Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 891 fois
  • 36 J'aime
  • 0 Commentaire

Expérience à trois filles

Chapitre 1

Lesbienne

Après notre dernière conversation chez Mado, j’invite mes copines à la maison. Nous avions parlé de plaisirs, de façon de les prendre. J’avais soutenu qu’avec un bon gode, j’arrivais à jouir presque aussi bien qu’avec une bite. Bien sur Margot ne me croyais pas : elle retarde un peu sur les façons de se donner du plaisir, pour elle la seule méthode reste la masturbation toute simple. Avec Margot nous étions persuadées du contraire.

Aussi j’ai sorti mon « matériel » juste avant qu’elles viennent chez moi: j’avais laissé en vue mon gode tout bête, le premier dont je ne me servait que pour la sodomie, le rabbit qui me servait surtout quand j’avais envie d’avoir le sexe rempli et le clitoris caressé, ainsi que les boules de geisha que je mets souvent pour aller faire des courses en ville. Mado elle nous l’avait dit se servait comme moi d’un gode simple.

Nous n’avions jamais eu de rapports entre nous. Nous étions libre de parler de nos orgasmes comme d’autres peuvent parler de couture ou de cuisine.

Nous nous connaissions depuis le collège, nous nous sommes suivies ensuite longtemps, bref nous étions des amies sincères. A une époque nous nous partagions nos amants pour ensuite les comparer entre nous : untel est nul, l’autre à une grosse queue, celui là est un bon coup…..

A 15 heures comme prévues arrivent d’abord Margot que j’aime bien, malgré son caractère un peu vieillot et peu de temps après Mado. En entrant un baiser sur la joue, nous commençons à bavarder sur les autres comme souvent. Enfin Mado relance le sujet sur les godes. Elle a porté le sien qu’elle nous montre. C’est un objet basique dont elle se contente surtout quand son mari est là. C’est même lui qui s’en sert le mieux : quand ils font l’amour, il le lui entre dans le cul : elle adore jouir ainsi doublement pénétrée.

Je sens que ma culotte se mouille petit à petit. Le visage de Margot commence à pâlir. Je n’ose pas demander à Mado de nous montrer en détail sa façon de jouir. A mon tour d’étaler mes jouets. Si Mado s’intéresse de près à mon attirail, Margot pâlit encore plus. Elle remue sur sa chaise comme si elle était pleine de fourmis. En plus elle n’ose pas prendre mes objets dans les mains, elle ne fait pas comme Mado qui prend le rabbit, l’examine en détail :

— Ca doit être bon ce machin dans ma chatte !!!

— Ca me fait bien jouir quand je me branle avec lui.

Je dois le lui montrer, je mime sur ma jupe comment je fais. Brusquement Margot nous demande de ne plus parler de ces objets : elle a mal au bas ventre.

Innocemment, Mado lui demande si elle a envie de jouir.

— Bien sur je ne suis pas de bois.

— Si tu veux met toi nue, et caresse toi.

— Vous êtes folles, je ne suis pas lesbienne.

— Nous nous plus, n’empêche que si tu me le demande je te donne ma chatte à lécher, moi aussi j’ai envie.

Je lui demande si c’est une invite parce que moi aussi je suis excitée.

— Bien sur si vous ne voulez pas, je me masturbe devant vous.

La suite est que je succombe à la tentation : je me lève, commence à me déshabiller suivie de Mado. Ce ne serait pas la première fois que nous serions nues devant les autres : à la piscine, sur la plage, par exemple. Toute rougissante enfin Margot aussi est à poils. Elle est bien faite Margot, sans doute la mieux du trio, avec ses seins qui tiennent en l’air et sa taille très fine.

Margot nous surprend quand elle pose sa main sur sa chatte pour la caresser. Elle chance de siège pour aller sur le divan où elle s’installe le plus confortablement possible, les jambes ouvertes, sa chatte toute mouillée. Elle commence à se masturber comme elle sait. Mado, lui prête son gode, comme elle ne sait pas s’en servir, Mado le lui met en place, elle commence les va-et-vient. Margot prend le gode dans sa main pour continuer seule. Je la regarde, ses traits sont détendus, elle prend son pied. Elle pose son dos contre le siège : elle est presque totalement allongée.

Elle me donne envie moi aussi d’en faire autant. Quand j’écarte les jambes, Mado me voit, en fait autant pour finalement, quand nous commençons à nous caresser et à demander qu’on le fasse ensemble. Au point où nous en sommes, pourquoi pas. Je crois bien que c’est la première chatte que je touche : elle est mouillée, comme la mienne certainement, par contre il me semble qu’elle est moins douce que moi. Ca ne m’empêche pas de trouver son clitoris. Je sens ses doigts sur le mien. Elle me branle mieux que moi.

Devant nous Margot se laisse aller à une série de plainte comme si elle avait mal, alors qu’elle se fait du bien, beaucoup de bien. Je ne tiens plus, je jouis. Mado, elle attend un peu pour s’envoyer au 7° ciel. Juste avant elle approche sa bouche de la mienne pour m’embrasser. Je ne sais pourquoi j’accepte, surtout sa langue contre la mienne.

Quand Margot jouit elle nous demande de nous aimer à trois. Ca y est elle est décoincée, au point de nous demander de nous mettre à trois pour jouir.

Je nous dirige vers la chambre : nous serions bien mieux sur un lit. Elles connaissent le chemin, je les suis en regardant les deux paires de fesses qui se trémoussent devant moi. J’ai des envies de les caresser, de les sucer qui me démangent. Arrivées avec les godes, nous pouvons faire ce que nous voulons.

La plus gourmande est Margot qui veut être enculée. Mado, la spécialiste, la fait coucher sur le ventre, prend sa propre cyprine pur la mettre sur le petit trou de note amie. Je vois les fesses qui s’offrent : elle écarte même les fesses à deux mains pour se donner totalement. Je regarde avec excitation : je suis obligée de me branler devant les deux autres, par longtemps puisque la secourable bouche de Mado, juste après avoir entré son gode dans le cul de Margot prend ma chatte dans la bouche. Elle me lèche longuement jusqu’à ce que je n’en puisse plus : je jouis encore.

Je vais poser ma langue sur le dos de Margot. Je la lèche depuis le cou jusqu’aux fesses où je trouve le gode et la main de celle qui me léchait. Je retourne vers la tête de celle qui se fait enculer : je l’embrasse aussi sur la bouche. Sa langue répond favorablement. Elle jouit à cet instant, dommage, son baiser était des meilleurs.

Nous changeons de place, je suis couchée sur le dos, je demande à Margot de me mettre un gode dans le cul et à Mado de me baiser avec l’autre. J’ai besoin d’une double. Elles se mettent à deux pour me satisfaire. Ce n’est pas que je sois privée de cette faveur, mon mari me baise en m’enculant avec le gode, mais là je suis prise dans un tourbillon de filles déboussolées. Mado, celle qui me baise vient s’asseoir sur ma bouche. Je retrouve sa chatte toujours mouillée. Dès que ma langue la lèche, elle se laisse aller sur moi, ses seins contre moi, sa bouche sur mon clitoris. Prise de partout à la fois je ne fais pas un pli : je me laisse aller à la rafale d’orgasme. Je ne sais même pas si ce soit je pourrais satisfaire mon mâle.

Mais arrive le moment où ni l’une ni l’autre ne pouvons continuer. Notre première expérience restera la seule, hélas.

Diffuse en direct !
Regarder son live