Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 25 292 fois
  • 56 J'aime
  • 3 Commentaires

Fantasme en amoureux

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Fantasme en amoureux

Comment introduire ?

Comment vous dire ?

Comment vous dire que depuis ce jour-là, grâce à un simple et petit fantasme de mon mari, ma vie sexuelle a basculé, et je suis devenue moi-même une femme libérée, épanouie et heureuse.

Cette histoire s’est passée il y a une dizaine d’années vers fin août ou début septembre, je ne sais plus précisément. A l’époque, Sam avait 30 ans et je venais de fêter mes 26 ans. Tous les deux mariés depuis 3 ans, nous formions un couple atypique, complice et amoureux comme au premier jour... Lui, cuisinier en restaurant, et moi, commerciale vestimentaire. Mais aussi, nous étions les heureux parents d’une petite Chloé, née l’an dernier (et demi), et qui nous émerveillait par sa beauté et son sourire chaque jour. Bref, nous formions une petite famille tranquille et respirant le bonheur.


Donc, en ce samedi après-midi d’été, nous nous promenons tous les 3 dans un parc, faisant découvrir à notre petite puce les animaux de la ferme... Toute sage, elle est assise dans sa poussette et nous derrière, profitant de l’instant, de ses rires et de la beauté de ses grands yeux bleus qui découvrent le monde. Comme toujours, Sam et moi marchons main dans la main, très proches l’un de l’autre. Malgré notre différence de taille, je m’amuse à l’embrasser dans le cou, et lui sur mon front, nos corps collés l’un à l’autre, Chloé nous regarde un peu avec jalousie, de peur que je ne lui pique son papa, et cela nous fait bien rire... une belle après-midi en soi...


Pendant la promenade, nous tenant par la main, nous parlons assez peu, évitant le regard des gens qui nous dévisagent (à cause de nos physiques opposés), profitant de notre fille (dont certains pensent sans doute que Sam ne puisse en être le père à cause de son physique hors-norme ou mettant simplement en doute ma fidélité), bref hors sujet, nous profitons de la douceur du soleil qui nous caresse, du souffle de la brise et du temps.


D’humeur câline, je me blottis contre Sam, lui exprimant mon amour, mon soutien et mon bien-être. Je suis heureuse, c’est mon doudou, mon tendre colosse (avec ses 1m78 et presque 120 kilos), Sam est le meilleur homme du monde pour moi... celui en qui j’ai toute confiance et à qui je donnerai ma vie, c’est clairement l’homme de mes rêves : mon grand amour, mon gros nounours.


Ironie de la nature, à côté de lui, je fais figure de petite adolescente, car comme je le dis, nos physiques sont clairement opposés, lui grand, gros et viril (ressemblant un peu au physique obèse du film Pr Foldingue) et moi petite et fine (quoique, plus si fine que cela depuis la grossesse) avec un visage angélique de gamine (un peu comme l’actrice Jennifer Love Hewitt).


Bien évidemment, à cause de nos différences, notre couple subit très souvent la critique et même parfois des insultes gratuites (pachyderme ou gros sac pour lui ou petite pute et salope avide d’argent pour moi) : blessures gratuites du monde cruel et moderne, jugeant sans connaître sur nos physiques. Mais malgré cela, je me fiche du regard des autres et leurs méchancetés, car seuls l’amour et le respect comptent entre nous, et c’est aussi notre force dans notre couple.


Paradoxalement, je me dois aussi d’être féminine et soucieuse de mon apparence, pour moi, ma carrière, et aussi pour mon mari qui ne supporterait pas si je devais trop changer ou me négliger, donc pour cela, je me force et fais un peu de sport (piscine et course à pied) pour retrouver ma silhouette d’avant la venue au monde de Chloé. Malheureusement, la grossesse de l’année dernière a laissé des traces difficiles à gommer (une lourde et ronde poitrine de 90C malgré l’allaitement et un peu de hanches et de ventre). Bref, je déborde un peu de partout.


Avec mes petites rondeurs (57 kilos pour mes petits 1m62), mes yeux verts, ma peau claire et mes cheveux mi-longs tombant sur mes épaules, je suis pour Sam une pure merveille de la nature, sa petite princesse dont il est fier et follement amoureux, même si j’ai du mal à le croire quand je me vois dans un miroir.


Bref, fermons cette parenthèse...

Ce samedi-là donc, durant la promenade, nous dégustons une glace et prenons place sur un banc dans un coin calme du parc. Sous l’ombre d’un arbre majestueux, voire centenaire, nous donnons le goûter et le biberon à Chloé. L’endroit est paisible et très bucolique, à peine quelques couples, des joggeurs ou des retraités se promènent sur le chemin de gravillons, les oiseaux chantent et se posent dans l’herbe devant nous. Chloé, sans doute épuisée par trop d’émotions, de découvertes ou d’air frais, s’endort repue dans sa poussette. L’après-midi est doux et Sam regrette de ne pas avoir pris une couverture pour se poser dans l’herbe un peu à l’écart du passage du chemin. Pour le consoler, je me glisse près de lui et l’enlace, posant ma tête sur son cur.


L’un contre l’autre, on prend le temps de profiter du chant de la nature et du paysage. Chloé dormant à poings fermés, je me mets aussi plus à l’aise, et m’allonge sur le banc en posant ma tête sur les jambes de Sam. Nos regards pleins de tendresse ne se quittent plus. Nous sommes si bien que j’en oublie même que je porte une jupe et que mes cuisses blanches apparaissent facilement sur le banc lorsqu’elle se relève.


Ainsi posée, je pourrais faire une sieste... ou lire un livre, tellement je suis bien.

Sam, lui, m’observe, caresse mon visage et mes cheveux délicatement. On se parle doucement... on flirte tendrement.


Sa main jouant sur mon front et mon visage devient rapidement plus baladeuse, mais je le laisse faire en souriant. Délicatement, ses doigts parcourent mon cou et mon menton, jouant et poussant sur la bretelle de mon débardeur, il explore mes épaules nues. Il glisse ainsi timidement jusque sur les bosses de mes seins, sans aller sous le tissu ou la dentelle de mon soutien-gorge. Il les dessine, les contourne et les frôle, ce qui les fait durcir et pointer tout en m’électrisant le creux des reins.


Il me chatouille encore, puis glisse entre mes globes pour aller se poser sur mon nombril. Cela me rappelle la grossesse, lorsqu’il sentait les battements de Chloé dans mon ventre... je suis si bien ainsi...


Sa main m’effleure et me flatte, son regard plongé dans le mien dérive parfois sur mon décolleté et mes épaules nues et je me sens belle dans ses yeux...

Il joue encore, observant le passage des promeneurs, il reste discret, mais toujours plus téméraire. Ses doigts investissent ma peau et mon ventre, il remonte doucement mon débardeur et glisse sur mes hanches le long de la ceinture de ma jupe. Sous ma tête, une bosse dure se forme et je devine clairement son excitation...


Nous rions de la situation, mais plongée dans cet écrin de tendresse et dans ce paysage, je me laisse complètement aller, lui autorisant même de mettre mon ventre à l’air libre, remontant mon débardeur contre mon soutien-gorge en toute simplicité. Sa main délicate profite pleinement de mon ventre blanc et offert.


Oubliant ma jupe légère, je relève un peu mes jambes et le tissu glisse sur mes cuisses, dévoilant discrètement le triangle de ma culotte, pour son plus grand plaisir...


Sam très tendre, me regarde et admire mon corps qui se dévoile progressivement dans la brise du parc... Mes cuisses, mon ventre, mes épaules, dans son pantalon je sens son désir augmenter par la simple vision de mon corps alangui sur lui...


Timidement et un peu provocatrice, je m’étire sur lui, plaçant mon bras au-dessus de ma tête, mes seins pointant vers le ciel et sous son nez, lui jubile de me voir ainsi étendue et entièrement disponible. L’invitant dans un murmure à poursuivre ses caresses, je ferme les yeux et me laisse bercer par l’air tiède qui nous entoure. Sa main glissant sur mon bras, descendant sur mes épaules puis autour de ma poitrine... avant de poursuivre vers mon ventre ... Il hésite, me teste, puis ose... ses doigts se posant sur mon genou et se laissant glisser vers mon intimité et le haut de ma cuisse, remontant encore le tissu de ma jupe au-delà du raisonnable.


Je frissonne de la sensation et dans un petit gémissement lui indiquant que je ne suis pas insensible à ses attouchements...

Doucement, mais sûrement, je le laisse progresser... sa main gauche me touchant le ventre, l’intérieur de mes cuisses et la dentelle de ma lingerie... pendant que la droite effleure mon visage, mes épaules et mon cou jusqu’à l’orée de mes seins.


Couverte de caresses, le désir en moi grandit encore...

Je ne réalise plus que nous sommes dans un parc public et que ma jupe dévoile ma petite culotte au grand jour... Sam au-dessus de moi, m’admire tout en profitant de mon exhibition involontaire et sensuelle... il me caresse et me touche, me donnant des frissons dans tout le corps, le désir dans mes reins est de plus ne plus intense et lui fait savoir par quelques mouvements de bassin accompagnants le contact de sa main... je me sens si bien...


Malheureusement, Chloé, petite coquine, nous tire de notre rêve, par ses cris et son réveil. Comme un coup de poing dans le ventre, je réalise le lieu et ma position.

Rapidement, je réajuste mon débardeur enroulé sous mon soutif et tire ma jupe sur mes jambes, grondant Sam de m’avoir laissée ainsi à demi nue et offerte aux regards des passants... mais celui-ci rigole et m’embrasse pour faire taire ma révolte.


Le sourire aux lèvres, et toujours émoustillée par notre câlin, je ne peux lui en vouloir complètement et me calme...

En face, un cycliste à l’arrêt, ainsi que deux hommes retraités assis sur un autre banc, me sourient et acquiescent de la tête pour me remercier du spectacle que je leur ai offert à mon insu...

Rouge de honte, je me cache dans la poussette pour embrasser Chloé qui m’appelle.

Après ce moment de trouble un peu humiliant, nous retournons à notre voiture. Sur le chemin, je sermonne Sam de son attitude déplacée, mais celui-ci m’interpelle en me disant qu’il n’était pas le seul à voir des envies sur ce banc... et que lui aussi aurait aimé aller plus loin...


Sensible à ses arguments et peu rancunière, j’admets que la situation fut excitante pour moi, et mon ventre n’a pas été insensible à tout cela... Comme toutes les femmes de mon âge, j’aime être désirée, et surtout j’aime mon nounours Sam au-delà des regards et des jugements. De plus, si j’ai pu donner un peu de plaisir à 2 petits vieux... alors pourquoi pas, il n’y a pas de mal à ressentir un peu de bonheur et voir de jolies choses, comme dirais mon chéri. Ma honte s’efface vite.


A la maison, nous rangeons nos affaires, la poussette et nos sacs. Sam me paraît soucieux et m’invite à aller prendre une douche pour me rafraîchir et calmer mes émotions. Pendant ce temps, il s’occupe de notre fille et finit de ranger l’appartement.


