Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 246 fois
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

fantasme

Chapitre 9

Inceste

Sa main allait et venait sur ma hampe avec application. Je sentais que j’allais partir et que j’allais en mettre partout, mais c’était sans compter sur le savoir faire de ma cousine. Je déchargeais dans un râle, et elle reçut ma semence dans la bouche. 6 jets puissants de foutre chauds jaillirent qu’elle avala sans broncher. Elle continuait de me branler pour récupérer mon sperme jusqu’à la fin. Elle me pompait après avoir avalé toute ma semence pour récupérer ce qui restais en moi. Je soupirais d’aise. La route était longue, et ma mère était prudente. Je finis par m’endormir, Josie blottit tout contre moi. Ma mère nous réveilla un moment avant d’arriver pour nous déposer devant l’hôtel où j’avais réservé. Elle se gara sur le parking et je sortais avec ma cousine pour récupérer nos affaires dans le coffre. Puis, je revins et fis un bisou discret à ma mère et ma cousine fit de même. Ma mère me regarda en me tenant la main :

« et soyez à peu près sage tout les deux ! je reviens en fin d’après midi, alors gardez en un peu pour moi mes chéris ! »

« ne t’inquiète pas maman, j’ai tout prévu ! »

« je vous aime tout les 2 »

« moi aussi maman »

« je t’aime ma tata chérie »

La voiture s’éloigna et nous nous dirigeons vers la réception. Après avoir payé la chambre, nous montons à l’étage et posons nos affaires. Il y a un grand lit, une douche et des wc, la télé, bref c’est confortable, et le lit est délicieux. Ma cousine s’allonge, les pieds par terre. Je m’étend sur elle, mais elle me tient à distance en souriant.

« que veux tu petit coquin ? »

« te faire payer ce que tu m’as fais tout à l’heure dans la voiture ma cochonne ! »

« oh ! dis tout de suite que tu n’étais pas d’accord !!! »

« il est vrai que tu es une experte ! je ne te savais pas si douée, et ton mari n’apprécie pas ? il a bien tort ! »

« oh tu sais, pour lui c’est plus les devoirs conjugaux, un rituel, peut être même une obligation »

« ou il a une maîtresse »

« je l’ai cru à un moment, mais je ne crois pas très sincèrement, il est beaucoup trop cérébral »

« remarque je ne vais pas me plaindre, comme ça j’en profite puisque tu es là »

« à propos, tu as dis à ta mère tout à l’heure que tu avais tout prévu ! tu voulais dire quoi par là ?»

Je souriais, me penchais sur mon sac et en ressortis le gode ceinture. Ma cousine eut un sourire :

« oh oué ok ! on va l’appeler l’infatigable »

« ah ben merci pour moi cousine »

« non toi je vais te surnommer l’inégalable »

« ah oui ça me va »

Je pris sa bouche et l’emporta dans un long baiser. Ma langue cherchait la sienne, je l’aspirais avec force. Mes mains glissèrent sous son haut, je caressais ses seins, pétrissant ses globes de chairs. Elle se redressa, enleva son haut ainsi que le mien et dit :

« j’ai envie de toi »

« moi aussi »

Je m’allongeais sur elle, écrasant ses seins, ma bouche la muselant à lui couper le souffle. Nous mélangeons nos langues un long moment puis elle me repousse avec un air essoufflé :

« eh ben mon gaillard ! j’ai déjà eu des petits copains mais pas des comme toi ! quelle vigueur ! quel élan !!! »

« j’ai trop envie de toi ! j’ai trop envie de te baiser ! »

« qu’est ce que tu attends ? »

En parlant, je caressais sa poitrine, puis je posais ma bouche sur un sein pour l’engloutir, ma langue jouant avec son téton qui durcissait sous la caresse. Josie gémissait et sa main vint me tenir la nuque, comme pour m’inviter à poursuivre. Je gobais son nichon avec force, il faut dire que j’adore ça, surtout que ma cousine à une de ces paires !!! Je pose mes lèvres sur l’autre sein et je l’engloutis. Elle semble apprécier :

« aaaaaaahhhhhhhhhhhhh ! »

Ma main descend sur son ventre, glisse sous sa jupe et remonte sur sa fente mouillée et offerte. Je glisse un doigt sur ses lèvres et je caresse l’entrée de sa grotte. Puis je glisse juste une phalange, pour terminer par le doigt entier. Elle râle, ce qui m’encourage, et je met un autre doigt.

