Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 37 432 fois
  • 107 J'aime
  • 0 Commentaire

Je me fais prendre par un inconnu

Chapitre 1

Orgie / Partouze

JE ME FAIS PRENDRE PAR UN INCONNU


Histoire en partie bien réelle qui s’est passée l’année dernière. Moi, c’est Isabelle petite jeune femme blonde de trente deux ans. Après avoir vécu pendant sept ans avec un copain, nous venons de nous séparer depuis un peu plus de trois mois. Je n’ai pas eu d’homme dans mon lit depuis son départ.

Au début, je pensais qu’il reviendrait car nous avions quelques sentiments l’un pour l’autre, maintenant je commence d’être très sérieusement en manque de sexe, la nuit surtout, ce n’est pas le pied d’être seule dans un grand lit.

J’aime bien sortir avec mes amis, j’ai toujours espoir de retrouver quelqu’un …

Ce soir je suis invitée par un couple d’amis, nous avons décidé d’aller au restaurant et terminer la nuit dans une boite assez branchée. Je suis déjà allée danser dans cet endroit qui me plaît assez bien, il y a beaucoup de monde et peut être aurais-je la chance de trouver quelqu’un qui me plaise.

J’ai décidé de m’habiller assez sexy : petite jupe noire assez courte et surtout très légère qui devrait bien me dénuder et montrer mes dessous en dansant.

Un petit haut assez léger et bien ouvert qui laisse entrevoir une petite poitrine assez ferme et l’absence de soutien gorge, des bas auto-fixant noirs et un petit string rouge qui devrait être la cible de certains hommes à la recherche d’un bon coup…

Cette tenue est parfaite et me met vraiment en valeur... ce soir je suis bien décidée, que quoiqu’il arrive, je ne veux pas repartir seule, ce soir je suis bien déterminée de passer la soirée et la nuit en compagnie d’un homme...

Arrivée sur la piste de danse avec mes amis, je fais tout pour me faire remarquer, la jupette vole dévoilant le haut de mes cuisses et plus encore, certains regards sont accrochés à mes fesses...

Lors du repas, nous avons pris l’apéritif et un peu de vin ce qui me donne l’esprit serein et une envie folle de me lâcher, mais surtout un désir terrible de sexe, je sens une certaine humidité qui commence à imprégner mon entrecuisses...

Je continue de danser... Les garçons autour de moi, s’empressent de venir se coller et se frotter à moi, c’est assez excitant de savoir que l’un de ces nombreux jeunes hommes finira la nuit dans mon lit entre mes bras et mes cuisses.... je m’amuse à les exciter, il est vrai que moi aussi je sens que mon minou commence sérieusement à me démanger.

Une série de slows, les couples s’enlacent, un homme qui doit bien avoir une quarantaine d’années que j’ai remarqué en rentrant m’invite en me prenant dans ses bras.

Bel homme, il est assez direct, peut être a-t-il remarqué mon manège, il me plaque contre lui, je sens la protubérance de son sexe qui frotte contre ma cuisse ce qui ne fait qu’empirer mon état de nervosité et ce besoin de sentir une queue au fond de mon ventre.

A un moment, tout en dansant, il se fait plus pressant, je sens sa main qui descend sur mes fesses et me palpe légèrement, son souffle chaud dans mon cou, il ne m’en faut pas plus pour que je m’abandonne insensiblement dans ses bras.

Je m’amuse aussi avec lui en exerçant une certaine pression sur son pénis, ce qui ne le laisse pas indifférent, juste ce qu’il faut pour bien lui faire comprendre que là ce ne sera pas juste pour une danse et quelques attouchements et baisers...

Tout en se frottant mutuellement nous discutons, ses lèvres sont à quelques centimètres de ma bouche, j’ai envie de l’embrasser, mon string commence à être plus que humide, la soirée passe en dansant et en buvant quelques coupes de champagne toujours en sa compagnie.

Ne tenant plus, mon ventre me tenaillant, l’alcool aidant, je me lance au risque de lui faire peur, je lui dis qu’il me plaît et que j’ai envie de lui, de venir terminer la soirée chez moi.

Il me regarde, l’air un peu surpris, je pense que j’ai été un peu trop directe et impatiente et commence à le regretter.

Mais non, nous terminons la danse et il me fait signe que nous partons, nous quittons la boite, et prenons sa voiture, en chemin je ne peux m’empêcher de lui caresser le sexe à travers son pantalon. J’avais bien senti en dansant qu’il était assez bien pourvu de ce coté là, car ce que je sens sous mes doigts me donne encore plus envie de le connaître un peu mieux.

