face à moi, assise sur mes genoux, de dos par rapport à notre voyeur qui s’est caché pour ne pas être repéré.

Je caresse le dos de ma tendre.

Je joue avec le string, le faisant descendre en découvrant son cul, ses fesses blanches sur contexte bronzé puis en le remettant bien en place pour souligner le bel arrondi qui est le sien.

Le spectacle doit être érotique pour notre voisin, j’en bande comme un âne.

Je recommence mon manège, laissant le string pendouiller au travers des cuisses cette fois.

Je suis sûr que notre voyeur bande.

Comme mon épouse est assise à genoux sur moi, me donnant de petits bisous, je suis sûr que notre voisin à une vue imprenable sur tout l’entrejambe de mon épouse devant et derrière.

Je lui écarte les fesses pour faire apparaître tous les détails de son anatomie.

Je lui mets un doigt avec douceur.

Je glisse le replat de ma main sur son sexe.

Je lui écarte les lèvres pour dévoiler toute son intimité, son bouton qu’elle a de proéminent, son jus qui est abondant et visible !

D’où il est, notre voyeur doit se délecter de tout.

Je mets un autre doigt dans son vagin pour récolter du jus dont je me délecte devant notre témoin d’un soir.

J’ai une trique d’enfer.

Mon épouse s’occupe de libérer mon pieu au garde à vous.

Elle le cajole, elle lui donne des bisous ce qui doit encore vu la courbure de son corps pour y arriver exposer mieux son cul de reine.

Elle me suce.

Je suis prêt à l’explosion.

Elle le comprend.

Elle se redresse un peu.

Elle redescend en prenant ma tige et en la dirigeant dans son vagin accueillant chaud et des plus humides.

J’entre en elle comme dans du beurre.

Je butte contre son col.

Elle monte et elle descend, elle se fait plaisir avec ma tige bien encrée en elle.

Elle doit être magnifique à contempler d’en face, courbée, exposant son derrière, ma verge énorme dans son vagin.

Je lui prends les seins en pleine mains, les massant comme elle l’aime, lui affleurant superficiellement les bouts en érection.

Je la sens mouiller de plus en plus.

Ca glisse, ça glisse.

Elle explose en hurlant.

Je la laisse savourer.

Je me retire doucement.

Ma verge est mouillée comme pas deux de son jus de femme excitée.

Je glisse doucement vers l’arrière.

Je commence à pénétrer son derrière qui me fait toujours bander comme au premier jour.

Je rentre doucement.

Elle aime.

Quelques mouvements.

Je suis à fond dans ses entrailles.

Mon érection est totale.

J’explose dans son cul.

En face, j’en suis sûr, il a dû éjaculé comme un fou.

Le lendemain, il est au poste sur la plage.

IL ne peut imaginer que je suis l’artisan du spectacle qu’il a eu.

Il doit voir mon épouse autrement, elle qui ne sait rien.

J’en rebande.

Diffuse en direct !
Regarder son live