Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 547 fois
  • 143 J'aime
  • 5 Commentaires

Je m'expose

Chapitre 1

Erotique

Bonjour tout le monde !


Il est difficile de croire que j’ai ouvert un compte sur un site pornographique il y a un peu plus d’un mois. Je viens de stocker un peu de mes photos, mon porno à moi. Des photos un peu sexy en fait, rien de hard. Je me fais un peu vieille, j’ai eu cinquante ans il y a peu. Je suis encore, je le crois, une femme attirante pour des messieurs matures. J’ai une poitrine pas très grosse, mais qui tient la route. Avec certains de mes soutiens-gorges, elle paraît bien plus grosse qu’elle ne l’est et attire les regards, même d’hommes moins âgés.


Je regardais aujourd’hui des profils de membres du site qui m’avaient envoyé des messages ou fait des commentaires sur mes photos. L’un d’eux attira mon attention. Un homme se disant dans la soixantaine, ayant des goûts pour le BDSM soft. Ses albums montraient un donjon avec divers accessoires et mobilier, un pilori, une table capitonnée avec des sangles aux quatre coins. Un seul de ses albums laissait voir une femme attachée sur une table, suçant une bite, prenant un gode dans sa chatte et son cul, et photos de sa bouche qui accueillait sa jouissance et quelques-unes où elle buvait son urine à la source. Il y avait sur un autre album, des images, ce qui me sembla être sa demeure, une villa avec belle vue sur la mer.


Il m’avait laissé plusieurs messages auxquels je n’avais pas répondu, d’ailleurs je ne répondais jamais, me limitant à explorer les profils pour voir photos et vidéos. Ce jour-là, j’ai décidé de devenir provocante, et j’ai pris quelques photos nues de moi-même, avec mon téléphone, une série de photos de ma chatte, d’autres photos de mes seins que je tenais en main puis, euphorique, j’utilisai une bouteille de vin, un grand cru que j’enfonçai à moitié dans ma chatte, laissant voir l’étiquette de la bouteille. Je postai tout ça en ligne. J’envoyai la photo avec la bouteille à ce vieux monsieur avec le message suivant : <J’adore ce vin, et vous ?>.


Le volume de demandes d’amis et de messages monta en flèche, j’avais des dizaines de demandes le jour suivant, des messages pour la plupart flatteurs.


Je modifiai mon profil pour mentionner : <Je suis désolée que tant de vos messages soient restés sans réponses. Honnêtement, j’aimerais parler avec tous ceux qui ont manifesté de l’intérêt pour moi, et peut-être que je pourrais y arriver avec le temps. Je fais de mon mieux, alors soyez patients avec moi.>


Mais il me semblait impossible de répondre à tous tellement ils étaient nombreux. Le vieux monsieur m’avait écrit. Il avait fait un selfie devant son ordinateur, la photo avec la bouteille de vin dans ma chatte apparaissait à son écran. Une autre photo montrait une cave à vin bien garnie et mentionnant qu’il était aussi un amateur de bons vins. L’homme était chauve, mais séduisant et me semblait bien proportionné.


Il était connecté, son profil apparaissait avec le rond vert. Je lui envoyai un message direct : <Est-ce vraiment votre cave ?>


Il répondit dans la minute : <Est-ce vraiment votre chatte ?>


Cela me fit sourire, c’est ainsi que débutèrent nos premiers échanges. Il n’avait pas répondu à ma question, je le relançai : <Est-ce vraiment votre cave à vins ?>


Sa réponse : <Que buvez-vous ce soir ?> Et il envoya une photo d’une bouteille hors de prix pour moi.


Je n’avais pas de vin ce soir, que devais-je répondre à ça ? Mes pensées se perdaient en imaginant boire un verre de ce vin avec ce vieux monsieur. <Pourrais-je un jour goûter à ce vin en votre compagnie ?>


Quelle audace, me disais-je.


— Venez me visiter, me répondit-il. Venez vous abandonner à moi, simplement, laissez vous aller à être l’objet de mes désirs, mes envies, mes fantasmes. Dans le respect bien sûr. Et pour plaisirs mutuels. J’habite Biarritz sur la côte.


Sa réponse me retourna profondément. Je m’imaginais être sa chose, son esclave, sa propriété. M’abandonner à lui, faire tout ce qu’il me demanderait, m’ordonnerait. Quelle coïncidence, ce site porno est mondial et cet homme habite tout près, je suis à Bayonne.


Plus de quatre années sont passées depuis la mort de mon mari. Le pauvre est mort subitement d’une crise cardiaque, sans avertissement, je me suis retrouvée tout à coup bien seule. Ma vie sexuelle fut tout ce qu’il y a de plus banale, rien à raconter de bien croustillant. Mon bougre de mari n’étant pas très porté sur le sexe. Il me sembla que ce vide que je vivais devrait être comblé, ou du moins en partie. J’avais réalisé que mes fantasmes étaient nombreux, certains étaient érotiques, d’autres étaient inavouables.


Je répondis à cet homme : <J’habite Bayonne>.


Sa réponse fut immédiate : <Venez me rejoindre dès ce soir, je vous envoie une voiture>.


Cet homme, en quelques phrases, provoquait en moi des désirs, des envies, il me proposait une aventure que je n’avais jamais cru possible d’imaginer, même en rêve. Une aventure était bien le mot qui décrivait la situation. Un futur proche, inconnu, qui n’est pas fixé dans le temps ni la durée. L’idée était séduisante, inattendue, ou était-ce périlleux ?


J’étais toutefois craintive, je ne pouvais me laisser aller comme ça sans réfléchir, lui envoyer mon adresse dès notre première conversation ne me semblait pas raisonnable. Mais je voulais lui répondre, apprendre, connaître ses réelles intentions : <Que voulez-vous faire de moi ?>


Avis aux lecteurs : vous pouvez me proposer des images qui pourraient être insérées dans ce récit, je ferai éventuellement un blog avec certains de mes écrits. Envoyez le lien en message privé.

Merci


Si vous aimez cette histoire, faites-le savoir en ajoutant votre commentaire. Vous pouvez également proposer des idées et suggestions pour la suite. J’évaluerai la pertinence de vos suggestions.

Diffuse en direct !
Regarder son live