Arrivés chez moi nous ne perdons pas de temps.

Aussitôt la porte fermée, il m’embrasse fougueusement, sa bouche se plaque sur mes lèvres, sa langue s’insère dans ma bouche, ses mains continuent leur exploration, mais cette fois un peu plus osés.

Mes petits seins sont triturés, malmenés, je pousse de petits cris aigus, ma jupe atterrit très rapidement sur le plancher et mes fesses un peu rebondies subissent l’assaut de ses mains qui semblent elles aussi impatientent d’aller au but...

Il ne me reste que mon string pour tout rempart, son regard brillant se promène sur moi, dans ses yeux je vois ce désir qu’il a de me baiser, et je n’attends que ça!!!

Je me fais chatte, il m’enlève mon string qui est tout poisseux de mouille, mes seins sont tout durs et me font mal, il en profite pour les mordiller, tout en accaparant mes tétons, il me doigte le sexe, j’aime la façon qu’il a de prendre possession de mon corps tout en caressant les endroits qui font fondre une femme…

Je le prends par la main et l’entraîne vers ma chambre.

Me faisant asseoir sur le bord du lit, il me demande d’écarter les cuisses et m’enfile deux puis trois doigts dans ma chatte qui n’a pas connue pareille fête depuis bien longtemps, ma tête se fait lourde, je transpire, ma vue est légèrement floue et je coule comme une fontaine en lançant des oh, des ah et des oui plus fort.

Il finit de se déshabiller, il a un sexe bien raide et assez épais, je pense que je suis tombée sur le bon numéro ! Je m’agenouille pour le faire coulisser dans ma main, je passe ma langue sur son gland et le prend en bouche. Il me tient la tête avec ses mains et imprime quelques va-et vient assez profond sur sa tige qui est maintenant toute rouge virant sur le violet.

Quel sexe, je pense que je ne devrais pas m’ennuyer avec un tel instrument dans la minette…

Après l’avoir copieusement sucé, il me fait positionner à quatre pattes sur le lit, le cul bien cambré, il écarte mes lèvres vaginales avec ses doigts, titille mes chairs avec sa langue, puis me prenant aux hanches me pénètre lentement. Je sens son gland qui écarte mes chairs pour venir se planter au plus profond de mon ventre.

Je pousse quelques couinements, ses couilles frappent mes fesses, son chibre me laboure la moule, que c’est bon après une aussi longue abstinence

Je l’encourage, je crie et gesticule sous ses coups de boutoir, ça faisait tellement longtemps que je ne m’étais pas prise de bite aussi dure et aussi épaisse en moi...

il me dit que je suis une "bonne petite chienne" que "j’aime ça" "me faire baiser comme une salope"

Après avoir bien besogné ma moule, je sens un doigt pénétrer mon œillet, le passage est étroit, je me contracte pour faire barrage à l’intrus, l’index force mon petit trou, quelques allers-retours ont vite raison de ma réticence.

Je sens son gland se poser sur mon anus, c’est bien ce que je pensais il veut me sodomiser, pourquoi pas, cela fait bien longtemps que je n’ai pas connu un tel assaut…

Me prenant solidement aux hanches, je sens sa bite pénétrer mon étroit et si sensible canal ; après plusieurs va-et-vient, mes chairs se sont distendues, un plaisir immense m’envahit, ma tête s’abandonne au plaisir. Je sens cette tige aller et venir dans mon fondement, puis soudain plusieurs jets frappent l’intérieur de mon cul, un liquide tiède se répand en moi, que c’est bon...

Nous nous effondrons sur le lit et restons un long moment emboîtés l’un dans l’autre, savourant notre plaisir et reprenant nos esprits.

Se désaccouplant, je sens un liquide tiède couler de mon fondement se répandre en traînées sur mes cuisses, il m’a mis une belle dose pensais-je en voyant la quantité de foutre !

A chaque fois que j’y repense... j’en suis encore toute retournée car je ne m’étais jamais lâchée et je n’avais jamais pris autant de plaisir dans les bras d’un mâle...

Je ne l’ai jamais revu et quand il a eu fini il s’est essuyé, s’est rhabillé, m’a donné un dernier baiser sur le front et une tape sur les fesses, nous avons juste fumé une cigarette avant qu’il ne s’en aille.... je ne sais pas grand chose de lui si ce n’est qu’il était de passage dans la région. Le bavardage n’était pas ce que nous souhaitions faire ce soir là....

Diffuse en direct !
Regarder son live