Convaincue, ou plutôt contrainte, je file sous la douche et profite de ce moment de quiétude pour me détendre. J’écoute, au loin, Sam et Chloé jouer et rire dans le salon.

L’eau chaude sur mon corps me relaxe, je me savonne, et me fais les cheveux...

Mes mains qui glissent sur mon corps avec le savon, les odeurs et les huiles de bain m’enivrent. Mon esprit divague, repensant aux sensations de l’après-midi...

J’ai envie de Sam, dans mes reins, bien que passif, mon désir est encore en éveil... et je me dis que ce soir, je lui ferais l’amour avec passion, pour qu’on se retrouve ensemble et pour ne faire plus qu’un...


Cette pensée m’émoustille le ventre, et en vue de cela, je m’épile soigneusement la vulve et le bouton (car il aime me lécher quand elle est lisse) tout en laissant une fine toison sur le dessus en forme de cur...


D’humeur taquine, je m’enroule dans une serviette pour rejoindre notre chambre, je ne veux pas qu’il me voie nue, ni la petite surprise de mon taillage pubien pour ce soir...

En traversant le salon, discrètement, je l’observe assis, en train de jouer avec notre puce, et me dis avoir beaucoup de chance d’avoir cet homme-là dans ma vie... Mon gros nounours me fait sentir si bien, si femme et moi-même : je suis totalement épanouie grâce à lui.


Dans la chambre, je me dépêche de me sécher et enfile un petit string en dentelle noire avec un soutien-gorge assorti (sobre, mais sexy) sous une robe légère à fleurs, couleur crème un peu décolletée et arrivant au-dessus des genoux...


J’ai à peine le temps de m’observer et m’ajuster joliment devant le miroir que Sam entre dans la chambre et me fait sursauter.

Son regard semble triste et je lui demande ce qui ne va pas. Il m’explique que ce soir, étant son jour de repos et pour vaincre un peu notre routine (boulot, maison et bébé), il avait espéré faire une sortie en amoureux... avec un restaurant ou un cinéma (si je le voulais), mais que par sa bêtise de l’après-midi, il s’excusait sincèrement et renonçait à l’idée de peur de me décevoir a nouveau.


Surprise et à la foi touchée, je lui saute au cou pour l’embrasser... trop heureuse de voir ses attentions et sa spontanéité dans cette démarche.

Bien évidemment, je lui pardonne mon exhibition coquine de la journée et l’encourage à ne pas annuler son programme... ravie d’être avec lui en tête à tête... Heureuse de me sentir si importante à ses yeux.


Il est vrai que depuis la naissance de Chloé et nos vies professionnelles prenantes, nous n’avons pas ou peu de moments juste à 2, et donc cette soirée arrive à point nommé pour que l’on se retrouve enfin en amoureux.


Ravie de son initiative et le rassurant, je me dépêche de me sécher les cheveux et me maquille sobrement (comme il aime) pendant qu’il cherche Marion, la fille de notre voisine, pour lui proposer de faire du baby-sitting.


Marion, heureuse de se faire un peu d’argent de poche facilement, et n’ayant pas de devoirs particuliers à faire pour l’école, accepte sous condition d’utiliser notre frigo et la télé durant notre absence du soir. Évidemment nous acceptons, car nous lui faisons confiance et c’est une fille que nous connaissons depuis toute petite.


Après quelques règles d’usage (biberon, couches et coucher de Chloé vers 20h30, l’interdiction d’amener un mec, car elle a bientôt 17 ans, pas de cigarette ou d’alcool) nous lui laissons notre numéro d’urgence et partons sereinement pour notre soirée...


Dans la rue, l’air plus frais du centre-ville caresse mes jambes, et naturellement, mes seins se dressent sous ma robe fine... heureusement couverte de mon gilet, Sam ne le voit pas. Je suis excitée comme une puce à son bras, lui posant mille questions sur le lieu et la soirée surprise, et bien évidemment, il ne me répond pas, se contentant de me sourire.


Arrivée dans un quartier piéton de la ville que je ne connais pas, il me guide à travers des ruelles étroites et sombres... j’angoisse un peu dans cet endroit lugubre, n’entendant que le bruit de mes talons sur les pavés qui résonnent, et espérant ne pas faire de mauvaises rencontres. Soudain, un bruit de verre brisé m’effraie et je hurle de peur lorsqu’un chat surgit de derrière un pot de fleurs... faisant rire aux éclats mon chéri à côté.


Accrochée à son bras, je tremble et le regarde interrogativement... où m’emmène-t-il ? Quel sera le programme de la soirée ?

Mais la réponse arrive vite. Au détour d’une allée, nous entrons sur une placette avec une fontaine centrale et quelques lampadaires en fer forgé d’époque... Lieu romantique à souhaits où quelques terrasses de restaurant proposent des dîners gastronomiques.


Les yeux pleins d’étoiles, j’ai l’impression d’entrer dans un rêve hors du temps et de la réalité. Sam m’attire alors vers une petite estrade où quelques tables individuelles sont disposées sous les arbres et face à la fontaine.


Heureuse, je regarde partout, Sam à côté de moi, toujours souriant, me demande de choisir une place le temps qu’il salue le restaurateur, ou devrais-je dire son ami qui nous accueille ce soir. Assise à une petite table, il me présente au chef de cuisine et à son ami gérant du lieu. Le patron, sympathique et charmeur, nous invite même à nous déplacer pour nous offrir une meilleure table, dans une sorte de kiosque de musique de la belle époque avec une vue imprenable sur la fontaine et les lumières de la place.


A cette heure-ci, il y a encore peu de clients (des habitués connaisseurs plus que des touristes) et le cadre est très distingué. Le décor du restaurant, les dorures et la musique, nous invitent au voyage, comme lors de nos premières vacances ensemble à Venise.


Bien qu’il ne s’agisse que d’une pizzeria, tout est merveilleux. Sam, comme toujours, prévenant et amoureux, me fait passer une soirée digne d’un rêve. Nos plats sont servis avec finesse et le vin rosé frais me tourne déjà la tête...


Complètement ivre et euphorique, j’ai envie de danser et lui glisse à l’oreille de mon chéri.

En quelques secondes, il fait un signe de la main au chef et la musique évolue, les haut-parleurs coupant la radio au bénéfice de slows langoureux et de rythmes plus soutenus...

Mon nounours, n’osant pas danser à cause de son surpoids et sa timidité, m’invite tout de même à prendre d’assaut la piste de danse dans la lueur de la fontaine... L’alcool aidant, je me lance seule, me déhanchant et dansant devant Sam et le petit public admiratif, ma robe tournant autour de moi, révélant parfois jusqu’au haut de mes cuisses ma frêle peau blanche et mon string noir.


Parfois, un homme de la foule me rejoint pour les slows et cherche à se coller à moi, me tenant par les hanches, les reins ou le bras pour me chalouper et m’effleurer, mais je m’en libère facilement, lui coupant tout espoir lorsqu’il s’approche de trop près.


J’ai l’impression de voler, je me sens vivante, tellement heureuse et libre...

A la fin de la danse, j’ai les larmes aux yeux, ivre et émue par cette soirée si belle.

Fatiguée et pompette, je glisse à l’oreille de Sam mon envie de rentrer à la maison (mais sans lui dire mes intentions coquines)...

Un peu déçu, il regarde sa montre (à peine 20h45) et dit qu’il serait dommage de ne pas profiter encore un peu du coucher de soleil et de notre soirée.

Acceptant son offre malgré ma fatigue, et curieuse de savoir quelle sera la suite de son programme, je passe rapidement aux toilettes pendant qu’il règle notre addition... Les serveurs derrière le bar (sans doute spectateurs de mes danses et mes charmes) me font de grands sourires et nous partons main dans la main dans le soir couchant.

Tout en marchant, je me blottis à lui, cherchant la chaleur de son corps et évitant de me tordre une cheville sur les pavés glissants avec mes talons.


Ses grandes mains me tiennent et me couvrent, je me sens en sécurité contre lui, tellement bien.

Dans les petites ruelles sombres, nous avançons prudemment, cherchant notre chemin, Sam me tient par la hanche et je me laisse guider à son bras.

Dans l’obscurité, il en profite aussi pour me toucher les reins et les fesses, ce qui me fait rire, mais que je n’interdis pas. Arrivant dans un coin plus sombre encore, il me glisse à l’oreille que de m’avoir vu danser lui a donné très envie de moi.


Les yeux brillants, je l’embrasse et lui avoue vouloir être toute à lui ce soir. Timidement, je lui avoue aussi que moi : j’ai envie. Mais que malheureusement, ce n’est ni le moment ni le lieu. Pourtant, sous ma robe, ses doigts progressent et viennent caresser ma peau et mes fesses, me donnant des frissons jusque dans les reins.


Surprise, je le repousse un peu pour le raisonner, surveillant les alentours, mais sa force de colosse me dépasse et je sens déjà le bout de ses doigts venir toucher mes fesses et l’élastique de mon string...


Refusant au début, puis vaincue par la douceur de ses baisers, je me laisse porter contre le mur le plus proche, sa main contournant ma hanche et cherchant mon intimité à présent.


Entre lui et le mur, ma respiration s’accélère, le désir prenant le contrôle de ma volonté. Lui, trouvant un passage, glisse un doigt sous la fine dentelle et joue sur mon bouton lisse et humide... m’arrachant quelques soupirs...


Sa fougue et ses baisers ont vite raison de moi, sa bouche experte caresse mes lèvres, mon cou et descend sur ma poitrine qui pointe d’excitation.

Accrochée à son coup, il me soulève et me tient. Les jambes légèrement ouvertes, je ferme les yeux et laisse son doigt glisser dans mon ventre, il me pénètre doucement et me fait onduler le bassin sur sa main délicieuse. Dans mon décolleté, un de me seins a quitté son écrin et pointe fièrement sur ses lèvres. A demi consciente et excitée par le danger d’être surpris, mon corps réagit rapidement et les ondes dans mes reins deviennent intenses.


Mon bras à son cou, le dos contre le mur, ma main libre cherche à saisir son entrejambe pour le gratifier de quelques caresses. Mais je reste surprise par la bosse énorme qui se glisse entre mes doigts au travers de son pantalon.


Les yeux dans les yeux, ses doigts encore en moi, dans un murmure, je lui demande de faire doucement, sentant un tsunami me traverser le ventre...

Pleine de frissons, je me blottis contre lui et il me libère une fois l’orgasme passé...


Fatiguée et essoufflée, nous échangeons encore des baisers. Sa main tenant mon sein libre, il me caresse et me pince...

Délicatement, avec envie et un petit sourire coquin, je me laisse glisser le long du mur pour venir faire face à son membre gonflé sous son ventre rond...

En équilibre au-dessus de moi, il s’appuie contre le mur, puis guide ma tête vers son sexe tendu et à l’étroit dans son vêtement. Il me demande si j’ai envie de lui faire plaisir...

