Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 22 970 fois
  • 68 J'aime
  • 1 Commentaire

ma famille et moi.

Chapitre 1

Inceste

(Ceci est une histoire vraie, et j’ai plaisir à la partager)



Bonjour à tous. Aujourd’hui, je vais vous raconter une histoire qui s’est passée il y a, à peine une semaine. J’y ai pris tellement de plaisir qu’il me faut la raconter à quelqu’un, c’est pourquoi j’ai choisi de vous la conter. Mais laissez moi me présenter. Je me nomme Christelle, j’ai Seize ans, et suis en Bac professionnel de Pâtisserie. Je suis blonde, de taille moyenne, et je suis assez fière de ma poitrine qui, pour mon âge, est assez bien développée. En effet, je fais du 90D.

Tout commença début Juillet. Mes parents nous annoncèrent, à moi et ma soeur, que nous partirions en vacances, mais des vacances assez spéciales. Curieuse, je leur demandais en quoi ces vacances étaient spéciales. C’est alors que j’appris que nous partions pour des vacances naturistes. Ce fut un choc pour moi, qui est très pudique. Je n’aime pas mon corps, et n’aime pas qu’on le regarde. Voilà pourquoi je n’ai pas encore "passé le cap", et suis vierge. Beaucoup de garçons fantasment sur mes lèvres, qu’ils définissent comme pulpeuse, même si je n’ai pas le même avis. Ainsi donc, mes parents avaient réservés les places, et en aucun cas, il n’annulerait. Ma soeur ne semblait pas être dérangée. Il faut dire que elle, elle n’avait que faire de la pudeur. Elle s’était mise je ne sais combien de fois nue devant moi, et je ne compte pas des cris de jouissance parvenant de ma chambre. Mais laissez moi vous la présenter. Elle se nomme Joanna, elle a mon âge et blonde comme moi. Sa poitrine est plus petite que la mienne, et elle est à peu près de la même taille que moi.

Valises faites, voiture rangée, maison fermée, nous voici prêt pour partir.


Après une longue route, nous arrivons sur la côte méditerranéenne, dans un petit village près de Menton. C’était une sorte de village complètement naturiste. Lorsque nous sommes arrivés, je fut extrêmement troublée. Pour moi qui n’avais jamais vu que ma soeur nue, voir tout ces gens nus, et qui plus est, voir des sexes d’hommes, me fit rougir, et je détournais le regard. Ma soeur me regardait, et elle me fit un sourire. Nous nous installâmes dans un petit bungalow. Ma soeur et mes parents se mirent tout de suite nu. Quel choc! Mon père était nu devant moi, et m’invitais à faire de même. Gênée, j’enlevais mon haut, puis mon pantalon, mais restais en petite culotte et en soutien-gorge. Je ne voulais pas en enlever plus. Mais ma soeur ne le vit pas de cet oeil. Elle passa derrière moi, et dégrafa mon soutien-gorge, libérant ma poitrine opulente de son étau. Un frisson parcouru mon corps, et mes tétons se mirent à durcir. Je mis mes mains devant, pour les cacher à la vue de mon père et de ma mère. Ceux ci souriaient. Ils étaient heureux que je fasse comme eux. Ma mère et ma soeur me prirent, et m’enlevèrent ma culotte de force, riant de bon coeur. Mon petit minou couvert de poil blond fut ainsi, lui aussi, à leur vue. Mes poils touffu cachaient mon intimité. Il me fallut quelques temps pour m’habituer à ma nudité. J’en avais la chair de poule! Ensuite, il fallut décharger la voiture. Je faillis défaillir en sortant du bungalow, croyant que tous les regards étaient dirigés sur moi, et je n’étais pas loin de ma vérité. Plusieurs garçons lorgnaient sur mes seins, et n’hésitaient pas à montrer leurs sexes en début d’érection. Le rouge me monta aux joues. Vivement, je rentrais ma valise, me mit sur le canapé et, un coussin sur mon intimité, je regardais mes parents finir le boulot. La journée se passa ainsi, je restais sur mon canapé, tandis que mes parents et Joanna partirent pour les courses. Aux alentours de dix huit heures, ils rentrèrent. La soirée passa, puis il fut temps d’aller se coucher. Je dormais dans la même chambre que ma soeur. Lorsque je me glissa dans mon lit, la sensation du tissu sur mon sexe fut très agréable. Mon bas ventre s’embrasa, et de la mouille en coula. La lumière étant éteinte, je put cacher mon désarroi à ma soeur, bien que celle ci parut dormir. Mais dans la nuit, j’entendis des bruits. Des bruits de jouissance qui venaient de la pièce à côté. Mon père et ma mère étaient en train de faire l’amour! Et ma mère prenaient son pied, à ce que j’entendais. Ma main s’égara alors sur mon sexe. Je ne me masturbais pas beaucoup, cela ne me procurait pas plus de plaisir que ça. Je me caressais quelques instants, puis m’arrêta, et la nuit m’emporta.


