Le site de l'histoire érotique

Je me fâche avec ma soeur

Chapitre 1

10
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 18 387 fois

10

0

xfkuswuj

J’ai un peu plus de 25 ans, je m’appelle Sophie: je suis assez grande élancée avec une poitrine qui frise les 90C.c. Depuis mon plus jeune âge je me masturbe souvent. Je le cache à mon compagnon actuel, il ne comprendrait pas, il penserait que je suis insatisfaite de ses baises et Dieu sait que je jouis avec lui: baise, 69 et surtout sodomie. Ma sœur Aimée, elle est une belle plante. Elle se branle aussi souvent. Je vais vous raconter notre aventure. J’étais plus jeune et un soir, dans ma chambre, je me masturbais comme souvent. Je fermais le yeux pour jouir mieux et surtout avoir des images qui me donnaient plus de plaisir. Soudain quelqu’un s’assoit au bord de mon lit. J’ouvre les yeux. Je vois dans la pénombre ma sœur qui, comme moi est nue, elle se caresse le con en me regardant. Je la gronde de venir faire ses saletés dans ma chambre. Elle me demande si ce que je me fait est une saleté. Elle me prend la main et la pose sur mon sexe. Elle me demande de continuer. Sans réfléchir entraînée par le désir de jouir je recommence ma masturbation. Je la regarde et sans honte elle se branle aussi. Nous jouissons presque ensemble. Je lui demande depuis quand elle se fait du bien: depuis qu’elle m’a vu faire une fois. A cette époque j’avais à peu près 21 ans et elle en avait donc 19. Ce devenait une habitude tous les soir elle venait chez moi pour se branler en me regardant. Un jour j’en ai eu assez de la voir s’exciter en me voyant. Elle voulait bien et en échange elle désirait que je la masturbe: elle me rendrait la pareille. Faire l’amour avec sa sœur ne me paraissait pas très moral. Elle me mettait la main sur mon clitoris et sans attendre commençais une bonne masturbation. Je constatais qu’elle savait bien me branler: je jouissait sous ses doigts rapidement, sans doute simplement parce qu’une autre fille me le faisait. Elle n’arrêtait pas là ses caresses: elle me doigtait carrément le con d’abord et le cul ensuite. Je ne savais pas où elle avait appris ça. Pour finir, elle m’embrassait sur la bouche. Je voulais éviter ses lèvres, mais j’étais pris dans un tel mélange de désir et de honte que je me laissait embrasser à pleine bouche et je rendais en plus le baiser. Elle poussait encore plus loin ses attaques: elle posait sa tête sur mes cuises, les écartait et sa langue venait chercher encore une fois mon clitoris. Je tardais à jouir. Elle posait deux doigts sur mon cul et les rentrait facilement tellement j’étais mouillée.Cette fois je jouissait très bien. J’étais sur le point de lui dire encore. Elle voulait maintenant sa part. Je me tournais vers elle qui me tendait les lèvres et je l’embrassais avec la langue. Je lui caressais les seins et enfin je posais ma main sur son con. Je cherchais à peine son bouton et je le branlais comme pour moi. Elle jouissait en me demandant encore. Je recommençais, elle jouissait et me demandais de la sucer. je ne savais pas faire ça, elle me montrais calmement. Je lui passais ma langue que toute sa fente. Elle me disait qu’elle avait du plaisir. Je sentais sur ma langue le goût de sa cyprine: c’était agréable. Je trouvais enfin son clitoris. Je le léchais et l’entendais me dire oui, oui, oui, sans arrêt. Je la sentais jouir et là elle poussait un cri : JE JOUIIIIIIIIIIIIIIIIS. Je pensais en avoir fini. elle me demandait encore un peu, s’il te plait: je recommençais à la sucer. elle gémissait en me disant encore des oui sans fin pour finalement pousser son cri une nouvelle fois: JE JOUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS. Le lendemain elle voulait recommencer. fermement je lui répondais qu’elle ne compte plus sur moi pour faire l’amour. Nous sommes un peu en froid depuis.