Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 610 fois
  • 9 J'aime
  • 2 Commentaires

A faire supplier nos mains...

Chapitre 1

Hétéro

De ses mains agiles et douces, il s’emploie à nouer sur ma peau offerte les cordes. Dessinant un cocon de crin sur mesure pour que mon corps s’y repose et s’offre pour son plus grand plaisir.


La musique joue à tambour battant dans ma tête...


— A faire cerner à faire fermer nos yeux.


A faire souffrir à faire mourir nos corps

A faire voler nos âmes aux septièmes cieux

A se croire morts et faire l’amour encore

Je vais t’aimer

Je vais t’aimer

Comme on ne t’a jamais aimée

Je vais t’aimer

Plus loin que tes rêves ont imaginé

Je vais t’aimer”


Les cordes me pressent et me libèrent de mes pensées... Seule cette chanson reste dans ma tête... Je vais t’aimer... Je m’abandonne à lui. Je lui donne les pleins pouvoirs sur mon plaisir, sur le sien... Sur mon corps nu et en même temps habillé de cordes.


Les dessins sur ma peau sont beaux, il fait des photos qu’il me montre au fur et à mesure. Je découvre l’œuvre d’art qu’il crée de ses mains sur mon corps au fur et à mesure. Me voilà gantée de crin, offerte, sur le dos, jambes relevées et posées sur mon ventre, mes bras sont noués autour de celles-ci. Impossible de bouger. De ce que j’ai réussi à comprendre de ses liens, il peut tout de même libérer mes jambes de façon à ce qu’elles s’ouvrent si l’envie lui prend, mais sans pour autant défaire les liens.


Ses yeux luisent, le désir est perceptible dans ses gestes, il s’interrompt de temps à autre... Observant son œuvre, m’abreuvant de mots aussi doux qu’excitants... il glisse par moments sa langue dans ma bouche m’offrant la surabondance de salive que le spectacle lui procure. J’aime ses baisers profonds et gourmands.


Et cette chanson qui tourne en boucle...


— A faire flamber des enfers dans tes yeux.


A faire jurer tous les tonnerres de Dieu

A faire dresser tes seins et tous les Saints

A faire prier et supplier nos mains

Je vais t’aimer”


Une fois que je suis suffisamment ornée de cordes, qu’il est satisfait de son œuvre, il m’inonde de mots délicieusement osés... je sens le désir en moi grimper en flèche. Il me photographie ainsi sculptée sous tous les angles. Et chaque photo est ponctuée de caresses, de baisers, de baisers intimes.


Mais son appétit est trop grand, il pose son objectif, sa tête glisse sur mes lèvres intimes offertes et ruisselantes. Sa langue m’effleure doucement... Glissant à peine de mon clitoris à mon anus... je sens son souffle sur mon intimité... Un long soupir m’échappe.


Il prend son temps. Il me fait patienter. Il me contourne et vient me donner ses lèvres humides, ma bouche s’ouvre, j’accueille sa langue, sa salive et le gobe avec toute l’envie de lui qui dort sagement dans mon corps.


Il repart... fait une halte sur ma poitrine qu’il empoigne de sa main, me pince un teton alors qu’il cajole l’autre de sa bouche chaude... Les contrastes de sensations contribuent à me mettre le diable au corps. Mais je ne peux pas bouger, me tortiller pour échapper à ses délicieux supplices. Il le sait. Il prend son temps...


Sa main glisse sur mon corps, contournant les cordes, effleurant la chair non contrainte. Je frissonne...

Il disparaît à nouveau derrière mes jambes...

Ses mains empoignent mes hanches, je retiens difficilement un léger soupir de surprise...

Sa bouche fond sur mon sexe humide et offert. Il ne cherche plus à me faire attendre...

Il me dévore avec voracité...

Sous sa langue, mon corps s’échauffe, mon souffle s’emballe, mes soupirs se font de plus en plus intenses. Sa langue me visite dans tous les recoins... tantôt espiègle avec mon clitoris, brutale en me pénétrant, goulue entre mes fesses...


Il accélère, change de rythme, alternant sans cesse les zones qu’il goûte, dévore...

Je perds pied... soudain, il s’arrête. Je suis contente de ce répit qu’il m’offre. Mais c’est de courte durée... il se met à côté de moi, pouvant ainsi observer mon visage...

Ses doigts glissent en moi... son autre main se pose sur mon épaule, barrant ainsi toute possibilité à mon buste de bouger, comme si mes liens pouvaient me laisser une possibilité de bouger.

Il me regarde onduler sous les assauts de ses doigts en moi. Les sensations sont multipliées par 2, 10 ou 100 je ne sais plus... Je sens ses doigts qui me fouillent à la recherche de mon orgasme... Mon corps tente de résister, mais le plaisir est fort, puissant... Plus il me fouille plus mon corps déverse de liquide... Je suis emportée dans un plaisir si intense que mon corps cherche à fuir ses doigts, mais ainsi liée, il ne peut rien y faire... le plaisir est si fort que ma peau est électrique, mon vagin se contracte sur ses doigts... Je sens en moi quelque chose s’ouvrir comme un fruit bien mûr en plein soleil qui donne son meilleur jus... Un Plaisir intense, immense, s’ouvre et explose dans mon ventre... Mes tempes cognent fort, le sang qui circule dans mes veines de mes chevilles à ma tête me brûle... Je sens mes muscles se raidir un à un, je tremble... Je supplie... Je souffle... Il relâche sa prise, je me pense à l’abri.