La semaine se passa, mes parents faisaient l’amour tout les soirs, et mon père profitaient à chaque fois de ma mère dans la journée, tripotant ses seins ou ses fesses. Je le surpris même à lui mettre un doigt dans son vagin! Ma soeur n’était pas souvent là. Un jour, je me suis permis de la suivre. Au bout d’une longue marche dans la forêt toute proche, elle retrouva un garçon. Me cachant dans un buisson, je la vis se faire pénétrer partout. De la mouille coula de mon vagin, et je titillais mon petit bouton. Le plaisir montait, et je ne pus m’arrêter à temps. Je jouis en même temps que ma soeur, ce qui les empêcha de m’entendre. Mais ce fut ce soir là que commence réellement mon histoire.

Il faisait nuit, et le silence regagnait dans la bungalow, hormis les habituels cris de ma mère. Nue comme un ver, je me levais, et décida d’aller voir. Quelle fut ma surprise lorsque je vis que ce n’était pas ma mère dans le lit de mon père mais...ma soeur. Il était en train de la sodomiser, et elle hurlait sa jouissance. La mouille coula le long de mes cuisses, beaucoup plus que d’habitude. Au bout de dix minutes, ma soeur se retourna, et mon père balança son sperme sur le visage. Joanna semblait heureuse. Je me préparais à repartir, lorsque je sentis une main descendre le long de mon ventre, tandis que l’autre massait mes seins. Je criais de surprise. Je vis mon père et ma soeur me regarder, pendant que ma mère me faisait jouir. Jamais je n’avais ressenti ça! C’était le pur bonheur! La jouissance montait, montait. Ma mère jouait avec mon clitoris, je me mis à soupirer, le flux de mouille de plus en plus puissant. Elle me guida vers le lit, ou elle me coucha, et commença à me lécher le sexe. L’orgasme fut instantané. J’hurlais mon plaisir, et le visage de ma mère reçut plusieurs jets de mouille sur le visage. Excitée, j’écartais les jambes, tandis que ma soeur se positionna au dessus de moi. Nous commençâmes un 69 magnifique. Je sentis quelque chose de visqueux couiller sur mon sexe, sans doute le sperme de papa. Je faisais des vas et vient dans son sexe avec ma langue, et la fis jouir. Mon père présenta son sexe grandi devant mon visage, et sans hésiter, je le gobais. Je léchais, pompais carrément sa bite si bonne. L’excitation m’avait désinhibée, et je n’hésitais plus. Tandis que je suçais mon père, ma soeur continuais à me faire du bien. Je ne sentis pas le sexe de mon père se contracter, et il cracha son sperme dans la mouche. J’eus envie de vomir, mais le goût était assez bon, j’avalais donc goulûment. Ils me laissèrent quelques temps, tandis que ma mère, munie d’un gode ceinture, baisait complètement ma soeur. Le sexe de mon père avait repris de sa vigueur, et il le présenta devant mon sexe. J’eus à peine le temps de chuchoter un faible: "No..non" qu’il me pénétra violemment. La douleur s’empara de moi, et du sang coula de mon sexe. Mais lui continuait son travail. Il voulait me faire jouir !J’étais remplie, et la jouissance vint


"OUIII..han, ENCORE, ENCORE...OUIIIIIIIII"


Quelques instants après, mon père lâcha sa semence dans ma chatte. Mais son sexe resta en érection. Il continua à me pistonner. Il se retourna, et je pus m’empaler sur son sexe, et contrôler cette magnifique pénétration. Mais ce n’était pas assez pour mes parents. Je sentis un doigt pénétrer mon anus. La jouissance fut folle. Je criais, je hurlais...Je sentis un objet pousser ma rondelle. Ma mère ou ma soeur venait de me pénétrer la rondelle. Quel bonheur. Ils me pistonnèrent tout les deux, et la jouissance fut telle que je perdis connaissance quelques instants.

Ce fut un véritable bonheur que cette première expérience. Depuis ce jour, tout les soirs, je fais l’amour avec mon père, et voici quelques semaines que je n’ai pas mes règles...

Diffuse en direct !
Regarder son live