Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 25 634 fois
  • 142 J'aime
  • 2 Commentaires

Fais-moi un enfant...

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Cette histoire n’est pas un fantasme ni un souvenir mais c’est bien une histoire réelle qui est arrivée à un ami.

Je vais tenter de retranscrire ce qu’il a bien voulu me confier... Je lui cède la parole.



Je me prénomme Aristide (quelle idée a pu passer par la tête de mes parents...) et à 45 ans j’estime avoir une belle situation dans une multinationale établie dans le quartier d’affaires de la Défense que tout le monde connaît.

Je voyage beaucoup et il ne se passe pas un mois sans que je prenne l’avion pour entrer en contact avec les succursales disséminées au travers du monde.

Depuis quinze ans je vis le parfait amour avec une femme rencontrée lors d’un séminaire d’entreprises : Jessica.

Elle a trois ans de moins que moi... et je peux dire que c’est une jolie fille... Elle est assez grande et ses formes sont agréables à contempler... son visage rieur et ses grands yeux gris pétillant de malice m’ont fait tomber sous son charme discret...

Elle n’a rien à voir avec les filles qui posent pour des magazines... Je l’aime... un point c’est tout !

Mais pour en arriver là, il m’a fallu du temps...

Le contact noué lors du séminaire s’est peu à peu transformé en amitié... Nous avions sensiblement les mêmes goûts : nous aimions la musique que nous regrettions de ne pas pratiquer. Je lui ai fait découvrir le bon jazz et la musique classique – l’opéra plus généralement et elle, elle m’a fait découvrir des chanteurs et des groupes contemporains dont j’avais entendu parler mais qui ne me branchaient pas...

Nous ne nous étions rien caché de notre vie antérieure... J’avais eu des maîtresses... elle avait eu des amants dont un lui avait fait une fille mais, étant marié de son côté, il n’avait pas pu la reconnaître.

Nous avions acheté en commun et sur plans un immense appartement dans un immeuble situé en proche banlieue ouest de Paris. Ce n’était pas loin de notre travail ce qui nous évitait de longs trajets en voiture (ah... les embouteillages parisiens...).

C’est ainsi que nous nous étions installés dans cette vie à deux plus Caroline, sa fille, que j’ai vu grandir, passer de l’enfance à l’adolescence, grandir encore et devenir une belle jeune fille ressemblant trait pour trait à sa mère.

Nous profitions bien de la vie... les vacances au soleil l’été... un peu à la montagne l’hiver...

Ajoutons à cela un peu de naturisme que j’avais fait découvrir à Jessica... mais nous nous sommes vite lassés car nous ne voulions pas nous laisser aller à ce que beaucoup d’endroits étaient devenus : de véritables baisodromes où les couples se nouaient et se défaisaient au gré des rencontres.

Mais cela ne nous gênait pas de nous promener à moitié nus dans l’appartement en présence de Caroline... pour nous mettre entièrement nus lorsqu’elle avait regagné sa chambre et que nous passions à la salle de bains pour une douche commune avant de nous mettre au lit.

Jessica et moi, nous sommes des gourmands de sexe... Nous avons expérimenté tout ce qu’un couple amoureux peut avoir envie de faire... Je savais qu’elle avait plusieurs jouets coquins dans le tiroir de la table de nuit et elle disait s’en servir lorsque mes absences lui pesaient trop... mais je ne dédaignais pas de m’en servir sur elle pour l’exciter avant de passer aux choses sérieuses... Par exemple, elle adorait sentir un gode vibre en elle pendant que je lui faisais un cunnilingus

C’est ainsi que récemment, je l’ai emmenée dans un grand sex-shop près de la Place Blanche : en plus de son cadeau d’anniversaire (sérieux car il devait être déballé devant des amis réunis pour l’occasion...) je voulais lui offrir un nouveau jouet... Bras dessus, bras dessous, nous avons déambulé entre les rayons, plus par curiosité qu’autre chose... Finalement, nous avons trouvé le gadget qu’elle préférait mais aussi un ensemble de lingerie très coquine en dentelle comportant un redresse seins et un string dont le devant couvrait à peine la toison pubienne de mon amie.