Elle se relève au bout d’un moment, se débarrasse de sa jupe et m’ôte mon pantalon. Ma bosse en dit long sur mon état, et ma cousine regarde ça avec envie :

« je vais me régaler ! »

« mais régale toi ma cousine chérie, c’est fait pour ça ! et elle est toute à toi ! »

Elle m’enlève alors mon caleçon et se met sur moi en 69. Je met à nouveau mes 2 doigts dans sa fente, tandis que ma langue darde son bouton. Elle gémit, tandis que sa bouche va et vient sur ma hampe. Elle me masturbe avec application, sa langue passant sur mon gland, titillant le méat. Puis elle m’engloutit tout au fond, reste ainsi quelques secondes, ressort ma bite qui est trempée de salive, recommence à nouveau mais un peu plus longtemps, ressors en salivant toujours, puis elle se met à me branler avec sa bouche tandis que sa main caresse mes bourses. J’ai abandonné mes caresses pour profiter du plaisir que Josie me procure. Elle s’étonne :

« ben dis donc ! et moi ? »

« désolé ma chérie, mais j’ai trop envie de toi »

« ah ben si c’est que ça pas de soucis ! »

Elle se redresse, se met face à moi et s’assoit sur moi à califourchon, empalant sa chatte sur ma verge trempée. Elle eut un « oooohhhhhhhhhhh » quand je buttais au fond de sa cavité. Elle resta sans bouger, et nous savourons l’instant, c’est si bon. Puis elle se penche vers moi, met ses mains à plat sur le lit de part et d’autre de ma tête et commence à bouger son bassin. Mes mains sur ses hanches, je glisse sur sa poitrine que je malaxe. Puis je pris un sein entre mes lèvres, je jouais avec le téton tout dur, puis je m’occupais de l’autre. Josie allait et venait sur moi, je sentais ma queue emprisonnée dans sa chatte.

«tu aimes mon cousin chéri ?»

« oh oui j’adore et toi ? »

« c’est terrible ! tu es un amant formidable !!! »

« embrasse moi »

Sa langue se faufila en moi et nous faisons encore l’amour un moment comme ça. La tenant par les seins, je sentais que j’allais venir :

« je viens ! tu veux ma semence en toi ? »

« oui viens ! remplis moi, donne moi tout ! explose en moi ! »

Je me retenais le plus possible, mais je du abandonner. Ma verge gicla en elle, la remplissant de mon sperme chaud.

« ah oui ! je sens que je suis pleine !!! pleine de ton foutre !!! aaaahhhhhhhhh !!! »

Notre orgasme avait été simultané. Elle resta ainsi un moment, plantée sur moi, sans bouger. Sa tête était posée sur mon torse et ses bras sur mes épaules. Je caressais son dos et ses hanches avec tendresse et douceur. Je restais ainsi un moment dans le silence, puis lui caressant les cheveux je lui demandais :

« ça va ? comment tu te sens ? »

« merveilleusement bien ! »

« tu es belle, et tu fais si bien l’amour ! »

« toi aussi mon cher cousin, tu es un amant prodigieux ! »

« je n’ai pas envie de bouger, je suis trop bien comme ça avec toi, mais j’ai faim »

Elle riait :

« Oui c’est vrai moi aussi »

Elle se redresse et je m’aperçois que sa chatte déborde sur ses cuisses. Elle se dirige vers la salle de bains

Diffuse en direct !
Regarder son live