Jetant rapidement un il autour de nous de peur d’être surpris, je dégrafe sa ceinture et ouvre son pantalon en guise de réponse positive. Doucement, ma main le caresse encore et j’entends sa respiration devenir plus forte. Du bout des doigts, je glisse ma main au-dedans et saisis sa colonne de chair... il est brûlant, épais et dur... je le masturbe un peu sans le voir, le faisant encore grossir, mon regard cherchant le sien au-dessus de moi.


Dans la pénombre de cette ruelle (que j’espère déserte), accroupie devant lui, je m’applique en silence tout en l’embrassant à travers le slip. L’air frais de la ruelle glisse sur mes cuisses ouvertes et sous ma robe, me faisant encore frissonner. Sa main me tenant les cheveux me donnant l’ordre d’aller plus loin... Délicatement, je lui sors le sexe de son caleçon pour le faire pointer devant mon visage... Presque gênée, je découvre son chibre de belle dimension, et malgré le fait de le connaître, je le trouve plus grand et gros qu’à l’habitude...


Doucement, je le regarde, le touche et glisse mes doigts sur toute la longueur de sa queue tendue... puis doucement, mes lèvres viennent embrasser son gland...


Très doucement, ma langue tourne sur son champignon qui grossit encore... Au-dessus, Sam respire plus fort encore...

De sa main, il pousse un peu ma tête vers lui, et j’ouvre grand ma bouche pour accueillir son bout. Entre mes lèvres distendues, son gland rond se décalotte et je sens qu’il prend toute la place...

Les soupirs de mon chéri m’encouragent et me confirment son plaisir... Dans la chaleur de mon antre, son sexe glisse doucement. Ma main le tenant à la base ou venant lui caresser les bourses... je joue avec ma langue sur sa tige veineuse et dure, le faisant entrer puis sortir, jouant sur son frein, glissant ma langue sur la corolle du gland avant de le refaire plonger entre mes joues...


Je le suce comme cela un moment, mais l’excitation prend le dessus... Me poussant en arrière, il me coince entre lui et le mur, la bouche pleine et la mâchoire grande ouverte, il me force à l’accueillir davantage, me baisant la bouche, j’essaie de le contenir, mais à chaque poussée de ses reins, il s’enfonce plus loin vers ma gorge... avec son ventre au-dessus de moi, je suis coincée et ne le vois pas... mon nez venant au contact de son corps, il me possède entièrement.


Pratiquement étranglée par son pieu, il coulisse en moi avec tendresse et puissance... ses reins imposant la cadence et la profondeur... je me laisse faire, fermant les yeux, il grogne et gémit, et soudain se crispe et éjacule dans ma bouche à gros flots...


Sans pouvoir me retirer, il me remplit la bouche, me forçant à avaler sa semence acre et épaisse que je déglutis avec peine, n’étant pas habituée à tant de quantité, ni à ce genre de pratique. Après 2 petites minutes, son sexe revenu a des proportions plus normales, il me libère et me remercie...


Toujours accroupi sous lui, les yeux larmoyants, j’essuie les gouttes de son sperme qui dépassent de mes lèvres avant de venir l’embrasser et l’enlacer tendrement.

Dans la pénombre... nous nous rhabillons rapidement, épuisés, mais ravis... Complice de cette petite aventure en plein air insolite...

Reprenant notre chemin, l’un contre l’autre, nous regardons en arrière, vérifiant qu’aucun voyeur ne nous ait vus... (Trop tard, maintenant c’est fait).

Revenant vers le centre, nous marchons encore un peu pour profiter des lumières de la ville et du redoux des températures. Il n’est pas tard, tout juste 21h00, et dans les rues, les bars et les restaurants commencent à s’animer, au loin, quelques jeunes poussent des cris et des klaxons résonnent, troublant la tranquillité du soir. Dans les bras de mon nounours, je me sens en sécurité, et cette balade me fait un bien fou... juste nous 2, notre couple profite de ce moment de quiétude et de retrouvailles dans le soleil couchant...


Au détour d’une rue, Sam me demande si je préfère toujours rentrer ou bien prolonger un peu notre moment intime...

Bien que l’alcool me tourne encore fortement la tête, je suis curieuse de ses idées et son programme, et lui laisse carte blanche pour me surprendre.


Me prenant alors par la main, il me propose de faire un cinéma... chose qui pour nous est extrêmement rare, voire inconnue, depuis la naissance de Chloé...

Ravie de son offre, je le suis et nous entrons dans une petite salle du centre-ville.

Après quelques hésitations, et n’y connaissant rien aux dernières sorties, nous choisissons un film au hasard: une comédie française avec un humoriste connu et une jeune actrice en devenir. Le film est en dernière séance (21h30) et sans doute à l’affiche depuis un certain temps, car lorsque nous entrons dans la salle de projection, nous sommes pratiquement seuls...


Nous installant vers le milieu, nous profitons de l’espace et du calme. La fine clarté des spots baigne la salle d’une ambiance feutrée et chaleureuse.

Durant les éternelles publicités et observant la salle pratiquement vide, mon chéri m’embrasse dans le cou pour me faire frissonner et rire comme par le passé...

Amusée et toujours émoustillée par notre aventure, je réponds à ses baisers, lui tenant la main et posant ma tête tendrement sur son épaule...


Après quelques minutes, Sam, éternel gourmand, me bouscule un peu, voulant profiter des publicités pour chercher une collation et du popcorn tout en passant aux toilettes avant le début du film...

Un peu déçue d’être abandonnée, je reste sur mon siège tranquillement et pour m’occuper, saisis mon portable pour écrire à Marion et savoir si tout se passe bien à la maison. J’en profite aussi pour l’informer que nous rentrerons après notre séance cinéma. Sa réponse est rapide et me rassure, Chloé dormant déjà d’un sommeil d’ange, elle nous attendra sans faute à notre retour. Rassurée, je coupe le portable en mode silencieux et attends Sam.


Quelques rangs derrière nous, un homme s’installe dans la pénombre, seul, environ la quarantaine, plutôt grand et musclé. Il me regarde avec de grands yeux brillants. N’y prêtant pas plus attention, je me détends et commence à envisager un bon moment au côté de mon chéri, d’autant que la salle est quasiment déserte.


Mon nounours revenu, les bras chargés, il s’installe à côté de moi et me fait partager quelques popcorns... Heureuse de ce moment, je me glisse vers lui et lui murmure dans l’oreille que je l’aime.

Complice et tendre, Sam m’embrasse d’abord délicatement puis avec un peu plus d’insistance, afin de me rendre plus réceptive. Sa main se posant sur mon genou me fait sourire et à la fois trembler...

L’obscurité en couverture, je lui laisse faire ses caresses et attouchements délicats et reste blottis contre lui, heureuse et excitée.


Malheureusement, un autre homme très jeune (18/20 ans) très typé maghrébin se pointe et vient s’installer juste à côté de moi, à 1 siège près...

Rompant le charme du moment. Cela m’énerve, la salle étant pratiquement vide, il faut que cet abruti vienne se mettre juste à côté de nous et casse notre intimité.

Gênée, je demande à Sam s’il accepte que l’on se déplace pour rester juste tous les deux et tranquille, mais il refuse et me répond que ce n’est pas grave, le film va bientôt commencer et on sera dans le noir complet d’ici peu...


Enfin, la salle se plonge dans l’obscurité et le générique du film commence...

Je pose ma tête contre Sam pour m’installer confortablement et regarde l’écran qui nous éclaire de sa lumière bleu pâle. Doucement, sa main revient sur mon genou et ma jambe, il m’effleure et je frissonne sous le contact de ses doigts qui courent sur ma peau fine. D’abord discret, il ose rapidement prendre plus d’assurance et remonte doucement sous ma jupe. Bien que j’apprécie son contact, je ne suis pas très à l’aise avec l’idiot installé juste à côté.


Petit à petit, mon chéri devient plus téméraire et sa main glisse plus haut encore... son poignet remontant ma robe doucement et sa main venant effleurer la fourche de mes jambes...


Je sursaute et angoisse lorsque ses doigts arrivent au contact de mon intimité, dessinant de fines caresses sur mon string. Comme dans la ruelle, la pudeur et la peur d’être découverte augmentent mon désir et mon angoisse.


Troublée, j’essaie de calmer ses ardeurs, en repoussant sa main et lui pinçant la cuisse pour lui faire comprendre en silence qu’il va trop loin. Mais il ne s’arrête pas, continuant à glisser ses doigts sur l’intérieur de mes jambes que je serre de plus en plus. Collée à son cou et essayant de tenir la robe qui remonte sur mes cuisses, j’insiste pour que l’on change de place et lui murmure d’arrêter sa folie, car l’autre homme pourrait nous voir...


Dans un sourire coquin, Sam refuse ma demande et me dit vouloir rester là, aimant le contexte ambigu de cette situation, tout en me rappelant aussi ma petite phrase « d’être tout à lui ce soir...»

Tout en poursuivant ses caresses qui m’électrisent le ventre, il me chuchote être heureux de me voir ainsi offerte et se sent fier d’avoir une femme si belle et désirable. Comme durant la danse près de la fontaine, il m’avoue que le regard des hommes sur moi le stimule et le fait de savoir que mon cur lui appartient le rend encore plus amoureux et fier de moi.


Ses mots me touchent et me choquent à la fois, son envie de m’exhiber et son amour me partagent entre l’honneur et la honte. Me sentant proche et complice, je n’ose plus répondre et nous nous embrassons avec passion.


Inconsciemment, conquise par ses lèvres douces sur moi, je relâche les muscles de mes cuisses pour le laisser progresser plus en avant sous ma robe. Sa main revenant jusqu’au contact de la dentelle et ma toison...


En moi, je prie pour que l’obscurité me cache suffisamment au regard de ce jeune garçon à côté. D’une main experte, mon chéri m’effleure et titille mon bouton au travers du string. Mon ventre vibre sous la caresse, et ma respiration accélère sous la chaleur qui envahit mon corps.


Collée à lui, je me laisse faire, l’embrassant dans le cou, oubliant même le film. Délicatement, la robe relevée, je sens qu’il glisse sous le rempart élastique de ma lingerie et ses doigts progressent facilement sur ma vulve humide et mon bouton d’amour...


Sentant ma peau lisse, il me sourit et se tourne un peu plus vers moi afin de faciliter ses caresses intimes. Passant son autre bras autour de mes épaules, sa main libre me touche le visage et mes cheveux, puis revient dans mon cou avant de passer dans mon décolleté. Sa paume large et douce repousse mon soutien-gorge et me saisit un sein. Il me prend, me l’effleure et joue sur mon mamelon dressé. Fermant les yeux, je me sens à lui, ma respiration devient plus forte, je le sens prendre possession de mon corps qui vibre sous ses doigts.