La réflexion de la vendeuse qui l’avait aidée lors de l’essayage nous a fait plaisir car Jessica a été félicitée pour la tenue de sa poitrine qui se tenait fermement et lassait voir les aréoles et les tétons au-dessus de la dentelle...

Cette vendeuse un peu coquine avait profité de la mise en place des seins dans les demi-bonnets pour caresser la poitrine opulente de Jessica.

Le samedi suivant, Caroline étant absente jusqu’au lendemain, Jessica a enfilé son nouvel ensemble, chaussé des escarpins aux talons vertigineux et déambulé sous mes yeux admiratifs dans les différentes pièces de l’appartement... En fait, elle m’allumait car dès le dimanche soir, je devais prendre l’avion et m’absenter jusqu’à la fin de la semaine. Je savais d’avance comment cela allait se terminer !

Mais la surprise a été totale quand Caroline est rentrée plus tôt que prévu ! Sa soirée avait tourné court !

Sur le coup elle a pris un air ahuri devant la tenue de sa mère et la mienne : je n’avais qu’un minuscule cache-sexe comme ceux que je portais dans les camps naturistes. Puis elle nous a félicités pour le choix en disant qu’elle en porterait volontiers un identique...

Jessica lui a rétorqué qu’il serait nécessaire d’en acheter un avec des bonnets plus petits car entre son 95 D et son 90 AB, il y avait de la marge !


C’est à ce moment que le dialogue a pris réellement.

Mais Maman, il n’est point besoin d’avoir une poitrine comme la tienne... Regardez un peu !

Elle a fait glisser sa robe et nous est apparue en soutien-gorge et string de dentelle blanche qui tranchaient sur sa peau mate.

Elle était effectivement très jolie, aussi grande que sa mère mais avec des formes plus menues mais si agréables à regarder que bientôt, je me suis mis à bander et mon sexe apparaître malgré le bout de tissu qui le masquait à l’origine.

Cela faisait un peu plus de trois ans que je n’avais pas vu Caroline ainsi... Je me souvenais de l’adolescente en maillot de bain sur la plage... Depuis, sa poitrine avait pris un peu d’ampleur et ses hanches s’étaient affirmées sous une taille fine.


Note : à partir de là, les dialogues ont été imaginés tels qu’ils ont pu avoir lieu).


Oh... Ari... T’es pas sérieux... Montrer ainsi ton sexe à ma fille !

Mais Maman, laisse-moi en voir un vrai pour une fois...

Ne nous raconte pas d’histoire... Et ton flirt des dernières vacances ?

Il m’a laissée en plan quand il a su que j’étais vierge... Il s’est contenté de m’embrasser – et bien mal – en me pelotant les seins !

Tu n’as jamais fait l’amour ?

Si... avec ma copine Marion... Nous avons une relation de filles depuis six mois... mais j’ai envie de connaître autre chose ! Prête-moi Ari pour la nuit...

Comme tu y vas ! C’est MON homme !

Et alors ! J’ai envie que ce soit lui qui me baise pour la première fois... Je vous entends assez souvent et à percevoir tes cris de jouissance au travers de la cloison, ce doit être un amant hors pair...

La conversation entre la mère et la fille ne m’avait pas laissé indifférent... d’autant que Caroline, se faisant chatte tournait autour de moi et caressait mes épaules, mon ventre avant de poser la main sur mon sexe...

Maman... Montre-moi comment on branle un homme ! Ari est déjà bien bandé mais je ne saurais pas y faire ! J’ai envie de voir jaillir son sperme et le goûter. Marion me dit que le sperme a un goût indéfinissable !

Elle y a goûté ?

Oui... bien sûr... elle est bi !

Bon... je veux bien te monter mais après, tu nous laisses...