Pourtant je devrais le savoir... Il disparaît à nouveau derrière mes jambes... Sa bouche avale mon abricot offert et ruisselant. Il m’aspire, me suce, lèche, pénètre de sa langue... Il est beaucoup moins ordonné que plus tôt... je sens à quel point cela l’excite de me voir perdre pied. Au plus, je m’envole au plus il semble s’exciter. Sa langue s’emporte de mon anus à mon clitoris, douce gourmande et s’affolant sous mes soupirs... Il joint ses doigts à sa langue, je gémis de plus en plus fort, contrainte dans mes liens... Je suis vulnérable, impossible de m’échapper...


Il semble y prendre autant de plaisir que moi... Ses mots policés et gentiment crus m’excitent... Mon esprit ne sait plus où il en est... Les sens sont à fleur de peau, je suis comme hors de mon corps ailleurs...


Et toujours cette chanson qui tourne dans ma tête...


— A faire pâlir tous les Marquis de Sade.


A faire rougir les putains de la rade

A faire crier grâce à tous les échos

A faire trembler les murs de Jéricho

Je vais t’aimer”


Je ne sais pas si les murs de Jéricho tremblent, mais en attendant, je sens mon corps qui lui tremble tellement ce qui nous arrive, à mon corps et moi, est puissant... les larmes montent dans mes yeux, le plaisir est violent, inégalé. Je suis à lui, à sa merci, soumise à son bon vouloir. Et lui est soumis à mon plaisir... C’est tellement intense. Plus mon plaisir monte, plus je le sens se remplir d’excitation, et plus il est excité, plus cela m’excite et augmente mon plaisir...


Il me laisse une seconde de répit. Je tente de reprendre mes esprits, mais je sens que mon sexe coule entre mes fesses... Et je l’entends s’emparer des jouets... Je sais d’avance quels jouets il va avoir envie d’utiliser... Je vais mourir de plaisir.


Sa langue revient me lécher... Ils S’attardent sur mon cul... puis un objet froid remplace sa langue à l’entrée de mon anus. Je ne peux retenir un petit cri de surprise... Il a pris Mr Bijou, mon plug. Par petit à coup il le fait entrer et sortir à peine... La sensation est agréable... Puis peu à peu, il accélère le mouvement... Sa langue tente de faire diversion en se remettant à me lécher... l’objet se loge doucement en moi alors que sa langue a repris sa course folle dans mon intimité. Comme si loger cet objet entre mes fesses ne suffisait pas, il abuse de ma position ligotée... Il lèche mon clitoris, me fouille avec fougue le vagin, appuyant sur ces zones qui me font partir dans un autre monde et s’amuse à venir jouer avec Mr bijou.


Je découvre des sensations encore plus intenses... Le fait qu’il s’amuse des plaisirs que mes parties les plus intimes peuvent offrir me rend dingue... Je voudrais l’avoir en moi, qu’il me prenne avec force, je voudrais le sentir dans chaque recoin de mon antre, se fondant avec mon corps dans une peau à peau intense... Puis soudain m’offrant un moment de calme en glissant plus lentement en moi...


Je deviens presque suppliante... je commence à “rêver” de son sexe en moi... Je suis presque obsédée à cette idée comme si cela était la récompense suprême... Je le soupçonne d’attendre que je supplie avec force... Alors je tente de résister... Mais c’est affreusement difficile... Le plaisir est tellement fort...


Il insiste... Il sent mon corps à nouveau répondre à ses assauts, il se contracte, s’ouvre se donne... Je n’y tiens plus et supplie dans un murmure... “baise-moi”... Mais il est d’humeur joueur... Il fait la sourde oreille... et continue ses coups de langue, ses fouilles méticuleuses et ses jeux avec ce bijou logé entre mes fesses... Il insiste... Je sais ce qu’il veut... n’y tenant plus, trop de plaisir, de désir, d’envie... Alors je supplie fort... Une supplique ultime la voix forte, mais tremblante de plaisir... “baise-moi”


Je sens ses mains s’accrocher à mes chevilles, le contact chaud de ses mains est doux... Je sens ses cuisses le long de mes hanches. Je sens son sexe bandé comme rarement, se poser sur mon sexe. Ses mains lâchent mes chevilles, il écarte mes lèvres et son sexe s’enfonce doucement en moi.


Je me sens enfin remplie de lui. Je sens son sexe remplacer ses doigts espiègles. C’est chaud, c’est volumineux, c’est bon. La peau qui recouvre les parois de mon vagin semble avoir été en alerte maximale avant qu’il me prenne. Car son entrée me fait un effet bœuf.


Je voudrais écarter mes jambes, comme si je pouvais m’ouvrir totalement à lui...

Ses mouvements s’accélèrent, je suis emportée... Soudain, il devient plus animal. Je perds le nord. Plus sa peau claque contre la mienne, plus son sexe bute au fond de mon vagin, plus ses bourses claquent sur l’objet dans mon anus. Je perds pied. La sensation de frottement entre sa verge et Mr bijou malgré la fine paroi qui les sépare est jouissive.


Quelle drôle de sensations... Je suis perdue dans le plaisir, je sens une nouvelle fois l’orgasme m’envahir... Il fourmille du creux de mes reins jusque dans mon bas-ventre... je sens que je jouis dans un flot de fluide que mon corps produit... Il se retire de mon corps et recommence à me lécher.


Je ne sais plus identifier les sensations... C’est trop fort, trop... Je M’abandonne et supplie la grâce... Il m’embrasse goulûment... Faible trêve, je le connais il va revenir à la charge... Pour mon plus grand plaisir...

Diffuse en direct !
Regarder son live