Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 681 fois
  • 61 J'aime
  • 0 Commentaire

Je m'expose

Chapitre 3

Erotique

Dans la soirée, j’ai reçu ses demandes. Il aimerait des photos de toutes les culottes et g-string avec une vue recto et verso. Pas bien méchant ça, mais vu la quantité de culottes, j’allais y mettre un moment à réaliser cette série. Il n’était pas en ligne. Sans doute avait-il conscience que sa demande ne pouvait s’exécuter en quelques minutes. J’allai prendre un bain chaud pour me détendre. Je me détendais dans l’eau du bain en pensant à des poses qu’il allait assurément apprécier.


J’allais faire de mon mieux pour produire des photos dès ce soir, j’y allai avec le collier et le masque et débutai avec des photos de chacune des culottes, je posai le téléphone en mode auto, une photo à toutes les dix secondes. Je regardai le résultat qui correspondait à ce qu’il avait demandé. Je décidai d’être moins sage et de faire mieux, je prenais six photos de chaque culotte, devant, derrière, puis de nouveau, mais en écartant la culotte pour exposer ma chatte et mon cul et une dernière par-devant avec deux doigts dans mon sexe, puis une dernière les doigts dans la bouche, la culotte apparaissant toujours sur la photo. Je regardai le résultat, il est certain que cela lui plaira.


Je me surprenais à réaliser avec frénésie toute cette série. J’ai mis une heure rien que pour les culottes, j’en avais encore pour une autre heure ou plus pour les strings.


J’ai pris tout mon temps de la soirée, imaginative, j’ai fait des dizaines de photos de mon anatomie. Ma chatte en gros plan, mes seins dans diverses positions, mon clitoris que je montrais en très gros plan. J’étais excitée en pensant à lui qui allait me voir, passant les photos une à une en mode plein écran, je me suis masturbé furieusement à jouir comme rarement j’y arrive. J’ai fait une vidéo montrant mes seins que je malaxais, tirant sur les mamelons et je gémissais, je m’excitais vraiment à réaliser que mon désir de lui plaire était devenu un but à atteindre.


J’imaginais cet homme qui désirait m’attacher et me faire tout ce qu’il voulait avec moi, m’abandonnant à lui pour son plaisir et le mien. Je n’avais plus peur qu’il me fasse du mal, au contraire, j’étais certaine qu’il allait m’amener à des plaisirs renouvelés, des expériences aux limites de mes fantasmes et au-delà. Il est certain que cet homme cultivé sait comment utiliser une soumise que je désirais maintenant devenir.


Je tentai de faire un vidéo me montrant me doigter ma chatte poilue. Allait-il me demander de la raser ? Le vidéo n’était pas très nette ni vraiment ce que je voulais. J’ai placé un miroir que j’ai tenu entre mes cuisses ouvertes puis d’un doigt, je le glissais sur ma fente, écartant mes poils, tenant le téléphone de l’autre main pour filmer à ma satisfaction. D’ailleurs, j’ajoutais quelques gémissements et à voix haute, je demandais à Brad s’il aimerait y mettre ses doigts, sa bouche, sa langue, sa queue. L’angle de la caméra ne permettait pas de voir mon doigt qui frottait avec force mon sexe, mais le miroir donnait la vue de l’angle opposé. J’aimais ça, je voyais bien, et il verra et entendra comment je gémis, comment je me touche. Je gémissais plus fort, j’accélérais, j’allais atteindre un orgasme :


— Ho monsieur Brad, je jouis !



Il se faisait tard, et j’avais complété le transfert de toutes les photos et vidéos vers le site. Je lui ai écrit : <En espérant votre satisfaction ! N’hésitez pas à me demander des poses que vous aimeriez voir. Je vous suis dévouée à produire pour votre plaisir toute demande de votre part.>


Le lendemain, dès le réveil, j’ai vérifié s’il avait répondu. Plusieurs messages de sa part qu’il venait tout juste d’envoyer il y a quelques minutes à peine. Il était en ligne.


Dans son premier message, il exprimait sa joie de lui avoir fait toutes ses images et en particulier les deux vidéos. Il disait s’être levé tôt et il avait admiré longuement une à une toutes les images. Dans son deuxième message, il se disait très excité, tellement qu’il a dû se contenter de sa main plutôt que ma bouche. La vidéo de ma masturbation tournait en boucle et en désirait davantage.


Dans son troisième message, il suggérait de dégager un peu ma fente de ses poils sans toutefois me raser entièrement en soulignant qu’il serait bien plus joli de voir ainsi ma chatte plus clairement.


Enfin dans son dernier message, il me demandait d’utiliser le masque, le collier, les godes et la bouteille de vin. Une série de photos avec ces différents objets et dans diverses tenues, culottes, g-string et les robes de latex. Et de filmer le tout pour des vidéos de deux à trois minutes.


Je réfléchissais devant mon café. J’imaginais monsieur Brad, les yeux rivés sur son écran défilant les images de mon corps que j’ai exposé pour lui, mais aussi pour tous les membres du site, des millions d’hommes aussi pouvaient me voir.


À peine réveillée, j’étais déjà dans un état d’excitation en sentant ma chatte humide sans même la toucher. J’avais des centaines de messages et des commentaires sur mes vidéos et albums. Je lisais quelques messages au hasard, tous flatteurs pour la plupart. D’autres envoyaient des photos de leurs bites en érection. Il y en avait des vraiment grosses, d’autres moins.


Dans ma salle de bain, je me suis doigtée en me filmant, debout, appuyée sur le lavabo, j’ai joui à en perdre le souffle, gémissant bruyamment, hurlant par moments.


— Ho monsieur Brad, voyez ce que vous me faites faire !



Je me devais de me raser à sa demande et j’ai aussi filmé ce moment, délicatement, je rasais autour de mes lèvres, méticuleusement, avec des ciseaux, j’ai coupé les poils trop longs. À la fin, je lui exposais la coupe bikini, il ne restait que les poils sur le pubis. J’ai filmé à nouveau, j’étais couché sur le sol de la salle de bain, les jambes relevées et je me rasais autour de mon anus, mon autre main ouvrant mes fesses ne pouvant voir de mes yeux ce que je rasais, vérifiant avec mes doigts pour m’assurer de faire un rasage impeccable. Finalement, j’ai décidé de bien couper les poils de mon pubis, ne laissant que très peu au final.


Une fois terminé, je me suis occupée sans perdre de temps à envoyer tout ça sur le site m’exposant publiquement. Je me demandais si cela était de la provocation ou une forme de perversité, je trouvais excitant de montrer mon sexe à tous, imaginant tant d’hommes qui allaient voir ces photos et vidéos intimes.


J’ai envoyé un message avec les liens à monsieur Brad : <Pour vous !>


J’étais joyeuse, heureuse de me soumettre à ses demandes. Je me disais que j’allais bientôt le rencontrer, m’offrir à lui sans limites. Je devenais prête même à des traitements BDSM à condition que cela ne soit pas trop douloureux. J’allais bientôt lui demander directement et lui témoigner ma soumission à la condition de ne pas être torturée de manière extrême.


Je devais sortir faire des courses aujourd’hui, plus tard, j’avais le projet de m’exposer à ses demandes. Je devais m’acheter des souliers à talons aiguilles, cela manquait à ma garde-robe.


Diffuse en direct !
Regarder son live