S’il te plaît Maman, j’ai envie de vous voir faire l’amour... Avec Marion, je connais... elle a une chambre pleine de miroirs dans lesquels on peut se voir !

Jess’... si ça peut lui faire plaisir pourquoi pas ?

Bon... approche-toi et regarde...

Jessica a ôté le triangle de tissu qui pendait lamentablement sur le côté de mon pubis et a commencé à faire aller sa main droite sur ma hampe... Quelques gouttes de présperme sortaient déjà et elle s’en est servie pour faciliter le mouvement de sa main... Waouh... que c’était bon et excitant... Caroline s’était agenouillée près de nous et ne perdait pas une miette de ce qu’elle avait devant les yeux ! Soudain, elle a tendu sa main droite qui est venue empaumer mes bourses que j’avais rasées le matin même... Sa main était douce et elle malaxait mes testicules en les faisant rouler l’un contre l’autre...

Ça suffit... je t’ai dit de regarder pas de toucher !

Mais Maman, je n’ai pas pu m’en empêcher... Ari a la peau si douce ! Et si tu le suçais ? J’ai envie de voir jaillir son sperme et d’y goûter.

Décidément, tu n’en as jamais assez... T’es bien la digne fille de ta mère !

Je sais... J’ai trouvé tes jouets... Tu es une coquine toi aussi !

C’est ainsi que je me suis retrouvé dans la bouche de Jessica dont je connaissais le talent... En moins de cinq minutes, j’étais sur le point de jaillir mais Jess’ me connaissait bien elle aussi... Elle savait qu’elle m’avait amené au point de non-retour : Elle a sorti mon sexe de sa bouche et me branlant devant son buste, j’ai éjaculé plusieurs giclées d’un sperme épais et laiteux...

Voilà... Tu peux goûter !

Mais ce n’est pas avec ses mains qu’elle a prélevé le sperme... Elle a collé ses lèvres sur les giclées les plus importantes qu’elle a léchées avant d’aller sucer les tétons de sa mère... C’était de plus en plus chaud... Jess’ s’est laissée faire quelques minutes avant de repousser sa fille.

C’est assez... Tu exagères...

Ça n’a pas eu l’air de te déplaire !

Ce n’est pas la question ! Je suis ta mère !

OK... Alors à défaut de me prêter Ari pour la nuit, prête-moi ton jouet vibrant !



Comme presque tous les dimanches, nous avons commencé à prendre le petit-déjeuner ensemble... Tous les trois nous étions nus pour la première fois... L’ultime barrière était tombée la veille quand Jess’ m’avait masturbé et sucé pour faire plaisir à sa fille... A 18 ans passés, elle était encore vierge !

Alors que je prélassais en regardant évoluer la mère et la fille, cette dernière est venue me chevaucher et m’embrasser sur la bouche... Sa langue est entrée et rapidement notre baiser s’est transformé... C’était chaud... Les deux langues se livraient à un duel humide et ma bite était entre les cuisses de Caroline...

Je bandais et elle ne pouvait l’ignorer... Elle a passé ses mains derrière mon cou pour se soulever et en redescendant, elle s’est empalée sur mon sexe... Juste une petite hésitation au moment où l’hymen s’est déchiré et bientôt j’étais entièrement dans la chatte Caroline. Je n’avais rien pu faire pour l’en empêcher...

Quand tu veux quelque chose, tous les moyens sont bons !

Oui Maman, tu ne peux pas savoir comme c’est bon de se faire dépuceler... Je n’ai pas eu mal et maintenant je suis bien !

Bon... ce n’est pas tout... Maintenant que j’ai déchiré ton hymen, il faut que tu sortes !

NON... Baise-moi... Fais-moi un enfant ! Je suis dans ma période féconde !

Décidément... tu es complètement folle !

Tu crois ? Moi je suis sûre de ce que je veux : Un enfant d’Ari !


Six semaines plus tard Caroline arrivait à la maison avec un sourire rayonnant : Elle était enceinte !

Diffuse en direct !
Regarder son live