Soudain, je sursaute... l’inconnu d’à côté a changé de strapontin et vient de poser sa main sur mon autre jambe souhaitant participer... Voulant me redresser en panique, partagée entre la honte, la colère et l’excitation, je fixe Sam qui me sourit et me maintient dans mon siège de sa grande main...


Dans mon ventre, les papillons du plaisir augmentent, mêlant la peur et la douceur à la fois. Les doigts de mon chéri fouillant toujours mon sexe humide, je ne résiste pas à son regard persuasif et sa présence me rassure.


Dans ma tête, tout se bouscule dont les derniers mots de Sam, l’envie de lui faire plaisir et lui prouver mon amour me convainc de rester et laisser faire les choses.


Etrangement, la sensation est agréable, le jeune homme est doux, et n’ose que doucement approcher. Je me détends progressivement tout en me noyant dans les yeux de Sam pour me rassurer... Mon chéri me voyant plus calme, me libère et quitte ma poitrine partiellement dénudée et visible dans la lumière bleutée de la salle. Mon nounours se recule et admire le spectacle de mon corps soupirant entre eux 2.


Leurs 2 mains jouent et parcourent mes cuisses, remontant alternativement vers mon ventre sensible.

Sur mon triangle intime, leurs doigts se rejoignent et involontairement, je laisse échapper un petit soupir de plaisir ... la chaleur envahit mes reins sous leurs caresses, oubliant que d’autres personnes sont dans la salle et peuvent certainement nous voir ou nous entendre.


Sam me tient la main et me dirige vers sa braguette. La bosse sous mes doigts me fait comprendre son envie et son plaisir à me voir ainsi... Difficilement, il ouvre son pantalon et extrait son sexe raide et magnifique avant de poser ma main dessus. Il est doux et chaud... timidement, je lui tiens sans faire de mouvements, hésitante à faire plus. Sous mes doigts, je sens son sexe gonflé, ses veines saillantes et son gland rond dominer sa colonne de chair. Il bande dur et j’aime le voir si beau et si gros...


Sans effort, je le masse... de la base au sommet, il me paraît énorme, et il profite du moment pour s’approcher et m’embrasser...

Nos langues mêlées, nous partageons un regard complice et enivrant... nous laissant porter par le désir. Puis mon chéri retire doucement sa main d’entre mes cuisses, revenant vers mon genou, laissant la place libre pour le jeune arabe. La panique me revient et mes yeux cherchent le soutien de mon aimé...


Le garçon à côté comprend le message et continue maintenant ses caresses avec détermination... remontant ma cuisse, il effleure ma peau sensible et viens toucher mon clitoris excité... d’un doigt, il écarte mon string et glisse sur mon mont de Vénus trempé, jouant au passage sur mes lèvres et mon bouton... le regard dans celui de Sam, je soupire sous le contact, les doigts de l’inconnu glissent et ouvrent mon sexe, puis délicatement, s’enfoncent dans mon vagin pour me posséder...


Serrant fort le pieu de mon mari dans ma paume, je lui fais comprendre être au bord de l’extase... que la sensation et la situation me rendent folle et qu’en moi, une lame de fond va bientôt surgir...

Souriant, Sam m’embrasse et observe mon corps qui commence à onduler sur les doigts qui me fouillent.

S’approchant de mon oreille, il me confie être fier de moi, m’aimer et être le plus heureux des hommes grâce à moi. Avant que je ne puisse lui répondre, il m’embrasse, me soufflant que notre voisin n’est pas insensible non plus à mes charmes.


Tournant la tête, je constate qu’il a également sorti son sexe... circoncis et délicat, un peu plus fin et long que celui de Sam, mais la pénombre est trompeuse dans cette salle.

Sam me demande si je veux de lui, si je veux le caresser comme je le fais sur lui... mais aucun mot ne sort de ma bouche. Mon cerveau semble déconnecté de la réalité, les vagues dans mes reins me chauffant toujours le corps, je n’arrive plus à penser...


Dans un regard, je demande à mon chéri de m’aider... de choisir... ce que je dois faire ou ne pas faire... Ce qu’il souhaite de moi.

D’un simple mot (suce-le !), une petite phrase (je veux te voir le prendre en bouche), Sam m’effraie par son désir de m’offrir à un autre homme...

Sans réfléchir, sans réagir, je me laisse guider, la main de mon chéri dans ma nuque m’incline vers le ventre de ce petit jeune qui s’est remis en place et dresse son sexe fièrement devant mon visage...


Derrière moi, Sam m’effleure le dos et me pousse délicatement jusqu’à ce que la main de l’homme prenne le relais et me guide à son tour sur son chibre.

Hypnotisée, partagée entre plusieurs désirs, la fuite et la honte, je me laisse faire, les lèvres posées sur nouveau gland, ma main venant effleurer ses testicules chargés. Les mains de Sam caressent mes reins et découvrent mes fesses délicatement tout en jouant dans mon scion... Le jeune homme voyant mon cul blanc dans la lumière de l’écran ne résiste pas et pousse l’entrée de ma bouche pour investir mon corps.


Je me sens bien malgré mes sentiments partagés... je suce doucement cette bite qui palpite entre mes lèvres, guidée par la main sur ma nuque, et ressens en moi plusieurs vagues de chaleur qui inondent mes reins de désir.


La bouche pleine et chaude, je fais coulisser ce sexe qui grossit un peu plus encore, je ferme les yeux et pense à Sam qui m’observe tout en jouant sur mon clitoris et insère ses doigts dans mon ventre frémissant.


Prise ainsi, mon âme palpite et les caresses sur ma vulve me font gémir entre deux frissons... J’ai envie de jouir... mais Sam ralentit, s’arrête, puis recommence... il contrôle mon corps et me torture de ne pas me laisser aller au bout...


L’inconnu, très excité aussi, gémit et augmente la cadence, me poussant au plus profond de la bouche sa queue raide. Tremblante et me crispant sur sa tige, j’hésite à poursuivre ma pipe, de peur qu’il ne jouisse et m’impose d’avaler... j’essaie de me relever pour m’en extraire, mais Sam, attentif, intervient et calme le jeu.


Abandonnant cet homme, à la limite de l’extase, celui-ci me sourit et me remercie, bien qu’il n’ait pas eu le plaisir d’éjaculer comme il le souhaitait. Il continue de se branler devant mon visage et crache finalement sa semence sur le siège et le sol.


Pour le consoler de cette alternative, mon chéri l’invite encore à toucher et embrasser ma poitrine tout en effleurant mes cuisses nues et ouvertes. Ce dont il ne se fait pas prier...

Ses lèvres délicates sur ma peau et sa main m’électrisent jusque dans les creux de mes reins, me laissant échapper un soupir de frustration...


Dans la salle toujours aussi déserte, espérant ne pas avoir été vue par autrui, je me rassure contre mon amour. Excitée et perdue, je me blottis sur lui, laissant le jeune garçon m’observer et caresser mes fesses nues une dernière fois dans la lumière de l’écran...


Dans le creux de l’oreille, je glisse à Sam ma frustration et le désir qui bouillonne dans mon ventre tel un volcan proche de l’éruption ... mais je ne veux pas le faire ici...

Sans un mot, il me prend la main et nous quittons le film.

Pensant d’abord rentrer à la maison, nous marchons dans le couloir vide du cinéma. Puis s’arrêtant, mon nounours me regarde, m’enlace et me soulève pour m’embrasser d’un baiser long et passionné (comme j’aime tant). Timidement, il me demande si j’ai aimé cette nouvelle expérience avec ce jeune homme, et il faut l’admettre, je ne peux renier y avoir pris un certain et grand plaisir... (Grâce à lui et pour lui)


Doucement, et hésitant, il me tient délicatement les mains et me demande si je serais prête à franchir une nouvelle étape ce soir dans ce lieu public...

Surprise, ivre et sonnée, les effets de l’alcool ne s’étant pas tout à fait effacés depuis le repas, je lui réponds que oui, que pour lui, que pour son amour, je serais prête à tout...


Ravi de ma réponse, nous nous sourions et il me conduit vers les toilettes. Intimidée et amusée, je suis tremblante à l’idée de faire l’amour ici, mais chose promise chose due, je le suis, les yeux pleins d’étoiles et d’envies de lui faire plaisir.


Plus loin, juste avant de franchir la porte, je remarque qu’un autre homme (celui assis seul derrière nous, le solitaire de 40 ans, qui me fixait avec ses grands yeux) sort aussi de la salle, et s’avance dans le couloir... Va-t-il nous suivre ? Nous a-t-il vus depuis son rang éloigné? A-t-il vu mon corps et mes actes dans la salle de cinéma avec l’autre type ? Mille questions tournent dans ma tête en une seconde.


Interloquée, je demande à Sam de m’expliquer, mais il est déjà trop tard, entraînée de force jusque dans la toilette pour handicapés par sa main.

Plus vaste et spacieux, le local est assez froid, du carrelage blanc partout et une lumière criarde qui me fait mal aux yeux par rapport à la douceur de la salle de projection. Mes questions tournent encore en moi, mais toujours alcoolisée, je me détends contre mon nounours qui me tient sur son cur. Délicatement, lèvres contre lèvres, mon chéri m’embrasse tout en ouvrant la fermeture de mon soutien-gorge dans le dos de ma robe. Mes seins lourds se libérant de leurs écrins, mon chéri m’invite à le retirer complètement ne gardant que ma robe à fleurs pour me couvrir le corps.


Essayant de me calmer, je me dis que l’autre type a passé son chemin (que ce n’était qu’une coïncidence) et que maintenant, il n’y a plus que nous...

D’humeur coquine, regardant Sam, j’obtempère à sa demande et le retire avant de lui tendre du bout des doigts. La sensation de liberté, et le tissu frottant la pointe de mes seins m’affolent encore davantage et je ris de me sentir si petite et démunie face à lui.


Pour me calmer, mon chéri m’effleure, me caresse les hanches et chacune de mes courbes puis me serre contre lui, sa grande main écrasant l’un de mes seins et l’autre me tenant les reins, je me laisse porter par son amour et sa force... ses lèvres glissent sur moi comme un souffle, de ma bouche à mon cou, de mon cou à ma poitrine, je frissonne de le sentir si fort et délicat contre moi...


Soudain, je sursaute une nouvelle fois, sentant la présence d’un inconnu dans mon dos. De peur, je m’agrippe au cou de Sam, mais celui-ci me murmure de me détendre et me calmer, il m’explique que cet homme est la fameuse prochaine étape et qu’il ne me veut que du bien et mon bonheur...


Bien qu’inquiète, je le crois... sans doute la fatigue et l’alcool désinhibant mes peurs... A moins que cela ne soit un fantasme refoulé au fond de moi qui s’éveille.

Face à Sam, je laisse l’homme s’approcher de mon dos et venir caresser ma nuque et mes épaules... Ses mains sont douces et délicates tout en étant baladeuses. Il explore mon corps du bout des doigts, passant sur mes reins, mes flancs et mes fesses... puis mon ventre et mes seins à présent libres sous l’étoffe de la robe.


