Le site de l'histoire érotique

Famille & sexe : Mes parents

Chapitre 2

8
4

Une histoire érotique écrite par

Histoire lue 6 381 fois

8

0

Cette histoire est la suite directe de Famille & sexe : Mes parents (partie 1), il est fortement conseillé de la lire avant. Tout comme il est conseillé de lire Famille & sexe : Ma sour (partie 1 et 2).

Ma mère me pris le bras, contourna le sofa et me poussa dedans. L’instant était unique, j’étais nu, le sexe bandé à fond, dans le sofa au milieu de la salle à manger. Elle, Louise, ma mère se tenait debout complètement nue, je pouvais enfin la regarder comme un amant regarde sa maitresse et contempler son corps. Instinctivement, je l’ai comparé à Eva. Ses cheveux étaient aussi blonds qu’elle, son visage juste un peu plus long et sec. On entr’apercevait les quelques années qui les séparaient. Etant moins fine que sa fille, sa poitrine ne ressortait pas autant pourtant, elle devait être légèrement plus grosse, cela était certainement du à ses deux grossesses. Ses deux tétons pointés encore si fièrement que la gravité n’avait toujours pas fait tomber ses deux globes. Ses hanches ressortaient plus mais son ventre n’avais rien à envier à ma sour, les années de sport avait été efficaces. Quant a ses jambes, elles n’étaient plus en forme mais toujours bien galbées et musclées.

" Tu sais mon coquin que tu as une sacrée bite tout de même. Avant de me la remettre, viens me lécher. " me dit ma mère. Sur ce, elle pose son pied droit sur le canapé. Je la colle alors à moi en passant mon bras entre ses jambes et attrape ses fesses bien musclées que j’avais déjà pu apprécier. Doucement, j’embrasse son entrejambes, et commence à la lécher. J’applique tous les conseils que m’a donnés ma sour, et me concentre sur son clitoris qui sort de sa cachette. Puis avec le pouce de ma main libre, je lui titille l’entrée de son antre. Je sens qu’elle mouille de plus en plus, sa respiration augmente. J’en profite pour lui rentrer mon pouce, ce qui lui fait sortir un premier râle. Je mordille, lèche, embrasse son clito et en même temps, je lui enfonce mon pouce au plus loin. Je la masturbe de plus en plus vite en vibrant de plus en plus fort. Pendant ces caresses, mon index s’est naturellement placer contre son petit oillet. Ce qui me permit de lui masturber cette entrée aussi.

Elle mouillait abondamment j’en ai profité pour lubrifier mon doigt et lui enfonçais dans l’anus. Un nouveau râle sortie de sa bouche. Sa respiration ressemblait maintenant à celui d’une chienne après une grande course. Mon doigt rentre en elle sans trop de résistance. Je la masturbais avec mes deux doigts telle une pince. "Oh !!! Mon coquin, tu me prends en sandwich avec tes doigts, oooh !!! C’est bon. " Je lève la tête pour voir son visage et tombe nez à nez avec sa grosse poitrine, tel un bébé, par réflexe, je commence à lui téter ses petites auréoles. Ce qui a eu l’effet escompté puisque sa respiration haletante a encore accélérée et ses râles amplifièrent. Et enfin, d’un coup, sa jouissance explosa. Un cri envahi le salon, son puits d’amour fut inondé et son vagin se contracta. Elle me repoussa contre le canapé, posa ses genoux de chaque coté de mon bassin et tout en m’embrassant les pectoraux, positionna mon gland à l’entrée de son puits d’amour. Puis, braqua son regard dans le mien est centimètre par centimètre descendit le long de mon manche. Au plus je m’enfonçais en elle, au plus je lisais sur son visage le plaisir. Au bout de secondes qui me parurent interminables, ma bite buta au plus profond de ma mère ce qui déclencha immédiatement un petit orgasme. Elle s’habitua à ma présence puis entrepris rien qu’en bougeant son bassin des allées retour sur ma queue. Ils étaient, courts et rapides. Le frottement de ma bite sur ses parois intimes était une sensation merveilleuse. Cette position me permis de caresser, malaxer, pincer, titiller sa grosse poitrine, une vrai merveille. Ses mouvements devaient de plus en plus saccadés et enfin elle prenait ma bite en entière en elle. Elle a eu des orgasmes à répétitions pendant une bonne minute et épuisée, elle s’écroula sur moi. Elle m’embrassa à pleine bouche. Un instant inoubliable, ma langue jouait avec la langue de ma mère. Après ce baiser, je lui susurrais à l’oreille, je veux t’enculer.

