Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 809 fois
  • 98 J'aime
  • 3 Commentaires

Faites du sport!

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Note de l’auteur : il y a quelques mois, j’ai publié une version courte de cette histoire sous le titre “Fitness Sandwich”, pour aussitôt regretter de ne pas l’avoir exploitée un peu plus longuement, eventuellement sur plusieurs chapitres.


Il faut que je vous raconte ce qu’il m’est arrivé hier soir. J’étais à l’assemblée générale du club de volleyball dont je suis le trésorier et vers 22h, je reçois un SMS d’Anna, mon épouse, qui était au fitness comme tous les vendredis.


La salle, gérée par Christine, sa meilleure amie, est à quarante minutes de tram de chez nous, mais mon épouse me demande de venir l’y récupérer. Vu l’heure, je suppose qu’elle préfère m’attendre là-bas et rentrer en voiture plutôt que d’attendre le tram, moins fréquent en soirée. Je lui réponds donc que je serai là dans une vingtaine de minutes.


Arrivé sur place, je me gare derrière, dans la cour. A cette heure-ci, la salle est déjà fermée, mais je connais le code d’accès de la porte du personnel : il m’est arrivé de venir y faire l’une ou l’autre réparation en dehors des heures d’ouverture, pour dépanner Christine.


Je monte les escaliers et, arrivé à l’étage, je perçois des bruits provenant du vestiaire des hommes. Plus je m’approche, moins le doute est permis : mon épouse est en train de se faire baiser ! Je reconnais les râles qu’elle émet quand elle fait une pipe en « gorge profonde » et qu’elle est très excitée.


Sans bruit, je m’approche de la porte du vestiaire, entrebâillée. Je découvre mon épouse dans une position compromettante : elle a en bouche la bite de Joseph, un coach qui travaille là depuis des années, tandis que deux autres blacks s’affairent à l’autre bout. Celui qui est sous elle, couché sur un banc, a un sexe énorme, profondément installé dans le vagin de ma femme, qui exécute des allers et retours à un rythme soutenu. L’autre, debout, les genoux légèrement pliés, pilonne en rythme le trou du cul de mon épouse. Je les observe discrètement : d’où je suis, je doute qu’ils puissent me voir.


Après quelques minutes, Joseph retire sa queue, libérant la gorge de mon épouse qui peut maintenant gueuler librement sous les coups de boutoir des deux autres.

Il recule légèrement, mais reste suffisamment proche pour que son gland ne soit qu’à quelques centimètres de la bouche d’Anna, qui a visiblement compris ses intentions: les yeux levés vers lui, bouche grande ouverte, langue largement sortie, elle attend l’éjaculation, prête à se délecter du foutre de ce salaud qui se masturbe à quelques centimètres de son visage.


L’attente est rapidement satisfaite : trois grands jets de sperme atterrissent au fond de la bouche d’Anna, puis Joseph avance aussitôt son sexe vers les lèvres de ma femme, qui lèche alors le gland pour récupérer les dernières goutes de sperme.


De l’autre côté, les deux mecs sortent leurs queues des orifices d’Anna et la retournent : elle est maintenant installée dos au gars couché sur le banc, qui attrape ses jambes par dessous les genoux et les tire vers lui. Anna a maintenant les genoux aux épaules et, la maintenant dans cette position, il lui enfonce d’un coup sec la bite dans l’anus. Une fois fait, l’autre gars pénètre alors sans ménagement sa chatte et les deux compères reprennent en rythme leurs va-et-vient.


Joseph, qui s’était éclipsé quelques secondes, réapparaît, un téléphone en main. Pendant quelques minutes, il tourne autour du trio, le téléphone à bout de bras : pas de doute, il est en train de filmer ma femme se faisant défoncée par ses deux potes. Puis il vient se placer à côté des deux gars et s’accroupi afin de capturer en gros plan les allées et venues des deux chibres dans les orifices dilatés d’Anna, qui crie de plus en plus.


— Gifle moi !


Le mec debout semble hésitant et, pendant une quinzaine de secondes, fait mine de ne pas avoir compris.


— Gifle-moi, putain!


La gifle part aussitôt, surprenant même Anna qui, visiblement, ne l’attendait plus. Elle est rapidement suivie d’autres gifles, appuyées, mais pas brutales. Anna, qui semble vraiment aimer ça, gueule encore plus qu’avant.

Troublé par le spectacle, je réalise que, la main glissée sous mon pantalon, je suis en train de me branler depuis plusieurs minutes. Si je ne m’arrête pas rapidement, je m’en foutre partout.

Le mec du banc fini par jouir et le sperme s’échappe en quantité du trou de balle de ma femme. Puis le second sort sa queue et se rapproche du visage d’Anna, rapidement atteint par de grands jets de foutre qui atterrissent sur ses joues et sa bouche en quantité.

Joseph, qui s’est relevé, n’a rien perdu de l’action et il filme maintenant en plan serré le visage d’Anna, qui prononce quelques mots, que je n’entends pas, puis se redresse.


— Merci les gars, mais barrez-vous, mon mari ne devrait plus tarder.


Je retourne rapidement à la voiture avant que ma présence soit remarquée. Arrivé en bas, je prends quelques minutes pour reprendre mes esprits puis je compose le numéro de téléphone de ma femme.


— Je suis arrivé, je suis garé dans la cour.

— Monte, j’en ai encore pour au moins dix minutes. Tu peux me rejoindre, il n’y a plus personne dans le vestiaire.


Je monte les escaliers sans me presser, parcours le couloir et entre dans le vestiaire des dames. Anna est sous la douche : le corps couvert de savon, elle se caresse les seins.


— Alors, l’assemblée générale s’est bien passée ?

— Oui le comité a été réélu, personne d’autre ne s’est présenté pour faire le boulot à notre place.

— Et toi, l’entraînement?

— Bien, bien. Ce soir, c’était une séance de Pilates... Et après, je me suis faite défoncée par Joseph et ses deux cousins. Mais tu le sais déjà, Joseph m’a dit qu’il t’avait vu, derrière la porte, en train de nous mater. A ma demande, il a fait une vidéo avec mon téléphone, pour le cas où tu serais arrivé trop tard!


Pour la deuxième fois de la soirée, je suis troublé par la perversité de mon épouse, qui l’a bien remarqué.


— Tu as aimé ?

— Euh, oui...


Tout en parlant, elle a descendu sa main droite vers son mont de venus et elle glisse maintenant majeur et annulaire entre les lèvres de sa vulve, tout en me regardant avec un regard particulièrement lubrique.


— Viens me lécher la chatte !


J’enlève rapidement mes vêtements et je la rejoins sous la douche. Alors qu’elle s’est adossée à la paroi, genoux légèrement écartées et fléchis, je m’agenouille devant elle et plonge la tête pour accéder à sa vulve, que je lèche avec délectation pendant plusieurs minutes.


— Alors, mes salauds, on se régale ?


Les paroles d’Anna me sortent de mon état d’excitation. J’ouvre les yeux et je tourne la tête : les trois blacks sont là, à poil, en train de se branler en nous mâtant. Avec l’eau de la douche dans les oreilles, je ne les avais pas entendu arriver.


Note de l’auteur : la suite n’existe pas encore, vos suggestions sont bienvenues en commentaires!

Diffuse en direct !
Regarder son live