Dans mon dos et mon ventre, la chaleur augmente, ma respiration s’accélère et mon cur cogne plus fort dans ma poitrine. L’inconnu à genoux derrière moi glisse ses mains sur moi tel un sculpteur et remonte ma robe sur mes reins afin de mettre mes fesses en pleine lumière... Subjugué par le spectacle de mon cul blanc, il me frôle, me touche et m’embrasse chacune des fesses, remontant même dans le creux de ma cambrure avant de saisir les dentelles de mon string pour me le retirer...


Toujours tremblante, immobile, je fixe Sam du regard, ressentant chaque sensation sur mon corps... sous ma robe, je sens ma petite lingerie doucement glisser de mes hanches sur mes cuisses puis tomber à mes chevilles...


Cul nu, juste couverte par le fin tissu de la robe, je me serre contre Sam pour calmer les battements de mon cur qui explosent dans ma poitrine...

Dans un silence de cathédrale, très doucement, l’homme m’appuie sur les reins et me cambre, remonte ses mains dans l’intérieur de mes cuisses et me fait docilement ouvrir les jambes. Ses doigts sont fins et me caressent en me faisant frissonner et gémir. Très délicatement, il remonte sous la robe et viens toucher mon triangle humide, dessinant quelques cercles, il ouvre mes lèvres et frôle mon clito qui réagit par quelques décharges électriques.


Courbée en avant. Le cul cambré vers lui, je le sens se redresser dans mon dos et venir se placer contre moi... Contre Sam, je le laisse relever ma robe sur mes reins et profiter du spectacle de ma chatte lisse et ma peau si blanche...


Devant moi, mon nounours me regarde un peu inquiet, et m’attire vers lui avant de prendre place sur le siège des toilettes en spectateur. Dans le creux de l’oreille, il me demande encore si je suis certaine de vouloir franchir cette étape, il dit qu’il m’aime et qu’il est fier de moi...


Je ne réfléchis pas, et lui sourit, lui confirmant que son plaisir serait aussi le mien.

L’inconnu derrière moi ramasse mon string et l’offre à Sam par-dessus mon épaule... je réalise furtivement ma posture, ma robe retroussée sur mes reins et mes fesses tendues. Prête pour une saillie.


L’homme derrière moi sent un peu la transpiration et je commence presque à regretter ma décision. Doucement, il s’approche, ouvrant mes jambes avec les siennes et glisse sa main le long de ma colonne vertébrale avant d’arriver sur mon cul nu, puis le bruit de sa ceinture fend le silence. Mon regard dans celui de Sam, je sens en moi le désir et la peur, les larmes me montent aux yeux et je cherche sa main pour me soutenir...


Penchée en avant, l’angoisse monte encore d’un cran lorsque je devine qu’il enfile un préservatif... Une main se pose sur mes reins, m’interdisant de bouger. Puis, c’est le sexe de l’inconnu qui se place entre mes fesses... il glisse et joue sur moi... je feule sous sa douceur, mais sanglote, terrorisée d’être offerte.


Il observe mon mari qui d’un petit signe, lui donne son accord silencieux pour me prendre.

Délicatement, il se place et je le sens entrer. Mes chairs s’ouvrent sous la pression, son gland franchit les premiers centimètres, puis poursuit son chemin jusqu’au fond de ma grotte.

Je me sens honteuse de la facilité avec laquelle il s’enfonce en moi, mais à la fois heureuse de sentir enfin un sexe dans mon ventre. Devant moi, Sam observe mon visage, il a compris le moment où l’inconnu a franchi la porte de ma croupe et pris possession de moi. Mon chéri me sourit pour me rassurer, pendant que l’autre coulisse lentement jusqu’au fond de moi...


Chaque coup de reins est intense, chaque assaut le pousse un peu plus en moi... quelques larmes coulent sur mon visage, mais s’effacent vite par le plaisir ressenti...


Je le sens grossir en moi, en quelques coups de reins, il me possède complètement, son ventre cognant mes fesses, je le prends et l’accueille jusqu’à la garde. Chaque mouvement est tendre et fort à la fois. Mes seins, suivant le rythme, se balancent devant le regard de mon chéri, émerveillé du spectacle que je lui offre.


L’inconnu me tient les hanches, il me prend et me besogne un peu plus fort, son pieu touchant le fond, il m’arrache quelques gémissements tout en me poussant vers Sam assis devant moi. N’y tenant plus, mon nounours glisse sa main dans l’ouverture de ma robe et me saisit fermement un sein... l’effet est immédiat en moi, l’orgasme me cueille. Tout mon corps se raidit et tremble sous l’intensité de la jouissance. L’inconnu sentant mes spasmes en profite pour se loger au plus profond de moi afin de me sentir vibrer sur sa queue épaisse et dure.


Je voudrais m’écrouler dans les bras de Sam, reprendre mon souffle et mes esprits, mais l’homme planté en moi me redresse, me tirant par les épaules pour me faire tenir debout face à Sam. Pour garder mon équilibre, je me tiens aux parois de la cabine et lui me tient un sein fermement, l’écrase et le malaxe au travers du fin tissu...


Sam, spectateur, le regarde me baiser ainsi, son autre main relève ma robe pour lui montrer ma chatte ouverte et sa queue qui me remplit, à moins que ce soit pour lui montrer (selon ses mots) « comment mon corps de petite salope encaisse chacun de ses coups de bites au fond de mon ventre. »


Le sourire de Sam me rassure, et je lis dans ses yeux l’émerveillement de découvrir aussi le cur dessiné sur mon pubis à son attention...

(Bien évidemment je ne pensais pas lui montrer dans de telles circonstances...)


Durant un moment, je reste ainsi, prise et exposée, empalée et sautant sur ce sexe qui me bourre le ventre... Puis Sam interrompt l’inconnu pour nous faire sortir du box... il m’embrasse, me touche, me câline... je me laisse guider jusque sur les bords des lavabos.


Posée en appui, mon nounours relève ma robe sur mon ventre et me demande d’ouvrir les jambes. Il invite l’homme surexcité à venir me lécher la chatte pendant que lui s’occupe de ma bouche.

Sans prévenir, une langue chaude et délicate se pose sur mon sexe lisse.

Il aspire et suce mon clitoris toujours réactif et délivrant encore des décharges électriques dans mes reins... Sam, tout à côté de moi, m’embrasse, étouffant mes gémissements dans ma gorge, et je me sens perdue et à la fois heureuse entre leurs lèvres...


Mais l’inconnu ne tient pas longtemps, me tenant sur le bord et m’écartant en grand les cuisses, il revient face à moi pour planter sa queue dans mon ventre bouillant...

Jouant d’abord avec son gland épais et luisant sur ma fente, il me prend la main et la pose sur son pieu de chair afin que je l’astique et me touche en même temps. Son regard planté dans mes yeux, il m’intimide et m’ordonne de le mettre en place. Doucement, tremblante, je regarde Sam pour avoir son soutien, mais déjà ma main guide le sexe dur entre mes lèvres... et le laisse glisser.


Fort de mon obéissance, l’inconnu se positionne et d’un coup sec, force l’entrée de mon sexe, m’arrachant un cri de surprise et de douleur. Bien au chaud, il jubile de me remplir, me soulevant le cul pour m’empaler complètement sur lui.


Accrochée d’une main à son cou, je me laisse faire, mon autre main agrippant celle de Sam pour me rassurer.

A présent violent, il me baise en profondeur, tournant mon visage vers celui de mon mari pour que mes gémissements et mes regards de honte lui parviennent. Chaque coup de queue me soulève et me frappe par l’intérieur, forçant toujours plus, ses couilles viennent toucher mes fesses lorsqu’il s’enfonce complètement en moi. Contre lui, sur les lavabos, je suis secouée et bien baisée...


Viril et dominateur, sans arrêter de me limer la chatte, il demande à mon mari son aide tout en désignant ma poitrine... Sam comprend rapidement et ouvre le zip de ma robe, faisant tomber mes bretelles et libérant mes seins à l’air libre...


Satisfait, l’inconnu se penche et m’embrasse avant de me mordre (gentiment) l’un d’eux. Toujours contre lui, la robe roulée sur mon ventre, chaque coup de bite fait sauter mes seins en cadence pour son plus grand plaisir.


Les yeux de Sam sur moi, la position ouverte et pleine, me font remonter un sentiment terrible de honte et d’humiliation... Mon chéri, spectateur, me fixe, regardant le sexe de l’inconnu qui me perfore et glisse dans ma vulve distendue, le tout couronné par le cur formé par ma toison. Il observe et admire mes seins ronds, blancs et lourds qui se balancent en rythme et qui pointent sous les néons, donnant la mesure de l’intensité des coups de queue que j’encaisse. Il écoute mes plaintes et mes gémissements dans cette luxure absolue.


Que pense-t-il de moi ? J’ai de plus en plus honte... mais aussi de plus envie de lui.

Au bord de l’éjaculation, l’inconnu se retire, me laissant pantelante et essoufflée.

S’adressant à Sam, il l’invite à prendre sa place pour ne pas le laisser sur sa faim et pouvoir reprendre son souffle...

Entre eux, je rejoins mon chéri et me serre contre lui, en demandant si c’est ce qu’il veut réellement de moi, si ce que je fais lui plaît et si je suis à la hauteur de son désir... Me souriant, il me rassure et me dit que je suis parfaite, ses mains sur moi me réchauffent le corps et le cur plus que n’importe quelle couverture et je me sens bien contre lui...


Me relevant un peu le menton, il m’embrasse et me dis vouloir aller plus loin encore. Dans ses bras, ma poitrine collée à lui, je tremble de lui répondre... mais les papillons dans mon ventre réclament encore ...


Doucement, du bout des lèvres, je lui avoue que j’ai envie de lui, mais juste pour lui... que rien ne compte plus que lui dans ma vie et que je ferais ce qu’il me demandera...


Son regard, un brin lubrique, me fixant, il me serre encore plus fort et me remercie pour ce fantasme que je réalise pour lui. Sans me dire précisément son désir, il me demande d’oser aller au-delà de mes limites. (de le surprendre).


Perplexe, fatiguée, mais volontaire pour réaliser son désir, je recule pour revenir vers l’inconnu. Prenant l’initiative, je lui demande de retirer sa capote et se mettre à son tour contre les lavabos. Puis à genoux devant lui, je lui dis de me laisser faire et ne pas utiliser ses mains sur moi...


Après son accord et son sourire, je regarde mon chéri et pose ma main sur la bite tendue devant moi. Doucement, je le caresse un peu, le masse puis soutenant le regard de Sam, le prend dans ma bouche en entier...


Les yeux de mon nounours grands ouverts me fixent, incrédules, au point d’en sortir son portable pour immortaliser la scène. Après quelques lents aller-retour, mes mains lâchant le sexe de l’homme, je crispe mes lèvres sur sa queue et place mes mains dans mon dos en signe de soumission.