- comment tu me parle mon coquin ! Tu aurais pu dire ’ puis je t’enculer ’

— alors, puis je t’enculer ?

— tu est beaucoup trop gros tu vas me déchirer.

— j’irai doucement comme avec Ev...

— alors comme cela tu as déjà enculé ta sour, il faudra que l’on en parle. Mais si tu as déjà réussit je veux tenter le coup, si tu me fais trop mal par contre tu arrêteras.

Elle se mit debout sur le sofa, je suis resté assis et elle me dit : " lèche moi et prépare mon cul. " alors comme tout garçon obéissant, je l’ai préparé. Pendant que je la faisais mouiller avec ma langue, un doigt lui pénétra l’anus, puis deux. Quand je l’ai trouvé suffisamment prête, je me suis relevé, elle s’est mise à genoux sur le sofa et moi debout, je l’ai prise par les hanches et je me suis enfoncé de 10 centimètres d’un coup en elle. Un cri de surprise, un peu de douleur mais aussi de plaisir sorti de ses lèvres pulpeuses. J’enculais ma mère ! La sensation était merveilleuse, ma bite était tellement serrée. Je lui caressais son clitoris et en même temps faisait de tout petits mouvements d’aller retour avec ma queue. Quand je sentais que sa résistance diminuait je me suis un peu plus enfoncé en elle par de grands mouvements de hanches. A chaque coup ma mère poussait des cris rauques de plus en plus forts. Sentant mon plaisir venir, j’ai accéléré mes mouvements. J’étais littéralement en train de la défoncer. J’étais devenu un véritable animal en rut. Je ne pensais qu’a mon plaisir. Cette sensation de possession et de puissance était décuplée par les cris de jouissance de ma mère. Elle ne pouvait plus se retenir, la maison résonnait de sa jouissance. Et entre chaque cri, elle se murmurait à elle même des commentaires comme : « Ho ! Putain comme c’est trop bon » ou « Oh, oui défonces moi plus fort. » ou « Oh mon dieu tu vas m’éclater le cul tellement tu est gros. » Ne me retenant plus, je me suis mis à la défoncer à grand coup, et dans un ultime mouvement, nous avons tous les deux jouis et criés en même temps notre plaisir. Puis je me suis écroulé sur le sofa, le calme est revenu brusquement dans la maison. Essoufflé, comblé et heureux, je profite de ce moment unique. Je viens de donner du plaisir à ma mère, je viens de l’enculer bestialement, nous avons tout simplement baisé comme deux farouches amants.

Doucement, je me décolle de ma mère, elle s’est tout simplement assoupie. Je me lève et je vais prendre une douche pour éviter le plus longtemps possible ce moment ou nous allons tous les deux réalisés ce que nous venons de faire et ne savons pas comment cela va continuer. A la sortie de la douche, je me retrouve nu en face de ma mère que je n’avais pas entendu rentrer. Elle me regarde, baisse les yeux vers mon sexe, et me dit : ’ si j’ai bien compris, tu baises déjà avec ta sour, et je peux comprendre pourquoi. Et maintenant que j’ai gouté à ta grosse bite, je ne pourrai plus m’en passer. Alors quand j’en aurai envie, je viendrais la prendre. ’ Et sur ce elle est sortie. Quand nous nous sommes revue, ma sour et mon père étaient déjà rentrés, nous nous sommes mis à table et une fois le repas terminé, je suis allé directement me coucher mort de fatigue.


La suite avec ma sour et sa meilleure copine pour un prochain épisode. Si cette histoire vous a plu vous pouvez m’envoyer des commentaires à l’adresse suivante : 28par7@gmail.com et peut-être que je vous raconterais la suite.


Un grand merci à Georges G. qui a effectué un très gros travail de correction.