La sensation est intense, mes seins tendus vers l’avant et mes reins creusés en arrière, je m’applique pour garder mon équilibre et aspire le chibre de l’homme pour l’accueillir en moi, je m’active en douceur pour lui prodiguer une fellation que je veux inoubliable. Serrant mes joues, aspirant et léchant. Je fais coulisser son sexe entre mes lèvres, me forçant même à ouvrir plus grand ma bouche pour l’enfoncer dans ma gorge jusqu’à ce que mes lèvres touchent son ventre par défi.


Marquant un arrêt, je demande à Sam si je dois poursuivre ou cesser. Mais la réponse vient d’au-dessus de moi... l’homme, ravi, ne souhaitant pas jouir ainsi, réclame une pause tout en me félicitant de mes talents...


Me relevant, je reviens vers mon chéri, le regard bas et la honte au ventre.

Sam, me consolant, me dit être satisfait de tout ce que j’ai osé faire pour lui ce soir. Mais que pour finir la nuit en beauté, il aimerait réaliser un dernier souhait...(si je m’en sens prête)

N’écoutant que mon cur... Blottie contre lui, j’accepte sans savoir que ma vie va basculer dans quelques minutes.

Surpris et enthousiaste. Mon chéri m’embrasse et me serre contre lui. Moi, excitée et impatiente de savoir son vu, attend sa demande avec le ventre en ébullition. Je cherche son regard pour deviner sa volonté.

En réponse... il m’effleure la joue, m’embrasse, puis me retire ma robe devenue inutile avant de me guider vers l’inconnu au centre des toilettes.

Fébrile et intégralement nue, je tremble de m’afficher ainsi face à eux, ma peau si blanche et fine éclatante sous les néons.


Reprenant son portable, il me demande d’accepter de me retourner et lui faire face, d’ouvrir mes jambes et mettre mes mains derrière la tête. Sous prétexte de se faire un souvenir osé de cette soirée, Sam me photographie nue avec l’inconnu en érection dans mon dos, prêt à me dévorer.


Immobile, toute nue, frêle et tremblante, je laisse l’homme s’approcher, me tourner autour, me toucher et se coller à moi en faisant des commentaires salaces et obscènes. Sam, devant moi, bande comme un taureau, mais je suis trop loin pour m’occuper de lui.


Le portable à la main, il mitraille mon corps en détail, mes seins, mon ventre, ma toison en forme de cur, mais aussi les mains de l’homme qui me touchent et m’explorent... glissant ses doigts dans ma fente et mon cul, pinçant mes tétons et pressant mes mamelles... il me fait sucer ses doigts puis les plonge dans mon vagin violemment... docilement, je ne bouge pas et me laisse faire, contenant mes sensations, ma gêne et mes cris ... fixant l’objectif et mon chéri fier de mon obéissance.


Puis Sam se recule, prenant des clichés d’ensemble, il m’observe et m’admire.

Après un moment, il invite l’homme en sueur à se servir de mon corps frêle, mais lui fixe pour unique condition de me laisser toujours face à lui afin de capter mon visage et mes sensations...

L’inconnu ravi et excité, me claque les fesses et saisit l’opportunité de cette offre pour lui demander le droit de m’enculer et m’élargir le cul, mon chéri hésite un instant, tout prêt à accepter avant de voir la panique et le trouble dans mon regard le suppliant. Dans le silence, il hésite... m’observe... fait durer le plaisir et l’angoisse puis lui refuse ce droit...


Déçu, mais compréhensif, je sens les mains de l’inconnu parcourir mon dos et mes reins, il m’embrasse dans le cou, et moi, je fixe l’objectif, me laissant faire. Toujours Immobile.

A voix basse, comme un murmure dans mon oreille, l’homme me félicite pour ma petite bouche de suceuse et mes formes délicieuses... il m’insulte vulgairement (petite pute, salope), mais étrangement, cela m’excite. Me touchant le cul, il me dit vouloir me défoncer et me faire hurler comme une chienne. Toujours hypnotisée face à l’objectif de Sam, je laisse faire et commence à pleurer... humiliée et soumise. Puis la tension redescend, délicatement, je le sens s’approcher encore, une main venant prendre mon sein et l’autre me caressant le ventre... il joue sur ma peau, glisse et vient du bout des doigts sur le mont venus et ma toison... la sensation est intense, et je frissonne encore. Sans le vouloir, je me cambre et mes fesses viennent au contact de son sexe, sa main lâchant ma fente vient maintenant sur ma hanche pour me faire garder la pose. Tandis qu’il m’embrasse dans le cou, son autre main, qui me tenait le sein, remonte sur ma gorge pour me tenir la tête droite devant mon mari.


Me penchant en avant vers Sam, l’inconnu simule quelques va-et-vient, glissant sa queue entre mes fesses en insistant et forçant sur mon illet avec son gland pour me faire peur malgré l’interdiction (espérant sans doute le voir céder sous la pression). Il continue ainsi un moment afin de me faire frissonner et faire balancer mes seins devant mon homme qui filme mes émotions entre peur et envie. Puis, ajustant la pause, je sens sa bite raide et noueuse glisser plus bas et venir jusque sur mes lèvres... Inconsciemment, je soupire et ferme un peu les yeux... Ne réalisant même plus qu’il n’a pas remis de protection en latex.


Son gland grossit un peu, et je sens sa présence s’accentuer... un mouvement de plus et il entre à nouveau en moi, m’arrachant un cri de surprise et un gémissement de plaisir...

Prise et ouverte, il me tient cambrée, le cul en arrière et les seins sautant en avant, pour que mon chéri me regarde en entier... sa queue épaisse perforant avec rage mon ventre sous le petit cur. Il pousse des râles et quelques insultes de motivation...


Emportée dans l’action, secouée par son piston, j’en perds l’équilibre et m’écroule au sol. A quatre pattes, sa vue est imprenable et il ne résiste pas à ma croupe et mon cul tendus. D’un geste rapide, il se glisse entre mes cuisses ouvertes et me prend immédiatement en levrette devant mon chéri spectateur de sa violence.


Perforée et défoncée, je subis ses coups de boutoir, son gland frappant mon utérus, mes fesses claquant sur son ventre jusqu’à en avoir mal...

Sans tendresse, il me baise et je le sens en moi me remplir... Sur le carrelage, la frénésie de ses coups de reins me fait avancer vers mon mari, au point que je me retrouve bientôt coincée entre eux 2...


Ne pouvant reculer ou m’y soustraire, entre 2 gémissements, j’implore un peu de calme, ce qu’il accepte un instant avant de reprendre possession de mon corps.

Sa queue énorme dans le ventre, il jubile de m’élargir la chatte et plus encore : me faire gémir devant mon mari.

Puis me voyant coincée entre eux, sa main tire mes cheveux et guide ma tête sous le ventre de Sam pour me forcer à lui embrasser le sexe.

Machinalement, ma bouche s’ouvre et l’accueille, les coups de bite dans mon ventre forçant l’intrusion de mon mari jusque dans ma gorge. Pour la première fois de ma vie, je suis plein de sexe, chatte et bouche remplies, cette expérience est aussi divine que surprenante...


Bien qu’avec mon chéri, nous avons testé quelques jouets à la maison, que je m’amuse à sucer lorsqu’il me pénètre ou inversement, la sensation que je vis est au-delà de tout... 2 vrais bites, 2 sexes chauds bandants et me pénétrant en même temps... Je ne réalise pas ... mon cerveau déconnecté du monde, je ne ressens que le plaisir...


Totalement embrochée, je les laisse me prendre et abuser de mon corps... luttant même pour pouvoir respirer lorsque l’un va trop loin ou que l’autre me pousse trop fort. Tout mon corps n’est que jouissance et dans mes reins, une lame de fond me terrasse à nouveau...


A bout de souffle, je m’appuie sur les jambes de Sam, son sexe dans la bouche m’empêchant de crier et étouffant mes plaintes, derrière moi, l’homme me tient les reins et me poignarde avec son pieu... me donnant parfois la fessée dans l’excitation du moment.


Puis dans un sursaut, il se retire et éjacule sur mon dos et mes fesses dans un râle animal...

En transe, je m’écroule sur le sol... totalement vidée de mes forces. Mon chéri au-dessus de moi, résiste pour ne pas exploser, mais finit par jouir sur mon corps couché à ses pieds, aspergeant mes cheveux, mes épaules et mon visage de son foutre épais...


Le calme revient progressivement, l’inconnu se rhabille, et galant, m’emmène près des lavabos pour m’aider à retirer les souillures sur mon corps, profitant au passage pour me toucher une dernière fois le ventre et mon cul. Sam, plus loin, reprend aussi son souffle avec quelques difficultés...


Avant de partir, les 2 hommes se saluent et je me précipite encore nue dans les bras de mon chéri...

Les larmes coulent sur mon visage, non que je sois triste, mais la fatigue et la honte me submergent d’émotion. Je me blottis contre mon chéri qui me remercie d’avoir accepté son fantasme. Je suis heureuse, mais terriblement gênée...

Dans un coin, ma robe traîne sur le sol, un peu mouillée, je la remets, mais ne trouve plus mon string ni mon soutien-gorge...

Sam, me tenant la main, m’explique qu’il en a fait cadeau à l’inconnu... pour le remercier de m’avoir correctement baisée et fait jouir.

Interloquée par sa réponse, je me blottis contre lui et lui demande pardon...

Sa bouche sur mes lèvres, Sam m’embrasse et à son tour me demande pardon... espérant ne pas m’avoir déçue ou blessée par la réalisation de ses fantasmes les plus secrets.


Les yeux pleins de larmes. Je le regarde et le rassure : mon amour pour lui supporte tout. Aussi bien la critique sur son physique et les gens qui nous blessent. Aussi bien ses désirs et fantasmes qui font découvrir des facettes inconnues de moi et des plaisirs nouveaux.

Tout contre lui. Je me serre et l’embrasse, lui pardonnant tout, car mes sentiments pour lui sont infinis.

Sortant de notre cachette du cinéma. Il est environ 22h20. Nous évitons de justesse une foule de gens sortants d’une autre séance et dont certains ont besoin des toilettes.

A peine couverte de ma robe froissée. Je frissonne de leurs regards sur moi, imaginant qu’ils devinent ma nudité au-dessous et ce à quoi nous nous sommes livrés dans ce lieu.

Main dans la main. Épuisée, mais heureuse. Je m’accroche au bras de Sam pour rentrer chez nous.

Devant notre porte, voulant lui parler, je m’arrête et retiens Sam par le bras avant qu’il ne glisse les clefs dans la serrure et mette fin à cette magnifique soirée.


Surpris et un peu effrayé, il me regarde en silence.

Puis doucement. Je lui dis merci. Je lui dis que je l’aime et que grâce à lui, je suis la plus heureuse des femmes. Je lui dis que grâce à lui, je suis épanouie, libérée et que je veux lui prouver chaque jour de notre vie ensemble.

Emu, mon nounours m’enlace et m’embrasse...

Nous rentrons chez nous, heureux et comblés, notre amour et notre couple plus unis que jamais.

Marion, étonnée de nous voir revenir si tôt et si euphorique, nous interroge sur notre soirée, mais nous détournons la conversation en riant. Pourtant, du haut de ses 17 ans, elle semble bien comprendre la supercherie, surtout lorsqu’elle découvre l’absence de mon soutien-gorge et mes seins libres sous la robe lorsque je me penche devant elle pour prendre mon sac et lui payer sa soirée.

Bref, épuisés. Ce soir-là, nous nous couchons rapidement et nous endormons la tête et le corps pleins de rêves.


Dimanche matin (9h00)... Je me réveille et cherche mon chéri dans le lit, mais surprise, le drap est froid et je suis seule dans la chambre. Me levant, j’entends Chloé jouer dans le salon et découvre que le petit-déjeuner est servi au salon... Sam, en lève-tôt, est revenu de la boulangerie et mon café est déjà servi. Chloé, habillée et changée, joue et gazouille déjà dans son parc. Avec la fraîcheur de son âge, elle me fait sourire, tellement elle est magnifique, et je suis si fière de l’avoir eu avec mon chéri.


Rejoignant Sam en cuisine, je le câline et me frotte à lui pour lui dire bonjour sensuellement. Puis malgré mes courbatures, je lui demande de me rejoindre dans notre chambre afin de régler un truc important...


Ignorant mes intentions (les mêmes que la veille au soir), il me rejoint et je me jette à son coup pour l’embrasser avec passion.

D’abord surpris, il se défend et me repousse en prenant garde de ne pas me faire mal. Puis comprenant mes intentions, il se laisse faire...

Le poussant sur le lit, je le déshabille et l’allonge... il me sourit et me demande pourquoi avoir tant de désir ... mais en réponse, je lui dis que ce matin, c’est moi qui réalise un fantasme. Et qu’il va devoir obéir sans bouger.


Debout devant lui, je l’observe nu et disponible. Mon gros nounours ne bande pas encore et son bidon cache son pilier d’amour, mais cela est temporaire.


Délicatement, langoureusement, je commence un strip-tease au pied du lit. Commençant par le haut, je retire mon t-shirt de nuit, lui dévoilant progressivement mes seins ronds et blancs. Puis lui tournant le dos, je retire le bas, je glisse doucement ma culotte de coton sur mes hanches et dévoile mes fesses avant de lui jeter le tissu au visage...


Emoustillée, toute nue face à lui... je me glisse sur le lit, féline et déterminée. Du bout des doigts, je remonte ses jambes et ses cuisses... Puis mon visage respire son odeur pour électriser son corps. Dans ma main, je tiens son sexe que je masse un peu avant de le titiller du bout de ma langue et le gober. Je le suce avec passion et délice. Entre mes, joues je sens qu’il durcit et prend de la vigueur. Je le garde en moi, aspirant son gland. Cherchant à l’avaler par quelques coups de langue et de gorge... je le masturbe... Puis arrête tout.


Ma bouche et ma langue poursuivent leurs parcours sur son ventre, sa poitrine et dans son cou, le faisant soupirer de bonheur... Mon corps et ma poitrine nus le caressant sur le passage... Dans ma main, je laisse mes doigts jouer sur sa queue pour le mettre en forme et lui pointant son gland brun et rond vers le plafond.


Mes lèvres continuant leur trajet. Je l’embrasse à pleine bouche lui interdisant de protester... mes seins pointant caressent son corps et son ventre. Mais je ne veux pas m’arrêter là. Je progresse. Lui donnant ma poitrine à embrasser... le visage entre mes seins, sa queue dans ma main, je le vois sourire de cette surprise érotique du matin...


A son oreille, je lui murmure avoir envie... comme lui hier... envie de lui...

D’un geste rapide, je le chevauche... Ma chatte tout humide venant face à son visage. Je lui présente et donne mon petit cur puis le force à lécher ma fente lisse...


Sans se faire prier, sa bouche couvre mon sexe, sa langue me fouille et il joue avec mon clitoris.

Divine sensation, son cunnilingus me transporte déjà dans un monde de paradis. Je lui caresse les cheveux et ondule sur lui afin d’augmenter mon plaisir... Pourtant je ne veux pas jouir ainsi... et me retire.

Mon chéri, toujours surpris, m’interroge, mais comme lui, je ne réponds pas...

Revenant à sa queue, je l’astique et l’embrasse, je le suce et le lèche pour le réchauffer, mais sans aller trop loin pour ne pas le faire monter trop vite.

Je le regarde. Lui demande si cela lui plaît. Ce qu’il ne réfute pas. Puis me lève et quitte la chambre le laissant en plan...

A mon retour, 2 petites minutes après, mon chéri s’est levé et reste immobile au milieu de la chambre lorsque je lui tends son téléphone portable.


Inquiets, les yeux dans les yeux, je lui demande de recommencer... Mais il ne comprenait pas mon message.

Me positionnant à ses genoux et plaçant mes mains dans le dos... je renouvelle ma demande en lui faisant comprendre mon sujet...

Je veux qu’il recommence les photos d’hier soir, mais cette fois-ci avec lui...

Hésitant, il me regarde à ses pieds, docile et nue... mes yeux implorants, je le regarde fixement et lui demande de prendre mon corps comme l’inconnu l’a fait hier soir, je veux qu’il me fasse l’amour avec force et tendresse à la fois, je veux me sentir à lui et qu’il me baise férocement...


Et joignant le geste à mes paroles, j’avance mon visage et engloutis son champignon dans ma bouche comme une tétine.

N’en croyant ni ses yeux, ni ses oreilles, mon chéri laisse échapper un soupir lorsque la chaleur de ma bouche l’encercle... il ne comprend pas, mais accepte ma pipe ... puis m’obéit... en quelques clichés, il saisit les instants où son chibre déforme mes joues et s’engouffre vers ma gorge.


Doucement, mais sûrement, je m’applique afin qu’il grossisse en moi... mais je m’arrête, sentant ses palpitations cogner dans ses veines...

Me relevant, je pose l’appareil photo sur la commode et le branche en mode vidéo avant de m’allonger sur le lit et ouvrir mes jambes...

Je l’appelle, l’invite, mais il hésite encore, la peur de m’écraser sous son poids, me prendre en missionnaire est toujours délicat... sur le bord du lit, j’avance mes fesses et lui tends ma chatte... il reste un instant debout puis s’accroupit pour venir sucer mon bouton lisse, me félicitant aussi pour le petit cur...


Ma main dans ses cheveux accompagnant sa langue sur ma fente, je me délecte de sa caresse, puis le tirant vers moi, nos regards se rencontrent, le contact de sa bite énorme me surprend et se pose sur ma toison... son ventre sur le mien, je glisse ma main entre nous et lui tiens la queue pour le guider en moi...


Epais, énorme, il ouvre mon ventre et je gémis de le sentir m’ouvrir en 2. Ouvrant mes cuisses au maximum, je lui demande de se faire plaisir et de pousser plus loin son chibre, de me faire mal s’il le veut, je veux qu’il me baise à fond et me bourre la chatte comme la petite salope que j’ai été hier pour lui. Bref que ce soit fort et violent en étant doux et intense.


Excité par mes mots (« Viens ! Baise-moi ! »)(que je ne dis jamais), je le sens prêt à assouvir sa fureur, il m’écarte et me pilonne... en quelques va-et-vient, il me possède entièrement et mes reins l’accueillent avec bonheur. Sa queue en moi bat la mesure, ses couilles butant contre mes fesses et mes seins blancs sautant en cadence. Sous sa masse de colosse, mon petit corps délicat et tendre l’excite et il accélère encore le rythme de ses coups de boutoir comme s’il voulait me casser en 2.


Embrochée sur son pilier, nous ne faisons plus qu’un... partageant nos gémissements et nos sensations... sa main caressant ma poitrine et écrasant mes seins sans tendresse, il me pénètre avec intensité jusqu’au fond de ma grotte, je le sens, le serre et lui m’écarte et me comble à chaque mouvement. J’ai envie de jouir, et je le sens prêt aussi à venir... mais je veux lui faire plaisir...


Dans un murmure, je lui demande de venir sur le lit et me laisser venir sur lui...

Ayant répondu à ses fantasmes de soumission, de partage et d’exhibition hier soir, je veux ce matin assouvir l’un des miens : le posséder !

D’abord inquiet de ne pas savoir mes intentions, il accepte par obligation et je prends les choses en mains. Il ne le sait pas, mais depuis hier, je ne suis plus la même, et je compte me sentir vivante et lui prouver... et pourquoi ne pas réaliser un fantasme commun, difficile, voire même dangereux par nos physiques si opposés...


Inversant nos positions, je suis libre, et l’observe sur le lit. Mon gros nounours est beau, magnifique, sa bite épaisse brillante de ma cyprine pointe vers le ciel et palpite d’envie de revenir dans mon ventre. Mais je le laisse attendre, profitant de l’instant... et reprenant notre souffle.


Sortant mon gode de la table de nuit, je lui propose de jouer... et ses yeux brillent et il comprend que j’ai envie de lui faire la totale. (sans savoir le petit plus)


Pour l’allumer, le regard malicieux, je lèche l’extrémité du jouet de façon subjective en y tournant le bout de ma langue, puis debout sur le lit, au-dessus de lui, je lui présente ma chatte lisse et humide surplombée du cur pubien... ma bouche joue sur le plastique dur simulant une pipe, et je le vois sourire sous moi de la scène que je lui offre.


Il aimerait me toucher, mais je lui interdis...

Je suce un peu le gode, puis doucement le descends entre mes seins avant d’arriver sur ma fente... ouvrant avec 2 doigts mes lèvres, je coulisse l’objet sur l’ouverture et le glisse dans ma chatte en l’enfonçant au maximum... Ouverte, devant ses grands yeux, je fais coulisser le jouet en moi et lui demande si ce qu’il voit de moi lui plaît... et ce qu’il espère de moi...


Ne sachant quoi répondre, je prends les devants, retire le gode et m’assois sur son visage pour qu’il me fouille avec sa langue... Divine sensation !!!!

Totalement folle, j’ondule sur sa bouche, et lui me tient les fesses et parfois les seins, devant ses yeux émerveillés, je loge le gode dans ma bouche pour étouffer mes cris et simuler une nouvelle fellation. En pleine action, je gémis sous ses coups de sa langue... mes reins en ivresse, la tête en feu, je suis au bord de l’orgasme, mais me retiens.


Sam étonné et ravi, me traite de petite cochonne et de salope... mais en bien.


Je lui souris et très excitée, me retourne pour commencer un 69. Son sexe me semble encore plus gros qu’avant, sans doute excité par le spectacle que je viens de lui faire... je le suce et me délecte de son mat qui glisse entre mes lèvres... oubliant, la vidéo qui nous filme, j’invite Sam à prendre le gode et me pénétrer le ventre avec...


Il n’hésite pas longtemps, ses mains sur mon corps me caressent, sa queue m’étouffe et sa langue me fouille... les sensations sont multiples et mon corps chauffe et réagit à chaque frisson.

Couchée sur lui, mon ventre est en éruption et je sais qu’il n’est pas loin non plus de venir cracher son magma aussi.

Le gode en main, il joue sur ma fente et le glisse entre mes fesses. Il semble hésiter sur l’utilisation réelle du gode, le glissant sur ma chatte luisante pour le mouiller puis venant le poser contre ma rondelle pour me tester. Je le laisse un peu faire, occupé à le pomper, mais je grogne lorsqu’il pousse et cherche à m’ouvrir l’anus ... Il sait que je n’aime pas cela et que malgré l’excitation, je ne veux pas être prise par-derrière.


Compréhensif, il continue ses caresses, écartant mes fesses avec le jouet, fixant mon cul du regard brillant de ma mouille, tout en aspirant dans sa bouche mon clitoris tendu... Sous mes hanches qui ondulent, il ne résiste plus, et l’envie prend le dessus : il me poignarde avec le gode... Ouvrant ma vulve et forçant mon ventre avec le jouet jusqu’à le faire buter au fond de moi.


Je reste pétrifié un moment sous l’intrusion, mais continue de le sucer, réglant mes aller-retour aux siens entre mes reins...


La chaleur augmente, j’ai chaud, je transpire, et j’ai très envie de jouir... mais je ne dois pas encore...

Relâchant l’étreinte, il soupire sous moi lorsque j’abandonne sa queue et me relève. Le gode planté dans mon ventre, il me regarde ainsi et semble être au paradis.

Je l’embrasse encore, lui me touche et me tire sur les seins pour me retenir, à cheval sur lui, je calme le jeu de peur d’exploser trop vite.

Frottant mon triangle sur son ventre... Je lui demande s’il veut venir en moi ou si je dois garder le jouet qu’il m’a planté... Il hésite un instant, mais choisit finalement de venir lui-même...

Retirant l’objet, je glisse alors ma main entre nous et présente sa bite sur mon entrée... doucement, tendrement je me laisse glisser et son sexe ouvre mon antre brûlant...

Mon chéri me tient la poitrine, j’ondule mon bassin, frotte mon clitoris sur son ventre et le cale au fond de moi... toujours au bord de l’orgasme, nos regards se perdent l’un dans l’autre... nos corps ne faisant qu’un.


Mes reins rayonnent encore et je le sens gonfler en moi... il est gros, délicat et intense...

Entre nos soupirs, il me dit bientôt venir... et je cesse de bouger pour calmer ses ardeurs...

Mes mains sur les siennes, je lui interdis de quitter ma poitrine. Sous 4 mains, mes seins gonflés et sensibles me font presque mal par trop de sensation... son pieu dans mon ventre coulisse encore au plus profond, et j’arrive ainsi l’orgasme...

Tremblant et crispé, mon corps se raidi et le serre en moi afin de profiter de cette vague de bonheur qui me submerge.

Epuisée, je m’écroule sur son ventre, son sexe palpite en moi et cogne dans ma matrice...

Il est proche d’exploser, ses râles et ses soupirs me font vite reprendre conscience et me rappellent que je veux lui offrir mon amour, mon corps et plus encore ma vie...


Me redressant, je lui demande de tenir encore un peu avant de gicler...

Me retirant de lui, son sexe luisant et strié de grosses veines semble être sur le point d’exploser...

Dans son regard, je lis la déception de ne pas avoir pu jouir... mais comme je lui ai promis... je veux le rendre fou et heureux...

Debout prêt de lui, je l’embrasse et lui demande de fermer les yeux et lui passe un bandeau afin d’être sûre qu’il ne verra et ne saura rien de mes idées et mes actes sur nos corps...

Pour lui faire honneur et plaisir, pour vivre mon fantasme ce matin, je veux qu’il me laisse le guider et lui promets qu’il ne sera pas déçu s’il joue le jeu...

Au bord de la syncope, il me regarde et accepte mon défi et mon fantasme...


Fermant les yeux, aveugle par le bandeau, je prends ses mains dans les miennes et le guide sur mon corps...

Très doucement, ses doigts viennent sur ma poitrine, et je me pince les mamelons pour lui faire sentir mes pointes... puis délicatement, sans lui dire, je replace le gode dans mon sexe, et lui fais toucher ma chatte remplie par le jouet. Surpris de la sensation, il me touche, le contourne et titille mon clitoris avant de le saisir et le faire coulisser en moi...


Debout à côté lui, je le laisse me toucher et me branler avec le jouet pendant que de ma main, je le masturbe pour ne pas perdre son érection fabuleuse.

Durant un instant, j’ondule sur sa main... et il imagine la scène sans pouvoir la voir...

Penchée près de son oreille, je lui demande s’il veut jouir... Et sa réponse positive est immédiate... sa respiration plus forte, je sens son cur dans les palpitations de son sexe et dans le désordre des va-et-vient de sa main lorsqu’il me plante le vagin, m’arrachant quelques cris de douleur lorsqu’il pousse trop loin l’objet de plaisir...


Entendant sa demande, et moi-même à nouveau prête à exploser, je reviens sur le lit et sur lui...


Lui tenant les mains immobiles, je retire le gode de mon ventre et me place assise sur son pieu...

Doucement, j’ondule dessus, laissant juste son gland entrer dans la chaleur humide de mon ventre...

Lui interdisant de bouger, je l’embrasse à pleine bouche et saisis sa queue raide avant de la placer contre moi...

Il me sent frémissante, hésitante, haletante... ma main crispée sur sa colonne de chair ... il sent la pression et le poids de mon corps sur son bout... il entend ma respiration et mon effort, mais ne voit rien...


Doucement, très doucement, je l’enfonce en moi... mon ventre et mes reins en feu réclament son pieu, mais ma main le guide dans mon anus... Mon illet fragile et presque vierge (juste 2 expériences) s’ouvre doucement sous la pression de son gros gland rond... mon bassin ondule, je force et me crispe, mais progressivement, je le fais entrer en moi... il est énorme, épais, veineux... chaque centimètre me met au supplice et pourtant j’insiste, je veux lui offrir mon corps et mon ventre...


Doucement, délicatement, je me perfore le cul, ma rondelle s’élargit à son maximum, je le sens prendre possession de moi, me coupant la respiration et s’enfonçant en moi...


Marquant quelques poses au passage de sa corolle, je coulisse sur lui, adaptant ma main à la matraque de chair qui m’ouvre le corps.

Assise sur lui, pratiquement en bout de course, je le lâche et me laisse tomber sur les derniers centimètres... Planté entièrement dans mon cul, je serre les dents et mes gémissements se mêlent entre la douleur et le plaisir... je bouge peu, le laissant prendre la place, attendant de m’adapter... puis doucement, commence à monter et descendre sur lui...

Sam sous moi, devine par la sensation où je l’ai placé, il respire fort et gonfle encore un peu en moi...

Essayant de me tenir les hanches pour maîtriser ses petits coups de reins, je lui bloque les mains et lui pose sur ma poitrine en attendant que je trouve mon rythme...

Lui en moi, moi sur lui, je le sens m’empaler et m’enculer comme jamais je ne l’ai été dans ma vie.

Je souffre, mais aime cette sensation...


Puis arrivant au paroxysme du bonheur, je lui retire son bandeau afin qu’il puisse enfin me voir...

Accroupie sur lui, je suis en sueur et frémissante, la chatte ouverte et trempée, le cul rempli par sa queue, la vision est terrible... ses yeux brillent de bonheur.

Mon visage grimaçant de mes aller-retour sur son pilier, ses mains sur mes seins me tenant et me pinçant... Je cherche mon équilibre en appui sur son torse pendant que mon bassin imprime de petites ondulations.

La bouche ouverte cherchant de l’air et haletante, j’ai envie de hurler et de jouir... et lui aussi...

Voyant mon état second, sa main quitte l’un de mes seins, et saisit le gode à côté de nous pour le présenter contre ma chatte, cherchant à l’enfoncer pour une double pénétration... mais sans succès...

Par dépit, mon cul coulissant doucement sur lui, il me donne le gode à sucer pour calmer les râles de ma gorge...


La sensation d’être à nouveau pleine, les images de la nuit passée, Sam, mon chéri, me prenant par le cul et m’obligeant à ressentir cette cascade de sensations, mes reins explosent et je jouis, empalée sur mon amour...


Ne se retenant plus, Sam pousse son bassin en avant pour s’enfoncer en moi, il me regarde jouir et mordre le gode qui m’étouffe... il se crispe, se retient... Puis crache sa semence au fond de mon intestin...


Son sperme me brûle, et je sens ses saccades remplir mon conduit étroit.

Durant 1 minute, le temps s’arrête, nos orgasmes presque simultanés nous traversant le corps nen faisant plus qu’un...

heureuse et épuisée, je m’écroule sur lui, je pleure de bonheur, et lui m’enlace dans ses bras... Son pieu libérant mes entrailles, je sens le fluide s’écouler de moi, l’anus aussi large que mon vagin, je réalise que cette sodomie m’a ouvert (en plus du cul) l’esprit et une toute nouvelle vie.


Reprenant notre souffle, revenant à la réalité, nous restons nus côte à côte dans le lit, épuisés mais heureux. Nos mains nous caressant et nos lèvres nous embrassant.


Dans le creux de l’oreille, je lui avoue mes sentiments les plus intimes et les plus sincères. Il est toute mon existence... et je suis fière d’être sa femme et le resterai toujours. Quoi que les gens pensent ou disent de lui et de nous, je suis fière d’être à lui.


A partir de cette soirée surprise et son petit fantasme d’exhibition, il y a maintenant plus de 10 ans. J’ai découvert une nouvelle féminité et la libération de la chair. Aujourd’hui, et depuis ce jour, Sam et moi réalisons à quel point ce moment a décuplé notre complicité et notre plaisir au sein de notre couple.


Grâce à lui, je me sens vivante et libre. Tout en étant salope et mère.

En effet, depuis ce jour, nous avons eu 2 nouveaux enfants, et je n’ai jamais retrouvé ma silhouette de jeune fille frêle pour le plus grand plaisir de mon nounours.

Il nous arrive parfois encore parler de ce jour, mais outre quelques exhibitions à la plage ou dans certains lieux publics (cinéma, commerce et restaurant), nous n’avons plus lié de tiers à nos ébats... préférant nous donner l’un à l’autre sans pudeur et sans contrainte.


Voilà... comment introduire mon histoire ? Comment vous dire que j’aime mon mari ? Et qu’aujourd’hui, je suis une femme sexuellement heureuse et accomplie...


P. S : Un nouveau fantasme me taraude... Marion est toujours notre petite voisine, et aujourd’hui, elle fête son 26e anniversaire... Toujours en dispute à un copain du moment, peut-être serait-elle prête à vivre la même chose et s’épanouir ???... Sam pourrait-il lui apprendre ???

Qui sait ?

Diffuse en direct !
Regarder son live